Auteurs français contemporains

AuteurNé(e)Description
Abecassis Eliette1969Eliette Abecassis est née en 1969 à Strasbourg. Elle a 30 ans, est normalienne et agrégée de philosophie.
Elle est l’auteur de deux romans : Qumran (1996), L’or et la cendre (1997),   La Répudiée (2000) et Mon père (2002)
Elle a également publié un essai : Petite Métaphysique du meurtre (P.U.F., 1998).
En 2013, elle publie Le Palimpseste d’Archimède

Adam Olivier1974Olivier Adam est né près de Paris en 1974. Il suit des études de gestion d’entreprises culturelles puis, après un « trou noir » de quelques années où il commence à écrire, il participe en 1999 à la création du festival littéraire « Les correspondances de Manosque ».
En 2000, Olivier Adam publie aux éditions du Dilettante son premier roman, « Je vais bien ne t’en fais pas ».
Il signe ensuite avec les éditions de l’Olivier où il publie « A l’Ouest « (2001), « Poids léger » (2002), « Passer l’hiver » (recueil de nouvelles, Prix Goncourt de la Nouvelle 2004 et Prix des Éditeurs 2004), « Falaises » (2005, sélectionné dans 13 prix littéraires sans obtenir aucune récompense) et « À l’abri de rien » (2007, prix France Télévisions ). Entre-temps, en 2003, il devient directeur de collection aux éditions du Rouergue.
Parallèlement, Olivier Adam écrit aussi plusieurs ouvrages pour la jeunesse, publiés pour la plupart à l’École des Loisirs: « On ira voir la mer » (2002), « La Messe Anniversaire » (2003), « Sous la pluie » (2004), « Douanes » (2004, éditions Page à page) « Comme les doigts de la main » (2005) et « Le jour où j’ai cassé le château de Chambord » (2005). Il publie par ailleurs régulièrement des textes courts dans les revues littéraires et anime des ateliers d’écriture en milieu scolaire.
Il a également participé à plusieurs adaptations de ses romans : « Je vais bien, ne t’en fais pas » de Philippe Lioret en 2006, « Poids léger » en 2004 et le téléfilm « Maman est folle » en 2007, tous deux réalisés par Jean-Pierre Améris, et « Des vents contraires », de Jalil Lespert, en 2011.
Il fait partie en 2007 de la dernière sélection du Prix Goncourt pour « À l’abri de rien », et, en 2010, pour « Le Cœur régulier », de la deuxième sélection du Prix Goncourt.
Il est nommé chevalier des arts et des lettres en 2013.
En janvier 2014, une cinquième adaptation de son œuvre est portée à l’écran, à laquelle il n’a pas participé, le long métrage « Passer l’hiver », réalisé par Aurélia Barbet, tiré de la nouvelle « Nouvel An », issue du recueil Passer l’hiver publié 10 ans plus tôt.
Source : https://mediatheque.sainthilairederiez.fr/
Adler Laure1950Laure Adler, journaliste, historienne de formation, est née à Caen en 1950. Elle est actuellement directrice de France Culture. Elle a obtenu le prix Femina de l’essai pour la biographie qu’elle a consacrée à Marguerite Duras ( NRF Biographies, Gallimard, 1998).
Elle a publié A ce soir (Gallimard, 2001)
Amette Jacques-Pierre1943Jacques Pierre Amette est né en 1943.
Il est notamment l’auteur de : les Deux Léopards (1997), l’Homme du silence (1999)
Ancion Nicolas1971Nicolas Ancion est né à Liège (Belgique) en 1971. Il habite aujourd’hui Madrid (Espagne), où il a environ trente ans.

Élevé dans un théâtre de marionnettes (celui de ses parents), il poursuit depuis 1995, à travers ses romans, sa poésie et ses textes de théâtre, la construction d’un univers où la dissection implacable du monde rejoint l’exploration débridée de l’imaginaire et des émotions.
Quatrième étage, son dernier roman a reçu le « Prix des Lycéens » en 2001, en même temps que le « Prix du roman le plus émouvant ».
Depuis plusieurs années, Nicolas Ancion travaille également l’écriture en ligne, notamment en publiant des feuilletons hebdomadaires.
Bibliographie succincte
Ciel bleu trop bleu, roman, Éditions de l’Hèbe, 1995
Ces chers vieux monstres, poésie, Unimuse, 1997
Le cahier gonflable, roman, Éditions de l’Hèbe, 1997
Écrivain cherche place concierge, roman, Éditions Luc Pire, 1998
Trente-neuf doigts et quatre oreilles, poésie, Les éperonneirs, 1998
Quatrième étage, roman, Éditions Luc Pire, 2000
Les ours n’ont pas de problème de parking, nouvelles, Le Grand Miroir, 2001
Andrea Jean-Baptiste1971 Jean-Baptiste Andrea, né en 1971 à Saint-Germain-en-Laye, est un écrivain, scénariste et réalisateur français.
Jean-Baptiste Andrea grandit à Cannes, où il est élève de l’Institut Stanislas et fait ses premières expériences de scène, d’écriture et de réalisation.
Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’ESCP.
Il écrit ses premiers films en anglais et reçoit plusieurs prix pour son film Dead End réalisé avec Fabrice Canepa.
Son premier roman, Ma reine, reçoit entre autres le prix Femina des lycéens, le prix du premier roman, le prix Alain-Fournier, le prix de la Fondation Jacqueline de Romilly.
Son troisième roman, Des diables et des saints (éditions de l’Iconoclaste), reçoit en mars 2021 le Grand prix RTL-Lire, et en mai 2021 le prix Ouest-France/Étonnants Voyageurs.
Veiller sur elle, paru aux éditions L’Iconoclaste en 2023, est son quatrième roman aobtenu le Prix Goncourt 2023 .
Source : Aux Vents des Mots
Angot Christine1959Christine Angot est née le 7 février 1959 à Châteauroux et y a passé toute son enfance jusqu’en 1973.
Elle commence à écrire en 1983 et décide de se consacrer exclusivement à l’écriture en 1985.
Elle publie Vu du ciel, en 1990, chez L’Arpenteur/Gallimard, puis Not to be et Léonore, toujours.
Ses derniers romans sont : Interview (1995), Les autres (1997), L’usage de la vie (1998) et Sujet Angot (1998), L’inceste (1999), Quitter la Ville (2000).
Le site d’Eva Domenighini sur Christine Angot 
Apperry Yann1972Yann Apperry est né en 1972. Il est de nationalité française et américaine. Il vit entre Paris et Rome. Il fut pensionnaire à la villa Médicis et Lauréat de la Fondation Hachette en 1997 pour son premier roman Qui vive.
Il a également écrit pour le théâtre : Jour de rien (théâtre du Gymnase), pièce qui a reçu le prix de la Fondation Beaumarchais.
En 1999, il a publié Paradoxe du ciel nocturne .
Il est aussi l’auteur de: Les sentimentales funérailles et Revenant , pièces musicales pour France Culture, en 2000.
Il a reçu en 2000 le prix Médicis pour son roman Diabolus in musica.
Arsand Daniel1950Daniel Arsand est né le 9 juillet 1950 en Avignon; il passe son enfance à Roanne.
En 1979, il crée une maison d’édition : les Editions de la Sphère. Brève expérience qui lui permet toutefois de réimprimer Consuelo de George Sand et de publier L’Obscur, la traduction française d’un roman de John Mc Gahern.
Son premier roman, La Province des ténèbres (Phébus, 1998), a été couronné par le prix Femina du Premier Roman.
Il a publié début 2001 son deuxième roman : En silence. L’histoire se déroule dans la Loire au début des années 1900. « Au passé simple et à l’imparfait, Daniel Arsand peint une famille transplantée de la campagne à la ville. »
Assouline Pierre1953Pierre Assouline est né en 1953 à Casablanca au Maroc. Il est journaliste, il est maintenant directeur de la rédaction du mensuel littéraire Lire et chroniqueur à RTL.
Il est l’auteur des biographies, entretiens et romans suivants :
Lourdes, Histoires d’eau, 1980.
Monsieur Dassault, biographie, 1983.
Gaston Gallimard, biographie, 1984.
L’épuration des intellectuels, 1985.
Une éminence grise, Jean Jardin, biographie, 1986.
L’homme de l’Art, D.H. Kahnweiler, biographie, 1987.
Le flâneur de la rive gauche, entretiens avec Antoine Blondin, 1988.
Albert Londres, vie et mort d’un grand reporter, biographie, 1989.
Singulièrement libre, entretiens avec Raoul Girardet, 1990.
Simenon, biographie, 1992.
Germinal, l’aventure d’un film, 1993
Hergé, biographie, 1996.
Le dernier des Camondo, biographie, 1997.
Le fleuve Combelle, récit, 1997.
La cliente, roman, 1998.
Attali Jacques1943Jacques Attali est né en Algérie en 1943.
Il est sorti major de l’Ecole polytechnique (1963) et Ingénieur au Corps des Mines. Il est également diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et Docteur es sciences économiques. A sa sortie de l’ENA, Jacques Attali devient auditeur au Conseil d’Etat.
Enseignant à Polytechnique et à l’Ecole du Génie rural, directeur d’études à l’Université de Paris IX (Dauphine), il est Conseiller d’Etat depuis 1989.
Il a été pendant dix ans (1981-1991) conseiller du président François Mitterrand, puis Premier Président de la B.E.R.D.
Il publie son premier livre , une Analyse économique de la vie politique en 1973, puis les modèles politiques en 1974. Il connaît son premier succès de librairie avec L’anti-économique (écrit avec Marc Guillaume, 1975).
Puis il publie La parole et l’outil (1976), Bruits (1977), La nouvelle économie française (1978), L’ordre cannibale (1979), Les trois mondes (1981), Histoire du temps (1982), La figure de Fraser (1984), Un homme d’influence (1985), Au propre et au figuré (1988), Lignes d’horizon (1990), 1492 (1991), Europe (s) (1994), Economie de l’apocalypse (1995).
Jacques Attali est également l’auteur de plusieurs romans : Le premier jour après moi (1990) , Il viendra (1994), Au-delà de nulle part.
Il est également l’auteur d’une pièce avec Gérard Depardieu dans le rôle de Charles Quint (Les Portes du ciel). Il s’est également essayé avec succès à la biographie dans Un homme d’influence, consacré au banquier G. Warburg
Dans l’exceptionnelle diversité de la production de ce penseur et auteur à succès se détachent les trois tomes de Verbatim (parus entre 1991 et 1995), qui constituent une source unique pour la recherche en science politique.
Il vient de publier une biographie de Blaise Pascal : Pascal ou le génie français
Le site officiel de jacques Attali 
Audouard Antoine1956Antoine Audouard est né en 1956. Il est le fils du journaliste et écrivain Yvan Audouard. Il a été pendant six ans directeur général des Editions Laffont-Fixot. Il se consacre désormais à l’écriture.
Il est l’auteur de : Marie en quelques mots (1977), Le Voyage au Liban (1979), Abeilles, vous avez changé de maître (1981), Adieu, mon unique (2000)
Audouard Yvan1914Yvan Audouard est né en 1914. Journaliste, auteur et dialoguiste , il a publié : Liqueurs fortes (1971), Le dernier des camarguais (1971), Sarah des sables (1972), Lettre ouverte aux cons (1974), Il se fait tard pour faire la fête (1976), Un Homme à nous (1982), La Clémence d’Auguste (1985), Les contes de ma Provence (1986), Les nouveaux contes de ma Provence (1987) …
Avril Nicole1939Nicole Avril est née le 15 août 1939 à Rambouillet. Elle est l’auteur de : Les gens de Misar (Prix des Quatre-Jurys), le Jardin des absents, La disgrâce , Sur la peau du diable, Dans les jardins de mon père (autobiographie), L’impératrice , Une personne déplacée.
Bachi Salim1979Salim Bachi est né en 1971 en Algérie. Il vit en France depuis 1997 où il prépare une thèse sur la souffrance et la mort chez Malraux. Le chien d’Ulysse est son premier roman.
Le chien d’Ulysse conte l’errance d’un jeune homme de 20 ans dans les rues de Cyrtha, ville rêvée, ville imaginaire. C’est l’histoire d’un voyage impossible : fuir Cyrtha. « Cyrtha, elle, cherchait à maintenir la confusion, agissant comme le soleil sur un homme perdu au milieu du désert. Je désirais de toutes mes forces échapper à la ville dont, par moments, je devenais l’amant obscur, au consentement différé ».
Salim Bachi a reçu, en mai 2001, la Bourse à un Jeune Écrivain. Elle lui a été remise, à l’occasion des cinquante ans du Prix Littéraire de la Fondation « Prince Pierre de Monaco ».
Azzedine Safia1980Saphia Azzeddine, née à Agadir en 1980, d’une mère mi-normande mi-marocaine et d’un père marocain, tous deux couturiers, est un écrivain français d’origine marocaine. Elle est auteur de romans et de scénarios.
Saphia Azzeddine a vécu son enfance, d’abord à Agadir, puis à partir de ses neuf ans, en France, à Ferney-Voltaire (Ain) près de Genève (Suisse).
Après un bac littéraire puis une licence de sociologie, et une année sabbatique à Houston, aux États-Unis, elle a tout d’abord travaillé comme assistante diamantaire à Genève, puis est devenue journaliste, scénariste et écrivain.
Elle a publié de nombreux romans à succès, comme Confidences à Allah (Léo Scheer, 2008) ou Bilqiss (Stock, 2015), et adapté à l’écran son livre Mon père est femme de ménage.
Source : https://booknode.com/
Badinter Elisabeth1944Elisabeth Badinter est née le 5 mars 1944. Elle est agrégée de philosophie et maître de Conférence à l’Ecole Polytechnique.
Elle est mariée à Robert Badinter et mère de trois enfants.
Ses principaux ouvrages :
1986 L’un est l’autre : des relations entre hommes et femmes
1988 Condorcet : un intellectuel en politique, Fayard, en collaboration avec Robert Badinter.
1992 XY : de l’identité masculine
Elisabeth Badinter sur le site de l’éditeur P.O.L
Barbery Muriel1969Muriel Barbery est née en 1969 à Casablanca (Maroc). Elle est normalienne et agrégée de philosophie. Passionnée de culture nippone, elle a vécu à Kyôto. Elle écrit avec du thé vert et des chats.
Elle est l’auteure de six romans dont Une gourmandise, La Vie des elfes et L’élégance du hérisson (traduit dans plus de quarante pays et vendu à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde) publiés aux éditions Gallimard et, récemment, Une rose seule et Une heure de ferveur publiés aux éditions Actes Sud.
Source : Parenthèses
Bataille Michel1926Michel Bataille est né à Paris en 1926. Il est  issu d’une famille auvergnate.
Il réalise des études d’architecture à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
En 1947, il obtient le Prix Stendhal pour son premier roman Patrick. En 1950, il donne avec La Marche du soleil le récit d’un voyage difficile en Afrique et de nouvelles découvertes en égyptologie, puis cesse d’écrire.
Au bout de treize ans, il abandonne son métier d’architecte et publie successivement : Cinq Jours d’automne (1963), adapté pour la télévision; Le Feu du ciel (1964); Une Pyramide sur la mer qui obtient le Prix des Deux Magots (1965); La Ville des fous (1966). En 1967, il écrit un essai sur Gilles de Rais et se voit décerner la Plume d’or du Figaro littéraire pour L’Arbre de Noël, grand succès de librairie puis de cinéma.
On lui doit également Une Colère blanche (1969), un recueil de poèmes Le Cri dans le mur (Prix Jean Cocteau 1970), Les Jours meilleurs (1973) et Cendres sur la mer (1975).
Baudrillard Jean1929Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims. Après des études de littérature allemande, il traduit les oeuvres de Karl Marx, et enseigne l’allemand de 1958 à 1966. Puis il sera maître assistant et maître de conférence en sociologie à l’université de Paris-X Nanterre de 1966 à 1986, où il termine sa thèse de 3e cycle sur le Système des objets qu’il publie aux éditions Gallimard en 1968 — ouvrage qui connaît un grand retentissement.
Il rejoint la direction scientifique de l’IRIS (Institut de recherche et d’information socio-économique à l’Université de Paris-IX Dauphine), en 1986 où il reste jusqu’en 1990.
Il a enseigné et donne toujours de nombreuses conférences à l’étranger. Il se consacre aujourd’hui à l’écriture (essais philosophiques, sociologie contemporaine, critiques d’art, chroniques à Libération…) et à la photographie.
Il a publié, entre autres, La Société de consommation, La Transparence du mal, De la séduction, Crime parfait, Mots de passe, Complot de l`Art, Le Système des objets, Le Paroxyste indifférent (entretiens avec Philippe Petit), L`échange impossible, Cool Memories IV :1995-2000.
Beck Béatrix1914Béatrix Beck est née en Suisse en 1914. Elle a reçu le Prix Goncourt en 1952 pour Léon Morin, prêtre.
Ses nouvelles ont étés rassemblées dans Guidée par le Songe (Grasset, 1998). Elle a publié en 2000 : La Petite Italie .
Elle est l’auteur de :
1948 Barny
1951 Une mort irrégulière
1952 Léon Morin, prêtre
1953 Contes à l’enfant né coiffé
1954 Des accommodements avec le ciel
1963 Le Muet
1967 Cou coupé, court toujours
1977 L’épouvante, L’émerveillement
1978 Noli
1979 La Décharge
1980 Devancer la nuit
1981 Josée dite Nancy
1983 Don Juan des Forêts
1984 L’Enfant-Chat
1998 Guidée par le Songe
2000 La Petite Italie
Beigbeder Frédéric1965Frédéric Beigbeder né le 21 septembre 1965 à Neuilly-sur-Seine. Il est l’auteur, chez Grasset, de deux romans, Vacances dans le coma (1994) et L’Amour dure trois ans (1997), et d’un recueil de nouvelles chez Gallimard, Nouvelles sous ecstasy (1999).
Il est critique à Rive droite, Rive gauche sur Paris-Première, au Masque et la Plume sur France Inter, et dans le magazine Voici.
Il a publié en septembre 2000 : 99 francs.
Belletto René1945René Belletto est né le 11 septembre 1945 à Lyon
Il est d’origine espagnole et italo-française.
Il fait ses études de Lettres au lycée du Parc à Lyon.
Journaliste à Lyon-Poche (critiques de films) sous le nom de François Labret entre 1976 et 1982 environ.
René Belletto habite Paris depuis 1978.
Il est notamment l’auteur de :
1976 Les Traîtres mots ou Sept aventures de Thomas Nylkan
1978 Livre d’histoire
1980 Film noir
1981 Le Revenant, Prix de l’été VSD-Radio Monte-Carlo.
1982 Sur la terre comme au ciel. Grand prix de littérature policière 1983. Adapté au cinéma : Péril en la demeure de Michel Deville.
1986 L’Enfer, Prix du livre Inter 1986, Gutenberg du meilleur suspense 1986, Prix Fémina 1986. 1990 La Machine . Adapté au cinéma : La Machine de François Dupeyron.
1996 Régis Mille l’éventreur
René Belletto sur le site de l’éditeur P.O.L
Ben Jelloun Tahar1944Tahar Ben Jelloun est né en 1944 à Fès.
Il Etudie la philosophie à l’université de Rabat, puis il est Professeur à Tétouan et à Casablanca.
Il part pour la France en 1971 où il suit des cours de psychologie sociale. Il exerce ensuite comme psychothérapeute.
Il a publié Harrouda, La plus haute des solitudes, Moha le fou, Moha le sage, L’Ecrivain public, L’Enfant de sable, La Prière de l’absent, La Nuit sacrée (Prix Goncourt 1987), Jour de Silence à Tanger, Le racisme expliqué à ma fille.
Il a également publié des recueils de nouvelles : Le premier amour est toujours le dernier, L’Auberge des pauvres
Grand prix littéraire de la Fondation Noureddine Aba en 1994 pour l’ensemble de son œuvre.
Prix Méditerranée en 1994 pour L’Homme rompu.
Benacquista Tonino1961Tonino Benacquista est né en 1961 en région parisienne. Il a abandonné ses études de cinéma pour exercer de nombreux petits boulots, dont accompagnateur de nuit aux wagons-lits, accrocheur d’œuvres d’art dans une galerie d’art contemporain ou parasite mondain… Depuis 1985, il a publié Trois carrés rouges sur fond noir, Les morsures de l’aube, La maldonne des sleepings, La commedia des ratés et Saga.
Saga a reçu le grand prix des lectrices de Elle en 1998.
Berger Yves1934Yves Berger est né en Avignon en 1934.
Il suit des études secondaires au lycée Frédéric Mistral d’Avignon, puis effectue ses études supérieures à Montpellier et à Paris. Il enseigne ensuite aux lycées Pasteur de Neuilly et Lakanal à Sceaux. Il entre, en 1960, aux Editions Bernard Grasset, dont il est aujourd’hui le directeur littéraire.
 Yves Berger a reçu le Prix Fémina pour Le Sud (1962) et le Prix Médicis pour Immobile dans le courant du fleuve (1994).
Depuis son enfance, Yves Berger est fasciné par les minorités nord-américaines. Il a permis la révélation, en France, de la Québécoise Marie-Claire Blais et de l’Acadienne Antonine Maillet, qu’il a préfacées.
Il a également préfacé Enterre mon cœur à Wounded Knee, de Dee Brown , Peau-Rouge, du Sioux Vine Deloria, le Voyage en terre indienne de T.C. McLuhan et, en 1993, La Maison de l’Aube de l’Indien Kiowa Scott Momaday.
Yves Berger est également l’auteur de le Fou d’Amérique, les Matins du nouveau monde, La Pierre et le Saguaro (1990) et l’Attrapeur d’Ombres (1992), Santa-Fé, et le Monde après la pluie (1997).
Bernfeld Karine1976Karin Bernfeld est née en 1976 à Lyon. Elle écrit depuis son enfance.
Après avoir pratiqué la danse, elle s’inscrit dans un cours de théâtre à douze ans pour devenir comédienne.
Journal intime, recueil de poèmes, premier roman à quatorze ans (jamais publié).
Elle déménage à Paris, poursuit assidûment le théâtre, passe son bac brillamment. Elle s’inscrit à la fac pour pouvoir continuer à prendre des cours de théâtre et elle fait des petits boulots.
A dix-neuf ans, elle écrit un deuxième roman qui intéresse de nombreux éditeurs ; malgré des contacts, des rendez-vous, après deux ans de démarches, aucun ne l’a sorti.
Elle écrit  Apologie de la passivité à vingt-et-un ans. On la voit à la télé, dans les journaux… Elle obtient un prix littéraire attribués par des lycéens.
Alice au pays des femelles, le roman maudit, sort un an et demi plus tard.
Elle a écrit un court texte pour la scène et deux scenarii de courts-métrages. Elle poursuit ses études de lettres à l’Université et son travail de comédienne.
L’année de ses vingt-quatre ans elle a achevé un récit autobiographique sur l’histoire de sa famille. Et a toujours plusieurs projets ‘sur le feu’.
Le site personnel de Karine Bernfeld
Berthier  Pierre-Valentin 1911Pierre-Valentin  Berthier  est né le 18 septembre 1911 à Issoudun. Il passe deux  ans et demi à l’  » école primaire supérieure  » avant d’en être chassé pour  indiscipline.  Pendant  une  décennie,  il exerce le métier d’artisan mégissier  dans  l’atelier  de  ses  parents.  En 1932,  il est arrêté pour insoumission. Malade, il est relâché peu après. 
Le  pacifisme  est  alors  et  restera toute sa vie son principal cheval de bataille. D’abord antimilitariste et ensuite anarchiste, quoiqu’il apprécie très  peu  les étiquettes, quelles qu’elles soient. Et déjà, il participe à un  certain  nombre  de  feuilles  pacifistes  et  libertaires  : La Patrie Humaine,  journal  dirigé par Victor Méric, La Clameur,  » organe mensuel de l’Union des Intellectuels pacifistes « 1, Le Contre Poison,  » organe mensuel d’éducation  sociale.  Pour  la  Paix  » ou La Conquête du Pain, dirigée par Bidault.
 En 1936 c’est une autre presse qui lui permet de gagner sa vie : il devient le  correspondant  local du Journal du département de l’Indre qui deviendra Le  Département  sous  l’Occupation  puis  La  Marseillaise  du  Berry à la Libération.  Après  avoir été 15 ans journaliste à Issoudun, P.-V. Berthier perd  sa  place  lorsque  le  journal accentue son obédience communiste. En 1951,  il  rejoint  alors  la  capitale  où  il  sera  correcteur  dans des imprimeries, des maisons d’édition comme Amiot-Dumont et des journaux comme le  Monde,  où  il  prend  sa retraite en 1976. En parallèle, il continue à apporter  sa  contribution  à  la  presse  anarchiste. Avec Charles-Auguste Bontemps,  il est l’un des plus proches collaborateurs de Louis Lecoin avec Défense  de  l’Homme.  Puis  il  écrira dans Liberté. Il écrit également au Monde  Libertaire  dès  1954. Il réalise de longues chroniques pour L’Union pacifiste  qui  prône le désarmement unilatéral à titre exemplaire. On peut aussi noter ses participations au Libertaire qui parait au Havre.
 Outre celui de la presse, Berthier appartient au monde de la littérature, dans lequel il est entré par le biais de la poésie.  » La littérature n’a pas intrinsèquement de vocation sociale, mais il y a des oeuvres littéraires qui influent sur la société « . Après quelques nouvelles, ses premiers romans paraissent dans les années 1950. En 1957, L’enfant des ombres est, selon Thierry Maricourt, le roman  » dans lequel se révèle le talent de son auteur « . Dans ce plaidoyer contre la guerre, on voit apparaître un personnage par lequel va se faire l’introduction d’idées libertaires : Planchette, évocation de Fernand Planche, à qui Pierre-Valentin Berthier a emprunté quelques souvenirs et événements. Deux ans plus tard, l’auteur expose ses conceptions économiques dans un roman intitulé On a tué M. Système. Outre les romans, il s’intéresse à la langue française, à laquelle il consacrera une dizaine d’ouvrages, en majeure partie réalisés avec Jean-Pierre Colignon, correcteur au Monde, qui voit en lui  » un ouvrier du verbe instruit sur le  » tas « , pour qui le langage est un matériau noble, comme le bois, le fer ou l’or  » Pierre-Valentin Berthier est également l’auteur de quelques essais : une biographie de Gaston Couté, parue en 1958 et rééditée en 1980, un essai sur la famille et un sur la  » laïcité égarée  » parus tous deux en 1995. Aujourd’hui, P.-V. Berthier a 92 ans. Il vit à Paris. Un dernier livre sur la Seconde Guerre mondiale est paru en 2003, La cité dans le tunnel.
Berton Benjamin1920Benjamin Berton est né à Valenciennes. Après avoir décrit, dans Sauvageons (Prix Goncourt du premier roman, Prix littéraire de le Vocation), la vie des adolescents dans les cités du nord de la France, il publie en 2001 Classe Affaires.
Besson Philippe1967Philippe Besson, né en 1967, est un écrivain, dramaturge et scénariste français.
Ce n’est qu’en 1999 qu’il se lance dans l’écriture de son premier roman, En l’absence des hommes qui paraît en 2001 chez Julliard et qui reçoit le prix Emmanuel-Roblès. La même année est publié Son frère, retenu pour la sélection du Fémina. En janvier 2002, le cinéaste Patrice Chéreau lui propose d’adapter le livre au cinéma. Le film reçoit en février 2003 l’Ours d’argent au festival de Berlin. Les succès s’enchaînent : L’arrière-Saison (2002) reçoit le Grand Prix RTL-Lire en 2003, année de parution de Un garçon d’Italie sélectionné pour le Prix Goncourt et le Médicis.
Il écrit ensuite pratiquement un roman par an, avec pour thème récurrent la mort ou l’absence d’un être aimé, comme dans L’enfant d’Octobre (2006), Retour parmi les Hommes (2011) ou Une bonne raison de se tuer (2012), mais aussi des scénarios pour la télévision.
En 2017, il publie Arrête avec tes mensonges, premier volet autobiographique et vendu à plus de 120 000 exemplaires, couronné par le Prix des Maisons de la Presse et Un personnage de roman, portrait intime d’Emmanuel Macron, alors engagé dans la campagne présidentielle. Il revient à l’autofiction en 2019 avec Un certain Paul Darrigrand puis Dîner à Montréal.
En 2023, il publie Ceci n’est pas un fait divers.
Source : Fnac.com
Besson Patrick1956Patrick Besson est né en 1956.
Il fait une entrée fracassante dans la vie littéraire en publiant à 17 ans son premier roman : Les petits maux d’amour.
Il a publié La Paresseuse, La Statue du commandeur, Julius et Isaac.
Il est également l’auteur de Lettre à un ami perdu (prix Del Duca), Dara (Grand Prix de l’Académie française), Les Braban (Prix Renaudot 1995).
Bianciotti Hector1920Hector Bianciotti est né le 18 mars 1930 de parents piémontais, dans cette région de l’Argentine que les écrivains appellent la Pampa.
Il quitte l’Argentine en 1955, vit à Rome et y connaît la faim . Il passe quatre ans en Espagne, avant d’arriver à Paris, en février 1961. Un an plus tard, il commence à rédiger des rapports de lecture pour les éditions Gallimard. En 1969, à la demande de Maurice Nadeau, son premier éditeur, il publie un article dans La Quinzaine littéraire.
Il devient assistant à la mise en scène d’opéras.
Au bout d’une quinzaine d’années et de nombreux articles, il se met à rêver en français.
Il a publié Le Traité des Saisons (le prix Médicis étranger, en 1977), Seules les larmes seront comptées, Ce que la nuit raconte au jour, Le pas si lent de l’amour, Comme la trace de l’oiseau dans l’air, L’Amour n’est pas aimé ( prix du Meilleur livre étranger, en 1983)
Il est naturalisé français en 1981
En 1985, Sans la miséricorde du Christ, son premier roman français, reçoit le prix Femina.
Le prix Prince Pierre de Monaco lui est décerné, en 1993, pour l’ensemble de son œuvre, et, en 1994, il reçoit le Prix de la langue de France.
Il a été élu à l’Académie française, le 18 janvier 1996, au fauteuil d’André Frossard (2e fauteuil).
Hector Bianciotti sur le site de l’académie française
Billetdoux Raphaëlle1951Raphaëlle Billetdoux est née en 1951. Elle est la fille de François Billetdoux.
Raphaëlle Billetdoux est notamment l’auteur de Prends garde à la douceur des choses (1976), Mes nuits sont plus belles que vos jours (Prix Renaudot 1985), Entrez et fermez la porte (1991), Mélanie dans un vent terrible (1994), Chère madame ma fille cadette (1997).
Blondel Jean Philippe1964Jean-Philippe Blondel est né à Troyes, dans l’Aube en 1964. Il enseigne l’anglais au lycée Edouard Herriot, à Sainte-Savine. Depuis 2003, il a publié une trentaine de livres en littérature générale et en littérature pour adolescents. Ses romans sont traduits dans une douzaine de langues. Avec Café sans filtre (2023), il publie pour la première fois à L’Iconoclaste.
Source : Amazon
Bon François1953François Bon est né en 1953 à Luçon, en Vendée.
Il suit des études d’ingénieur (Arts et Métiers), puis travaille dans l’industrie aérospatiale et nucléaire, en France et à l’étranger (Moscou, Prague, Bombay, Göteborg …).
Il anime ensuite des ateliers de lecture dans des centres de jeunes détenus, et des ateliers d’initiation littéraire pour les adolescents de Montpellier.
Il publie en 1982 Sortie d’usine (aux éditions de Minuit ) qui lui vaut une certaine notoriété. Il se consacre dès lors à la littérature.
François Bon est également l’auteur de C’était toute une vie, Parking, Voleurs de feu, les vies singulières des poètes, 30, rue de la Poste, Autoroute.
Ses livres sont traduits en allemand, danois, suédois, chinois, néerlandais et anglais.
Il anime www.remue.net , un site consacré à la littérature, au théâtre, et aux ateliers d’écriture
Bona Dominique1953Dominique Bona est née le 29 juillet 1953 à Perpignan. Elle poursuit des études littéraires, et présente, en maîtrise, un mémoire sur les fées et les sorcières dans la littérature des douzième et treizième siècle.
Dominique Bona est agrégée de lettres modernes en 1975. Elle est journaliste à France-Culture et à France Inter (1976-1980), puis devient critique littéraire au Quotidien de Paris (1980-1985) et au Figaro en 1985.
Romancière et biographe, Dominique Bona est notamment l’auteur de : Les Yeux noirs ou les vies extraordinaires des sœurs Heredia (1989), Malika (prix Interallié, 1992), Gala (1994) et Stefan Zweig, l’ami blessé (1996, chez Plon).
Elle obtient le Prix Renaudot 1998 pour Le manuscrit de Port-Ebene etpublie en septembre 2000 Berthe Morisot (Grasset).
Bonnefoy Yves1923Yves Bonnefoy est né à Tours en 1923 .
Après un Baccalauréats de mathématiques et de philosophie, en 1940, il entre en classe de mathématiques supérieures au lycée Descartes de Tours. En 1943, il abandonne la préparation aux grandes écoles. Il part pour Paris dans l’intention de se consacrer à la poésie et sous le prétexte de la préparation d’une Licence de mathématiques à la Sorbonne. Yves Bonnefoy se lie alors aux peintres et aux écrivains surréalistes : Amitiés avec Edouard Jaguer, Iaroslav Serpan, Yves Battistini, Jean Brun. Il rencontre également André Breton.
Il voyage en Italie. On retrouvera plusieurs années après, dans plusieurs livres, son émerveillement pour certains paysages méditerranéens et quelques œuvres d’art : l’art du Quattrocento, le baroque, Rubens, Giacometti.
En 1959 Hier régnant désert obtient le Prix de la Nouvelle Vague décerné par L’Express.
Yves Bonnefoy a publié des recueils de poésie : Du mouvement et de l’immobilité de Douve , 1953 ; Hier régnant désert , 1958 ; Pierre écrite , 1965 ; Dans le leurre du seuil , 1975 ; Début et fin de la neige , 1991.
Les récits en prose de Bonnefoy (Rue Traversière , 1977 ; Récits en rêve , 1987), dont sont souvent issus ses poèmes, manifestent la même volonté de saisir les sens multiples et l’ambiguïté des mots, comme une chance d’atteindre  » cette blancheur qui dissout déjà la syntaxe qui le désire  » (Un rêve fait à Mantoue , 1967).
Professeur au Collège de France de 1981 à 1993, traducteur de Shakespeare et de Yeats, Yves Bonnefoy a également publié des essais : L’Arrière-Pays , 1972 ; La Vérité de parole , 1988 ; Dessin, couleur et lumière, (1995) .
La biographie d’Yves Bonnefoy sur sur le site de Toute la Poésie
Botti Laurent1968Laurent Botti, né en 1968, a passé son enfance en France, son pays natal, et au Maroc, où vit son grand-père peintre, poursuivant des études de droit, puis de journalisme.
Après de nombreux travaux dans la presse et l’édition, ce grand amateur de cinéma et de littérature américaine – Stephen King, Tom Wolfe, Steinbeck…, décide de se lancer à son tour dans l’écriture avec un premier roman : Pleine Brume, qui paraît en 1998 et rencontre déjà un bel accueil en librairie.
Trois ans plus tard, délaissant l’atmosphère gothique de ce premier livre pour une ambiance beaucoup plus contemporaine, il publie son second thriller en 2001 : La Nuit du Verseau, qui confirme largement – plus de 300 000 exemplaires vendus –, son succès auprès du public.
En 2005, avec Fatale Lumière, Laurent Botti démontre une fois de plus l’originalité de son talent et continue de bâtir une œuvre dense et exigeante.
En 2007, Laurent Botti revient avec un thriller original et surprenant, à l’atmosphère Kingienne, Un jour, des choses terribles…..
Boudard  Alphonse1925Alphonse Boudard est né le 17 décembre 1925 à Paris, d’un père inconnu. Il est élevé jusqu’à l’âge de sept ans chez des paysans du Loiret, Blanche et Auguste.
« Un jour, on lui dit qu’une femme est venue de Paris pour le voir. C’est sa mère, qui s’est échappée d’une maison close. Elle a dix-sept ans. Trente ans plus tard, il assiste à son enterrement menottes aux poignets…
Alphonse Boudard fait ses études à l’école communale de l’avenue de Choisy et de la rue du Moulin-des-Prés, dans le 13e arrondissement de Paris. À quinze ans, il entre dans une fonderie parisienne. Il est apprenti typographe durant une partie de l’Occupation, puis il rejoint la Résistance en 1943, dans le réseau Navarre, puis les commandos de la 1re Armée française :  » C’était le grand bonheur. J’avais dix-neuf ans. Il faisait beau. J’avais une mitraillette. « . Il participe à la libération de Paris et reçoit la croix de guerre.  » Après la victoire, il a cru que le western continuait « , commente son ami, Louis Nucera. En effet, après avoir multiplié les petits boulots, il dérape, traverse une  » période difficile  » entre prisons et sanatoriums. Il tombe pour trafic de fausse monnaie et cambriolages de coffres-forts, fait deux séjours en prison de 1947 à 1949 et de 1957 à 1961. La littérature le sauve et il écrit des livres sur les petites gens, sans argent, sans travail, sans famille.  » La plume, en argot, on appelle ça une pince-monseigneur… J’étais pas dépaysé. «  ».
 Il est l’auteur d’une trentaine de romans et  de scénarios pour le cinéma et la télévision.
 Il est mort à Nice en 2000
 Romans :
 La métamorphose des cloportes (1962)
 La cerise (1963), prix Sainte-Beuve
 L’Hôpital  (1972)
 Cinoche (1974)
 Les combattants du petit bonheur (1977), prix Renaudot
 Le corbillard de Jules (1979)
 Le Café du pauvre (1983)
 L’éducation d’Alphonse (1987)
 Mourir d’enfance (1995), roman autobiographique, grand prix du roman de l’Académie française
 Madame de Saint-Sulpice (1996)
 L’étrange Monsieur Jo (1998)
 Les Gens sans importance (1998)
 Les trois mamans du petit Jésus (2000)
Un article concernant Alphonse Boudard sur le Web de l’Humanité dont cette notice biographique est extraite 
Boulanger Daniel1922Daniel Boulanger est né le 24 janvier 1922 à Compiègne, dans l’Oise. De 1932 à 1940 il est au Petit séminaire dans l’Aisne, où il apprend le latin, le grec, et l’allemand. En novembre 1940 il est arrêté et jeté en cellule pour actes de sabotage envers l’armée allemande. Il ne se rendra jamais en Allemagne. Caché dans l’Oise, il apprend dans les fermes à soigner les moutons.
En 1945, il part pour le Brésil , avec comme profession renseignée sur son passeport : gardien de moutons ( criado gado). Il regagne la France en 1946 où il sera successivement : pion, courtier en chambre, rédacteur stagiaire aux Affaires Economiques du Tchad…
De 1950 à 1969 , la maison de sa femme dans le 14° arrondissement de Paris connaît les débuts de la Nouvelle Vague : Truffaut, Chabrol, Godard, et ceux du Nouveau Roman : Gegauff, Robbe Grillet, Ollier, Claude Simon.
Daniel Boulanger sera acteur pour les amis dans quelques films : Le Roi de Coeur, A bout de souffle, La Mariée était en noir, Domicile conjugal, Tirez sur le pianiste, Toute une vie, …
Il publie ses premiers romans en 1959 : l’Ombre, le Gouverneur Polygame, La Rue Froide.
De 1969 à 1999 il réside à Senlis (Oise). C’est là qu’il écrit romans, nouvelles, scénarios, retouches (mi-poèmes, mi-moralités, images, aphorismes) et 12 pièces de théâtre, dont Le beau voyage, C’est à quel sujet ?
En 1971, il obtient le Prix de l’Académie Française et en 1979, le Prix Prince Pierre de Monaco.
En 1983 il fait son entrée à l’Académie Goncourt
Daniel Boulanger sur le site de l’Académie Goncourt.
Le site de Jean-Sylvain Cabot consacré à Daniel Boulanger.
Bouraoui Nina1967Nina Bouraoui est née à Rennes en 1967. Son premier roman, La Voyeuse interdite (Gallimard) a obtenu le prix du Livre Inter en 1991. Elle a depuis écrit plusieurs autres romans dont Le jour du séisme (Stock, 1999) et Garçon manqué (Stock, 2000).
Elle a publié en 2002 La Vie heureuse.
Bourdin Françoise1952Romancière, scénariste, noveliste… Françoise Bourdin est née en 1952 à Paris . Elle à goûté à tous les plaisirs de l’écriture et nous a transmis sa passion des mots.
Bourgeade Pierre1927Pierre Bourgeade est né en 1927 dans les Pyrénées . Il assure « qu’il fut poussé à la littérature par les coups de canon qu’il entendit, enfant, dans les années 36, de l’autre côté de la montagne. Les Espagnols , en fervents partisans du Christ ou de la faucille s’étripaient . L’écolier appliqué acheta un cahier sur lequel il rapporta jour après jour , cartes et photographies à l’appui, le détail méticuleux de ces massacres… »
Puis ce fut la seconde guerre mondiale. Pendant que le jeune Pierre Bourgeade apprend le latin et le grec , son collège ( Saint Louis de Gonzague à Bayonne) est occupé par les allemands.
Son premier manuscrit , Les Immortelles , où il est beaucoup question de femmes, met dix ans à trouver un éditeur. Refusé partout , il tombe entre les mains de Georges Lambrichs, directeur du Chemin qui décide aussitôt de le publier. Maurice Nadeau, dans la Quinzaine littéraire , situe Pierre Bourgeade, dont il ignore tout dans la mouvance de Breton et Bataille.
Pierre Bourgeade est l’auteur de : Les Serpents (1983), Sade, sainte Thérèse (1987) Eros mécanique (1995), L’Autre Face (2000).
Son nom est également lié à deux dates marquantes de la création théâtrale contemporaine : 1969, Orden, mise en scène de Jorge Lavelli, 1976, Palazzio Mentale, mise en scène Georges Lavaudant, Prix du Syndicat de la Critique Dramatique.
Son oeuvre théâtrale (15 pièces) illustre les phénomènes politiques et sociaux de notre temps: Orden, la guerre d’Espagne, Deutsches Requiem, le nazisme (1973), Pallazio Mentale, l’Europe à la recherche de son identité, L’Autorisation, le totalitarisme à travers l’univers inextricable de son administration.
Bourin Jeanne1922Jeanne Bourin est née en 1922.
Elle est notamment l’auteur de : Le bonheur est une femme (1963), Très Sage Héloïse, la Dame de beauté (1970), la Chambre des dames (1979), le Jeu de la tentation (1981), les Pérégrines, la Rose et la Mandragore, la Garenne (1994), Le Sourire de l’ange …
Bouvet  Laurent1968Laurent Bouvet est né à Paris en 1968. Il est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris (IEP), de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et agrégé de science politique.

