L'écrivain de la semaine : Friedrich Nietzsche
                      

 

"Oui, je sais d'où je proviens
Toujours à jeun comme la flamme
Je m'embrase et je me consume,
Ce que j'attrape devient lumière,
Et charbon, ce que je délaisse
Oui je suis flamme assurément.."

 

nietzsche2.gif (32352 octets)

 

Il y a tout juste un siècle, F. Nietzsche sombrait dans la maladie et dans la folie. L'insensé, il avait accompli sa tâche, une très lourde tâche : en philosophe et non moins philologue, il s'était attaqué à la religion et à la morale chrétienne comme aucun autre n'avait osé le faire, pas même Voltaire. Psychologue sans pareil, il dénichait les arrières-pensées, les motivations secrètes et faisait la lumière sur les vérités-mensonges de la foi et sur l'illusion d'une espérance bienheureuse dans un "au-delà" hypothétique par le renoncement aux plaisirs et au bonheur - toujours à construire - ici-bas.

Ce "belliqueux de nature" engagea la polémique sous toutes ses formes (controverse, raillerie, parodie, ironie, trait...) en se choisissant un ennemi à sa taille pour l'affronter d'égal à égal, loyalement.
Au-delà du nihilisme, Nietzsche aspirait à la reconstruction de nouvelles valeurs, à la victoire sur l'hiver. Il se sentait porteur d'une tâche qui concerne le futur. Comment un homme, dressé entre l'hier et le demain, prend-il sur lui tout le fardeau de l'humanité afin de l'en délivrer et lui ouvrir les portes du futur ? Le travail intellectuel assidu et la solitude du penseur sont nécessaires. "Une expérience tirée des sept solitudes".
 Un siècle après, les écrits de Nietzsche continuent de nous ébranler, de nous féconder, de nous fournir les outils d'une démystification, de nous désigner les aurores à venir. Il chante le "gai savoir" et la danse des apparences comme art suprême. Et avec quel style ! Ses aphorismes nous parlent et nous touchent, donnent des éléments de base de réflexion et laissent le champ libre à notre créativité pour la conclusion, qui est seulement suggérée. Du grand art !
Qu'importe sa maladie ! Il la surmonte. Ce poète-philosophe survole la maladie d'un monde dont il est l'un des premiers à dénoncer la décomposition. Il ne ménage rien ni personne, critique tout et se refuse à toute idéologie; mais c'est pour mieux aborder l'avenir, pour venir nous enseigner le «surhumain», car "le surhumain, c'est l'avenir du genre humain". Voilà pourquoi tout a changé depuis !

Michel ARDOUIN

www.zara2000.org "Bonne nouvelle à l'élite des élus" ! Un site plein d'infos pour mieux comprendre Nietzsche et sa "guerre" contre le christianisme ; et aussi des pages qui donnent à réfléchir.

 

 



Francité

    Mailing list

Pour recevoir la lettre d'information  d'alalettre

 Rentrée 2001


rentree4.gif (106963 bytes)

C'est la rentrée. Plus de 575 romans et essais chez vos libraires. alalettre vous présente une vingtaine de romans. Injuste, forcément injuste.

Rechercher

Web Francophone
Web mondial


Rechercher