Rédacteur en chef de la Revue Socialiste (1998-2001) et codirecteur de la collection « La République des Idées » aux Éditions du Seuil (2001-2002), Laurent Bouvet fonde en 2002 le Collectif « Régénération », un club de réflexion politique dont le but est la génération du débat d’idées au sein de la gauche.

Laurent Bouvet est l’auteur de :
Le Fédéraliste. La Démocratie apprivoisée (Michalon, 1997)
France-Allemagne : le bond en avant (Odile Jacob, 1998)
Les Enjeux du débat public contemporain (La Découverte, 1999)
La Culture générale à Sciences-Po (Armand Colin, 2001)
Manuel de culture générale (Hachette, 2001)
L’année zéro de la gauche, (Michalon, 2003) 
Bozier Raymond1950Raymond Bozier est né un 3 février 1950 à Chauvigny dans le Poitou. Il est le fils de Raymond et Gilberte Bozier, ouvriers agricoles. Il vit à La Rochelle, près du port de La Pallice. Marié, père de deux fille : Elsa et Lucie.
Il est l’auteur de :
Romans
Les Somnambules, Pauvert, 2002.
Rocade, Pauvert, 2000.
Abattoirs 26, Pauvert, 1999.
Lieu-dit, Calmann-Lévy, 1997, rééd. Poche, 1999
(Prix du Premier Roman, Prix du Livre en Poitou-Charentes).
Poèmes
Bords de mer, Flammarion, 1998.
Autoportraits avec masques, Rumeur des Âges, 1995.
Roseaux, Centre de Création Littéraire de Grenoble, 1985 (épuisé).
Raymond Bozier a édité par ailleurs un grand nombre de poèmes et nouvelles dans une cinquantaine de revues et journaux (Monde Diplomatique, L’Express, Action Poétique, Racines, Moebius, Poésie présente…). Il a également animé la revue littéraire Cargo au début des années 90.
Bragance Anne1945Anne Bragance est née en 1945 à Casablanca. Son enfance cosmopolite est bercée de sonorités française, espagnole, italienne et, bien sûr, arabe. Elle arrive en France à l’âge de seize ans.
A 28 ans elle publie son premier roman Tous les espoirs vous sont permis chez Flammarion. Puis en 1986 Bleu indigo , en 1989 La chambre andalouse , en 1983 L’été provisoire , en 1992 Le voyageur de noces , en 1999, Le Fils-Récompense …
Anne Bragance vit dans les Cévennes gardoises.
Bibliographie
Romans
Tous les désespoirs vous sont permis, (Flammarion, 1973)
La dent de rupture, (Flammarion. 1975)
Les soleils rajeunis, (Editions du Seuil, 1977)
Clichy sur Pacifique, (Editions du Seuil, 1979)
Une valse noire, (Editions du Seuil, 1983)
L’été provisoire, (Mercure de France, 1983)
Charade, (Mercure de France, 1984)
Bleu indigo, (Grasset, 1986)
La chambre andalouse, (Grasset. 1989)
Anibal, (Robert Laffont, 1991)
Le voyageur de noces, (Robert Laffont, 1992)
Une journée au point d’ombre, (Robert Laffont,. 1993)
Le chagrin des Resslingen, (Julliard, 1994)
Rose de pierre, (Julliard, 1996)
La Correspondante anglaise, (Stock, 1998)
Le Fils-Récompense, (Stock, 1999)
Nouvelles
Changement de cavalière, (Editions du Seuil, 1978)
Le damier de la reine, (Mercure de France, 1983)
Essais
Virginia Woolf, ou la dame sur le piédestal, (Des Femmes, 1985)
Biographie
Mata Hari, (Belfond, 1995)
Braudeau Michel1946Michel Braudeau est né en 1946. Il publie son premier livre à l’âge de vingt ans ( L’Amazone). Les lecteurs du Monde connaissent bien la signature du journaliste critique de cinéma, feuilletoniste, qui met aujourd’hui sa plume de grand reporter au service des sujets les plus divers.
Comme il l’indique lui-même,  » Dès le départ ses récits sont teintés d’une fantaisie un peu passée de mode à l’époque, faite de paysages parisiens délabrés et de personnages à la limite du merveilleux, clowns désenchantés, illusionnistes criminels et journalistes loufoques. « 
Michel Braudeau est l’auteur de L’amazone (1966), Vaulascar ( 1977), Passage de la Main d’Or ( 1980) , Fantôme d’une puce ( 1982) , Naissance d’une passion (Prix Médicis en 1985). Vinrent ensuite L’objet perdu de l’Amour (1988), Le Livre de John ( 1992 ) et Mon Ami Pierrot (1993 ) où le romancier explorait la relation d’un fils à son père.
Il est maintenant conseiller de lecture chez Gallimard et a publié Esprit de Mai en 1995.
Brehal Nicolas1952Nicolas Bréhal (de son vrai nom Nicolas Solnitzki) est né le 6 décembre 1952 à Paris.
Il a été directeur littéraire au Mercure de France et critique littéraire au Monde (le Monde des livres) puis au Figaro .
Il a publié Les Etangs de Woodfield en 1978, un roman dont l’histoire se déroule dans les profondeurs des marécages d’un Sud imaginaire : deux très jeunes filles, les sœurs Lockwood, découvrent les secrets du monde adulte et préfèrent disparaître plutôt que de les révéler.
Son second roman Portrait de femme, l’automne (1980), met en scène Charlotte Handler, une romancière d’origine belge. Alors qu’elle s’apprête à fêter son anniversaire, elle laisse venir tous ses souvenirs et, regarde de loin ses invités qui représentent, chacun, une étape de son existence.
Nicolas Bréhal a également publié : La Pâleur et le Sang (1983), L’Enfant au souffle coupé (1990), Sonate au clair de lune (prix Valéry-Larbaud 1992), Corps célestes ( prix Renaudot 1993), Le Sens de la nuit (1998)
Il est mort le 31 mai 1999, à son domicile de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).
Brisac Geneviève1920Geneviève Brisac est née en 1951 à Paris. Elle est ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégée de lettres. Elle est notamment éditrice à l’Ecole des Loisirs où elle a créé un nouvelau souffle dans la littérature pour la jeunesse. Elle collabore également au Monde des livres. Elle a publié des romans, pour enfants et adultes. Elle a obtenu le prix Femina 1996, pour Week-end de chasse à la mère.
Brisville Jean-Claude1951Jean-Claude Brisville est né en 1922 dans les Hauts de Seine.
Il commence son activité comme journaliste littéraire en 1946 et fait toute sa carrière dans l’édition. Il est l’auteur de Prologue (1948) , D’un amour (1954, prix Sainte Beuve), la Présence réelle (1954), Camus (1959), la Fuite au Danemark (1962), la Zone d’ombre (1976), la Révélation d’une voix et d’un nom (1982).
Pour le théâtre, il écrit : le Fauteuil à bascule, créé au Petit-Odéon (1982, prix de la meilleure création dramatique), le Bonheur à Romorantin, au Théâtre des Mathurins (1983), l’Entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune, au Petit-Odéon (1985), la Villa bleue, à l’Espace Cardin (1986), les Liaisons dangereuses, adaptation française de la pièce de Christopher Hampton, au Théâtre Édouard VII (1988), le Souper au Théâtre Montparnasse (1989, Grand Prix du théâtre de l’Académie française), l’Officier de la garde, adaptation française de la pièce de Férenc Molnàr, à la Comédie des Champs-Élysées (1990), l’Antichambre, à l’Atelier (1991), Contre-jour au Studio des Champs-Élysées (1993) et la Dernière Salve, au Théâtre Montparnasse (1995).
Bruckner Pascal1948Pascal Bruckner est né en 1948 à Paris.
Elève au Lycée Henri IV à Paris, il fait ensuite des études de lettres et de philosophie (maîtrise de philosophie, doctorat de lettres) .
En 1986, il est invité comme professeur à l’Université de San Diego, puis à New York (1987) Il est maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris depuis 1990.
A partir de 1987, il collabore au Nouvel Observateur.
Il est l’auteur des romans et essais suivants : Fourier ( 1975), Le Nouveau Désordre amoureux (1977, avec Alain Finkielkraut), Allez jouer ailleurs (1979), Au coin de la rue , l’aventure (1979), Lune de fiel (1981), Parias (1985), Le Sanglot de l’homme blanc (1983), Le Vertige de Babel, Le Palais des Claques (1986), Qui de nous deux inventa l’autre ? (1988), La Mélancolie démocratique (1990), L’Euphorie perpétuelle, La Tentation de l’innocence (Prix Médicis de l’essai 1995), Le Divin enfant, Les voleurs de beauté (Prix Renaudot 1997).
Bucamp Christophe1982 Christophe Bucamp est né le 09 août 1982 à Paris. A l’âge de 4 ans, ses parents emménagent en Auvergne.
Il s’intéresse depuis toujours à la littérature. A 8 ans, il entreprend l’écriture d’un poême, à l’occasion de la fête des mères. Dès lors, il ne s’arrêtera plus d’écrire. A 9-10 ans, il enchaîne les nouvelles puis à 11 fait une première tentative de roman ( qui ne donnera rien de remarquable étant donné son jeune âge ). Pourtant, son enfance, il la passe à écrire, et à lire. A 12 ans, il découvre Stephen King, un auteur qu’il admire et dont il a lu pratiquement tous les écrits.
Au lieu de passer ses week-end à sortir comme tous les jeunes de son âge, il consacre tout son temps à sa passion et très vite, cela devient bien plus qu’une passion. C’est sa raison de vivre.
Il est l’auteur de Dunckatcood, dans La Vallée de la Mort.
Le site officiel de Christophe Bucamp
Butor Michel1926Michel Butor est né en 1926 à Mons en Baroeul.
Licencié en philosophie, il enseigne cette discipline dans plusieurs établissements étrangers (Angleterre, Grèce, Egypte, Etats-Unis…)
Concevant « le roman comme recherche  » il publie, en 1954, Passage de Milan ( il y étudie un immeuble parisien de sept étages à travers différents moments de la journée) , puis L’emploi du temps ( il y évoque le passé du narrateur; récit interrompu par des références au présent) .
Associé vers 1955 à Nathalie Sarraute, à Claude Simon, à Robert Pinget, à Alain Robbe-Grillet, dans un groupe littéraire appelé nouveau roman », Michel Butor n’a cessé depuis d’œuvrer solitairement.
En 1957, il publie La Modification ( le narrateur commente les non-évenements qui se déroulent dans un wagon de chemin de fer entre Paris et Rome)
En 1960, il publie Degrés.
Les voyages le mènent loin de Paris; les réflexions sur le rôle de la littérature le conduisent ensuite finalement à l’opposé de ce qui avait été présenté par les théoriciens comme l’inéluctable avenir de la littérature. Il publie ensuite Répertoires (1960-1982), Mobile, réseau Aérien (1962) , description de San Marco (1963), 6 810 000 litre d’eau par seconde ( 1965), Mots sur la Peinture (1969), Travaux d’approche (1972), Boomerang ( 1078), Vanité (1980), Quadruple Fond (1981) et Exprès (1983)
Michel Butor est également l’auteur de nombreuses études sur Racine, Kierkegard, Baudelaire, Dostoïevski, Jules Verne, Joyce, Faulkner …
Calmel Mireille1964Mireille Calmel est née en 1964, dans le sud de la France.
A l’âge de huit, elle tombe gravement malade. Leucémie, myopathie, virus ? Mireille Calmel est hospitalisée , d’abord à Marseille, puis dans d’autres hôpitaux. Sa maladie s’aggrave. Les médecins sont très pessimistes. C’est alors qu’elle commence à écrire, par besoin d’extérioriser sa peur, mais aussi parce qu’elle croit profondément « que tant qu’elle écrira, elle ne mourra pas ».
En 1975, peu à peu, sans explication, elle retrouve des forces et recommence à marcher l’année suivante. Elle est inscrite dans une école de cours par correspondance et travaille beaucoup, sans jamais cesser d’écrire : deux cent cinquante poèmes, des chansons, un roman…
Ce n’est qu’en 1979 qu’elle retrouve une vie pleinement normale. Elle ne pense plus qu’à écrire, lire, chanter, vivre, vivre à tout prix.
En 1985, alors que les médecins lui avaient affirmé qu’elle était stérile, elle a un fils, Anaël et deux ans plus tard, une fille Maëva.
Elle écrit des chansons, des nouvelles, des pièces de théâtre – dont l’une, destinée aux adolescents, sera couronnée d’un prix -, organise un festival de théâtre, monte des spectacles sur différentes scènes à travers la France…
En 1995, elle monte un dossier d’insertion et obtient le RMI pour écrire ce qui deviendra Le Lit d’Aliénor. Cinq ans après, le manuscrit de son premier roman est édité.
Le Lit d’Aliénor est un roman où le surnaturel et la sensualité se mêlent à l’Histoire, recréant une Aliénor d’Aquitaine insoupçonnée. Avec ce premier roman Mireille Calmel connaît un succès immense.
Mireille Calmel vit aujourd’hui en Aquitaine, à Saint-Christoly-de-Blaye, avec son compagnon et ses deux enfants, où elle écrit son prochain livre.
Camus Renaud1946Renaud Camus est né en 1946 à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme.
De 1952 à 1962 il fait ses études primaires et secondaires à l’école Massillon, à Clermont-Ferrand. Il obtient son baccalauréat général, en 1962, et son baccalauréat de philosophie en 1963. Il part en 1966 et 1967 à Oxford.
De 1968 à 1870, il obtient successivement sa licence en droit, sa licence ès-Lettres, son diplôme d’Etudes Supérieures de Droit, son diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, sa maîtrise de Philosophie, son diplôme d’Etudes Supérieures de Droit (Science Politique).
De 1970 à 1976, il est lecteur et conseiller littéraire aux éditions Denoël, Paris.
Puis il sera de 1972 à 1976, rédacteur de science politique pour les encyclopédies canadiennes Grolier.
De 1985 à 1987, Renaud Camus est pensionnaire à la Villa Médicis.
De 1987 à 1988, il est titulaire de la chronique culturelle du Matin .
En, 1992 , Renaud Camus s’installe dans le Gers, au château de Plieux (32340 Plieux) près de Lectoure.
Renaud Camus a reçu de l’UNESCO, pour son action culturelle et pour l’ensemble de son œuvre littéraire, la médaille Picasso en vermeil. L’Académie Française lui a également décerné le prix Amic.
Ses principaux ouvrages
1975 Passage, roman.
1978 Travers, roman (avec Tony Duparc)
1979 Tricks, trente-trois récits,
1981 Buena Vista Park (fragments de bathmologie quotidienne) essai
1981 Journal d’un Voyage en France
1982 Eté (Travers II), roman (avec Denis Duvert),
1982 Notes achriennes
1983 Roman Roi
1984 Chroniques achriennes, essai
1985 Notes sur les manières du temps, essai.
1987 Roman furieux (Roman Roi II).
1987 Journal romain (1985-1986).
1988 Elégies pour quelques-uns.
1989 L’Elégie de Chamalières (Elégies II)
1990 L’Elégie de Budapest (Elégies III) in Le Voyage à l’Est, ouvrage collectif (avec Danielle Sallenave, Jacques Roubaud, Daniel Pennac, Olivier Rolin, Alain Nadaud, Didier Daeninckx, Jean-Marie Laclavetine, Jean-Philippe Domecq, etc.), éditions Balland et La Maison des écrivains (commande de l’Etat).
1990 Esthétique de la solitude, essai.
1990Le Bord des larmes (Elégies IV).
1990 Aguets (Journal 1988).
1991 Le Lac de Caresse (Elégies V)
1991 Fendre l’air (Journal 1989).
1992 Voyageur en automne, roman.
1993 Le Chasseur de lumières, roman.
1994 L’Esprit des Terrasses (Journal 1990).
1994 Sept sites mineurs pour des promenades d’arrière-saison en Lomagne.
1994 Qu’il n’y a pas de problème de l’emploi, essai .
1995 L’Epuisant Désir de ces choses, roman.
1995 Eloge moral du paraître, éditions Sables, Pin-Balma.
1996 Le Département de la Lozère.
1996 La Guerre de Transylvanie ( Journal 1991).
1996 El, récit (écrit en 1978).
1997 P.A., petite annonce.
1997 Onze sites mineurs pour des promenades d’arrière-saison en Lomagne.
1997 Le Département du Gers.
1997 Discours de Flaran (sur l’art contemporain en général et la collection de Plieux en particulier).
1997 Le Château de Seix (journal 1992).
1998 Graal-Plieux (journal 1993).
1998 Etc..
1998 Vaisseaux brûlés
Renaud Camus sur le site de l’éditeur P.O.L
Cardinal Marie1929Marie Cardinal est née en 1929 à Alger.
Elle suit ses études au cours Fénelon à Alger , à l’Institut Maintenon à Paris et à l’Université de la Sorbonne (Paris)
Elle enseigne le français en Grèce (1957) , au Portugal (1958) , en Autriche (1961) et au Canada (1962).
Puis, elle collabore à L’Express et au magazine Elle.
Elle publie les romans et essais suivants : Ecoutez la mer (1962, prix International du premier roman) , Cet été-là, La mule du corbillard, La Souricière, La clé sur la porte, Les Mots pour le dire, Autrement dit, Une vie pour deux, Au pays de mes racines, Les grands désordres, La Médée d’Euripide, Comme si de rien n’était, Amour… Amours.
Carrère Emmanuel1957Emmanuel Carrère est né en 1957. Il publie Bravoure, son premier livre, en 1984. « C’est un romancier atypique dans le paysage littéraire français, car il est moins un styliste qu’un artisan d’intrigues vertigineuses. »
En 1986, il publie le Détroit de Behring.
Dans ses romans, de la Moustache à Hors d’atteinte ? ses personnages vivent de graves crises d’identité et d’inquiétants déséquilibres psychologiques.
En 1995, il obtient le Prix Fémina pour la Classe de neige
En 2000 il publie l’Adversaire , inspiré de l’affaire Romand ( le  9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté mais en vain, de se tuer lui-même. L’enquête a révélé qu’il n’était pas médecin comme il le prétendait et, qu’il mentait depuis dix-huit ans. Craignant d’être découvert, il a préféré supprimer ses proches. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité).
Castelot André1911Historien et écrivain français, André Castelot est né à Anvers (Belgique) le 23 janvier 1911. Il est mort à Neuilly-sur-Seine le 18 juillet 2004
 
Il a été avec Alain Decaux l’animateur de l’émission de France-Inter La tribune de l’Histoire et à la télévision de La caméra explore le temps.
 
Il est l’auteur de plus de 70 ouvrages dont les biographies de Napoléon 1er et Napoléon III , Marie-Antoinette,  François Ier, la du Barry,  Joséphine de Beauharnais, La Fayette, Talleyrand, Fouché, Charles X, Louis-Philippe, …

André Castelot était aussi l’auteur de fresques historiques comme « La France et les Français » (13 volumes), d’un Dictionnaire de l’Histoire de France », d’un « Calendrier de l’Histoire ».
Castillon Claire1976Claire Castillon est née en 1976.
Elle publie son premier roman en 2000 :  Le grenier (Anne Carrière).
Elle est également l’auteur de :
Je prends racine (Anne carrière)
La Reine Claude (Stock, 2002)
Pourquoi tu m’aimes pas ? (Fayard, 2003)
Le site officiel de Claire Castillon
Cauvin Patrick1932Claude Klotz est né en 1932 à Marseille. C’est sous le nom de Patrick Cauvin qu’il remporte le plus de succès grâce à une écriture pleine d’humour et de tendresse. Parmi ses plus grands succès, parfois portés à l’écran : e=mc2 mon amour, Pourquoi pas nous, L’amour aveugle, Menteur.
Bibliographie
L’amour aveugle
Monsieur Papa
e=mc2 mon amour
Pourquoi pas nous,
Menteur
Pythagore , je t’adore
Cauwelaert Didier-Van1960Didier Van Cauwelaert est né en 1960 à Nice. Il publie son premier roman en 1982, à vingt-deux ans, Vingt ans et des poussières (Prix Del Duca) . Il poursuit avec Poisson d`amour (Prix Roger-Nimier, 1984). Puis il publie Les Vacances du fantôme (Prix Gutenberg) et deux pièces de théâtre (L`Astronome, Le Nègre). Il revient au roman avec L`Orange amère, Cheyenne, et Un Objet en souffrance. En 1994, il reçoit le Prix Goncourt pour Aller simple. En 1998, il a publié La Vie interdite et en 1999 La demi-pensionnaire
Le site officiel de Didier Van Cauwelaert
Cavanna François1923François Cavanna est né en 1923
Comme il l’indique lui-même :  » il ne se classe dans aucune tendance littéraire. Est passé à côté du surréalisme, du Nouveau Roman, et des autres écoles de son temps sans avoir compris de quoi il s’agissait , sans même avoir compris qu’il y avait des écoles. Dans ses moments d’euphorie, se qualifie lui-même de « loup solitaire », alors qu’il n’est guère qu’un ahuri perdu dans son époque comme il l’aurait été dans n’importe quelle époque. »
François Cavanna a fondé Hara-Kiri , puis Charlie Hebdo.
Il est l’auteur de : Les Aventures de Dieu (1971), Cavanna ( 1971), Le saviez Vous ? ( 1971), Et le singe devint con ( 1972), Les Aventures du petit Jésus ( 1973), Je l’ai pas vu, je l’ai pas lu, mais … ( 1975), Le con se surpasse ( 1975), Je l’ai pas vu, je l’ai pas lu, mais j’en ai entendu causer ( 1976), Les Aventures de Napoléon ( 1976), Stop Crève ( 1976), Gauche droite, piège à cons ( 1978), Les Ritals ( 1978), 4 Rue Choron ( 1978), Les Ruskoffs ( 1979), Bête et Méchant ( 1981), Laisse la pétroleuse ( 1981), Les yeux plus grands que le ventre (1983), Maria ( 1985), La Couronne d’Irène ( 1988) …
Ceresa François1953François Ceresa est né en 1953. Il est journaliste et écrivain. Il travaille au Nouvel Observateur depuis 1978. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Les amis de Céleste, publié en 1998 chez Denoël, Prix Joseph Delteil et quartier Latin de la ville de Paris et Les trois Hussards, publié chez Plon en 1999, Prix Interallié de la Critique, Cosette ou le temps des illusions (Plon) , Marius ou le Fugitif (Plon).
Cerf Muriel1950Muriel Cerf est née à Paris en 1950. Après des études à l’Ecole du Louvre, elle fait un tour du monde. L’Extrême-Orient lui inspire son premier livre, L’Antivoyage, salué par la critique en 1974 comme une révélation.
Depuis lors, celle à qui Malraux écrivait : Vous possédez un don des dieux, le talent narratif, a publié une vingtaine d’ouvrages.  Muriel Cerf vient de publier sa première pièce de théâtre chez Actes Sud – Papiers : La Lumière de l’île.
Sa bibliographie :
L’Antivoyage Mercure de France, 1974 ; (J’ai Lu, 1995)
Le Diable vert Mercure de France, 1975 ; (Babel, 1997)
Les Rois et les Voleurs Mercure de France, 1975
Hiéroglyphes de nos fins dernières Mercure de France, 1977
Le Lignage du serpent Mercure de France, 1978
Les Seigneurs du Ponant Mercure de France, 1979 ; Editions du Rocher, 2001
Amérindiennes Stock, 1979 ; (Librio, 1996)
Une Passion Jean-Claude Lattès, 1981 ; (Babel, 1996)
Maria Tiefenthaler Albin Michel, 1982
Une pâle beauté Albin Michel, 1984
Dramma per musica Albin Michel, 1986
Doux oiseaux de Galilée Albin Michel, 1988
La Nativité à l’Etoile Albin Michel, 1989
Primavera toscana Sand, 1989
Julia M. ou le premier regard Robert Laffont, 1991
Le Verrou Actes Sud, 1997
Ogres Actes Sud, 1997
Une vie sans Secret Editions du Rocher, 1998 (Grand Prix SGDL de la Nouvelle 1999)
Servantes de l’Oeil Actes Sud, 1999
Ils ont tué Vénus Ladouceur Editions du Rocher, 2000
Triomphe de l’Agneau Editions du Rocher, 2000
La Lumière de l’île Actes Sud – Papiers, 2001
Muriel Cerf est présente sur le Web depuis fin 1994
Césaire Aimé1913Aimé Césaire est né à Basse-Pointe en Martinique en 1913. Après des études secondaires à Fort de France, il obtient, en 1931, une bourse qui lui permet de suivre des études supérieures à Paris. En 1934, il fonde la revue l’Etudiant noir avec L. S. Senghor, Léon Damas, Sainville, Maugée, et Ousmane Socé, puis il entre à l’Ecole Normale Supérieure.
Il commence à écrire en 1936.
En 1939, il retourne en Martinique. Il est professeur de lettres au lycée de Fort de France. En 1941, il fonde la revue Tropiques. A partir de 1945, date de son élection à la mairie de Fort de France puis à la députation, il mène une double carrière : homme politique et écrivain.
Il est apparenté au groupe communiste jusqu’en 1956, date à laquelle il prend ses distances avec celui-ci. Son discours sur le colonialisme (1951) insiste sur la nécessité pour le tiers monde de préserver sa spécificité et sa singularité.
Il a publié notamment:
Cahier d’un retour au pays natal (1939, manifeste poétique et politique)
Les Armes miraculeuses. (1946, poésie)
Soleil cou coupé (1948, poésie)
Corps perdus (poésie, 1949)
Ferrements (poésie, 1960)
Et les chiens se taisaient (théâtre)
La tragédie du roi Christophe (1963, théâtre)
Une saison au Congo (1966, théâtre)
Une tempête (1969, théâtre)
Les Armes miraculeuses (1970, poésie)
Une Saison au Congo (1973,théâtre)
Moi Laminaire (1982, poésie).
La Poésie (1994, poésie)
Ses Oeuvres complètes ont été publiées en 1976, à Fort-de-France aux éditions Desormeaux : 1. Poèmes; 2. Théâtre; 3. Oeuvre historique et poétique.
Chalandon Sorj 1952Né en 1952, Sorj Chalandon a été longtemps journaliste à Libération avant de rejoindre Le Canard Enchaîné. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le Prix Albert-Londres en 1988. Il a publié, chez Grasset, Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, prix Médicis), Mon Traître (2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011, Grand Prix du Roman de l’Académie Française).
Chambaz Bernard1949Né en 1949, Bernard Chambaz a publié plusieurs volumes de poèmes avant de rencontrer un large écho auprès du public avec ses romans. Il est également l’auteur d’essais sur la peinture.
Et le plus grand poème par-dessus bord jeté, Seghers, 1983.
Vers l’infini milieu des années quatre-vingt, Seghers, 1987.
Italiques deux, Seghers, 1992.
L’arbre de vies, F. Bourin-Julliard, 1992. (Goncourt du premier roman)
Martin cet été, Julliard, 1994.
L’Orgue de Barbarie, Seuil, 1995.
C’est tout comme, Flammarion, 1996.
Entre-temps, Flammarion, 1997.
La tristesse du roi, Seuil, 1997.
Le pardon aux oiseaux, Seuil, 1998.
Distractions : une anthologie des misérables de Victor Hugo, Piotr, Seuil, 1998
Chamoiseau Patrick1953Romancier et théoricien, il est né en 1953 à Fort-de-France (Martinique), où il vit actuellement.
Avec Raphaël Confiant, leader du mouvement littéraire de la créolité. A publié plusieurs romans, des oeuvres critiques, des contes et des pièces de théâtre. Il reçoit le prix Goncourt en 1992 pour son roman Texaco.
Patrick Chamoiseau sur le site Ile en Ile 
Chandernagor Françoise1945Françoise Chandernagor est née en 1945.
Mère de trois enfants, Françoise Chandernagor a toujours partagé sa vie entre Paris et le Massif Central.
Après un diplôme de l’institut d’Etudes Politiques de Paris et une maîtrise de droit public, elle entre à vingt et un ans à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), d’où elle sort deux ans plus tard « major » de sa promotion. Elle est alors la première femme à obtenir ce rang. En 1969 elle intègre le Conseil d’Etat où elle va exercer différentes fonctions juridictionnelles, notamment celles de Rapporteur Général.
Elle occupe aussi plusieurs postes dans des administrations extérieures, tant dans le secteur culturel que dans des services économiques, et assume à titre bénévole des responsabilités dans des organismes caritatifs, notamment la vice-présidence de la Fondation de France jusqu’en 1988 et la vice-présidence de la Fondation d’Aguesseau. Fin 1993, elle quitte l’administration pour se consacrer exclusivement à l’écriture.
Elle est l’auteur de l’Allée du Roi (Mémoires imaginaires de Mme de Maintenon, seconde épouse de Louis XIV, prix Goncourt 1981), La sans Pareille (1988), l’Archange de Vienne (1989), l’Enfant aux Loups (1990), L’enfant aux lumières (1995), La Première Epouse (1998).
Depuis juin 1995, Françoise Chandernagor est membre de l’Académie Goncourt.
Françoise Chandernagor sur le site de l’Académie Goncourt.
Chapsal Madeleine1925Madeleine Chapsal est née en 1925 à Paris.
Elle suit des études de droit à Paris puis travaille dans la presse : Les Echos et L’Express.
Elle commence dans les années soixante à écrire romans et essais. Elle a notamment publié : Quinze écrivains (1963), Un été sans histoire (1973) Grands cris dans la nuit du couple (1976), La Jalousie (1977), Une femme en exil (1978), Un homme infidèle (1980), Divine passion (1981), La Maison de jade (1986), Adieu l’amour (1987), Si aimée, si seule (1990), Le retour du bonheur (1990), Mère et filles (1992), La Femme abandonnée, Une femme heureuse, L’Inventaire, Une soudaine solitude, Les Amoureux.
Madeleine Chapsal est membre du jury du prix Femina.
Charlemagne Sandrine Malika A notamment publié Mon pays étranger aux Editions de la Différence (2012), La voix du Moloch en 2020 aux Editions Velvet et La traqueuse en 2023.
Côté théâtre, elle a édité Sarah et Nour aux Editions l’Harmattan en 2019.
Anastasia a été diffusée sur France Culture
Côté poésie, elle a publié Sauvez la beauté aux Editions Transit (2018), La petite ouvrière métisse à La rumeur libre (2023), un de ses titres figure dans l’Anthologie Grâce… Livre des heures poétiques des Editions Bruno Doucet (2024)
Elle a collaboré à l’écriture scénaristique du film Le chant des cigales d’Ali Berkennou, réalisé et produit en Algérie. Elle est coréalisatrice avec Jean Asselmeyer d’un documentaire, en tournage, consacré à Gilberte et William Sportisse : Deux vies pour l’Algérie.
Licenciée en lettres modernes, elle anime des ateliers d’écriture dans des Collèges, Lycées, Maisons de quartiers, Bibliothèques, Maison des Seniors …
Charles-Roux Edmonde1920Fille de diplomate, Edmonde Charles-Roux est née le 17 avril 1920 à Neuilly sur Seine. Son père est de Marseille. Sa mère, de Marseille également, mais d’ascendance avignonnaise.
Edmonde Charles-Roux a vécu sa petite enfance à Prague, où son père avait été nommé Ministre de France. Ce dernier ayant été nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège, c’est à Rome qu’elle poursuit ses études.
Quand éclate la guerre, en 1939, Edmonde Charles-Roux a 19 ans et prépare un diplôme d’infirmière. Elle sera affectée dans un corps d’ambulancières.
Elle est blessée en mai 1940, dans le secteur de Verdun, à Bras-sur-Meuse, lors d’un bombardement au cours duquel elle se retrouve ensevelie sous une grange. Elle est décorée de la Croix de Guerre et citée à l’Ordre du corps d’armée.
Lors du débarquement des troupes françaises sur les côtes de Provence, le général de Lattre l’affecte à son état-major où elle reste attachée à son Cabinet pendant la première partie de la campagne de France. C’est lors de l’entrée de la Première Armée française en Autriche qu’elle est blessée pour la deuxième fois et citée à l’ordre de la Division.
Après avoir retrouvé la vie civile, Edmonde Charles-Roux entre à la rédaction de l’hebdomadaire féminin en voie de création : Elle. Elle y reste deux ans. Ensuite, elle travaille à l’édition française du journal Vogue en tant que courriériste, où elle devient rapidement rédactrice en Chef. Elle y demeure pendant 16 ans.
En 1955 elle collabore avec Maurice Druon à la série des Rois Maudits. En 1966, elle obtient le prix Goncourt pour : Oublier Palerme.
Edmonde Charles-Roux a conquis un lectorat nombreux et fidèle avec Elle, Adrienne (1971), L’Irrégulière ou mon itinéraire Chanel (1974), Une enfance sicilienne (1981), Un désir d’Orient, la jeunesse d’Isabelle Eberhardt (1989, Grand prix littéraire de la Femme) et Nomade j’étais…
Ses oeuvres sont traduites en dix-sept langues étrangères. Oublier Palerme a paru en hébreu en septembre 1984, en Tchécoslovaque en 1986, et en chinois en 2000. Nomade j’étais est son premier ouvrage à avoir été traduit en arabe.
Le 13 septembre 1983, Edmonde Charles-Roux est élue membre de l’Académie Goncourt.
Edmonde Charles-Roux sur le site de l’Académie Goncourt.
Chédid Andrée1925Andrée Chédid est née en 1925 au Caire dans une famille d’origine libanaise.
Après des études dans un pensionnat catholique du Caire, elle s’installe à Paris (1946), où elle se consacre à l’écriture. Elle est l’auteur d’une vingtaine de romans (dont certains seront adaptés au cinéma), de recueils de nouvelles, de recueils de poésie, de pièces de théâtre, de contes pour enfants.
C’est après son arrivée en France qu’elle commence à publier des recueils de poèmes : de Textes pour une figure (1949), Textes pour un poème(1950), La Terre regardée (1957) jusqu’à Visage premier(1972)
Dans Cérémonial de la violence (1976), elle dénonce la guerre qui ravage le Liban, pays auquel elle avait consacré un essai en 1974.
Andrée Chédid a également plusieurs romans dans lesquels on retrouve toutes les qualités de sa poésie : Le Sommeil délivré (1952), Le Sixième Jour (1960) qui sera porté à l’écran par le cinéaste égyptien Youssef Chahine, La Cité fertile (1972).
En 1974, Andrée Chédid publie Néfertiti et le rêve d’Akhénaton, un récit dans lequel, son imaginaire romanesque recrée complètement la période égyptienne de 1400 avant Jésus- Christ.
Dans Les Marches de sable (1981) elle évoque, à travers le destin de trois femmes, les grands thèmes de toute son œuvre : la vie, la mort, l’amour.
En 1985, elle publie La Maison sans racines
Andrée Chédid a également publié des nouvelles (Le Corps et le Temps, 1979) et des pièces de théâtre, dont Bérénice d’Égypte (1968)
Andrée Chédid est la mère du chanteur Louis Chédid et la grand-mère de M (Mathieu Chédid)
Chessex Jacques1934Jacques Chessex est né le 1er mars 1934 dans le canton de Vaud, en Suisse. Il est originaire d’une famille de paysans et d’enseignants du côté de son père et par sa mère d’une ascendance industrielle et commerçante du Jura.
C’est d’abord à la poésie que Jacques Chessex vouera toute son attention. En 1954 paraissent les poèmes du Jour proche, suivis de deux recueils : Une voix la nuit et batailles dans l’air. En 1962, il publie chez Gallimard un bref récit, la tête ouverte,  » où l’on respire un bon coup de sensualité ironique, d’obsessions délétères et de liberté … une bouffée d’air drolatique chez Calvin ».
En 1962, il se lie également d’amitié » avec François Nourissier qui le fera ensuite entrer chez Grasset.
Puis Jacques Chessex se consacre au roman et à la nouvelle. En 1973, L’Ogre reçoit le prix Goncourt.
Il vit à Ropraz, non loin de Lausanne. Il est l’auteur, entre autres, de L’ardent Royaume, Le séjour des morts, Les Yeux jaunes, Judas le transparent… Jacques Chessex a publié dernièrement, La Mort d’un juste (1996) et L’Imitation
Jacques Chessex sur le site des Editions Grasset
Cholodenko Marc1950Marc Cholodenko est né le 11 février 1950 à Paris.
Il est traducteur de l’anglais (notamment William Gaddis).
Marc Cholodenko est scénariste (il a travaillé avec Philippe Garrel sur  cinq films).
Il est notamment l’auteur de :
1971 Parcs
1974 Princes
1975 Cent chants à l’adresse de ses frères
1976 Les Etats du Désert
1976 Le Roi des Fées
1979 Les Pleurs ou le grand oeuvre d’Andréa Bajarsky
1980 La tentation du Trajet Rimbaud
1981 2 Odes
1982 Meurtre
1985 Histoire de Vincent Lanon
Marc Cholodenko sur le site de l’éditeur P.O.L
Cixous Hélène1937Hélène Cixous est née en 1937 à Oran.
Après une thèse de doctorat sur Joyce en 1968, elle se spécialise dans la littérature anglo-saxonne. Elle contribue à la fondation de l’université Paris-VIII, où elle crée et dirige le Centre d’études féminines. Avec Michel Foucault, elle crée le Groupe information-prison et elle travaille avec Jacques Derrida dans le cadre du Collège international de philosophie.
Elle a notamment publié :
1969: Dedans (prix Médicis).
1970: Le troisième corps
1972: Neutre
1974: création du doctorat « études féminines ».
1975: Souffles (elle commence à publier aux éditions Des femmes.
1977: Angst
1980: Illa
1983: le livre de Promethea
1984: commence à écrire pour Ariane Mnouchkine.
1988: Manne
1991: L’Ange au secret
1999: Osnabrück (Des femmes, Antoinette Fouque)
1999-2000: Tambours sur la digue, théâtre du Soleil.
2000: les Rêveries de la femme sauvage
Depuis 1982: séminaire de doctorat de Paris-VIII au Collège international de philosophie.
Membre du Parlement international des écrivains.
Claudel Philippe1962Philippe Claudel est né en Lorraine en 1962. Écrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux éditions Stock Les Âmes grises, La Petite Fille de Monsieur Linh, Le Rapport de Brodeck, L’Arbre du pays Toraja et L’Archipel du chien. Il est secrétaire général de l’académie Goncourt.
Source : Le livre de poche
Clavel Bernard1923Bernard Clavel est né le 29 mai 1923 à Lons-le-Saunier.
A 14 ans, il entre en apprentissage. Deux années sous la coupe d’un patron injuste et brutal feront de lui un éternel révolté.
Du fournil à l’usine, du vignoble à la forêt, de la baraque de lutte à l’atelier de reliure, de la Sécurité sociale à la presse, il connaît bien des métiers qui constituent « ses universités », un peu comme London qui l’a fait rêver, ou Gorki à qui Maurois devait le comparer dès ses premiers livres.
Sans conseiller, sans maître, dès l’adolescence, il peint, il écrit. Il détruit romans, poèmes et nouvelles avant que paraisse son premier livre, en 1956. Encouragé notamment par Armand Lanoux, Gaston Bachelard, Gabriel Marcel , Hervé Bazin, Marcel Aymé et quelques autres écrivains, il poursuit une œuvre qui s’impose. En vingt-sept années, il publie cinquante livres traduits dans une vingtaine de pays. Certains connaissent des tirages qui dépassent plusieurs millions d’exemplaires pour la seule langue française.
Bernard Clavel a obtenu de nombreuses récompenses depuis le prix Résonance pour sa première nouvelle, jusqu’au prix Goncourt pour Les Fruits de l’hiver et au Grand Prix de la Ville de Paris pour l’ensemble de son œuvre.
Elu à l’Académie Goncourt en 1971 au couvert de Jean Giono, il démissionne en 77, trop pris par l’écriture pour donner tant de temps à la lecture et plus à l’aise dans le Grand Nord que dans les salons. Eternel errant, il a déménagé près de trente fois, écrivant et peignant partout avec le même acharnement.
Bernard Clavel a été désigné par un sondage SOFRES comme l’un des trois écrivains préférés des Français. Parmi ses romans célèbres: la série des Colonnes du ciel, de La grande patience, L’Espagnol…
Le site officiel de Bernard Clavel
Clément Catherine1939Catherine Clément est née en 1939.
Elle est l’auteur de Pour l’amour de l’Inde, la Valse inachevée (1994), la Putain du diable, le Voyage de Théo (1997), Martin et Hannah (1998).
Combaz Christian1954Né en 1954, auteur insensible aux attraits du sérail parisien dont il est issu (Sciences-Po, chroniqueur au Figaro à 22 ans, comblé dès son premier livre, Messieurs, par une critique unanime), Christian Combaz partage son temps entre New York et le sud de la France où il vit depuis dix-sept ans.
Il est notamment l’auteur de :
Messieurs – Seuil, 1979
Montefalco – Seuil, 1981
Constance D – Seuil, 1982
Oncle Octave – Seuil, 1983
La Compagnie des ombres – Seuil, 1985.
Le Cercle militaire – Seuil, 1987
A ceux qu’on n’a pas aimés – Seuil, 1988
Eloge de l’âge – Laffont- 1989.
Les Sabots d’Emile – Laffont, 1989
Chez Cyprien – Laffont, 1990
Bal dans la maison du pendu – Laffont, 1991
Un site dédié à Christian Combaz
Comte-Sponville André1952André Comte-Sponville est né en 1952 à Paris.
Il est ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de philosophie, et docteur de troisième cycle.
André Comte-Sponville est maître de conférences à la Sorbonne (Université Paris l) et Docteur Honoris Causa de l’Université de Mons-Hainaut, en Belgique.
Il a dirigé deux numéros de la Revue internationale de philosophie, consacrés à Montaigne (1992) et Pascal (1997).
Il se fait connaître du grand public par un premier ouvrage, devenu un best-seller : Le petit traité des grandes vertus (1995, prix La Bruyère de l’Académie française). Préférant s’affranchir des grands systèmes philosophiques, André Comte-Sponville  » se situe dans la lignée des Sénèque, Epictète, Epicure, Marc Aurèle et Montaigne en examinant les fondements de l’art de vivre et recense ainsi dix-huit vertus principales, (amour, courage, pureté, politesse, bienveillance, prudence, tempérance…) ».
Il a également publié L’amour, la solitude (1997), De l’autre côté du désespoir (1997), La sagesse des modernes, dix questions pour notre temps (avec Luc Ferry, 1998) , Pensées sur la morale, Pensées sur la politique, Pensées sur l’amour. Pensées sur la mort, Pensées sur la liberté et Pensées sur la connaissance (1998).
Constant Paule1944Paule Constant est née en 1944 dans les Pyrénées-Atlantiques.
Elle est Docteur es lettres, professeur des universités et spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle. Elle a enseigné aux États-Unis comme visiting professor.
Prix Goncourt 1998 pour Confidence pour confidence.
À la télévision, elle a collaboré à l’émission thématique sur La naissance des Demoiselles d’Arte et a écrit un documentaire sur l’Amazone pour France 2 (1997).
Elle est l’auteur de :
L’Education des jeunes filles de l’aristocratie du seizième au dix-neuvième siècle. Thèse de Lettres, Paris IV, 1986.
Ouregano, roman. – Gallimard, 1980
Propriété privée. Gallimard, 1981
Balta, roman. – Gallimard, 1983
Un Monde à l’usage des demoiselles. – Gallimard, 1987
White spirit, roman. – Gallimard, 1989 – Grand prix de l’Académie française
Le grand Ghâpal, roman. – Gallimard, 1991
La fille du Gobernator, roman. – Gallimard, 1994
Confidence pour confidence, roman. – Gallimard, 1998 – Prix Goncourt 1998.
Sucre et secret. – Gallimard, 2003
Cossé Laurence1950Laurence Cossé est née en 1950.
Elle est l’auteur de : les Chambres du Sud (1981), le Coin du voile (1996), la Femme du premier ministre (1998), Le Mobilier national (2001)
Cusset Catherine1963Catherine Cusset est née en 1963. Elle est romancière , enseigne la littérature du XVIIIème siècle aux Etats-Unis.
Elle est notamment l’auteur de :
La Blouse roumaine (1990)
En toute innocence ( 1995)
A vous (1996)
Jouir (1997)
Le Problème avec Jane ( 1999 )
La Haine de la famille ( 2001)
Le problème avec Jane , son avant-dernier roman a obtenu le grand prix des lectrices de ELLE : il s’agit en fait du titre d’un manuscrit que Jane, précisément, découvre un matin sur le seuil de sa porte. Jeune, blanche et américaine, Jane est professeur de lettres à Devayne, sur la côte Est à environ une demi-heure de New York.  » Un rêve, le début d’une vie glorieuse, le bonheur. « 
Jane dévore l’étrange document. Ce texte anonyme, écrit comme un roman, a pour héroïne Jane, elle-même. Il raconte par le détail toute son existence professionnelle, personnelle, sentimentale. Ses doutes, ses pensées, ses plaisirs, ses fautes, tout est exposé avec une précision stupéfiante.
En lisant ces feuilles, c’est sa propre vie que Jane voit défiler, épisode par épisode. Qui est l’auteur de cette extraordinaire supercherie ?
Ce portrait d’une femme moderne s’accompagne d’une satire des milieux universitaires américains que Catherine Cusset connaît bien (elle enseigne la littérature du XVIIIème siècle à Yale).
Catherine Cusset vient de publier La Haine de la famille (2001).
d’Encausse Hélène-Carrère1929Naissance à Paris , le 6 juillet 1929, d’Hélène Carrère d’Encausse « dans une famille que l’esprit cosmopolite et la révolution russe ont de longue date dispersée à travers l’Europe ».
Après des doctorats en histoire, en lettres et sciences humaines, elle obtient un diplôme à l’Institut politique de Paris,
Elle enseigne l’histoire et les sciences politiques à la Sorbonne avant de transférer sa chaire professorale – « l’esprit nomade de la famille aidant » – à l’Institut d’Études politiques de Paris.
Elle reçoit le prix Aujourd’hui pour L’Empire éclaté en 1978, le prix Louise Weiss en 1987; le prix Comenius en 1992 pour l’ensemble de son œuvre et le prix des Ambassadeurs en 1997, pour Nicolas II. Elle est membre associé de l’Académie royale de Belgique.
Hélène Carrère d’Encausse est élue à l’Académie française, le 13 décembre 1990, au fauteuil de Jean Mistler (14e fauteuil). Elle est élue, Secrétaire perpétuel , le 21 octobre 1999
d’Ormesson Jean1925Jean Lefèvre d’Ormesson est né en 1925 à Paris. Il est issu d’une illustre famille qui compte plusieurs diplomates, dont son père, qui lui fit découvrir l’Allemagne, le Brésil, la Roumanie.
Jean d’Ormesson suit de brillantes études et devient haut fonctionnaire. Il participera à plusieurs cabinets ministériels puis sera nommé à l’Unesco.
Un premier roman publié en 1956, l’Amour est un plaisir, puis Du côté de chez Jean (1959) et Au revoir et merci (1966) « traduisent le plaisir de vivre et l’insouciance de Jean d’Ormesson » . En 1971, il publie la Gloire de l’Empire qui le consacre vraiment comme écrivain.
En 1974, année de sa nomination au poste de directeur du Figaro, Jean d’Ormesson est reçu à l’Académie française; la même année, il publie Au plaisir de Dieu, une fresque sociale et familiale ayant pour toile de fond l’histoire du siècle et ses péripéties tragiques.
Jean d’Ormesson est également l’auteur de : le Vent du soir (1985), Tous les hommes en sont fous (1986), le Bonheur à San Miniato (1987), Histoire du Juif errant (1990), Au plaisir de Dieu, Jean qui grogne et Jean qui rit, La Douane de mer (1993), Presque rien sur presque tout, Casimir mène la grande vie, Une autre histoire de la littérature française, Le rapport Gabriel….
En 2003, « C’était bien » raconte la vie de l’auteur et anticipe même sa mort. Avec « Une fête en larme » en 2005, il tente l’originalité et, toujours en se mettant en scène, il se met à raconter son roman idéal à un journaliste. Enfin en 2006, il se laisse aller et publie « La Création du monde », roman d’un nouveau genre pour lui et très attendu par la critique littéraire. En 2007 paraît son nouveau roman « Odeur du temps » aux éditions Héloïse d’Ormesson, maison dirigée par sa fille. En 2009, il publie coup sur coup deux ouvrages, « L’Enfant qui attendait un train », un album jeunesse, et « Saveur du temps », le deuxième tome de ses chroniques au Figaro.
En 2012, il joue le rôle du Président de la République au côté de Catherine Frot dans « Les délices du palais » de Christian Vincent. En 2014, épuisé par la maladie, il sort tout de même un nouveau roman « Comme un chant d’espérance ». Il est mort le 5 décembre 2017.

Jean d’Ormesson sur le site de l’Académie française.

Da Costa Mélissa 1990Mélissa Da Costa est néée en 1990. Elle est l’autrice de Tout le bleu du ciel, des Lendemains et de Je revenais des autres. Trois romans portés par les libraires et salués par la presse qui ont conquis plus d’un million de lecteurs. Elle figure au palmarès du Figaro des auteurs français ayant le plus vendus de livres en 2020.
Source : https://www.albin-michel.fr/
Daeninckx Didier1949Didier Daeninckx est né en 1949, à Saint-Denis. Il a exercé de 1966 à 1977 le métier d’ouvrier imprimeur. En 1977, le imprimeries ferment les unes après les autres. C’est la crise. Didier Daeninckx se retrouve plusieurs fois au chômage. Il profite du temps qu’il a pour écrire. Pourquoi cette envie d’écrire ?  » Je crois que la raison profonde, c’est que lors de ma dernière année de travail en tant qu’ouvrier imprimeur, j’ai imprimé pendant un an à des centaines de milliers d’exemplaires le même formulaire de réparation des voitures Renault. J’étais alors dans la position de Charlot dans le film Les Temps modernes, qui fait un travail répétitif dépourvu de sens. D’un seul coup, il n’y avait plus du tout de créativité dans mon travail alors que jusque-là, le métier d’ouvrier imprimeur s’était révélé vraiment passionnant. Il me semble que quand je me suis retrouvé au chômage, j’ai écrit un roman pour affirmer que je n’étais pas réductible à un morceau de machine à produire du papier publicitaire. « 
En 1977 Didier Daeninckx publie donc son premier roman noir. Il s’agit de Mort au premier tour qui annonce déjà ses œuvres ultérieures. La première enquête de l’inspecteur Cadin se déroule dans la banlieue de Strasbourg. Le corps d’un conseiller municipal écologiste opposé à la construction d’une centrale nucléaire est découvert sur le chantier. Si le héros parvient à connaître la vérité, il ne pourra malheureusement pas la faire éclater au grand jour.
Puis sept ans de silence. Sept ans pendant lesquels Didier Daeninckx mûrit son projet d’écriture. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la  » Série Noire  » de Gallimard. Didier Daeninckx y dénonce l’amnésie collective qui frappe la société française en rappelant un épisode de la guerre d’Algérie : la manifestation du 17 juin 1961 à Paris. La répression policière avait fait ce jour là des centaines de morts parmi les Français-Musulmans venus protester pacifiquement contre le couvre-feu imposé par le gouvernement.
Dans Le Der des ders (1984) Didier Daeninckx fait le procès du militarisme assassin et met en scène un groupe d’anarchistes. Cette histoire a été adaptée en BD par Tardi. Pour La Mort n’oublie personne (1989), il s’attaque au sujet de l’épuration.
Didier Daeninckx a publié une trentaine de titres qui confirment une volonté d’ancrer les intrigues du roman noir dans la réalité sociale et politique.
Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse…), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre.
Parmi les derniers livres publiés par Didier Daeninckx , notons Zapping (1992), Nazis dans le métro (1996), Mort au premier tour (1997).
Daniel Jean1920Jean Daniel est né en 1920 à Blida (Algérie). En 1942, il participe à la libération d’Alger. Puis s’engage dans la division Leclerc. En 1946 Jean Daniel est attaché à la présidence du Conseil des Ministres, auprès de Félix Gouin.
Il entre en 1954 à L’Express, fondé par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud, et en sera le rédacteur en chef. En 1964, il quitte L’Express pour créer et diriger Le Nouvel Observateur.
Il a publié une douzaine d’ouvrages, dont un roman (L’erreur), des essais, des nouvelles et des récits, notamment Le refuge et la source, L’ère des ruptures, L’ami anglais, Le temps qui reste, La blessure. En 1991, il publie Les Religions d’un Président, en 1996, Dieu est-il fanatique ? ( essai sur « une religieuse incapacité de croire ») et en 1998 Avec le temps, carnets 1970-1998.
Il vient de publier en octobre 2000 Soleil d’hiver, carnets 1998-2000.
Dantec Maurice1959Maurice Dantec est né en 1959. Il a passé son enfance à Ivry-sur-Seine. Son père était journaliste scientifique et sa mère couturière.
Enfant, Maurice s’imaginait cosmonaute en jouant avec la figurine de Gagarine ramenée par papa d’URSS.
Dans les années 80, il fait ses premières armes dans la contre-culture technoïde avec son groupe Artefact. Puis il s’essaye à différents métiers, dont celui de la publicité. Au début des années 90, il décide de se consacrer à l’écriture.
Il publie son premier roman La Sirène Rouge chez Gallimard (Série Noire) en 1993
En 1995, il écrit et publie Les Racines du Mal, toujours chez Gallimard (Série Noire).
L’été suivant, Maurice Dantec signe le premier texte du feuilleton du Monde, à l’occasion des 50 bougies de la collection Série Noire : Là où tombent les Anges, un texte marqué par l’influence de William Gibson.
Il a publié son troisième roman, Babylon Babies, en mars 1999.
Maurice Dantec vit à Montréal, depuis 1997.
Maurice Dantec sur le site de Cafard Cosmique
Darrieussecq Marie1969Marie Darrieussecq est née le 3 janvier 1969 à Wiiurtennsee (Pays-Bas).

Sa biographie (succincte), telle que présentée sur le site de l’éditeur P.O.L est la suivante :
1971 : L’entreprise familiale de gouda fait faillite. Déménagement et traumatisme.
1972 : Ecole maternelle.
1973 : Premier coup de foudre.
1974 : Après un an de lutte acharnée auprès du rectorat, ses parents réussissent à la faire entrer  » avec un an d’avance  » à l’école primaire.
1975 : Redoublement.
1976 : Elle fait du vélo sans petites roues.
1977 : Episode dit du  » fromage blanc « .
1980 : Apprentissage difficile des verbes irréguliers (to sing I sang sung).
1982 : Lauréate du grand concours de nouvelles de la ville de Bayonne (sa ville d’adoption).
1984 : Grande année initiatique. Elle se met à fumer.
1985 : Elle devient l’égérie des  » Suppositoires  » (véridique).
1986 : Baccalauréat de mathématiques.
1987 : Elle arrête de fumer.
1988 : Brouille définitive avec Géraldine.
1990 : Voyage aux Etats-Unis. A Boston, elle quitte Nicolas.
1991 : Deuxième coup de foudre.
1996 : Truismes, éditions P.O.L. Elle se remet à fumer.
1998 : Naissance des fantômes, éditions P.O.L.
1999 : Le Mal de mer, éditions P.O.L.Précisions sur les vagues, éditions P.O.L.
Marie Darrieussecq sur le site de l’éditeur P.O.L
de Brissac Elvire1939 Elvire de Brissac est née en 1939 à Paris. Elle est l’auteur notamment de A pleur-joie (Prix des Deux-Magots), Un long mois de septembre (Grand prix des lectrices de Elle), Une forêt soumise, Au diable, Le Tour de l’arbre et Les Anges d’en-bas (Prix Goncourt de la Nouvelle 1999).
de Decker Michel1948Michel de Decker est né en 1948 à Saint-Pol-sur-Mer (Nord). Il est écrivain historien se situe dans la foulée de son ami André Castelot et celle d’Alain Decaux, avec lesquels il a participé à de nombreuses Tribunes de l’Histoire (France-Inter).
Auteur d’une vingtaine de titres (publiés chez Perrin, Belfond, Pygmalion, Lafon etc) il est aussi producteur d’émissions TV (Fr3 Normandie) chroniqueur historique sur France Bleu et conférencier (conteur) fort apprécié.
Tant sur terre que sur mer (Grande conférences du Figaro, de Vichy, Biarritz etc), il anime aussi les après-midi de diverses universités du temps libres et sème la bonne parole de l’histoire auprès de nombreux croisiéristes (à bord du France-Norway, du World Renaissance, du Mistral etc).
Président de la Société des Auteurs de Normandie il organise de nombreux Salons du Livre et participe à toutes les grandes manifestations littéraires de France et de Navarre. Il est également l’auteur de quelques spectacles du genre son et lumière ou comédies musicales.
www.michel-de-decker.com
de Moncan Patrice1948Docteur en Sciences Economiques, historien, Patrice de Moncan  est né en 1948. Il a publié de nombreux ouvrages sur Paris et la ville  , tant historiques que socio-économiques dont certains, comme A qui appartient la France ?, Villes utopiques, villes rêvées, ou encore Les Passages couverts de Paris, font autorité. Les Passages couverts en Europe font suite à ce dernier. Patrice de Moncan a reçu, pour son livre Le Paris d’Haussmann, le Prix Haussmann 2003 et le Prix Charles Garnier, décerné par la Société de Géographie
de Obaldia René1918René de Obaldia est né le 22 octobre 1918 à Hong-Kong d’un père panaméen et d’une mère française. Son père est alors consul du Panama dans cette ancienne colonie britannique.
René de Obaldia passe son enfance en France. Il fait ses études au lycée Condorcet. Survient la Seconde Guerre mondiale; il est mobilisé en 1940, et fait prisonnier. Il est envoyé dans un camp en Pologne (Silésie), il y demeurera quatre ans . Il esr rapatrié comme grand malade au Val-de-Grâce en 1944.
Il se consacre alors à la littérature : il collabore à de nombreuses revues littéraires avant de publier, en 1952, Les Richesses naturelles, suite de « récits éclairs » dont la singularité attire sur lui l’attention de la critique.
Puis, après un court passage comme directeur littéraire aux Éditions Pierre Horay, René de Obaldia publie, en 1956, son premier roman Tamerlan des cœurs.
Suivront deux récits : Fugue à Waterloo et La Passion d’Émile (1956, Grand Prix de l’Humour Noir) et un second roman, Le Centenaire, « épopée de la mémoire » (1960, Prix Combat).
René de Obaldia se tourne alors vers le théâtre. Sa première grande pièce, Genousie, sera jouée en 1960 au T.N.P. que dirige alors Jean Vilar. Suivront de nombreuses œuvres dramatiques (Michel Simon fit une entrée fracassante sur scène dans Du vent dans les branches de Sassafras), lesquelles, traduites en une vingtaines de langues, lui assureront une audience internationale.
René de Obaldia a été invité d’honneur de l’Atelier Imaginaire en 1997. Il a été reçu à l’Académie Française en 1999.
Œuvres littéraires
1949 Midi, poème.
1952 Les richesses naturelles, récits-éclairs.
1955 Tamerlan des cœurs, roman.
1956 Fugue à Waterloo, récit.
Le Graf Zeppelin ou La passion d’Émile, récit.
1959 Le Centenaire, roman.
1966 Obaldia,  » Humour secret « , choix de textes. Préface de Jean-Louis Bory.
1969 Les Innocentines, poèmes pour enfants et quelques adultes.
1993 Exobiographie, mémoires.
1996 Sur le ventre des veuves, recueil de poèmes.
Œuvres théâtrales
1960 Génousie – T.N.P.
1961 Impromptus à loisir – Théâtre de Poche Montparnasse.
(L’Azote, Le Défunt, Poivre de Cayenne, Le grand vizir)
1963 Le Satyre de la Villette – Théâtre de l’Atelier.
1964 Le Général inconnu – Théâtre de Lutèce.
1965 Le Cosmonaute agricole – Biennale de Paris.
Du vent dans les branches de sassafras – Théâtre Gramont.
1966 L’Air du large – Studio des Champs-Élysées.
1968 ….Et la fin était le bang – Théâtre des Célestins à Lyon.
La rue Obaldia – Théâtre de la Gaîté Montparnasse.
1971 La Baby-sitter et Deux femmes pour un fantôme – Théâtre de l’Œuvre.
1972 Petite suite poétique résolument optimiste – Comédie française.
1973 Underground établissement : Le Damné et Classe Terminale – Théâtre Saint-Roch (Chapelle du Calvaire).
1975 Monsieur Klebs et Rozalie – Théâtre de l’Œuvre.
1977 Spectacle Obaldia : Le Grand Vizir et Le Cosmonaute agricole – Théâtre du Marais.
1979 Le Banquet des méduses – Théâtre Montansier (Versailles).
1980 Les Bons Bourgeois – Théâtre Hébertot.
1981 Visages d’Obaldia (T.F.1).
1986 Endives et miséricorde – Théâtre Mouffetard.
1991 Grasse matinée – Théâtre du Marais.
Les Larmes de l’aveugle,
Richesses naturelles – Théâtre Espace Acteur.
1993 Les Innocentines – Théâtre 14.
1996 Soirée Obaldia – Théâtre Molière
1999 Obaldiableries : Rappening, Pour ses beaux yeux, Entre chienne et loup – Théâtre 14.
René de Obaldia sur le site de l’Académie française
de Romilly Jacqueline1913 Jacqueline de Romilly ((fille de Maxime David, professeur de philosophie et de Jeanne Malvoisin), est née en 1913 à Chartres. Elle a épousé en 1940 Michel Worms de Romilly.
Elle suit ses études à Paris : lycée Molière (lauréate du concours général, la première année où les filles pouvaient concourir), à Louis-le-Grand, à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (1933), à la Sorbonne. Agrégée des lettres, docteur ès lettres, elle enseigne quelques années dans des lycées, puis devient professeur de langue et littérature grecques à l’université de Lille (1949-1957) et à la Sorbonne (1957-1973), avant d’être nommée professeur au Collège de France en 1973 (La Grèce et la formation de la pensée morale et politique). En 1988, elle est élue à l’Académie française. Elle a publié de nombreux ouvrages, notamment La Grèce antique et la découverte de la liberté, un roman (Ouverture à cœur) et la Lettre aux parents sur les choix scolaires.
Liste des ouvrages publiés par Jacqueline de Romilly
1947 Thucydide et l’impérialisme athénien. La pensée de l’historien et la genèse de l’œuvre
1956 Histoire et raison chez Thucydide
1958 La crainte et l’angoisse dans le théâtre d’Eschyle
1960 L’évolution du pathétique, d’Eschyle à Euripide
1968 Time in Greek Tragedy
1969 Nous autres professeurs
1970 La tragédie grecque
1971 La loi dans la pensée grecque, des origines à Aristote
1975 Problèmes de la démocratie grecque
1976 Magic and Rhetoric in ancient Greece Jackson Lectures
1977 The Rise and Fall of States according to Greek Authors Jerome Lectures
1979 La douceur dans la pensée grecque
1980 Précis de Littérature grecque
1984 Patience mon cœur, L’essor de la psychologie dans la littérature grecque classique
1984 L’enseignement en détresse
1985 Homère
1986 La modernité d’Euripide
1987 Sur les chemins de Sainte-Victoire
1988 Les grands sophistes dans l’Athènes de Périclès
1989 La Grèce antique à la découverte de la liberté
1990 Thucydide, la guerre du Péloponèse, éd., trad. et notes
1990 La construction de la vérité chez Thucydide
1990 Ouverture à cœur
1990 Discours de réception à l’Académie française et réponse d’Alain Peyrefitte
1991 Écrits sur l’enseignement (reprise de deux livres antérieurs)
1992 Pourquoi la Grèce ?
1993 Lettre aux parents sur les choix scolaires
1993 Les Œufs de Pâques
1995 Alcibiade ou Les dangers de l’ambition
1995 Rencontres avec la Grèce antique
1995 Tragédies grecques au fil des ans
1996 Jeux de lumière sur l’Hellade
1997 Hector
1998 Le Trésor des savoirs oubliés
1999 Laisse flotter les rubans
2000 Pour l’amour du grec, en collaboration avec Jean-Pierre Vernant
2000 La Grèce antique contre la violence
Jacqueline de Romilly sur le site de l’Académie française
de Rosnay Tatiana1960Tatiana de Rosnay est née le 28 septembre 1961, à Neuilly-sur-Seine. Son père est français d’origine russe, sa mère, anglaise. Elle se décrit comme étant « franglaise » et a été élevée à Boston et à Paris. Après des études littéraires en Angleterre, à l’Université de East Anglia, Tatiana a travaillé à Paris comme journaliste pour Vanity Fair, Psychologies Magazine, ELLE et le JDD.
Tatiana de Rosnay a publié son premier roman, L’Appartement témoin, en 1992. Depuis, elle a publié une quinzaine de livres dont Elle s’appelait Sarah, vendu à onze millions d’exemplaires dans le monde et porté à l’écran par Gilles Paquet-Brenner en 2010.
Sa romancière préférée est Daphné du Maurier, dont elle a publié la biographie en mars 2015, Manderley for ever, ( Livre de Poche) nominé pour le Goncourt de la biographie 2015 et gagnant du prix de la biographie d’Hossegor 2015. En 2018, elle a publié aux Editons Michel Lafon, en collaboration avec sa fille photographe, Charlotte Jolly de Rosnay, la vie de Tamara de Lempicka, son peintre préféré : Tamara par Tatiana.
Sentinelle de la Pluie, paru au Livre de Poche en 2019, est traduit dans plusieurs pays.
Les Fleurs de l’Ombre, est paru en mars 2020 aux éditions Robert Laffont, coédition Heloise d’Ormesson.
Bilingue, Tatiana de Rosnay écrit certains de ses romans en anglais et d’autres en français. Ses livres sont traduits dans une quarantaine de pays et elle figure sur la liste des romanciers français les plus lus à l’étranger, notamment aux Pays-Bas et aux États-Unis.
Ses thèmes de prédilection sont les secrets de famille et la mémoire des murs.
Elle vit en France avec sa famille.

Bibliographie :
Nous irons mieux demain, éditions Robert Laffont, 2022,
Célestine du Bac, Robert Laffont/Héloïse d’Ormesson, 2021
Les fleurs de l’ombre, Robert Laffont/Héloïse d’Ormesson, 2020
Tamara par Tatiana , éditions Michel Lafon, 2018
Sentinelle de la Pluie, Éditions Heloise d’Ormesson , 2018, Le Livre de Poche, 2019
Moka. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2016. Le Livre de Poche, 2009.
Manderley for ever. Albin Michel – Éditions Héloïse d’Ormesson, 2015. Le Livre de Poche, 2016.
Son carnet rouge. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2014. Le Livre de Poche, 2015.
Café Lowendal et autres nouvelles, Le Livre de Poche, 2014.
À l’encre russe. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013. Le Livre de Poche, 2014.
Spirales. Le Livre de Poche, 2013.
Rose. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2011. Le Livre de Poche, 2012.
Le Cœur d’une autre, Le Livre de Poche, 2011.
Le Voisin. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010. Le Livre de Poche, 2011.
Boomerang. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2009. Le Livre de Poche, 2010.
La Mémoire des murs. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2008. Le Livre de Poche, 2010.
Elle s’appelait Sarah. Éditions Héloïse d’Ormesson, 2007. Le Livre de Poche, 2008.
L’Appartement témoin. Fayard, 1992. J’ai Lu, 2010. Le Livre de Poche, 2017

de Saint André Alix1957Alix de Saint André est née en 1957. Elle est journaliste et écrivain. Elle a notamment publié L’ange et le réservoir de liquide à freins aux éditions Gallimard, repris chez Folio Policier en 1994, dans la collection Série noire et un essai, Archives des Anges, paru en 1998 chez Nil Editions, également publié en Folio la même année et Papa est au Panthéon (Gallimard, 2001).
de Swarte Vincent1963Vincent de Swarte est né en 1963. Il a publié deux romans pour la jeunesse dans la collection Page blanche, aux éditions Gallimard : Le Carrousel des mers et Le Cirque de la lune. Son premier roman, Pharricide, paru en 1998 aux Éditions Calmann-Lévy, a obtenu le prix Charles Brisset.
Debray Régis1940Régis Debray est né le 2 septembre 1940 à Paris.
Après l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm et une agrégation de philosophie, il adhère au Parti communiste. Il s’installe à La Havane et suit Che Guevara en Bolivie où il est arrêté (1967-1970). Libéré et rentré en France, il analyse l’impact des médias, de la communication et fonde les Cahiers de médiologie. Il a été conseillé du président François Mitterrand de 1981 à 1984.
Il a publié, entre autres, La Critique des Armes (1973), la Guerre du Che (1974) , l’Indésirable (1975), La Neige brûle (1977, prix Fémina), Le Pouvoir I,tellectuel en France (1979), Les Empires contre l’Europe ( 195), Eloges (1986), Les Masques ( 1987), Que Vive la République ( 1988), Christophe Colomb ( 1992) .
Decaux Alain1925Alain Decaux est né en 1925 à Lille.
Il fait ses études à Lille, au lycée Faidherbe, puis à Paris, au lycée Janson de Sailly.
Puis il vient à Paris pour et suit , pour son plaisir, des cours d’histoire à la Sorbonne.
Son premier livre, Louis XVII retrouvé, est publié en 1947. En 1949, il est couronné par l’Académie française à vingt-cinq ans, pour son second ouvrage, Letizia.
Attiré très tôt par l’audiovisuel, Alain Decaux fonde à la Radiodiffusion française, en 1951 (avec André Castelot et Jean-Claude Colin-Simard, puis Jean-François Chiappe) La Tribune de l’Histoire. Cette émission hebdomadaire qui sera diffusée sans interruption jusqu’en 1997.
En 1957, il crée (avec Stellio Lorenzi et André Castelot) La camera explore le temps à la Télévision française. Cette émission se poursuivra jusqu’en 1966. De 1969 à 1988, il a donné, sur la deuxième channe de télévision, sur Antenne 2, puis sur TF1, Alain Decaux raconte, émission devenue Alain Decaux face à l’Histoire, où, chaque mois, seul à l’image pendant une heure, il traitait d’un personnage ou d’un événement de l’Histoire. parallèlement, il poursuit la publication de ses ouvrages. De juin 1988 à mai 1991, il a été ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, chargé de la Francophonie.
Alain Decaux a été élu à l’Académie française le 15 février 1979, au fauteuil de Jean Guéhenno
Alain Decaux est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages , dont notamment :
1947 Louis XVII retrouvé.
1949 Letizia. Napoléon et sa mère.
1952 La Conspiration du général Malet. La Médaille militaire.
1953 La Castiglione, dame de cœur de l’Europe, d’après sa correspondance et son journal inédits.
1954 Les Grandes Heures de Versailles. De l’Atlantide à Mayerling.
1957 Cet autre Aiglon, le Prince impérial.
1958 Offenbach, roi du Second Empire. L’Empire, l’amour et l’argent.
1960 L’Énigme Anastasia, enquête.
1964 Les Heures brillantes de la Côte d’Azur. Grands Mystères du passé.
1966 Dossiers secrets de l’Histoire. Grands secrets, grandes énigmes.
1967 Nouveaux dossiers secrets.
1968 Les Rosenberg ne doivent pas mourir, pièce. Grandes aventures de l’Histoire.
1969 Le Livre de la famille impériale (en collaboration avec André Castelot et le général Kœnig).
1971 La Belle Histoire des marchands de Paris.
1972 Histoire des Françaises (2 vol.).
1976 Blanqui l’Insurgé.
1976-1977 Histoire de la France et des Français au jour le jour,(8 vol. en collaboration avec André Castelot, Jacques Levron et Marcel Jullian).
1977 Les Face à Face de l’Histoire.
1978 Alain Decaux raconte.
1979 Alain Decaux raconte (tome II).
1980 Alain Decaux raconte (tome III).
1981 Alain Decaux raconte (tome IV).
1982 L’Histoire en question.
1983 L’Histoire en question (tome II).
1984 Victor Hugo.
1986 Les Assassins.
1987 Destins fabuleux. Alain Decaux raconte l’Histoire de France aux enfants.
1988 Alain Decaux raconte la Révolution française aux enfants.
1991 Alain Decaux raconte Jésus aux enfants.
1992 Le Tapis rouge.
1993 Histoires extraordinaires. Mille neuf cent quarante-quatre.
1994 Nouvelles histoires extraordinaires.
1995 L’Abdication.
1996 C’était le XXe siècle. Alain Decaux raconte la Bible aux enfants.
1997 Monaco et ses princes. La Course à l’abîme.
1998 La Guerre absolue.
1999 Histoire des Françaises : Le Combat.
2000 Morts pour Vichy.
Alain Decaux sur le site de l’Académie française.
Decoin Didier1920Didier Decoin est né le 13 mars 1945 à Boulogne-Billancourt. Il est le fils du cinéaste Henry Decoin. Après des études secondaires au collège Sainte-Croix de Neuilly, Didier Decoin entre comme journaliste à France-Soir. Puis il collabore au Figaro, aux Nouvelles Littéraires, à Europe I, et participe à la création de V.S.D.
Parallèlement au journalisme, il entame une carrière de romancier. Il a vingt ans lorsqu’il publie son premier livre, Le Procès à l’amour. Celui-ci sera suivi d’une vingtaine de titres, dont John L’Enfer pour lequel, en 1977, il reçoit le prix Goncourt.
Pour sauvegarder sa liberté d’écrivain, Didier Decoin se dote d’un second métier garant de son indépendance, celui de scénariste. Il travaille au cinéma pour plusieurs réalisateurs dont notamment Marcel Carné, Robert Enrico, Henri Verneuil, et Maroun Bagdadi avec qui il recevra, pour le film Hors-la-vie, le prix spécial du jury au festival de Cannes. Mais c’est à la télévision que Didier Decoin consacre l’essentiel de ses activités. Auteur de très nombreux scripts originaux et d’adaptations, et après avoir dirigé pendant trois ans et demi la fiction de France 2, il reçoit en 1999 le Sept d’Or du meilleur scénario pour Le Comte de Monte-Cristo.
Didier Decoin est marié et père de trois enfants. Il vit en Normandie.
Il a été élu à l’Académie Goncourt en 1995.
Didier Decoin sur le site de l’Académie Goncourt.
Deforges Régine1935Régine Deforges est née en 1935 à Montmorillon dans la Vienne.
Elle a suivi ses études au Collège Saint-Martial à Montmorillon . D’abord libraire (1960-1976) puis éditeur, elle s’est ensuite spécialisée dans la littérature érotique au cours des années 60, ce qui lui a valu quelques soucis. Puis elle s’est consacrée au roman populaire à travers son célèbre cycle romanesque entamé avec La Bicyclette bleue (Prix des Maisons de la Presse 1983), dont les héros, Léa et François, poursuivent leurs aventures dans six autres volumes : 101, avenue Henri-Martin (1984), Le Diable en rit encore (1985), Noir Tango (1991), Rue de la Soie , La Dernière Colline et Cuba libre !.
Cette épopée romanesque, s’est vendue à près de10 millions d’exemplaires.
Régine Deforges a été chargée de mission au près du Ministère de la Culture en 1982 et 1983. Elle est membre du jury du prix fémina depuis 1984
Deguy Michel1930Michel Deguy est né en 1930. Poète, essayiste, agrégé de philosophie et professeur de littérature, Il a traduit les œuvres de Hölderlin, Celan, Heidegger. Son œuvre poétique est composée, entre autres, de Fragments du cadastre (prix Félix-Fénéon, 1960), Poèmes de la Presqu’île (prix Max-Jacob, 1961), Biefs (1964), Jumelages (1978), Gisants (1985). Son œuvre en prose comprend aussi des essais, comme Tombeau de Du Bellay (1973), La Machine matrimoniale ou Marivaux (1982), La Poésie n’est pas seule (1988) ou Aux heures d’affluence (1993).
Michel Deguy a également fondé plusieurs revues : Revue de poésie (1964-1971), Poésie (créée en 1977) et a collaboré à d’autres (La NRF, Les Cahiers du chemin, Critique, Tel Quel, Les Temps modernes…).
Il a été président du Collège international de philosophie de 1989 à 1992 et de la Maison des Écrivains de 1992 à 1998.
del Castillo Michel1933Michel del Castillo est né le 2 Août 1933 à Madrid.
Lors de la guerre civile espagnole, il passe par un orphelinat à Barcelone, part en exode avec sa mère en France et est déporté dans les camps nazis. Rescapé, il revient en France et commence à écrire.
Il a publié plus d’une vingtaine de récits et de romans, notamment Tanguy (1957), La Guitare (1958), Gerardo Laïn (1969) , Le Vent de la Nuit ( 1973, prix des libraires) , Le Silence des Pierres ( 1975) , la Nuit du décret (1981, Prix Renaudot) , Avec Une Femme en soi (1991, prix du Levant).
Delaume Chloé1973Chloé Delaume est née en 1973. Elle pratique l’écriture sur de multiples formes et supports depuis plus de deux décennies. Près d’une trentaine de livres comme autant d’expériences : romans, fragments poétiques, théâtre, essais, autofictions. Son roman Le Cœur synthétique, paru aux éditions du Seuil, a reçu le Prix Médicis en 2020.

Son site internet : http://www.chloedelaume.net
Delay Florence1941Florence Delay est née le 19 mars 1941 à Paris. Elle est la fille de Marie-Madeleine Carrez et de Jean Delay. Elle a fait ses études au lycée Jean de la Fontaine puis à la Sorbonne. Agrégée d’espagnol, elle s’oriente vers la littérature générale et comparée qu’elle enseigne depuis 1967 — et depuis 1972 à l’université de la Sorbonne-Nouvelle.
À vingt ans, Florence Delay a interprété le rôle de Jeanne d’Arc dans Procès de Jeanne d’Arc de Robert Bresson.
Elle a publié son premier roman d’éducation, Minuit sur les jeux, en 1973. Elle a obtenu le prix Femina en 1983 pour Riche et légère, le prix François Mauriac en 1990 pour Extremendi, le grand prix du roman de la Ville de Paris en 1999, le prix de l’essai de l’Académie française pour Dit Nerval.
À partir de Petites formes en prose après Edison (1987), elle a alterné romans et essais. Parallèlement, elle est restée fidèle au théâtre et à l’Espagne. Élève à l’École du Vieux-Colombier, assistante de Raymond Rouleau, régisseur-stagiaire de Jean Vilar au Festival d’Avignon, assistante de Georges Wilson au TNP (1963-1964), elle a traduit le dernier spectacle de Victor Garcia, Acte sacramentel de Calderón (1981), La Célestine de Fernando de Rojas, mise en scène par Antoine Vitez au Festival d’Avignon puis au théâtre de l’Odéon (1989). En cours, avec Jacques Roubaud, un cycle de dix pièces : Graal théâtre, sur la matière de Bretagne.
Florence Delay a été élue à l’Académie française, le 14 décembre 2000.
Delbourg Patrice1949Patrice Delbourg est né à Paris en 1949. Il est chroniqueur à « L’Evénement » et collabore aux « Papous dans la tête » sur France-Culture. Il est membre du comité directeur de la Société des gens de Lettres.
Patrice Delbourg est notamment l’auteur de :
Cadastres. – Le castor astral, 1978
La martingale de d’Alembert, 1981
Génériques, 1982
Embargo sur tendressel, 1984
Absence de pedigree, 1984
Un certain Blatte, 1989
Bureau des latitudes, 1993
Vivre surprend toujours : journal d’un hypocondriaque, 1994
Mélodies chroniques : la chanson française sur le grill, 1994
L’ampleur du désastre, 1995
Les désemparés : 53 portraits d’écrivains, 1996
Exercices de stèles, 1996
Demandez nos esquimaux, demandez nos calembours, 1997
Delerm Philippe1950Philippe Delerm est né le 27 novembre 1950. Il est professeur de Lettres au Collège Marie Curie à Bernay.
Il est notamment l’auteur de :
La cinquième saison , Un été pour mémoire , Le buveur de temps , Autumn , Les amoureux de l’Hôtel de Ville ,Mister Mouse ,Sundborn ou les jours de lumière , L’envol , Le bonheur – Tableaux et bavardages , Le miroir de ma mère (en collaboration avec Marthe Delerm ), Le bruit de la dynamo , La sieste assassinée , Plaisirs minuscules , La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, Il avait plu tout le dimanche, Les chemins nous inventent …
Delors Jacques1925Jacques Delors est né en 1925. Economiste et homme politique français dont le nom est surtout attaché à la  construction européenne dans les années 1980 et 1990. Il a été président de la Commission européenne
Il est l’auteur de :
Le nouveau concert européen, recueil de discours,1992, Odile Jacob
Combats pour l’Europe, 1996, Economica
Deniau Jean-François1928Jean-François Deniau est né à Paris, le 31 octobre 1928.
Il effectue ses études au Lycée pasteur de Neuilly sur Seine puis à l’école Sainte-Geneviève à Versailles. Il a été deux fois lauréat du Concours général. Il est docteur en droit, licencié ès lettres (ethnologie et sociologie), et diplômé de Institut d’études politiques de Paris. Il part en 1949 pour l’Indochine où il sert dans une unité de partisans montagnards et passe l’écrit de l’ENA à Saigon. Elève à l’ENA de 1950 à 1952, il devient Inspecteur des Finances en 1952.
Très tôt Jean-François Deniau s’intéresse à l’Europe. Chargé de mission en 1955 au Secrétariat général du Comité interministériel auprès du président du Conseil, il est l’un des responsables du traité de Rome fondant le Marché commun.
Jean-François Deniau est ensuite chargé de l’aide au développement, puis des relations extérieures à la Commission européenne à Bruxelles. C’est lui qui crée les principaux mécanismes d’aide en faveur des pays associés du tiers monde et conduit les négociations européennes et internationales.
Jean-François Deniau est nommé par le général de Gaulle ambassadeur en Mauritanie la veille de ses trente-cinq ans, puis ambassadeur auprès du roi d’Espagne en 1976 pour la période de la transition démocratique. Il a été six fois ministre de 1973 à 1980, notamment à
la Coopération, aux Affaires européennes, au Commerce extérieur. Il a été élu député du Cher en 1978 et président du Conseil général depuis 1980.
À partir de 1982, Jean-François Deniau se consacre au combat des peuples qui, du Cambodge à l’Érythrée et du Liban à l’Afghanistan, sont victimes d’une dictature ou d’une occupation étrangère et luttent pour leur liberté.
Jean-François Deniau mène ces activités sans jamais abandonner deux autres passions, celle d’écrire qui lui a valu en 1990 le grand prix Paul Morand de l’Académie française, et celle de la mer.
Il a été élu à l’Académie française, le 9 avril 1992.
Ses principaux ouvrages
1955 Le Bord des larmes
1958 Le Marché commun
1975 La mer est ronde
1977 L’Europe interdite
1985 Deux heures après minuit
1988 La Désirade
1989 Un héros très discret
1990 L’Empire nocturne
1992 Ce que je crois
1993 Le Secret du Roi des serpents
1994 Mémoires de sept vies. Tome1 : Les temps aventureux
1996 L’Atlantique est mon désert
1997 Mémoires de sept vies. Tome 2 : Croire et oser
1998 Le Bureau des secrets perdus
1999 Tadjoura
2000 Histoires de courage
2000 La bande à Suzanne
Jean-François Deniau sur le site de l’Académie française
Jean-François Deniau sur le site de l’Académie française.
Deon Michel1919Michel Deon est né le 4 août 1919, à Paris.
Il suit ses études à Janson de Sailly, puis aux lycées de Monaco et de Nice.
En 1937, il s’inscrit en faculté de droit à Paris, puis il est mobilisé jusqu’en novembre 1942.
De 1942 à 1956,  il se consacre au journalisme puis, uniquement à la littérature.
Fin 1942, Michel Deon reste en zone sud, comme secrétaire de rédaction à l’Action française, puis regagne Paris à l’automne 1944. Il travaille alors dans différents journaux.
En 1946, Michel Deon quitte Paris, il est alors correspondant de presse en Suisse et en Italie. En 1950, Michel Deon part pour les États-Unis grâce à une bourse de l’Institute of International Education, relayée par une bourse de la Fondation Rockefeller, qui lui permet de visiter le Canada français et d’étudier les mœurs et la langue des Acadiens de Louisiane
Fin 1951, Michel Deon rentre en France et se consacre de nouveau au journalisme. Il commence de publier régulièrement des romans.
En 1956, Michel Deon entre comme conseiller littéraire aux éditions Plon qu’il quitte, en 1958, pour séjourner dans différentes villes européeenes ( Portugal, Grèce…).
Michel Deon revient à Paris en 1961. Il collabore alors aux éditions de La Table ronde et tient la chronique dramatique des Nouvelles littéraires où il prend la succession de Gabriel Marcel.
En 1963, Michel Deon repart pour la Grèce et s’installe pour cinq ans à Spetsai. En 1968, il effectue un long séjour au Portugal, puis à partir de 1969, partage son année entre l’Irlande, la Grèce et Paris.
Michel Deon a reçu de nombreux prix littéraires :
Je ne veux jamais l’oublier (1951, le prix de la ville de Nice), lLe dieu pâle (1954, prix des Sept), Le balcon de Spetsai (1961, prix Kauffmann), Les poneys sauvages (1970, prix Interallié), Un taxi mauve (1973, le grand prix du roman de l’Académie française), Thomas et l’infini (1976, grand prix européen de littérature pour albums d’enfants ), Le Jeune Homme vert (1977, Glenfiddich Award), Je vous écris d’Italie (1984, le prix des Maisons de la presse)
Michel Deon a également reçu, en 1996, le prix Giono pour l’ensemble de son œuvre.
Michel Deon a été élu à l’Académie française, le 8 juin 1978.
Ses principaux ouvrages
1950 Je ne veux jamais l’oublier, roman
1952 La Corrida, roman
1954 Le Dieu pâle, roman
1955 Tout l’amour du monde, récits
1956 Lettre à un jeune Rastignac, pamphlet
1956 Les Trompeuses Espérances, roman
1958 Les Gens de la nuit, roman
1960 Tout l’amour du monde II, récits
1960 La Carotte et le Bâton, roman (La Table ronde).
1961 Le Balcon de Spetsai, récit
1964 Louis XIV par lui-même
1965 Le Rendez-vous de Patmos, récits
1967 Un parfum de jasmin, nouvelles
1967 Mégalonose, pamphlet
1970 Les Poneys sauvages, roman
1973 Un taxi mauve, roman
1975 Le Jeune Homme vert, roman
1975 Thomas et l’infini, récit pour enfants,
illustré par Étienne Delessert
1977 Les vingt ans du jeune homme vert, roman
1978 Mes arches de Noé, souvenirs (La Table ronde).
1981 Un déjeuner de soleil
1984 Je vous écris d’Italie.
1985 Bagages pour Vancouver (La Table ronde).
1987 La Montée du soir. Ma vie n’est plus un roman, théâtre
1990 Un souvenir
1992 Le Prix de l’amour, nouvelles Ariane ou l’oubli, théâtre.
1993 Pages grecques. Parlons-en …
(en collaboration avec Alice Déon)
1993 Je me suis beaucoup promené.
1995 Une longue amitié,
Lettres d’André Fraigneau et Michel Déon.
1995 Le Flâneur de Londres
1996 La Cour des grands
1998 Madame Rose 
Michel Deon sur le site de l’Académie française.
des Forets Louis-René1918Louis-René des Forêts est né en 1918 à Paris . il est est l’auteur, notamment, des Mendiants (1943), du Bavard (1946), d’un silence de vingt ans que rompt, à partir de 1984, la parution de fragments qui deviennent Ostinato (1997) qui bouleversa ses lecteurs et le genre autobiographique.
Il est mort en 2000.
Desarthe Agnès1966Agnès Desarthe est née à Paris en 1966. Elle a suivi les cours de l’Ecole Normale Supérieure. Agrégée d’anglais, elle est traductrice de littérature anglaise et américaine, auteur pour la jeunesse et romancière.
Agnès Desarthe a obtenu le prix Inter 1996 pour son roman Un secret sans importance.
Ses principaux ouvrages
Les peurs de Conception, L’Ecole des Loisirs, 1992.
Je ne l’aime pas Paulus, L’Ecole des Loisirs, 1992.
Quelques minutes de bonheur absolu. – Editions de l’Olivier, 1993,
Poète maudit, L’Ecole des Loisirs, 1995.
Un secret sans importance – Editions de l’Olivier, 1996 – Prix du Livre Inter
Tout ce qu’on ne dit pas, L’Ecole des Loisirs, 1996.
Je manque d’assurance, L’Ecole des Loisirs, 1997.
Cinq photos de ma femme. – Editions de l’Olivier, 1998.
Desbiolles Maryline1959Maryline Desbiolles est née en 1959 à Ugine (Savoie). Elle a passé toute son enfance à Levens et partage sa vie avec le sculpteur Bernard Pagès, à  » La Fontaine de Jarrier « , lieu-dit de la Pointe de Contes, dans le haut pays niçois.
C’est dans ce paysage aride aux vagues de marne grise, où Pagès manie depuis trente ans le bois, le fer où le béton, qu’elle écrit, tous les après-midi, dans un bureau minuscule à l’écart de la  » ferme « .
Le parcours littéraire de Maryline Desbiolles qui a quarante ans est déjà long, mais plutôt discret jusqu’à la publication, en 1998, de la  » Seiche « , un livre étonnant, obsessionnel, centré autour de la préparation d’une recette de seiches farcies !
Mais loin de jouer les  » mamma  » aux fourneaux, elle réussissait un beau roman, baroque, rythmé par la progression, presque clinique, de la recette et les digressions sur les choses de la vie.
En 1999, son roman  » Anchise  » a obtenu le prix Fémina. Elle écrit avec une sensualité furtive mais évocatrice. Qu’elle évoque une anguille prisonnière d’un puits, une ablette aux mille scintillements, le cri mélancolique de l’âne ou les gaspillages séminaux de la fleur de l’echallium, la romancière chante la vie et le vivant. La douceur apparente est porteuse d’une violence prête à exploser pour donner libre cours à la crudité de la vérité. Elle découpe, elle effiloche, arrache. Elle transcende son sujet, amène ses personnages gris à la lumière de la poésie. C’est un livre écrit, riche d’échos comme un chant rigoureusement modulé. Elle fait scintiller son histoire comme le soleil irradie un paysage. De chacun d’eux sourd la beauté tragique des vies ensablées dans la solitude. Avec une écriture qui bruit et froisse pour mieux faire entendre les variations du silence. Elle écrit en peintre, sans mièvrerie, sans trait lourd.  » Qu’a-t-on franchi pour qu’il nous semble avoir versé si vite dans le désastre de la mémoire ? « . C’est sur les routes sinueuses de cette mémoire dévoreuse de vie que nous entraîne Maryline Desbiolles.
Après ses études à Nice et Cannes, Maryline Desbiolles a crée deux revues de poésie et de littérature,  » Offset  » en 1980 et  » La Métis  » en 1990, réunissant autour d’elle plusieurs auteurs méditerranéens.
Auteur de poèmes et d’ouvrages de fiction, est notamment l’auteur de Une femme de rien (roman, Mazarine, 1987), Les Bâteaux-feux (récits, Alinéa, 1988), Les Chambres (nouvelles, Blandin, 1992) Quelques écarts (poèmes, Tarabuste, 1996), Les tentations du paysage (poèmes, Tarabuste, 1997), La Seiche (Ed. du Seuil, 1998) et Anchise (roman, Seuil, 1999).
Desbordes Michèle1940Michèle Desbordes est née en 1940 à Saint-Cyr-en-Val (Loiret) et a grandi à Orléans. À l’issue d’études littéraires en Sorbonne, elle devient conservateur de bibliothèques. Elle exerce d’abord dans des universités parisiennes, puis en Guadeloupe en lecture publique.
En 1994, elle est nommée directrice de la Bibliothèque de l’université d’Orléans. Elle vit à Beaugency en Sologne.
La Demande a reçu le Prix du roman France-Télévision, le prix du jury Jean Giono ainsi que le Prix des auditeurs de la RTBF.
Elle est aussi l’auteur de :
Le commandement (2001) Gallimard
Le Lit de la Mer (2002) Gallimard
Une étude de la Demande sur le site du Lycée Bossuet à Lannion
Despentes Virginie1969Virginie Despentes est née le 13 juin 1969 à Nancy.
Elle s’est essayée à plusieurs métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse d’accueil dans un salon de massage, rédactrice freelance pour des journaux rock et pornographiques, vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris.
Elle a notamment publié deux romans : Baise-moi (1993, Florent Massot), et Les Chiennes savantes (1995).
Virginie Despentes sur le site des Editions Grasset
Diastème1965Diastème est né en 1965. Il a commencé en tant que rédacteur à 7 à Paris (1988-1991) puis à L’Autre Journal (1991-1993). Il a ensuite été critique de cinéma à Première (1994-1998).
Il a été le créateur des journaux Info du Monde et Personnalité.
Il est chroniqueur à 20 ANS depuis 1994.
Diastème a publié : 
1994-  Le Dictionnaire Superflu du Cinema
1996- Chienne de Vie
1997- Les Papas et les Mamans
1999- In Paradisum
2001- Même Pas Mal
2003- 107 ans 
Dicker Joël1985Joël Dicker est né le 16 juin 1985 à Genève. C’est un écrivain suisse romand.
Fils d’une libraire genevoise et d’un professeur de français, il grandit au-milieu des livres.
En 2005, une première nouvelle de 33 pages, Le Tigre, est remarquée dans le cadre du Prix International des jeunes auteurs à Lausanne, et est publiée dans le recueil des lauréats aux Editions de l’Hèbe.
À l’âge de 24 ans, en 2009, Joël Dicker termine la rédaction de son premier roman, Les derniers jours de nos pères, mais aucun éditeur n’accepte de le publier. En 2010, il soumet ce roman au Prix des écrivains genevois, qu’il remporte, et il est enfin publié aux Editions De Fallois.
En 2012, il connaît le succès avec La vérité sur l’affaire Harry Quebert. Ce roman sera traduit en 40 langues et vendu à plus de 5 millions d’exemplaires à travers le monde. Il remportera, entre autres, le Grand Prix du roman de l’Académie Française et le Prix Goncourt des Lycéens.
Le roman a été adapté en série télévisée en 2018, réalisée par Jean-Jacques Annaud, avec Patrick Dempsey dans le rôle de Harry Quebert.
Avec Le livre des Baltimore publié en 2015, Joël Dicker replonge au coeur du récit son personnage emblématique Marcus Goldman. L’action se déroule toujours aux Etats-Unis, cette fois entre New-York et la Floride, et raconte l’histoire fraternelle et dévorante entre trois cousins issus de deux branches d’une même famille : les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Joël Dicker sort son quatrième roman, La Disparition de Stéphanie Mailer, en 2018, qui nous conte l’histoire fictive de deux policiers revenant sur le meurtre sordide du maire de leur ville et de sa famille, 20 ans après avoir clôt le dossier.
Il a publié en 2022 L’énigme de la chambre 622.

Source : www.decitre.fr/
Djaziri Eyet-Chékib1957Eyet-Chékib Djaziri est né à Tunis en 1957 d’une mère Française et d’un père Turco-Tunisien. Après le divorce de ses parents, il suit sa mère en France, à l’âge de seize ans. À vingt-deux ans, il interrompt ses études pour entrer dans une compagnie aérienne où il lui sera loisible de faire plusieurs fois le tour du monde.
Au bout de seize années, il pose les valises et c’est à la faveur d’un long congé sabbatique qu’il entreprend d’écrire.
Il est l’auteur de :
Un poisson sur la balançoire
Une promesse de douleur et de sang
L’innocence du diable
L’ange maudit
Le site officiel d’ Eyet-Chékib Djaziri
Djian Philippe1949Philippe Djian est né en 1949 à Paris.
Il commence par travailler, entre autres, comme magasinier chez un éditeur, retapeur de bergeries, et rewriter. Puis il décide de se consacrer à l’écriture,
Marqué par les écrivains américains de la Beat Generation, il publie son premier ouvrage, 50 contre 1, un recueil de nouvelles, en 1981 et un premier roman, Bleu comme l’Enfer, en 1982.
Il commence alors une saga avec Zone Erogène (1984), 37°2 le matin (1985) et Maudit manège (1986)
37°2 le matin lui apporte une grande notoriété grâce notamment à l’adaptation cinématographique qu’en fait Jean-Jacques Beineix (1986); film qui connaît un large succès, ce qui permet à Philippe Djian de toucher un public jeune.
Philippe Djian a aussi publié Echine ( 1998) Lent Dehors (1991), Vers chez les Blancs, Sotos (1993) la trilogie Assassins, Criminels, Sainte-Bob, et Entre nous soit dit, (livre d’entretiens avec Jean-Louis Ezine).
Philippe Djian est également parolier de Stephan Eicher.
Le site de Laurence Carbonneaux totalement dédié à l’auteur de 37,2° le matin
Donner Christophe1956Né en 1956, Christophe Donner est l’auteur , chez Grasset, de : L’Esprit de vengeance (1992), Les Maisons (1993), Mon oncle (1995), Retour à Eden (1996), Forme d’amour n° 3 ou 4 (1997), Ma vie tropicale (1999), L’Empire de la Morale ( 2001).
Dormann Geneviève1933Geneviève Dormann est née le 24 septembre 1933 à Paris.
Elle est romancière et journaliste. Elle a toujours vécu dans l’encre et le papier, son père, parlementaire, étant aussi imprimeur et journaliste.
Elle a fait partie des jeunes écrivains détectés par Jean Cayrol (Seuil) dans les années 60.
Elle est l’auteur de : La fanfaronne (1959), Le Chemin des dames (1964), La Passion selon Saint Jules (1967), Je t’apporterai des orages (1967), Le Bateau du Courrier (1974), Mickey l’Ange (1977), Fleur de péché (1980), Le Roman de Sophie Trébuchet (1982), Amoureuse Colette (1985).
Druon Maurice1918Maurice Druon est né à Paris en 1918 . Il est l’arrière-neveu du poète Charles Cros et le neveu de Joseph Kessel.
Maurice Druon passe son enfance en Normandie et fait ses études secondaires au lycée Michelet. Il est lauréat du Concours général en 1936.
Il commence à publier ses premiers écrits, à l’âge de dix-huit ans, dans des revues et journaux littéraires.
De 1937 à 1939, Maurice Druon est élève des Sciences politiques. Pendant la guerre, il participe à la Résistance. Il s’évade de France en 1942, traverse clandestinement l’Espagne et le Portugal pour s’engager dans les rangs de la France libre, à Londres.
En 1943, il compose, avec son oncle Joseph Kessel, les paroles du Chant des Partisans . Il est correspondant de guerre auprès des armées françaises et alliées jusqu’à la fin de la guerre.
À partir de 1946, il se consacre à l’écriture. En 1948, il reçoit le prix Goncourt pour son roman Les Grandes Familles, et en 1966, le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre. En 1998, il obtient le prix Saint-Simon.
Le 8 décembre 1966 Maurice Druon est élu à l’Académie française, il en deviendra le secrétaire perpétuel le 7 novembre 1985.
Il a été Ministre des Affaires culturelles en 1973 et 1974 et député de Paris de 1978 à 1981.
Ses principales oeuvres
1942 Mégarée, pièce de théâtre
1943 Le Sonneur de bien-aller, nouvelle
1944 Lettres d’un Européen, essai
1946 La Dernière Brigade, roman
1948 Les Grandes Familles, roman
1950 La Chute des corps (Les Grandes Familles, II), roman
1951 Rendez-vous aux enfers (Les Grandes Familles, III), roman
1952 Remarques
1953 Le Coup de grâce, mélodrame en trois actes. En collaboration avec Joseph Kessel
Un voyageur, comédie en un acte
1954 La Volupté d’être, roman
1955 Le Roi de fer (Les Rois maudits, I), roman historique
La Reine étranglée (Les Rois maudits, II)
1956 Les Poisons de la couronne (Les Rois maudits, III)
L’Hôtel de Mondez, nouvelle
1957 La Loi des mâles (Les Rois maudits, IV), roman historique
Tistou les pouces verts, récit pour enfants
1958 Alexandre le Grand, roman mythologique
1959 La Louve de France (Les Rois maudits, V)
1960 Le Lis et le Lion (Les Rois maudits, VI)
1962 Des Seigneurs de la plaine à l’hôtel de Mondez, nouvelles
1963 Les Mémoires de Zeus, roman mythologique
1964 Paris, de César à Saint Louis, essai historique
Bernard Buffet, essai
1965 Le Pouvoir, notes et maximes
1966 Les Rois maudits, roman historique, 6 vol., nouvelle édition
1967 Les Mémoires de Zeus, II, roman mythologique
Le Bonheur des uns, nouvelles
1968 Vézelay, colline éternelle
L’Avenir en désarroi, essai
Grandeur et signification de Léningrad
1970 Lettres d’un Européen et Nouvelles Lettres d’un Européen,
1943-1970, essai
Splendeur provençale
1972 Une Église qui se trompe de siècle, essai
1974 La Parole et le Pouvoir
1973-1977 Œuvres complètes, 25 volumes comprenant 5 recueils d’inédits Au pas de la vie (4 vol.), Politique et Civilisation, Discours (1 vol.)
1977 Quand un Roi perd la France (Les Rois maudits, VII), roman historique
1981 Attention la France !
1982 Réformer la démocratie
1985 La Culture et l’État
1987 Vézelay, colline éternelle, nouvelle édition
1994 Lettre aux Français sur leur langue et leur âme
1997 Circonstances
1998 Circonstances. II : Circonstances politiques, 1954-1974
1999 Le bon français
2000 La France aux ordres d’un cadavre
Maurice Druon sur le site de l’Académie française.
Dubillard Roland1923Roland Dubillard est né en 1923. Poète, dramaturge, traducteur, essayiste, comédien et metteur en scène, Roland Dubillard a commencé sa carrière comme auteur dramatique au Club d’essai de la Radio-diffusion française. En 1953, il monte un numéro de duettistes : Grégoire et Amédée, une série de sketches où l’humour et l’absurde se mélangent à la poésie.
Ses principaux écrits :
Naïves Hirondelles, théâtre, 1961
La Maison d’os, théâtre,1962
Le Jardin aux betteraves, théâtre,1969
Les Diablogues, théâtre,1976
Je dirai que je suis tombé, poésie,1966
Méditations sur la difficulté d’être en bronze, Nouvelles,1972
Olga ma vache, Nouvelles,1974
Sous le titre Carnets en marge, il a publié en 1988, des extraits importants de son journal.
Roland Dubillard sur le site de l’Imec ( Institut Mémoires de l’édition contemporaine)
Dubois Jean Paul1950Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse où il réside. Il est l’auteur de nombreux ouvrages disponibles chez Points. Il a obtenu le prix France Télévisions 1996 pour Kennedy et moi, le prix Femina et le prix du roman Fnac 2004 pour Une vie française et le prix Goncourt 2019 pour Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon.
Source : https://www.eyrolles.com/
Dufreigne Jean-Pierre1942Jean-Pierre Dufreigne est né en 1942.
Il est rédacteur en chef à L’Express. Il est l’auteur de plusieurs romans dont Mémoires d’un homme amoureux, Le Dernier Amour d’Aramis (prix Interallié 1993), Le Génie des orifices, esthétique des plaisirs de la table et du lit.
Dugain Marc1957Marc Dugain est né en 1957 au Sénégal où son père était coopérant. Il est revenu en France à l’âge de sept ans et durant son enfance, il accompagnait son grand-père à La maison des Gueules cassées de Moussy-le-Vieux, château qui avait accueilli les soldats de la Première Guerre mondiale mutilés du visage.
Il obtient ensuite son diplôme de l’Institut d’études politiques de Grenoble et travaille dans la finance avant de devenir entrepreneur dans l’aéronautique.
Avant son premier roman, Marc Dugain n’avait jamais écrit, excepté un bon millier de lettres à son amie d’enfance et quasi-sœur, l’écrivain Fred Vargas.
A trente-cinq ans, il commence une carrière littéraire en racontant le destin de son grand-père maternel, « gueule cassée » de la guerre de 14-18 : ce sera « La Chambre des officiers », publié en 1999 et qui le fera connaître. Il obtiendra pas moins de 20 prix littéraires dont le prix des libraires, le prix des Deux-Magots et le prix Roger-Nimier.
Marc Dugain présida le jury du Livre Inter 2009.
Les œuvres récentes les plus remarquées de Marc Dugain sont à ce jour des romans plus étoffés, aux contextes historiques modernes, mais variés: la vie de John Edgar Hoover, chef trouble du FBI pendant quarante-huit ans dans « La Malédiction d’Edgar » (2005), ou les rouages soviétiques et la catastrophe du sous-marin Koursk sous Vladimir Poutine, « Une exécution ordinaire sous Staline » (2007), ou encore « Avenue des géants » qui raconte le destin du tueur en série américain Edmund Kemper.
Source : https://www.babelio.com/
Dupin Jacques1927Jacques Dupin est né le 4 mars 1927 à Privas en Ardèche. Son père meurt en 1931. Sa mère retourne avec lui dans sa Picardie natale et s’installe à Saint-Quentin.
En 1939, les menaces de guerre poussent sa mère à revenir en Ardèche. Jacques Dupin fait ses études secondaires au collège de Privas. Ce sont les années de guerre et l’occupation allemande dès 1942. Jacques Dupin découvre dans la bibliothèque paternelle Baudelaire, Rimbaud, Verlaine et Mallarmé, mais aussi Balzac, Proust et les premiers livres de Freud traduits en français.
En 1947, Jacques Dupin envoie ses poèmes à René Char, qui apprécie sa poésie. De cette rencontre naît une grande amitié, et René Char lui apportera un soutien constant. Grâce à lui, il pourra publier ses premiers poèmes.
En 1949 Jacques Dupin devient secrétaire de rédaction de la revue Empédocle, dirigée par Albert Béguin, Albert Camus et René Char. Il y publie Comment dire ? Cette activité lui permet de côtoyer Francis Ponge, d’André Frénaud, de Georges Braque, d’Albert Camus et de Georges Bataille.
En 1950, Jacques Dupin devient secrétaire de la revue et des éditions Cahiers d’Art . Il y apprend le métier d’éditeur d’art et approche Brancusi, Laurens, Léger, Brauner, Lam, Hélion, Nicolas de Staël, Fernandez, Picasso.
Il publie son premier livre de poèmes Cendrier du voyage avec un avant-propos de René Char.
Jacques Dupin se marie en 1951 avec Christine Rousset. Le couple s’installe à Vanves.
En 1954, Jacques Dupin rencontre Yves Bonnefoi, Philippe Jaccottet, et Joan Miro. La rencontre avec ce dernier donnera naissance à une longue collaboration qui se traduira par des livres, des expositions, et plusieurs voyages… En 1954, Jacques Dupin rencontre également Alberto Giacometti, dans son atelier, pour un article dans Cahiers d’Art.
En 1955 il devient libraire à la Galerie Maeght puis sera nommé responsable des éditions, jusqu’en 1981. Il publie des poèmes et des textes sur l’art dans différentes revues et catalogues, ainsi que ses premiers livres d’artiste avec Miro et Giacometti.
En 1956, il commence un long travail sur Miro. L’année suivante, il réalise La Liberté des mers, un livre avec Reverdy et Braque. En 1961, il publie un livre sur Joan Miro, et l’année suivante un livre sur Alberto Giacometti.
En 1963, il publie Gravir .Il réalise également avec Bernard Pingaud un numéro de la revue L’Arc consacré à René Char.
En 1965, il rencontre Francis Bacon avec qui il organisera quatre expositions. Francis Bacon fera un portrait de Jacques Dupin.
En 1966 il fonde avec André du Bouchet, Yves Bonnefoi, Gaëtan Picon et Louis René des Forêts la revue l’Ephémère. Une expérience décisive et des liens resserrés avec Paul Celan (qui traduit en allemand La nuit grandissante) comme avec Louis René des Forêts. Premier voyage au Japon, pour l’installation d’une rétrospective des peintures de Miro, il y retournera à cinq reprises. Emu par les événements de mai 68, il écrit L’irréversible , un texte publié dans l’Ephémère. Il fait également jouer avec Jacques Guimet , dans les usines en grève de la banlieue parisienne , une « approche de Rimbaud ».
En 1969, il accueille, à Paris, Paul Auster Il écrit le texte de présentation de l’ensemble des poèmes de Paul Auster traduits en français et ils font ensemble des lectures bilingues à New York et à Londres. L’année suivante, il organise, à la Fondation Maeght et au Musée d’Art moderne de Paris, une exposition de Reverdy et de plusieurs amis peintres. En 1971, il organise une exposition en l’honneur de René Char.
En 1977, Jacques Dupin organise une rétrospective de l’oeuvre dessinée et peinte d’Henri Michaux, à la Fondation Maeght. La même année est jouée sa seule pièce de théâtre L’Eboulement, pièce publiée aux éditions Galilée. En 1978, il organise une rétrospective de l’oeuvre d’Alberto Giacometti, à la Fondation Maeght.
En 1982, Jacques Dupin publie L’Espace autrement dit, un livre réunissant ses principaux écrits sur l’art. En 1984, il écrit un premier texte sur Francis Bacon, et deux ans plus tard, Contumace, un recueil de poèmes refusé par Gallimard et publié par P.O.L. Ce dernier éditera également Echancré et Le grésil.
En 1996 parait chez P.O.L. Le Grésil , un nouveau recueil de poèmes
Jacques Dupin sur le site de l’éditeur P.O.L
Duquesne Jacques1930Jacques Duquesne est né en 1930
« Raconter des histoires réelles ou imaginaires, écrit Jacques Duquesne, me passionnait. C’est pourquoi j’ai toujours voulu être journaliste ».
Puis après avoir écrit des essais, notamment sur l’évolution des problèmes religieux, avec Les Catholiques français sous l’Occupation (1966), Jacques Duquesne se dirige vers le roman.
Son plus grand succès est Maria Vandamme (1983), qui se situe à la même époque et dans la même région que le Germinal de Zola. Maria Vandamme a été plusieurs fois adapté pour le cinéma et la télévision.
Jacques Duquesne est l’auteur de :
Les Prêtres (1955), Les catholiques français sous l’Occupation (1966), Demain une église sans prêtre ? (1968), Dieu pour l’Homme aujourd’hui (1970), La gauche du Christ (1972), Les Treize-Seize ans (1973), Le Cas Jean-Pierre, L’Affaire de Bruay (1976), La Grande Triche (1977), Une Voix, la nuit (1979), La Rumeur de la Ville (1981), Maria Vandamme (1983) Alice Van Meulen (1985), Saint-Eloi (1985), Au début d’un bel été (1988)
Duteurtre Benoît1960Benoît Duteurtre est né en 1960 à Sainte-Adresse près du Havre.
Il publie en 1982 son premier texte dans la revue Minuit, puis accomplit divers métiers entre musique et journalisme.
Il est notamment l’auteur de :
L’amoureux malgré lui, 1989
Tout doit disparaître, 1992
Gaîté parisienne, 1996
Drôle de temps, 1997
Les malentendus,. 1998
Dutourd Jean1920Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920. Sa mère meurt alors qu’il a sept ans. Il commence des études de lettres. En 1939, alors qu’il a vingt ans, Jean Dutourd est mobilisé et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s’évade six semaines plus tard, et revient à Paris.
Il passe sa licence de philosophie à la Sorbonne. Il se marie en 1942 avec Camille Lemercier. Le philosophe Gaston Bachelard est leur témoin. Il entre ensuite dans la Résistance et est arrété au début de 1944. Il s’évade à temps pour participer à la libération de Paris.
Jean Dutourd publie, en 1946, son premier ouvrage, Le Complexe de César, et obtient le prix Stendhal. En 1950, il obtient le prix Courteline pour Une tête de chien et, en 1952, le prix Interallié pour Au bon beurre, scènes de la vie sous l’Occupation.
Le prix Prince Pierre de Monaco lui est décerné, en 1961, pour l’ensemble de son œuvre.
il travaille pour la radio, et différents journaux et magazines, notamment Libération et France-Soir. Il est ensuite conseiller littéraire aux éditions Gallimard.
Jean Dutourd, réputé pour son ironie parfois sarcastique, a été élu à l’Académie française en 1978.
Ses principaux ouvrages
1946 Le Complexe de César, essai
1947 Le Déjeuner du lundi, roman
Galère, poèmes
1948 L’Arbre, théâtre
1950 Le Petit Don Juan, traité de la séduction
Une tête de chien, roman
1952 Au bon beurre, scènes de la vie sous l’Occupation, roman
1955 Doucin, roman
1956 Les Taxis de la Marne, essai
1958 Le Fond et la Forme, essai alphabétique sur la morale et sur le style
1959 Les Dupes, nouvelles
L’âme sensible, essai
1960 Le Fond et la Forme, tome II
1963 Rivarol, essai et choix de textes
Les Horreurs de l’amour, roman
1964 La Fin des Peaux-Rouges, moralités
1965 Le Fond et la Forme, tome III .
Le Demi-Solde
1967 Pluche ou l’Amour de l’art, roman
1969 Petit Journal 1965-1966
1970 L’École des jocrisses, essai
1971 Le Crépuscule des loups, moralités .
Le Paradoxe du critique, essai
1972 Le Paradoxe du critique, suivi de Sept Saisons, critique dramatique .
Le Printemps de la vie, roman
1973 Carnet d’un émigré
1976 2024, roman
1977 Mascareigne, roman
Cinq ans chez les sauvages, essai
1978 Les Matinées de Chaillot, essai.
Les Choses comme elles sont, entretiens
1979 Œuvres complètes, tome I
1980 Le Bonheur et autres idées, essai .
Mémoires de Mary Watson, roman
1981 Un ami qui vous veut du bien
1982 De la France considérée comme une maladie
1983 Henri ou l’Éducation nationale, roman
Le Socialisme à tête de linotte
1984 Œuvres complètes, tome II .
Le Septennat des vaches maigres
1985 Le Mauvais Esprit, entretiens avec J. É. Hallier
La Gauche la plus bête du monde
1986 Conversation avec le Général.
Contre les dégoûts de la vie .
Le Spectre de la rose
1987 Le Séminaire de Bordeaux
1989 Ça bouge dans le prêt à porter
1990 Conversation avec le Général
Loin d’Édimbourg
Les Pensées
1991 Portraits de femmes, roman
1992 Vers de circonstances
1993 L’Assassin, roman
1994 Domaine public .
Le Vieil Homme et la France
1995 Le Septième Jour, récits des temps bibliques
1996 Le Feld Marechal von Bonaparte
Scènes de genre et tableaux d’époque
1997 Scandale de la vertu
Journal des années de peste : 1986-1991
1998 Grand chelem à cœur
1999 À la recherche du français perdu
2000 Jeannot : mémoires d’un enfant
Jean Dutourd sur le site de l’Académie française.
Echenoz Jean1947Jean Echenoz est né en 1947 à Orange, dans le Vaucluse. Son père était médecin.
Jean Echenoz passe sa jeunesse à Aix-en-Provence. La vocation d’écrivain le touche dès l’enfance, peut-être après avoir lu à sept ans Ubu Roi
Après des études de sociologie à Paris, il travaille dans des institutions thérapeutiques, collabore épisodiquement au quotidien L’Humanité et se lance dans l’écriture.
Il publie son premier roman, Le méridien de Greenwich en 1979 (Editions de Minuit); roman qui le fait connaître. Il obtient le Prix Médicis en 1983 pour son deuxième roman Cherokee. A propos de Cherokee, il a dit :  » je ne veux pas qu’on le réduise à un roman policier ».
Jean Echenoz a obtenu le Prix Novembre en 1995, pour Les grandes blondes et le Prix Goncourt, en 1999, pour Je m’en vais .
Les maîtres de Jean Echenoz sont nombreux. Il déroula la liste au journaliste de Libération les écrivains qui le marquaient au moment de la rédaction de Lac : Roussel, James, Racine, Ambler, Conrad, Brecht, Manchette, Wolfson, Stevenson, Nabokov, Segalen, Littell, Robbe-Grillet, Chesterton, Audiberti, Tutuola, Stark, Sachs, Schwob. Journaliste qui concluait son article ainsi : « Jean Echenoz aime à penser que Nous trois est une manière de premier roman, comme si les quatre précédents représentaient ses gammes, des livres de genre, ces « chefs-d’œuvre » que les compagnons de jadis réalisaient d’excellence pour pouvoir regarder leurs maîtres dans les yeux. Le Méridien de Greenwich serait alors un hommage aux premiers romans, Cherokee au roman policier, l’Equipée malaise au livre d’aventures et Lac au roman d’espionnage. »
Principaux ouvrages
Le méridien de Greenwich. – Editions de Minuit, 1979.
Cherokee. – Editions de Minuit, 1983.
L’équipée malaise. – Editions de Minuit, 1986.
L’occupation des sols. – Editions de Minuit, 1988.
Lac. – Editions de Minuit, 1989.
J’arrive, dans Le serpent à plumes, no. 3, 1992.
Nous trois. – Editions de Minuit, 1992.
Les grandes blondes. – Editions de Minuit, 1995.
Je m’en vais. Editions de Minuit, 1999. Prix Goncourt
Enard Mathias1972Mathias Énard est né à Niort en 1972. Il suit une formation à l’École du Louvre et des études d’arabe et de persan à l’INALCO. À partir de 1991, il fait de longs séjours au Moyen-Orient (Beyrouth, Damas, Téhéran) puis s’installe en 2000 à Barcelone. Il y enseigne l’arabe et publie des traductions du persan et de l’arabe. Il participe aussi au groupe de jeunes écrivains qui se constitue autour de la revue et des éditions Inculte.
En 2003, la première phrase de son premier roman, La Perfection du tir, l’histoire d’un snipper dans un pays qui pourrait être le Liban, est : « Le plus important, c’est le souffle ». Ses romans n’ont pas cessé depuis de le prouver, prenant le risque d’égarer parfois mais aussi de captiver leurs lecteurs dans les volutes d’une écriture exigeante et pleine de digressions. Pensionnaire de la Villa Médicis en 2005-2006, il publie en 2008 Zone, composé d’une seule phrase de 500 pages découpée en 24 chapitres (comme les 24 chants de l’Iliade) ; ce roman fleuve est récompensé par plusieurs prix, dont le Prix Décembre et le Prix du Livre Inter. Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, raconte un épisode probablement fictif de la vie de Michel-Ange, une escapade à Constantinople à l’invitation du sultan Bajazet II, et reçoit le prix Goncourt des lycéens 2010.
D’un roman à l’autre, Mathias Énard, aux antipodes des idées reçues sur une littérature française narcissique et intimiste, poursuit une réflexion singulière sur l’altérité, les rapports entre Orient et Occident, ainsi que sur les différentes formes d’engagement et de révolte. Rue des voleurs, en 2012, évoque ainsi le voyage d’un jeune Marocain errant en Espagne lors des printemps arabes et du mouvement des indignés. Boussole, qui lui vaut le Prix Goncourt en 2015, est une rêverie mélancolique, sensuelle et érudite à la fois, sur un Orient perdu, qui résonne avec l’actualité et que son auteur a d’ailleurs déclaré vouloir dédier aux Syriens.
Source : https://www.bnf.fr/fr/mathias-enard-bibliographie
Enthoven Jean-Paul1949Jean-Paul Enthoven est né 1949 à Mascara près d’Oran. Il est éditeur et critique littéraire. Il a publié en 1997 Les enfants de Saturne, Prix Valéry Larbaud .
Il a publié, début 2001, Aurore.
Ernaux Annie1940Annie Ernaux naît le 1er septembre 1940, à Lillebonne, à 20 kilomètres du Havre. Elle grandit en Seine-Maritime où ses parents tenaient un café-épicerie. Elle suit sa scolarité à Yvetot , puis au lycée Jeanne-d’Arc de Rouen. Elle songe à cette époque-là à devenir institutrice. Elle s’inscrit en faculté de philosophie puis part, en 1960, en Grande-Bretagne comme jeune fille au pair.
Elle y commence un récit « très marqué par le nouveau roman, poétique, déconstruit, illisible », l’envoie à deux éditeurs en 1963 qui le refusent. Ce récit n’a jamais été publié.
Elle obtient ensuite sa licence de lettres à l’université de Rouen puis s’inscrit à Bordeaux pour préparer le CAPES et l’agrégation. lEntre 1965 et 1975, elle vit à Annecy avec son mari, obtient le Capes, l’agrégation, et publie Les armoires vides (« écrit entre 14 heures et 16h30 dans le plus grand secret »).
En 1975, la famille déménage en région parisienne. En 1977, Annie Ernaux commence l’enseignement par correspondance et emménage dans la maison où elle vit aujourd’hui. Elle se fait connaître du grand public en obtenant le Prix Renaudot (1984) pour La Place, où elle rend hommage à son père récemment disparu. Dans le même esprit, elle a ensuite écrit Une femme, en hommage à sa mère.
Elle a – entre autres – publié chez Gallimard: la Place, (prix Renaudot 1984), une Femme (1988), Passion simple (1992), Journal du dehors (1993), la Honte (1997), Je ne suis pas sortie de ma nuit (1997).

Apres son divorce, elle continue à vivre dans la maison de Cergy où elle réside encore. Dans les années 2000, elle quitte ses fonctions d’enseignante et signe Les Années, texte perçu par beaucoup comme l’accomplissement de son oeuvre, tant sur le contenu que sur la forme d’autobiographie collective. Ce livre sera couronné du prix Marguerite Duras et du prix François Mauriac, et sa traduction en anglais a été sélectionné pour le prestigieux Man Booker International.

Annie Ernaux a reçu plusieurs prix pour l’ensemble de son oeuvre: le prix de la langue française en 2008 et le prix Marguerite Yourcenar en 2017. Ses textes ont été rassemblés en grande partie dans un Quarto publié en 2011 chez Gallimard (Ernaux est la première femme à être publiée dans cette édition de son vivant). En 2014, elle a reçu le titre de docteure Honoris Causa, décerné par l’Université de Cergy-Pontoise. En octobre 2022, elle reçoit le Prix Nobel de littérature « pour le courage et l’acuité clinique avec lesquels elle révèle les racines, les éloignements et les contraintes collectives de la mémoire personnelle ».

Faye Eric1963Eric Faye est né en 1963. Il est l’auteur de cinq essais sur Ismaïl Kadaré et les contre-utopies publiés chez José Corti. En 1995, il s’est tourné vers la fiction avec Le Général Solitude (Le Serpent à Plumes), son premier roman.
Il est aussi l’auteur de :
Parij (1999)
Croisière en mer des pluies (2000)
Le Mystère des trois frontières (2001)
Quelques nobles causes pour rébellions en panne (2002)
Un article concernant Eric Faye sur le site Le Matricule des Anges
Fellous Colette1950Colette Fellous est née en 1950 à Tunis. Elle est l’auteure, entre autres, de Rosa Gallica, Amor et Le Petit Casino. Elle est également productrice du Carnet nomade sur France Culture.
Fermine Maxence1968Maxence Fermine est né à Albertville en 1968. Il a passé son enfance à Grenoble, avant de partir à Paris . Il a suivi pendant un an des cours dans une faculté de Lettres, puis a décidé de voyager en Afrique. Il part avec des livres plein les valises, s’éprend du désert, travaille dans un Bureau d’Etudes en Tunisie. Il se marie et vit maintenant en Savoie avec sa femme et sa fille.
Il a déjà publié Neige en janvier 1999 et Le violon noir chez en septembre 1999. L’apiculteur est son troisième livre.
Fernandez Dominique1929Dominique Fernandez est né le 25 Août 1929 à Neuilly sur Seine. Il est diplômé de l’Ecole Normale Supérieure, et agrégé d’Italien en 1955. Il enseigne ensuite à l’Institut français de Naples et entre au comité de lecture des éditions Grasset. Il collabore régulièrement au Nouvel Observateur. En 1968 ; il obtient son doctorat d’Etat avec une thèse sur l’échec de Pavèse et devient Docteur-és-lettres.
Il publie son premier roman Les Enfants de Gogol, en 1971.
Il a obtenu de nombreux prix littéraires, notamment le Prix Médicis 1974 pour Porporino ou les mystères de Naples et le Prix Goncourt 1982 pour Dans la main de l’ange . L’Ecole du Sud a été un des grands succès de l’année 1991.
Derniers livres parus : Tribunal d’honneur (Grasset, 1996), Rhapsodie roumaine (Grasset, 1998), Le loup et le chien en 1999
Principaux ouvrages
L’Echec de Pavese (Thèse). – Aubin, 1967
Les Enfants de Gogol, roman. – Grasset, 1971
Porporino ou les Mystères de Naples. – Grasset, 1974
La Rose des Tudors. – Julliard, 1976
L’Etoile rose, roman. – Grasset, 1978
Une Fleur de jasmin à l’oreille, roman. – Grasset, 1979
Le Promeneur amoureux : de Venise à Syracuse. – Plon, 1980
Signor Giovanni. – Balland, 1981
Dans la main de l’ange, roman. – Grasset, 1982
Le Volcan sous la ville : promenades dans Naples ; photographies de Jean-Noël Schifano. – Plon, 1983
Le Banquet des anges : l’Europe baroque de Rome à Prague ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1984
L’Amour, roman. – Grasset, 1985
La Gloire du paria, roman. – Grasset, 1987
Le Rapt de Perséphone : mythe sicilien. – D. Bedou, 1987
Le Radeau de la Gorgone : promenades en Sicile ; photographies de Ferrante Ferranti. – Grasset, 1988
Le Rapt de Ganymède. – Grasset, 1989.
L’école du sud, roman. – Grasset, 1991
Porfirio et Constance, roman. – Grasset, 1991
Séville ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1992
L’or des tropiques : promenades dans le Portugal et le Brésil baroques ; photographies de Ferrante Ferranti. – Grasset, 1993
Prague et la Bohême ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1994
La perle et le croissant : l’Europe baroque de Naples à Saint-Pétersbourg ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1995
Saint-Pétersbourg ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1996
Tribunal d’honneur, roman. – Grasset, 1996
Le Voyage d’Italie : dictionnaire amoureux ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1998
Ferney Alice1961Alice Ferney est née en 1961 à Paris. Elle est docteur en Sciences économiques et enseigne à l’Université d’Orléans.
Alice Ferney a publié chez Actes Sud Le Ventre de la fée (1993), L’Elégance des veuves (1995) et Grâce et dénuement (1997, prix Culture et bibliothèques pour tous. Elle vient de publier La Conversation amoureuse (2000).
Finkelkraut Alain1949Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949. Il est le fils unique d’un maroquinier juif d’origine polonaise déporté à Auschwitz. Ancien élève de l’école normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de Lettres modernes, Alain Finkielkraut est professeur au département Humanités et sciences sociales de l’École polytechnique. Il se fait connaître, en 1987, par La critique de la pensée, une critique acerbe du monde moderne. Il est « également l’auteur de :
La sagesse de l’amour (Gallimard, 1984) , Le Mécontemporain, Charles Péguy, Lecteur du Monde Moderne (1992) , Comment peut-on être Croate ? (Gallimard, 1992) , L’ingratitude, Conversation sur notre temps (Gallimard, 1999), Une voix vient de l’autre rive (Gallimard, 2000), Internet, l’inquiétante extase (Mille et une nuits, 2001), L’Imparfait du présent (Gallimard, 2002)
Foenkinos David1974David Foenkinos est né à Paris en 1974.
A l’âge de 16 ans il est atteint d’une maladie de la plèvre et est hospitalisé deux mois. Il lit alors énormément et joue de la guitare. Il étudie les lettres à la Sorbonne, devient professeur de guitare. Après avoir exercé le métier d’attaché de presse dans l’édition, il parvient à faire publier Inversion de l’idiotie, son premier roman, en 2002 chez Gallimard.
Il obtient le prix Roger-Nimier pour Le Potentiel érotique de ma femme paru en 2004.
La Délicatesse , 2009, lui apporte la consécration. Il adapte le roman au cinéma avec son frère Stéphane en 2011, année où il publie Les Souvenirs , son livre le plus autobiographique. Ce roman est adapté en 2013 au cinéma par le réalisateur Jean-Pierre Rouve avec Michel Blanc, Chantal Lauby, Mathieu Spinosi, Annie Cordy et Audrey Lamy. Le film dépasse le million d’entrées en France.
En 2014, il publie Charlotte l’histoire vraie d’une artiste-peintre juive déportée à Auschwitz, dont les oeuvres sont exposées au Musée juif d’Amsterdam. En 2016, le musée Masséna, à Nice, organise une grande exposition en son honneur. La même année, Gallimard publie une version intégrale du roman, illustrée d’une cinquantaine de gouaches de Charlotte Salomon.
En 2016, il change de ton et revient avec un roman satirique bâti comme un polar littéraire, intitulé Le Mystère Henri Pick. Le roman devient un film réalisé par Rémi Bezançon avec Fabrice Luchini.
Retour au cinéma et derrière la caméra avec son frère Stéphane, en 2020, entre deux confinement pour Fantasmes
Son dernier roman, Numero deux, raconte l’histoire fictive de Martin Hill, ce jeune garçon qui a failli décrocher le rôle d’Harry Potter.
Janvier 2023, il est le Président du Jury du 49e Prix du Livre Inter.

Source : https://www.radiofrance.fr
Folco Michel1943Michel Folco est né en 1943 à Albi. Il a travaillé comme photographe pour l’agence new-yorkaise Black-Star, les éditions du Pacifique à Papeete, puis les agences Gamma et Sipa à Paris.
Il a reçu le prix Jean d’Heurs du roman historique en 1995.
Ses 3 romans, plein de verve , d’humour noir , et fourmillants de détails :
Dieu et nous seuls pouvons
Un loup est un loup
En avant comme avant
Frain Irène1950Irène Frain est née à Lorient, en 1950. Après une hypokhâgne à Rennes puis une Khâgne à Versailles, elle obtient son CAPES et son agrégation de Lettres Classiques en 1972.Elle est alors la plus jeune agrégée de lettres en France.
Elle commence par enseigner les lettres classiques (français, latin, grec) en lycée, puis le latin et la littérature latine à la Sorbonne nouvelle, à Paris. En 1979, Irène Frain publie son premier essai, Quand les Bretons peuplaient les mers, chez Fayard. Elle entame alors une grande carrière d’écrivain, et se passionne pour l’Inde. En 1982, elle publie son premier roman, Le Nabab (Lattès, 1982), qui reçoit le prix des maisons de la presse 1982.Parallèlement, Irène Frain devient journaliste. Elle collabore à Paris Match, Elle et L’Histoire. En 1989, elle publie Secret de famille (Lattès), pour lequel elle obtient le prix RTL Grand Public 1989. Puis, en 1990, paraît Histoire de Lou (Fayard, 1993).Irène Frain est l’auteur de Quai des Indes (Fayard, 1993), À jamais (Albin Michel, 1999), La Maison de la source (Fayard, 2000), La Côte d’amour (Alizés l’Esprit large, 2001), Les Hommes etc. (Fayard, 2003), Le Bonheur de faire l’amour dans sa cuisine et vice et versa (Fayard, 2004), Au royaume des femmes (Fayard, 2007) et À la recherche du royaume (M. Sell éditeurs, 2007)

Source : www.fayard.fr
Fraisse Geneviève1948Geneviève Fraisseest née en 1948. Elle est philosophe, directrice de recherche au CNRS et députée européenne. Elle a publié notamment La Raison des femmes (Plon, 1992), La Différence des sexes (PUF, 1996) et Les Femmes et leur histoire (Gallimard, 1998).
En 1997, Geneviève Fraisse a soutenu son doctorat d’Etat sur le sujet Penser la différence des sexes.
Elle a occupé, de novembre 1997 à novembre 1998, la fonction de déléguée interministérielle aux Droits des femmes.
Historienne de la pensée féministe et philosophe, ses travaux portent sur l’histoire des représentations de la différences des sexes et sur la question politique de leur égalité.
Franck Dan1952Dan Franck est né le 17 octobre 1952 à Paris. Il obtient son Baccalauréat en 1971. En 1980, il publie Calendes grecques, et obtient le prix du premier roman.
En 1986, il rencontre Jean Vautrin. Il vont écrire à quatre mains, les aventures de Boro reporter photographe. En 1987, et 1990, publication des deux premiers épisodes de la saga « Boro » : La dame de Berlin, et Le temps des cerises.
En 1991, Dan Franck reçoit le prix Renaudot pour La Séparation.
En 1994, publication des Noces de Guernica (troisième volet des aventures de Boro) .
Dan Franck a également publié Mademoiselle Chat en 1996.
Dan Franck est aussi l’un de ces citoyens qui n’ont eu de cesse d’agir, depuis plus le milieu des années quatre-vingt-dix , pour les « sans-papiers ».
Frank Bernard1929Bernard Frank est né le 11 octobre 1929 à Neuilly sur Seine. Après le baccalauréat, il commence une Hypokhâgne au Lycée pasteur, d’où il est renvoyé pour mauvaise conduite. Il s’arrange pour poursuivre cette classe au lycée Condorcet qu’il quitte, par ennui, pendant le deuxième trimestre.
Il rencontre Jean-Paul Sartre en 1949, alors au sommet de sa gloire. Il lui fera lire le Manuscrit de Géographie universelle (écrit en 1950 et 1951) et la double page qu’il a écrit sur Drieu la Rochelle dans l’Observateur.
En 1951 Jean-Paul Sartre lui confie, à titre d’essai, le portefeuille de la littérature dans sa revue, Les Temps Modernes.
Son roman les Rats (1953), le brouille avec les dirigeants de la Revue et le fait ranger dans le groupe dit des « hussards » avec Nimier et Blondin.
Bernard Frank est l’auteur de : Grognards et hussards (1952), Géographie Universelle (1953), Les Rats (1953), Israël (1955), L’illusion Comique (1955), Le dernier des Mohicans (1956), La panoplie Littéraire (1958), Un Siècle débordé (1970), Solde (1980).
Fumaroli Marc1932Marc Fumaroli est né en 1932 à Marseille.
Il a passé son enfance et son adolescence à Fès. Sa mère fut sa première institutrice. Il a suivi ses études secondaires au lycée Poeymirau à Fès . il a passé et réussi son baccalauréat de Lettres à Fès.
Marc Fumaroli a suivi ses études supérieures au lycée Thiers à Marseille, à l’Université d’Aix-en-Provence et à la Sorbonne. Il a obtenu son Agrégation de Lettres classiques en 1958.
Marc Fumaroli a commencé à enseigner à l’Université de Lille puis à Paris.
Marc Fumaroli est professeur au Collège de France depuis 1986 (chaire de Rhétorique et Société en Europe, XVIe-XVIIe siècles), il préside le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale
Il a été élu à l’Académie française en 1995.
Il est notamment l’auteur de :
1980 L’Âge de l’éloquence : rhétorique et  » res literaria  » de la Renaissance au seuil de l’époque classique .
1985 Présentation et commentaire de La Fontaine, Fables, Lettres françaises
1989 Catalogue de l’Exposition L’inspiration du poète de Poussin. Essai sur l’allégorie du Parnasse
1990 Héros et orateurs, Rhétorique et dramaturgie cornéliennes,
1990  » La période 1600-1630 « , dans Précis de littérature française du XVIIe siècle, sous la direction de Jean Mesnard .
1991 L’État culturel, essai sur une religion moderne
1994 L’école du silence
1994 Trois institutions littéraires
1994 La diplomatie de l’esprit, de Montaigne à La Fontaine
1996 Le Loisir lettré à l’âge classique
1997 Le Poète et le Roi : Jean de La Fontaine en son siècle
Gailly Christian1943Né en 1943, à Paris. Passionné de jazz, saxophoniste presque professionnel jusqu’à 25 ans, puis psychanalyste qui n’a jamais exercé, Christian Gailly écrit.
 » La musique aurait pu être une manière de me trouver une identité dans le monde. Mais on s’est séparés. Et c’est avec les livres, que j’ai trouvé un semblant d’identité « .
Son premier roman  » dit-il « , paraît en 1987.
 » Un soir au club  » est son 11ème livre. Une histoire d’amour sur fond de jazz, avec toutes les surprises que la vie peut nous réserver, heureuses aussi. Si Christian Gailly revendique les lieux communs romanesques qui lui servent de trame, il détourne tous les codes par son écriture, faite de rythme, d’humour et de retenue.
Christian Gailly sur le site des Editions de Minuit
Gallois Claire1937Claire Gallois est née à Paris en 1937. Elle quitte volontairement sa famille à l’âge de 9 ans pour aller en pension. Elle se marie l’année du bac et part au bout de huit jours.
En 1965, paraît A mon seul désir , son premier roman, envoyé par la poste.
Elle parcourt les routes jusqu’en 1972, année de naissance de son fils.
Elle collabore à Elle, Marie-Claire, le Figaro, Paris-Match. En mars 1997, elle est licenciée de chez Albin Michel, elle s’inscrit à l’ANPE et publie chez Denoël l’Honneur du chômeur, recueil de 40 témoignages.
Claire Gallois a été nommée jurée au prix Femina en 1984.
Elle a publié une dizaine de titres dont : Une fille cousue de fil blanc (1970), le Cœur en quatre, La vie n’est pas un roman, les Heures dangereuses, Trahisons sincères (1997).
Garcin Jérome1956Jérôme Garcin, né le 4 octobre 1956 à Paris, est un journaliste et écrivain français. Il dirige le service culturel du Nouvel Observateur, produit et anime l’émission Le Masque et la Plume sur France Inter, et est membre du comité de lecture de la Comédie-Française.
Il a notamment reçu le prix Médicis essai en 1994 pour « Pour Jean Prévost », le Grand prix de littérature Henri-Gal de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 2013, le Prix des romancières 2014 pour « Bleus horizons », le Prix du Parisien magazine pour « Le Voyant » ou encore le Prix des Deux Magots 2020 pour « Le dernier hiver du Cid ».

Source : lapostrophee.com

Garréta Anne1962Anne Garréta est née en 1962 à Paris. Normalienne, elle  publie en 1986 un premier roman, Sphinx, salué par la critique: « il narre une histoire d’amour entre deux personnages dont on ne peut connaître l’identité sexuelle ».
Elle publie ensuite un pamphlet sous forme de dialogues, Pour en finir avec le genre humain.
Elle publie en 1990 Ciels liquides , « roman qui s’attache cette fois à décrire la descente aux enfers d’un personnage qui perd l’usage de la langue ».
Son dernier roman, La décomposition, publié en 1999, met en scène un serial-killer utilisant comme modus operandi les personnages d’ A la Recherche du temps perdu .
Le site passionnant d’Eva Domenighini sur Anne Garréta
Gattégno Jean-Pierre1944« Pouvais-je imaginer qu’avec un père turc et une mère grecque je naîtrais à Brive la Gaillarde, en Corrèze ?
Et qu’ensuite, associant le business et les belles lettres, je serais professeur de français à l’Ecole Nationale de Commerce de Paris ?
Aussi, rien d’étonnant, lorsque après avoir rencontré la psychanalyse au détour de mon existence, une curieuse alchimie se produisit qui eut pour conséquence d’associer Freud, Hitchcock, Chandler, Proust, Baudelaire et les autres.
De cet accouplement de la psychanalyse, de la littérature et du crime devaient sortir des romans noirs.
Noirs, forcément noirs.
Il est en effet rare que la littérature soit rose ».
Jean-Pierre Gattégno est un écrivain français né à Brive-la-Gaillarde en 1944.
Il est notamment l’auteur de  :
– « Neutralité malveillante », Calmann-Lévy, 1992, adapté au cinéma par Francis Girod sous le titre « Passage à l’acte », en 1996, avec Daniel Auteuil, Patrick Timsit, Anne Parillaud
– « La Nuit du Professeur »,Calmann-Lévy, 1994
– « Mortel transfert », Calmann-Lévy, 2001, adapté au cinéma par Jean-Jacques Beineix sous le titre », en janvier 2001, avec Jean-Hugues Anglade, Hélène de Fougerolles, Miki Manojlovic, Valentina Sauca, Robert Hirsch, Yves Rénier, Catherine Mouchet, Denis Podalydes…
Gaudé Laurent1972Laurent Gaudé est né le 6 juillet 1972. Romancier et dramaturge, il a publié pour la première fois en 1996 une nouvelle intitulée Une fille et trois garçons dans la revue d’Actes Sud, du théâtre. Combats de possédés, sa première pièce, paraît dès 1999 chez Actes Sud-Papiers, qui depuis poursuit l’édition de son théâtre. Laurent Gaudé reçoit le prix Atout lire 2001 de Cherbourg pour son premier roman, Cris. La Mort du roi Tsongor, son deuxième roman, est distingué par le prix Goncourt des lycéens 2002 et le prix des Libraires 2003. Son troisième roman, Le Soleil des Scorta, est couronné par le prix Goncourt 2004, le prix du jury Jean Giono, et le Prix populiste. Il a publié en 2008 La Porte des Enfers (Actes Sud).
Gavalda Anna1970Anna Gavalda est née en 1970 en région parisienne, où elle vit toujours.
A quinze ans elle est élève d’une institution religieuse à Saint-Cloud, avant une « désolante hypokhâgne » au lycée Molière puis une maîtrise de lettres moderne en Sorbonne.
En 1992, elle est la lauréate de La plus belle lettre d’amour, pour France Inter.
Elle a publié son premier livre un recueil de nouvelles, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (Le Dilettante), en 1999, et son premier roman Je l’aimais (Le Dilettante) en 2002
Quelques critiques suite à la publication de Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (1999) :
« Une nouvelliste est née » (« Le Courrier Picard »)
« En douze nouvelles subtiles, cette jolie blonde fait le tour de notre époque » (« Le Figaro »)
« Une douzaine de nouvelles toutes plus vives, insolentes, acides, les unes que les autres » (« L’humanité »)
« Une inconnue au talent pétillant, vif, pointu. Pour ne pas avoir l’air idiot, c’est Madamoiselle Gavalda qu’il faut lire » (« Le Figaro Madame »)
« de son écriture gracile, craquante, la pince-sans-rire au gros-coeur, fait de l’éphémère indélébile et nous chamboule, elle est vraiment terrible Anna Gavalda » (« Télérama »)
« Avec une cruauté souriante, elle traque ces mille petits travers contemporains qui gâchent tout. » (Le Figaro Magazine »)
« Anna Gavalda est un rayon de soleil dans le ciel encombré de la rentrée » (« L’Aurore/Le Figaro »)
Gavarry Gérard1946Parisien, né à Paris, vivant et travaillant aujourd’hui à Paris, Gérard Gavarry connaît une enfance tropicale, faite de navigation au long cours à bord de cargos vraquiers, mais aussi d’apprentissages sédentaires dans le Pacifique sud puis en Afrique subsaharienne, principalement au Bénin (ex-Dahomey), pays auquel de fidèles amitiés le ramènent régulièrement.
Il a été accessoiriste de théâtre, lecteur de français en Angleterre, marionnettiste ambulant, écrivain-invité dans la marine marchande. Enseigne les lettres à Paris. Est né le 21 mars 1946, conçu de Sonia Blum et de Georges Edouard Charles Louis Gavarry à la Guadeloupe.  
Notice biographique provenant du site des Editions POL : Gérard Gavarry sur le site des Editions POL
Gazier Michèle1946Michèle Gazier est née en 1946 à Béziers. Elle est critique littéraire à Télérama. Ellea traduit et fait connaître en France des écrivains espagnols. Elle a notamment écrit Nativités, Un cercle de famille, et Le Merle bleu.
Germain Sylvie1954Sylvie Germain est née en 1954
Elle est notamment l’auteur de : le Livre des nuits, Nuit d’ambre, Jours de colère, l’Enfant méduse, Éclats de sel , Céphalophores, Tobie des marais …
Giraudeau Bernard1947Bernard Giraudeau est un acteur, réalisateur, producteur, scénariste et écrivain français, né en 1947 à La Rochelle et mort d’un cancer en 2010 à Paris.
Acteur et cinéaste, il réalise des longs métrages, L’Autre et Les Caprices d’un fleuve, ainsi que des documentaires, dont La Transamazonienne, Esquisses philippines, Un ami chilien. Il est l’auteur, entre autres, du Marin à l’ancre, des Hommes à terre et des Contes d’Humahuaca.
Source : https://www.eyrolles.com/
Giroud Françoise1920Françoise Giroud est née en 1916.
Elle est notamment l’auteur de : le Tout-Paris, la Nouvelle Vague, Si je mens (1972), la Comédie du pouvoir, Une femme honorable (1981), le Bon Plaisir, Alma Mahler (1987), Leçons particulières (1990), Jenny Marx (1991), Journal d’une Parisienne (1994), Mon très cher amour (1994), Cœur de tigre (1995), Chienne d’année (1996), Arthur ou le bonheur de vivre, Deux et deux font trois (1998), les Françaises (1999).
Françoise Giroud vient de publier début 2001 , On ne peut pas être heureux tout le temps.
Glucksmann André1937André Glucksmann est né en 1937
Il est notamment l’auteur de : le Discours de la guerre (1968), Stratégie et Révolution en France (1968), les Maîtres penseurs (1977), la Force du vertige (1983), la Bêtise (1985), Descartes c’est la France, le Onzième Commandement, le Bien et le Mal (1997).
Gracq Julien1910Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier est né en 1910 à Saint-Florent-le-Vieil.
Il prendra le pseudonyme de Julien Gracq en publiant son premier ouvrage, Au Château d’Argol.
Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, et de l’Ecole des sciences politiques de Paris, il passe l’agrégation d’histoire et de géographie.
Il enseignera l’histoire et la géographie à Paris.
Il est notamment l’auteur de : Le Rivage des Syrtes, La Route, Lettrines, Les Eaux étroites, Autour des sept collines.
Il a également écrit des pièces de théâtre : Le Roi pêcheur, Penthésilée,
des poèmes en prose : Liberté grande, et des essais : André Breton
Julien Gracq  est mort samedi 22 décembre 2007 à 97 ans à son domicile de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire), où il vivait retiré depuis de nombreuses années. 
Julien Gracq sur le site des Editions Corti
Graggio Simonetta1961Simonetta Greggio est née en 1961 à Padoue et vit en France depuis 1981. Elle est l’autrice de nombreux romans tous écrits en français, parmi lesquels La Douceur des hommes, Dolce Vita, Les Nouveaux Monstres, parus chez Stock, et Elsa mon amour, paru chez Flammarion. Journaliste, elle a produit pour France Culture des documentaires consacrés à Virginia Woolf, Brigitte Bardot et Benito Mussolini.
Source : https://www.editions-stock.fr
Grainville Patrick1947Patrick Grainville est né le 1er juin 1947 à Villiers. Il est agrégé de lettres et professeur.Il publie La Toison, son premier livre chez Gallimard en 1972.
Il reçoit le Prix Goncourt, en 1976, pour Les Flamboyants.
Il est également l’auteur de :
le Dernier Viking (1980), les Forteresses noires, la Caverne céleste, le Paradis des orages (1986), l’Atelier du peintre, l’Orgie (1990), la Neige, Colère (1992), les Anges et les Faucons(1994), le Lien (1996), le Tyran éternel (1997).
Grangé Jean-Christophe1961Jean-Christophe Grangé est né en 1961 à Paris. En 1987, il obtient sa maîtrise de lettres (sur Flaubert) à la Sorbonne. Puis, un peu par hasard, il devient rédacteur publicitaire, et travaille pour une agence de presse. En 1989, il accompagne un photographe et réalise son premier reportage sur les nomades. En 1994, il publie Le Vol des cigognes, et trois ans après, Les Rivières pourpres (Grand Prix RTL- Lire 1998). Avec ces deux thrillers, il connaît un succès fulgurant (450 000 exemplaires vendus en France, 20 traductions dans le monde entier).
L’an 2000 voit la publication de son nouveau roman : Le Concile de Pierre et l’adaptation cinématographique par Mathieu Kassovitz de son roman les Rivières pourpres .
Le site officiel de Jean-Christophe Grangé
Grenier Roger1919Roger Grenier est né en 1919
Il est notamment l’auteur de : le Palais d’hiver (1965), Avant une guerre (1971), Ciné-roman (1972), le Miroir des eaux, Un air de famille, la Follia (1980), la Fiancée de Fragonard (1982), Il te faudra quitter Florence, Albert Camus, la Mare d’Auteuil (1988), Partita (1991).
Il a également publié des Nouvelles : la Salle de rédaction (1977), la Marche turque (1993), et des essais : Trois Heures du matin, Quelqu’un de ce temps-là (1997), les Larmes d’Ulysse (1998).
Gressier  James1936James Gressier est né en 1936 à Paris, il fut professeur d’anglais à mi-temps en Auvergne afin de se consacrer à ses deux autres passions : la peinture et l’écriture.
James Gressier est l’auteur de : le retour du chasseur, le lièvre et le lieutenant, La dernière fugue, et la vraie vie de Marie Morgane .
« Disons d’abord que James Gressier ne se présente pas comme un auteur facile. Non pas tant par son écriture, éloignée de tout hermétisme et peu portée à la recherche formelle, que par sa façon de construire ses récits et d’y multiplier allusions et références. L’on croit tenir un fil explicatif que déjà d’autres pistes s’ouvrent, en cascade, obligeant à constamment adapter le regard, à sans cesse réviser l’interprétation. Avec la Vraie vie de Marie-Morgane, l’écrivain a haussé d’un cran encore cette logique narrative. Provoquant une paradoxale sensation de dépaysement, alors même qu’on le sent posté tout près, guetteur d’un spectacle auquel nous-mêmes, au même moment, assistons. Cette différence, ce déplacement et cette transfiguration de la vision commune, c’est ce qui précisément constitue son apanage de fabuliste. »
Jean-Claude Lebrun, l’Humanité 13 février 2003 
Grimaldi Virginie1977Virginie Grimaldi est née en 1977 à Bordeaux où elle vit toujours. Traduits dans plus de vingt langues, ses romans sont portés par des personnages attachants et une plume poétique et sensible. Ses histoires, drôles et émouvantes, font écho à la vie de chacun. Elle est la romancière française la plus lue en 2019, 2020 et 2021 (palmarès Le Figaro littéraire/GFK) et lauréate du Livre favori des Français en 2022 (France Télévisions).
Source : site de Virginie Grimaldi
Grumberg Jean-Claude1939Jean-Claude Grumberg est né le 26 juillet 1939. En mars 1943, son père est déporté; il meurt en déportation.
Jean-Claude Grumberg exerce différents métiers, dont celui de tailleur, avant d’entrer comme comédien dans la compagnie Jacques Fabbri.
En 1968, il écrit ses premières pièces.
Jean-Claude Grumberg est l’auteur d’une vingtaine de pièces de théâtre, dont Demain une fenêtre sur rue, Rixe, Les Vacances, Amorphe d’Ottenburg, Dreyfus, Chez Pierrot, En r’venant d’Expo, l’Atelier, L’Indien sous Babylone, Zone Libre.
Amorphe d’Ottenburg a été créé en 1971 par les Comédiens Français dans une mise en scène Jean-Paul Roussillon. L’Atelier a été créé en 1971 dans une mise en scène de Maurice Bénichou. L’Atelier, a été repris au théâtre en 1998 dans une mise en scène de Gildas Bourdet. La pièce a alors reçu quatre Molière, dont ceux du meilleur auteur et de la meilleure pièce du répertoire. 2000 marque l’entrée au répertoire de la Comédie-Française d’Amorphe d’Ottenburg.
Jean-Claude Grumberg a reçu le Grand prix de l’Académie française en 1991 et le Grand prix de la SACD 1999 pour l’ensemble de son œuvre ; le Molière du meilleur auteur dramatique en 1991 pour Zone libre, et en 1999 pour l’Atelier.
La plupart des pièces de Jean-Claude Grumberg ont été publiées chez Actes Sud-Papiers :
Les Autres (1985)
L’Atelier (1985)
L’Indien sous Babylone (1985)
Demain une fenêtre sur rue, suivi de Chez Pierrot (1990)
Zone libre (1990)
Dreyfus (1990)
En r’venant d’l’expo (1992)
Linge sale, précédé de Maman revient, pauvre orphelin (1993)
Maman revient pauvre orphelin, suivi de Commémorations (1994)
Adam et Ève (1997)
Rêver peut-être (1998)
Le Petit Violon (1999)
Amorphe d’Ottenburg (reéd. 1999)
Linge sale (nouvelle éd. 1999)
Guermes Sophie1966Sophie Guermes est née en 1966. Elle est normalienne, agrégée de lettres classiques et docteur en littérature française.
Elle est notamment l’auteur d’un essai sur Claude Simon (L’Echo du dedans, Klincksieck, 1997), de l’Echo du dedans (1997), et La Poésie Moderne ( 2000)
Guez Olivier1974Olivier Guez est né en 1974 à Strasbourg. Il est l’auteur de Retour, une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945», mais aussi un premier roman qui s’appelait «les Révolutions de Jacques Koskas», ainsi qu’un très stimulant «Eloge de l’esquive». Il a remporté en 2016 le prix allemand du meilleur scénario pour le film «Fritz Bauer, un héros allemand».
Il a reçu en 2017 le prix Renaudot pour son livre « La disparition de Josef Mengele » paru aux éditions Grasset.

Source : https://bibliobs.nouvelobs.com/
Guyotat Pierre1940Pierre Guyotat est né en 1940
Il est l’auteur de :
Sur un cheval (1961)
Ashby (1964)
Tombeau pour cinq cent mille soldats ( 1967)
Eden Eden Eden ( 1970); livre interdit par la censure. Malgré un mouvement d’intellectuels et d’artistes mobilisé en sa faveur, il restera interdit jusqu’en 1981.
Prostitution (1975)
Le Livre (1984)
Pierre Guyotat a également écrit pour le théâtre : Bond en avant, créé en 1973 et Bivouac, en 1987

Hébrard Frédérique1927Frédérique Hébrard est née en 1927. Elle est la fille d’André Chamson.
Elle est notamment l’auteur de : La Demoiselle d’Avignon (série télévisée avec Louis Velle, 1971), La vie reprendra au printemps, la Citoyenne (1985), le Harem (1987), le Mari de l’ambassadeur (1990), le Château des oliviers (1993), Félix, fils de Pauline, le Grand Batre (1997).
Holder Eric1960Eric Holder est né en 1960 à Lille . En 1975, Les fleurs du mal dans sa poche, il fugue. Chaque jour, sur la page de garde, il note les étapes de son périple. Les policiers le cueillent à Paris. Retour au lycée où il rencontre Delphine, sa future femme. 
A 17 ans, il montre ses premiers textes à une éditrice amie de sa mère qui l’encourage à écrire.
Il publie son premier recueil de nouvelles à vingt-quatre ans. A vingt-cinq ans, il publie son premier roman, Manfred ou l’hésitation, au Seuil.
Le prix Fénéon lui est décerné l’année suivante pour Duo forte (Grasset).
Il obtient le prix Novembre en 1994 pour La belle jardinière, édité au Dilettante,
En 1996, il  reçoit le prix Roger-Nimier pour les nouvelles d’En compagnie des femmes, au Dilettante. Puis il publie Mademoiselle Chambon (Flammarion), l’histoire d’amour d’Antonio, le maçon portugais et de Véronique, l’institutrice.
En 1998, il publie Bienvenue parmi nous : « la confrontation entre Taillandier, artiste peintre de 62 ans en proie au suicide, et une jeune fille perdue. Deux générations, deux milieux, deux souffrances qui vont s’enrichir l’un l’autre. »
En 2000 , il signe La correspondante, « les échanges épistolaires d’un écrivain avec Geneviève, une lectrice. Une aventure qui lui est réellement arrivé ».

En 2002 il publie Hongroise, chez Flammarion : « La rencontre entre un écrivain, Eric, et un médecin retraité, Claude, qui habite le village voisin. »
Homeric1954Frederic Dion, alias Homeric, est né en 1954 à Neuilly-sur-Seine.
prix Medicis 1998 pour Le Loup mongol (Grasset); Ourasi le roi fainéant (Presses de la Renaissance, 1989 et Favre, 2000); Oedipe de cheval (Grasset, 1992. Prix 30M d’Amis); L’Aventure de Mazeppa (Calmann-Levy,1993); Lady Love (Grasset, 2003); Chevauchées (Julliard, 2004)…
Houellebecq Michel1958Michel Houellebecq est né le 26 février 1958 à la Réunion.
En mai 1978, c’est la mort d’Henriette, sa grand-mère.
En 1985 Michel Houellebecq refuse la vie de cadre et la vie de famille, il quitte sa femme Jacintha.
En 1991, il publie son premier livre : Rester vivant , puis Extension du domaine de la lutte (1994). En 1996, il obtient le Prix de Flore). En 1998, il connaît un immense succès avec Les particules élémentaires.
Il a publié en 1999 Renaissance, un nouveau recueil de poèmes .
Il s’est également découvert une vocation de chanteur. Il a sorti son premier album Vacances en 2000.
Le site des amis de Michel Houellebecq vous accueille par cette citation des Particules élémentaires :  » Au milieu de la grande barbarie naturelle, les êtres humains ont parfois (rarement) pu créer de petites places chaudes irradiées par l’amour. De petits espaces clos, réservés, où régnaient l’intersubjectivité et l’amour. « 
Le site officiel de Michel Houellebecq
Un site sur la « controverse » Houellebecq
Hughes Yves1960Yves Hughes est né en 1960 à Genève. Auteur de nombreuses fictions pour la radio, il écrit aussi des scénarios pour la télé. Il a déjà signé plusieurs romans pour adolescents et deux polars, ainsi que des sketches pour les Guignols de l’Info.
Même la pluie (2001) est son premier roman.
Huston Nancy1953Nancy Huston est née en 1953 à Calgary (Canada). Petite fille de pasteur et fille de physicien, elle grandit au gré de déménagements successifs. Lorsqu’elle a six ans, sa mère s’en va, laissant son père avec trois enfants. En 1968, elle arrive aux Etats-Unis, poursuit de brillantes études et adhère au mouvement Hippie. Six ans plus tard, elle s’installe à Paris et passe un Master de sémiologie sous la direction de Roland Barthes.
Elle rencontre l’écrivain Bulgare Tzvetan Todorov, qui deviendra son mari et le père de ses deux enfants.
Nancy Huston fréquente un milieu marxisant et intello, elle adhère à la cause féministe du MLF et participe à la création de la revue « Sorcières ». Elle réside désormais dans le Marais avec son mari et ses deux enfants.
Nancy Huston a obtenu en 1996 le Prix Goncourt des lycéens pour son roman Instruments des ténèbres
Bibliographie
Romans
Les Variations Goldberg (1981)
Histoire d’Omaya (1985)
Trois fois septembre (1989)
Cantique des plaines (1993)
La Virevolte (1994)
Instruments des ténèbres (1996)
L’Empreinte de l’ange (1998)
Prodige : polyphonie (1999)
Dolce agonia (2001)
Essais
Jouer au papa et à l’amant (1979)
Dire et interdire: éléments de jurologie (1980)
Mosaïque de la pornographie (1982)
Journal de la création (1990)
Tombeau de Romain Gary – Actes Sud (1995)
Pour un patriotisme de l’ambiguïté (1995)
Désirs et réalités : textes choisis (1978-1994)
Nord Perdu, suivi de Douze France (1999)
Limbes, (2000)
Correspondance
À l’amour comme à la guerre (1984)
Lettres parisiennes (1986)
Pour la jeunesse
Véra veut la vérité – École des Loisirs (1992, 1994)
Dora demande des détails – École des Loisirs (1993, 1997)
Les Souliers d’or – Gallimard-Jeunesse (1998) .
Tassadit Imache
Imache Tassadit1958Tassadit Imache est née en 1958 à Argenteuil.
Elle est l’auteur de quatre romans : Une fille sans histoire (Calmann-Lévy, 1989), Le Dromadaire de Bonaparte (Actes Sud, 1995) et Je veux rentrer (Actes Sud, 1998)Presque un frère (Actes Sud, 2000).
Elle vit et travaille en région parisienne.
Tassadit Imache présente Presque un frère, son quatrième roman, comme un  » conte du temps présent « . Elle fixe du même coup la mesure de son ambition : s’arracher de l’anecdotique, se détourner du nouveau pittoresque en train de faire fureur, élargir les histoires ici racontées à un plus vaste sens. C’est aussi pourquoi le lieu de ces récits s’appelle les Terrains, en une métaphore de ces quartiers de banlieue qui offrent leurs territoires à des tragédies d’aujourd’hui. Avec des héros pris dans les rets d’une fatalité, à l’instar des figures de la tradition classique, mais tellement frappés par le déprimisme ambiant qu’ils ne peuvent tout simplement pas élever les drames de leur vie à la hauteur d’un destin. Il y a là une manière neuve, à la fois profonde et sans concession, d’aborder ce thème de la banlieue, à cent coudées au-dessus des ouvrettes à dominantes ethnographiques ou socio linguistiques.
Jean-Claude Lebrun, l’Humanité 7 septembre 2000
Jaccottet Philippe1925Philippe Jaccottet est né en 1925 à Moudon en Suisse. Il fait des études de lettres à Lausanne. Puis il passe plusieurs années à Paris, et s’établit en 1953, à Grignan dans la Drome.
Il publie alors d’importants recueils de poèmes : L’Effraie 1953; L’Ignorant 1958; Airs 1967; Leçons 1969; A la lumière d’hiver, 1977; A travers un verger, 1984)
Philippe Jaccottet mène aussi un travail de critique littéraire ( l’Entretien des Muses, 1968). On lui doit également de nombreuses traductions ( Homère, Gongora, Hölderein, Leopardi, Ungaretti) . C’est aussi grâce à Philippe Jaccottet que les lecteurs français ont pu découvrir l’œuvre de Musil.
Jacquet Elisabeth1963Elisabeth Jacquet est née en 1963. Elle a publié plusieurs romans aux éditions Stock (les contretemps 1984, les mouettes 1986, lulu et joey 1988), aux édtitions Comp’Act (avec nous on sera vingt-sept, 1996) et chez Flammarion ( les grands parcs blancs, 2001)
Elle écrit également dans des revues (Action poétique, Nioques) et pour la jeunesse.
Jaenada Philippe1964« Je suis né le 25 mai 1964 à Saint-Germain-en-Laye, et j’habite Paris depuis 1986. J’ai fait des études scientifiques jusqu’à 20 ans, mécaniques, puis un début d’école de cinéma, consternant, puis quarante-trois mille petites choses (vendeur de croûtes immondes en porte à porte, sous-stagiaire dans la pub, animatrice de minitel rose, rédacteur de fausses lettres de cul), jusqu’en 1989 où j’ai déraillé et me suis enfermé un an chez moi, sans voir personne, sans sortir, sans téléphone. Comme je m’ennuyais, je me suis mis à écrire des nouvelles, plus ou moins par hasard. Curieusement, l’une d’elles a été publiée en 90 dans l’Autre Journal, auquel j’ai ensuite collaboré pendant deux ans (nouvelles, chroniques, textes d’humeur, pseudo-reportages.). Puis, après la chute pathétique de ce mensuel, j’ai recommencé les petites choses (trucs à l’eau de rose pour Nous Deux, traduction de romans de gare pour J’ai Lu, potins à Voici). En 1994, je me suis mis à rédiger Le Chameau Sauvage, histoire de m’occuper (et d’oublier les nouvelles prétentieuses et chiantes que j’avais écrites jusque-là): 80 feuillets jusqu’en 1996, puis 500 feuillets en octobre-novembre 1996, dans une maison à Veules-les-Roses. Il a été publié chez Julliard en 1997, et J’ai Lu en 1998. Ça racontait, en gros, ma vie aventureuse et naïve. Ensuite, j’ai rencontré une fille renversante qui s’appelle Anne-Catherine Fath (je me suis retrouvé comme électrocuté, pour la première fois de ma vie), et je suis parti avec elle à Veules-les-Roses, quasiment fou, pour écrire Néfertiti dans un champ de canne à sucre (Julliard en 1999 et Pocket en 2000), qui parle d’elle. Deux ans plus tard, elle était enceinte et nous nous sommes enfermés à Veules-les-Roses, où j’ai écrit La Grande à bouche molle (Julliard en 2001 et J’ai Lu bientôt, en janvier 2003), une histoire de détective qu’une enquête entraîne loin de sa femme, sur les routes – et ça ne lui fait pas de mal. Maintenant nous avons un enfant de deux ans, Ernest, et je viens de terminer Le Cosmonaute, un roman sur l’horreur de la vie de couple (mais avec de l’amour quand même), qui paraîtra chez Grasset en septembre 2002. Après, faut voir. »
Philippe Jaenada
Notice biographique provenant du site de Philippe Jaenada
Janicot Stéphanie1967Stéphanie Janicot est née en 1967 à Rennes. Elle a été rédactrice en chef du magazine Muze. Elle est aujourd’hui journaliste littéraire à La Croix et Notre temps. Elle a écrit 21 livres dont Dans la tête de Shéhérazade, La mémoire du monde (Prix Renaudot poche) et plus récemment Le réveil des sorcières publié en 2020 aux éditions Albin Michel. Elle est élue depuis le 6 Mai 2021, comme membre du prix Renaudot.
Source : https://www.albin-michel.fr/
Jardin Alexandre1965Alexandre Jardin  est né en 1965. Fils de Pascal Jardin, écrivain et scénariste français.
Marié, il a 3 enfants. Diplômé de Sciences Politiques à Paris, on dit qu’une fois obtenu, la légende voudrait qu’il eut il déchiré son diplôme.
Il dit être fasciné par l’auteur René Gosciny : « un vrai créateur de mondes ; un homme qui a irrigué la langue française, et que l’on traite avec un souverain mépris. »
Bibliographie
Il a publié aux Editions Gallimard :
Bille en Tête (Prix du premier roman -1986)
Le Zèbre  (Prix Femina -1988)
Le petit Sauvage
L’île des Gauchers
Le Zubial
Autobiographie d’un amour
Mademoiselle Liberté
Les Coloriés  
Aux Editions Gallimard Jeunesse
Cybermaman
La révolte des Coloriés
  Aux Editions Flammarion  
Fanfan (puis repris en Folio poche)  
Aux Editions Grasset  
1+1+1  
Aux Editions Hachette jeunesse     
Dur dur de sortir avec Lola
Pas de pot pour le chouchou
Filmographie   
Réalisateur :  
Le prof (1999)
Oui (1996)
Fanfan (1993) d’après sa propre ouvre  
Scénariste :    
Le prof
Fanfan
Les clés du paradis  (1991) de Philippe de Broca
Gawin (1991) de Arnaud de Selignac  
Co- scénariste de  » Jardin des plantes » de Philippe de Broca (1994)
Dialoguiste :  
Gawin (1991) de Arnaud de Selignac
Notice biographique rédigée par Shadi Biglarzadeh
Alexandre Jardin sur un site du Quebec
Jauffret Régis1955Né en 1955, Régis Jauffret est l’auteur de six romans, dont Histoire d’amour (Verticales, 1998) et Clémence Picot (Verticales, 1999), tous deux repris en Folio depuis. A propos de ce nouveau livre, l’auteur confie : Fragments, c’est le prisme à travers lequel à un certain moment de ma vie j’ai vu non seulement mon existence, mais aussi la société tout entière. Je me sens de plain-pied avec la souffrance d’êtres que je croise dans la rue, ou aperçus distraitement dans un reportage. L’artiste est à la fois un être très lâche et une sorte de martyr qui sans que personne ne lui demande rien, se charge de toute la douleur du monde comme un petit Christ en pantoufles. » Composé comme une série vertigineuse de courts récits, Fragments autopsie le couple sous toutes ses coutures, cette idée de couple qui pourrait se résumer ainsi : « deux canaris enfermés à vie dans une cage pendue dans un placard à balais ».
Notice biographique provenant du site chapitre.com
Jean Raymond1925Raymond Jean est né à Marseille en 1925. Il a été professeur à l’université d’Aix-en-Provence, collaborateur du Monde et de la Quinzaine Littéraire. Il a publié des essais, des nouvelles, et des romans.
Il est l’auteur de : La Poétique du désir, Un portrait de Sade, Les Deux Printemps, La Rivière nue, La Lectrice, La Vive et L’Attachée.
Joffrin Laurent1952Laurent Joffrin est né en 1952. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment La gauche retrouvée en 1994 et Où est passée l’autorité ? en 2000.
Editorialiste à Libération de 1981 à 1999.
Directeur de la rédaction du Nouvel Observateur jusqu’en 2006.
Source : www.seuil.com
Jonquet Thierry1954Thierry Jonquet est né le 19 janvier 1954 à Paris. Il a une enfance marquée par le cinéma et les livres. Il fréquente assidûment la bibliothèque municipale du Xle arrondissement, se passionnant pour les livres de guerre.
Il suit ses études secondaires au Lycée Charlemagne à Paris . Après le bac, il se met alors à étudier la philosophie à l’Université de Créteil et plus tard l’ergothérapie. Tour à tour marchand de lessive, peintre de bandes blanches sur les routes, livreur de chapeaux de mariée, Thierry Jonquet finit par travailler comme ergothérapeute dans un hôpital. Puis lassé de l’environnement hospitalier, il se consacre à l’enseignement.
Thierry Jonquet est l’un des plus solides auteurs de romans noirs révélés au détour des années quatre-vingt. Conjuguant un constant souci d’exactitude, qu’elle soit documentaire ou historique, un art consommé de l’angoisse, et des constructions romanesques savantes où perce une intraitable ironie, ses romans laissent de durables souvenirs.
Bibliographie
Mygale (1984) Le Manoir des Immortelles (1986) Un enfant dans la guerre (1990) Les Orpailleurs (1993) La Vie de ma mère ! (1994)
Lapoigne et l’ogre du métro (1994)
Mémoire en cage (1995)
La Bête et la belle (1995) Moloch (1998)
Rouge c’est la vie (1998)
Le manoir des immortelles (1999)
Jours tranquilles à Belleville (2000)
Le secret du Rabbin (2001)
Ad vitam æternam (2002)
Un site dédié à Thierry Jonquet
Josse Gaëlle1960Gaëlle Josse est née le 20 septembre 1960. Elle suit des études de droits, de psychologie et de journalisme avant de s’exiler quelques temps en Nouvelle-Calédonie. Entre 2005 et 2009, elle publie cinq recueils de poésie, dont « L’empreinte et le Cercle » en 2005 (Encres Vives) et « Signes de passage », deux ans plus tard (Hélices). Suivent en 2009 « Castillanes.doc : Madrid & Castille » et « Carnets du Leornardo Express », toujours chez Encres Vives. La même année, elle reçoit le Prix d’édition poétique de la Ville de Dijon lors du Printemps des Poètes pour « Tambours frappés à mains nues ». Son premier roman, « Les heures silencieuses » paraît en 2011 chez Autrement.
Elle a publié «La nuit des pères » en 2022
Source : http://evene.lefigaro.fr/
Josselin Jean-François1939Jean-François Josselin est né en 1939 à Brest. Chroniqueur à L’Express puis au Nouvel Observateur, il est notamment l’auteur de : l’Enfer et compagnie (prix Médicis 1982), la Mer au large, Encore un instant (1992), Les petites horreurs (1997).
Il a également publié une pièce de théâtre, en 1993, La fortune du pot, ainsi qu’une biographie de Simone Signoret, en 1995.
Jean-François Josselin sur le site des Editions Grasset
Juliet Charles1934Charles Juliet est né le 30 septembre 1934 dans un village de l’Ain. De 12 à 20 ans, il est élève dans une école militaire Il entreprend des études de médecine qu’il abandonne pour se consacrer à l’écriture.
Parution de Fragments, son premier livre, publié en Suisse et préfacé par Georges Haldas.
En 1978, Paul Otchakovsky-Laurens publie le premier tome de son Journal. A partir de cette date et au long des années, cet éditeur publiera l’essentiel de son œuvre.
En 1989, L’Année de l’éveil, un récit, dans lequel il relate la seconde des huit années qu’il a passées aux enfants de troupe, le fait connaître du grand public. Cet ouvrage a été porté à l’écran par Gérard Corbiau, l’auteur du Maître de musique et de Farinelli.
Charles Juliet est l’auteur de :
L’Année de l’éveil, 1989
Affuts, 1990
Dans la lumière des saisons, 1991
Ce pays du silence, 1992
L’ Inattendu, 1992
Accueils, Journal 4 (1982-1988), 1994
Carnets de Saorge, 1994
Giacometti 1995
Lambeaux, 1995
Traversée de nuit (1965-1968), 1997
A voix basse, 1997
Lueur après labour ( 1968-1981), 1997
Fouilles, 1998
Rencontres avec Bram van Velde, 1998
Attente en automne, 1999
Charles Juliet sur le site  des Editions P.O.L

July Serge1942Serge July est né en 1942.
Il a évoqué, dans Libération, le quotidien qu’il dirige, son enfance : « Je suis né en 1942, pendant la bataille de Stalingrad. 1942 c’est justement l’année décisive de la guerre, mais aussi ó retour des prisonniers aidant ó le point de départ du « baby-boom ». Nos parents ont rarement été les héros dont nous parlaient de Gaulle et Malraux. Nous étions bien placés pour connaître l’envers de la légende gaulliste, pour en éprouver les mensonges et les habiletés. Nous en avons souffert. Du moins pour ceux dont les parents n’avaient pas été déportés.
Car nombreuses furent les victimes de l’effondrement français de la fin des années 30, de « la trahison des élites ». Et les authentiques héros de la Résistance étaient rares, très rares.

Paysages de jeunesse: un nouveau cortège de défaillances, où se succèdent sur quinze ans la guerre désastreuse du Viêt-nam version française, la solitude atroce du soulèvement hongrois, la tragédie algérienne, le putsch de 58 et la naissance de la Ve République, un nouveau putsch à Alger, celui des généraux, la dernière très grande grève des mineurs, les bagarres perdues avec les staliniens, la nouvelle guerre du Viêt-nam, version américaine, les révoltes du tiers-monde. »
Serge July est l’auteur de : le Salon des artistes (1989), La Drôle d’année, La Diagonale du Golfe, Les Années Mitterrand.
Kahn Jean-François1938Jean-François Kahn est né en 1938.
Il est l’auteur de : Esquisse d’une philosophie du mensonge (1989), Pensée unique, le Retour de terre de Djid Andrew (1997), Tout était faux (1998).
Kouchner Camille1975Camille Kouchner est née le 18 juin 1975 à Paris. Elle est universitaire et maître de conférences en droit privé. Elle est la fille du médecin et homme politique Bernard Kouchner et de l’écrivaine et politologue Évelyne Pisier. Elle a été partiellement élevée par le second mari de cette dernière, le politologue Olivier Duhamel. Elle est la nièce du mathématicien Gilles Pisier et de l’actrice et romancière Marie-France Pisier. Elle a une sœur et quatre frères dont un frère jumeau.
Le 7 janvier 2021, elle publie un livre, La Familia grande, où elle accuse son beau-père Olivier Duhamel de viol et d’inceste sur la personne d’un de ses frères.
Source : https://booknode.com/
Kourouma Ahmadou1927Ahmadou Kourouma est né le 24 Novembre 1927 en Côte d’Ivoire.
Il fait des études supérieures à Bamako, au Mali, d’où il est expulsé à la suite d’une grève. Il fait son service militaire et refuse de réprimer une émeute: il se retrouve à Saïgon. De 1950 à 1954 , il est tirailleur en Indochine.
Son premier livre Les Soleils des indépendances paru en 1968 au Canada puis en France en 1970 a eu un énorme retentissement. En 1974, il publie une pièce de théâtre Le Diseur de vérité.
Puis de 1974 à 1984, il s’exile au Cameroun, et en 1984 il s’expatrie au Togo, périodes d’errances peu propices au travail littéraire. Mais Ahmadou Kourouma ne renonce pas à l’écriture. Il accumule documentations et anecdotes pour composer Monnè, outrages et défis roman, qu’il publie en 1990. En 1999 , il publie En attendant le vote des bêtes sauvages . Il a obtenu en novembre 2000 le prix Renaudot pour son roman Allah n’est pas obligé
1970 Les Soleils des indépendances (roman).
1974 Le Diseur de vérité (pièce de théâtre).
1990 Monnè, outrages et défis (roman).
1999 En attendant le vote des bêtes sauvages (roman, prix du Livre Inter)
2000 Allah n’est pas obligé (roman, Prix Renaudot , prix littéraire Amerigo Vespucci).
Kristeva Julia1941Julia Kristeva est née en 1941 en Bulgarie.
Elle suit ses études dans une école catholique où elle apprend le français. Elle étudie ensuite la linguistique. En 1966, elle obtient son doctorat en linguistique à l’Institut littéraire de Sofia. Elle décide alors de devenir journaliste. En 1966, elle émigre à Paris : elle se joint au groupe Tel Quel dirigé par Philippe Sollers, elle participe aux travaux de Claude Lévi-Strauss à l’Institut d’anthropologie sociale et suit des séminaires de Jacques Lacan.
Théoricienne du langage, elle enseigne la linguistique à l’Université de Paris VII et entreprend également une carrière de psychanalyste.
En 1970, elle publie le Texte du Roman
Elle a ensuite publié :
Des Chinoises (1974) , La traversée des signes (1975) , Pouvoirs de l’horreur (1980), Le langage cet inconnu ( 1981), Histoire d’amour (1983) , Au commencement était l’amour, Les Nouvelles Maladies de l’âme, Soleil noir, Etrangers à nous-mêmes (1988), Les Samouraïs (1990), Le Temps sensible, La Révolte intime, Visions capitales, Le génie féminin.
Kristof Agota1936Agota Kristof est un écrivain suisse d’origine hongroise. Elle née en 1936.
Elle est arrivée comme réfugiée à Neuchâtel en 1956. Après quelques pièces radiophoniques, elle connaît une grande notoriété célèbre avec Le grand cahier, récit de deux jumeaux dans un village hongrois dont l’enfance se déroule pendant la guerre.
Elle a ensuite publié 2 autres romans qui sont la suite de ce premier ouvrage : La preuve, et Le troisième mensonge .
Agota Kristof est également l’auteur de Hier.
Kuperman Nathalie1963Nathalie Kuperman est née en 1963. Elle vit à Paris Elle est l’auteur d’une dizaine de romans parmi lesquels Nous étions des êtres vivants, Les Raisons de mon crime et La Loi Sauvage (Gallimard, 2010,2012 et 2014).
Elle publie en 2018 Je suis le genre de fille aux Éditions Flammarion.
Elle écrit aussi des scénarios de bandes dessinées et de pièces radiophoniques pour France Culture.
Laborde Christian1955Christian Laborde est né en 1955 dans les Hautes-Pyrénées à quelques kilomètres du col du Tourmalet. « Tout petit, il est tombé dans le chaudron des mots » (il baigne dans la langue occitane, espagnole et française).
Sa grand-mère parle gascon, l’instituteur parle français, et le menuisier, espagnol. Le premier voisin est polonais et son épouse indochinoise. En 1985, il écrit sur son ami Claude Nougaro, l’homme aux semelles de swing (Grand prix du livre musical Charles-Cros), puis, en 1987, aux éditions Éché, L’Os de Dionysos, saisi à la suite d’une ordonnance de référé du tribunal de Tarbes. Il a récemment été réédité chez Pauvert).
En 1990 et 1991, Christian Laborde publie chez Régine Deforges Aquarium, L’archipel de Bird, puis Danse avec les ours, un pamphlet contre le percement du tunnel du Somport.
Passionné de cyclisme, il est également l’auteur de L’ange qui aimait la pluie (1994), Grand Prix de littérature sportive, de Le Roi Miguel (1995), portrait de Miguel Indurain et de Flammes ( 1999) .
Labro Philippe1936Philippe Labro est né en 1936 à Montauban.
A 18 ans il part aux Etats-Unis et poursuit ses études en Virginie. Il va parcourir les Etats-Unis pendant quatre ans.

Il revient en France en 1957. Il est successivement reporter à Europe 1, à Marie-France puis à France-Soir.
Il effectue ensuite son service militaire en Algérie de 196à à 1962 pendant la guerre d’Algérie. Il reprend ensuite une activité de journaliste : Paris Match , rédaction du journal de 13h sur RTL.
Il travaille ensuite à Antenne 2 et y anime le journal de midi.
En 1985, il devient directeur général des programmes de RTL. Il publie cette année-là L’étudiant étranger (prix interallié), roman inspiré de son séjour universitaire aux Etats-Unis et qui connaît un grand succès.
Autres livres publiés par Philippe Labro :
Un Américain peu tranquille (1960)
Des feux mal éteints (1967)
Des bateaux dans la nuit (1982)
L’Étudiant étranger (1985)
Le Petit Garçon (1990)
Quinze Ans (1994)
La Traversée (1995)
Rendez-vous au Colorado
Manuella (1999)
Lacamp Ysabelle1954Ysabelle Lacamp est née en 1954 à Neuilly-sur-Seine . Elle est d’origine cévenole et coréenne. Elle est diplomée des langues orientales.
Elle publie en 1987, Le baiser du dragon, un roman picaresque et truculent , dont l’intrigue se déroule dans la Chine du dixième siècle.
Elle a également publié La Fille du Ciel (1988), Mambo, Mambo, Une jeune fille bien comme il faut.
Elle est morte le 26 juin 2023 à Paris
Laccarière Jacques1925Ecrivain, poète et traducteur, Jacques Laccarière est né en 1925 à Limoges. Etudes à la Sorbonne et aux Langues-O. Grand voyageur, c’est aussi un authentique passionné d’art, de bois et de forêts – qu’il a longuement parcourus à pied (Chemin faisant, Fayard 1973). Considéré aujourd’hui comme un des plus fins connaisseurs de la Grèce, il est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, récits de voyages et analyses de mythes antiques, dont: l’Eté grec (Plon), Sourates (Fayard), Un jardin pour mémoire (Nil), Dictionnaire amoureux de la Grèce (Plon, 2001), L’âge des pierres …
Lacouture Jean1921Jean Lacouture est né en 1921.
Il est notamment l’auteur de :
Hô Chi Minh (1967)
Nasser (1971)
André Malraux (1974)
Un sang d’encre (1974)
Léon Blum (1977)
Survive le peuple cambodgien ! (1978)
Mauriac, Pierre Mendès France, De Gaulle (3 volumes, 1984-88)
Champollion, une vie des lumières
Une adolescence du Siècle : Jacques Rivière et la NRF (1994)
Mes héros et nos monstres (1995)
Montaigne à cheval (1998)
Mitterrand : une histoire de Français (1998)
Le Témoignage est un combat ( 2000)
Lafon Lola1974D’origine franco-russo-polonaise, Lola Lafon, née le 26 janvier 1974 dans le nord de la France de parents communistes et professeurs de littérature (son père, Henri, est spécialiste de Diderot et du XVIIIe siècle), grandit à Sofia, Bucarest, puis Paris. Elle souhaite d’abord être danseuse et apprend à New York la danse et les techniques théâtrales.
Après des publications dans des fanzines (Apache) et autres revues alternatives, elle publie ses premières nouvelles dans des revues littéraires, NRV entre autres, à partir de 1997. Son premier roman, Une fièvre impossible à négocier, est publié en 2003 par Frédéric Beigbeder aux éditions Flammarion. En 2014, elle passe chez Actes Sud pour La Petite Communiste qui ne souriait jamais (2014), qui rencontre un grand succès. Son dernier roman, Chavirer (2020), a remporté plusieurs prix de lecteurs, notamment le prix du Roman des étudiants France Culture-Télérama.
Source : https://www.bnf.fr/
Lafon Marie Helène1962Marie-Hélène Lafon est née à Aurillac en 1962. C’est une professeure agrégée et écrivaine française.
Elle provient d’une famille paysanne du Cantal, département auquel elle reste très attachée et auquel elle consacre la plupart de ses romans. Après un enseignement catholique, elle suit des études de lettres modernes et de latin à Paris à la Sorbonne. Elle termine son parcours universitaire avec un doctorat de littérature à Paris VII-Denis Diderot. Elle est enseignante de français, latin et grec, toujours dans la capitale où elle vit seule.
L’écriture lui vient à 34 ans et son premier roman Le Soir du chien, publié en 2001, reçoit la même année le prix Renaudot des lycéens. L’auteure écrit également des nouvelles, dont Liturgie (2003) qui reçoit le prix Renaissance de la Nouvelle et Histoires qui obtient le prix Goncourt de la nouvelle en 2016. Marie-Hélène Lafon renoue souvent avec le décor de son enfance pour composer ses œuvres et parcourir la campagne, ses individus et leurs vies. Les scènes du quotidien et les cinq sens sont prégnants dans ses récits et l’intrigue joue fréquemment sur les non-dits. Son écriture très intime ne tombe toutefois pas dans la nostalgie et préfère la description d’une réalité et d’une géographie. En 2020, le prix Renaudot est accordé à l’écrivaine pour son roman Histoire du fils.
Marie-Hélène Lafon vit à Paris.
Source : https://www.lepetitlitteraire.fr/
Lagarce Jean-Luc1957Jean-Luc Lagarce est né le 14 février 1957 à Héricourt (Haute-Saône). Il passe son enfance à Valentigney (Doubs) où ses parents sont ouvriers aux usines Peugeot-cycles.
En 1975, pour suivre des études de philosophie, il vient à Besançon où parallèlement il est élève au Conservatoire de région d’Art dramatique. Il fonde en 1977 avec d’autres élèves une compagnie théâtrale amateur le Théâtre de la Roulotte (en hommage à Jean Vilar) dans laquelle il assure le rôle de metteur en scène, montant Beckett, Goldoni mais aussi ses premiers textes.
En 1979, sa pièce Carthage, est diffusée par France Culture dans le nouveau répertoire dramatique dirigé par Lucien Attoun qui régulièrement enregistrera ses textes.
En 1980, il obtient sa maîtrise de philosophie en rédigeant Théâtre et Pouvoir en Occident. Suite à sa rencontre avec Jacques Fornier, le Théâtre de la Roulotte devient en 1981 une compagnie professionnelle où Jean-Luc Lagarce réalisera vingt mises en scène en alternant créations d’auteurs classiques, adaptations de textes non théâtraux et mises en scène de ses propres textes.
En 1982, Voyage de Madame Knipper vers la Prusse Orientale est mis en scène par Jean-Claude Fall au Petit Odéon programmé par la Comédie-Française (son premier texte à être monté par un autre metteur en scène en dehors de sa compagnie et à être publié sous forme de tapuscrit par Théâtre Ouvert).
C’est en 1988 qu’il apprend sa séropositivité, mais les thèmes de la maladie et de la disparition sont déjà présents dans son oeuvre notamment dans Vagues Souvenirs de l’année de la peste (1983) et il refusera toujours l’étiquette « d’auteur du SIDA » affirmant, à l’instar de Patrice Chéreau, que ce n’est pas un sujet.
En 1990, il réside six mois à Berlin grâce à une bourse d’écriture (Villa Médicis hors les murs, Prix Léonard de Vinci), c’est là qu’il écrit Juste la fin du monde, le premier de ses textes à être refusé par tous les comités de lecture. Il arrête d’écrire pendant deux ans se consacrant à la mise en scène, écrivant des adaptations et répondant à des commandes. Essentielle dans son oeuvre, il reprendra intégralement Juste la fin du monde dans son dernier texte Le Pays lointain.
Il décède en septembre 1995 au cours des répétitions de Lulu.
Source : https://www.theatredunord.fr/
Lambron Marc1957Marc Lambron est né en 1957 à Lyon. Il est critique littéraire au Point. Il est l’auteur de l’Impromptu de Madrid (1988), la Nuit des masques (1990), Carnet de Bal (1992), l’Œil du silence (1993), 1941 (1997).
Lang Luc1956Luc Lang est né le 18 octobre 1956 à Suresnes.
A dix-huit ans, il traverse le nord de la France, et plus particulièrement les terres à betteraves. De cette expérience naîtra son premier roman, Voyage sur la ligne d’horizon. En 1976, il est en Khâgne au lycée Jules-Ferry, à Paris.
Il a séjourné en Italie, en Afrique noire et au Japon. Il est aujourd’hui professeur et enseigne l’esthétique à I’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Cergy-Pontoise. Il roule en moto. Il a publié de nombreux d’articles d’esthétiques sur l’art contemporain dans des catalogues d’exposition, des ouvrages collectifs ou des cahiers de recherche.
En 1988, Voyage sur la ligne d’horizon paraît chez Gallimard : au milieu des champs de betteraves du nord de la France, des personnages modestes rêvent de jazz.
En 1998, il reçoit le prix Goncourt des lycéens pour Mille six cents ventres, publié chez Fayard :  » A force de lire Shakespeare, le personnage principal, chef cuisinier de la prison de Stangeways, se voit comme le tyran de mille-six-cents ventres, maître absolu du plaisir comme de la douleur. Bientôt une mutinerie éclate ».
Il a publié en 2001 Les Indiens aux éditions Stock :  » Dans ce roman, un ingénieur d’EDF, après un dramatique accident du travail, se réveille en réanimation avec les jambes et le bassin paralysés ».
Bibliographie
Voyage sur la ligne d’horizon, roman – Gallimard, 1988.
Liverpool marée haute, roman – Gallimard, 1991,
Furies, roman – Gallimard, 1995
Mille six cent ventres, roman – Gallimard, 1998. – Prix Goncourt des Lycéens.
Les Indiens Stock, 2001
Lanzmann Jacques1927Jacques Lanzmann est né le , 4 mai 1927 Naissance à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine). A douze ans il est domestique de ferme : « J’étais incapable d’additionner et de soustraire. En revanche, je n’avais pas mon pareil pour labourer et semer, faucher, faner et moissonner. Je savais traire, tourner la baratte et coucher le fromage sous la cendre après l’avoir arrosé de pipi de veuve […]. Je reconnaissais mes vaches à leur allure, mes moutons à leur regard. »
En 1943, à 16 ans, il rejoint le maquis que son père dirige. Son frère Claude, plus âgé que lui, bachelier, futur directeur des Temps modernes et réalisateur de Shoah, l’y a précédé.
Après la guerre, Jacques Lanzmann retrouve sa mère à Paris. Elle côtoie Eluard, Aragon, Breton… Il assiste à une exposition de Picasso : en toute ingénuité , il prétend pouvoir en faire autant. Sa mère le met au défi. Il le relève et se lance dans la peinture. Il connaît alors ce qu’il décrit comme « l’enfer de la peinture » hésitant entre le renoncement et le suicide. Puis il part pour le Maroc, l’Islande, l’Amérique du Sud, la Californie.
En 1954 , il publie le premier de ses 40 romans: La glace est rompue.
En 1966, Ecrit Et moi, et moi, et moi pour Jacques Dutronc, son premier tube. Il écrira ensuite plus de 100 chansons .
En 1987 Jacques Lanzmann traverse le désert du Taklamakan en Chine.
En 2000, il vient de publier Imagine la Terre promise (tome 2 de la Tribu perdue).
Les principaux ouvrages de Jacques Lanzmann :
le Rat d’Amérique (1955)
Cuir de Russie (1957)
Viva Castro
le Têtard
les Transsibériennes
la Baleine blanche (1982)
le Septième Ciel
le Jacquiot
Café crime
Hôtel Sahara,
la Horde d’or (1994)
le Raja (1995)
le Fils de l’Himalaya (1996)
la Mémoire des dieux (1998)
La Tribu perdue
Imagine la Terre promise
Larizza Olivier1975 Olivier Larizza est né en 1975 à Thionville, en Lorraine, mais toute sa famille vient d’Italie, il a même un grand-père hongrois. Il grandit dans sa région natale jusqu’au baccalauréat et, dès 1991, il s’enthousiasme pour le Tour de France — « L’écrivain traverse ses mois de juillet au rythme du peloton, raconte un journaliste. Le reste de l’année, il ronge son frein. Garçon capable d’œuvrer sérieusement dans le monde de l’édition, il perd toute contenance à l’approche du Tour » (Pascal Coquis, DNA).
À partir de 1993, il poursuit des études de littérature et civilisation anglaises à Strasbourg. Il profite de cette période pour beaucoup voyager, surtout aux États-Unis. Il y multiplie les expériences et s’amuse encore aujourd’hui d’avoir posé, à vingt ans, pour la publicité d’une compagnie de téléphone américaine.
Lauréat des concours de l’enseignement en 1998, il travaille deux ans comme professeur d’anglais. Il publie son premier livre en 1999. Il exerce ensuite trois ans à l’université Marc-Bloch de Strasbourg. Il y soutient en 2002 une thèse de doctorat sur les romans du révérend irlandais Charles Robert Maturin, écrivain gothique (1780-1824).
Mais Larizza ne se satisfait pas des méthodes en vigueur dans les facultés françaises de lettres. Aussi entame-t-il, dans la foulée, la rédaction d’un essai percutant, Le Reliquat scintillant : pour une renaissance de la critique littéraire (Nizet, 2005). Il y propose une autre manière de commenter et d’enseigner la littérature. Ce livre se voit d’abord digéré par les tenants du système avant de connaître un certain retentissement dans le monde anglo-saxon. 
« Véritable feu-follet intellectuel, passionné de l’émotion » (Laurence Schmitt, Le Républicain Lorrain), il est nommé en 2003 maître de conférences et choisit de prendre un poste à l’université des Antilles-Guyane. En 2005, il se met en congé une année pour contribuer à animer une maison d’édition implantée dans la capitale européenne et dont il fut l’associé. Aimant les voyages, les rencontres, « le tourbillon des jours », il partage actuellement son temps entre Strasbourg et la Martinique. Mais il retourne régulièrement au silence pour écrire.
Quant à l’œuvre en cours, elle se caractérise par la profondeur et la variété. L’auteur passe du roman ou récit au journal, puis à l’essai et aux contes. De nombreuses pages sont reliées par une vive sensibilité, sensualité, la fulgurance poétique et l’universelle curiosité d’une fraîcheur tournée vers l’enfance (La Théorie de la petite cloche chez Anne Carrière). Sa fiction laisse également deviner une posture existentielle, un regard particulier sur le monde et sur l’humain. Son style est juste, vivant, singulier. On a pu dire que c’est « l’un des romanciers les plus doués de sa génération » (Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine).
Ni intello ni feuilletoniste, cet écrivain semble avoir le souci du lecteur et de la postérité. Une voix aussi neuve s’est-elle souvent exprimée dans des domaines aussi différents ? Et si ses contes (24 contes des Antilles, 16 contes de Grande-Bretagne, Ti-Jean et le festin du roi) ont été composés à la demande d’éditeurs (Flammarion ou Nathan), ils attisent le même sens de la précision et de l’inventivité. Voilà en définitive un auteur exigeant, dont les histoires nous touchent, nous transportent tout en nous éveillant, à l’instar du roman Le Choix des âmes (Anne Carrière, 2008).
Source (le site d’Olivier Larizza)
En savoir plus sur Olivier Larizza : www.olivier-larizza.com
Conçu et animé par un professeur de lettres, ce site présente l’écrivain Olivier Larizza. Au menu: notice biographique, description des ouvrages parus, actualité, photos de presse etc.
Laurens Camille1957Camille Laurens est née à Dijon le 6 novembre 1957 à Dijon. Agrégée de lettres, elle enseigne en Normandie puis au Maroc, où elle passe douze ans. Elle vit aujourd’hui dans le sud de la France.
En février 1994, elle perd son petit garçon à la naissance. Elle écrit alors Philippe, dont elle évoquera la genèse dans Quelques-uns.
Elle vient de publier Dans ces bras-là, prix Femina 2000
Les romans publiés Chez P.O.L :
Index (1991)
Romance (1992)
Les Travaux d’Hercule (1994)
Philippe (1995)
L’Avenir (1998)
Quelques-uns (1999)
Dans ces bras-là (2000)
Camille Laurens sur le site des editions P.O.L
Laurent Jacques1919Jacques Laurent est né à Paris le 5 janvier 1919.
Il suit ses études au lycée Condorcet. Un jour, il se décide à écrire à André Gide pour lui signaler une erreur dans l’un de ses livres. L’auteur de La Symphonie pastorale ne lui répondra pas,
Jacques Laurent s’engage en 1936 dans l’Action française, par, dit-il, dépit amoureux.
Pendant la seconde guerre mondiale, il est mobilisé à Poitiers. En 1942, démobilisé, il se rend à Vichy, où il travaillera dans les services de l’information. Il a déjà commencé la rédaction des Corps tranquilles ( qu’il publiera en 1949) lorsqu’il invente Cécil Saint-Laurent et Caroline chérie (1947) . Ce pseudonyme lui permettra de mener une double carrière d’écrivain, le succès commercial de Cécil Saint-Laurent permettant à Jacques Laurent d’écrire libre. Les aventures de Caroline seront lues par des millions de lecteurs et portées à l’écran ( rôle tenu par Martine Carol).
En 1953, il fonde la revue la Parisienne, puis l’hebdomadaire Arts, qu’il dirige jusqu’en 1959.
En 1961, il publie dans la revue de la Table ronde Paul et Jean-Paul, une charge féroce contre l’existentialisme, où il compare Jean-Paul Sartre et Paul Bourget.
En 1964, il écrit un pamphlet Mauriac sous de Gaulle, où l’écrivain et le l’homme d’Etat ne sont guère épargnés. Il est poursuivi en justice pour offense au chef de l’Etat. Des personnalités de droite comme de gauche le soutiendront . Il est condamné, et son livre est en partie censurée.
Jacques Laurent a été élu à l’Académie française en 1987.
Jacques Laurent est mort le 29 décembre 2000
Les principaux ouvrages de Jacques Laurent :
Les Corps tranquilles (1949)
Le Petit Canard (1954)
La Fin de Lamiel (1966)
Les Bêtises ( 1971, prix Goncourt)
Histoire égoïste (1976)
Les Sous-Ensembles flous (1981)
Les Dimanches de Mademoiselle Beaunon
Stendhal comme Stendhal (1984)
Roman du roman (essai)
Le Dormeur debout (1986)
Le Français en cage (essai, 1988)
Le Miroir aux tiroirs (1990)
L’Inconnu du temps qui passe (1994)
Moments particuliers (1997).
Du mensonge (essai)
Sous le nom de Cécil Saint-Laurent :
Caroline chérie (1947)
Une sacrée salade (1954)
Prénom Clotilde (1957)
Les Agités d’Alger (1961)
Hortense 1914-18 (1963-67)
Les Petites Filles et les Guerriers (1969)
La Bourgeoise (1975)
La Mutante (1978)
L’Erreur (1986)

Le Callet Blandine1969Blandine Le Callet est née en 1969. Elle est maître de conférences à l’université Paris Est – Créteil et poursuit des recherches en philosophie ancienne et littérature latine sur les monstres dans la Rome antique (elle a publié un essai, Rome et ses monstres, paru en 2005 aux éditions J. Millon). Elle habite en région parisienne.
Blandine Le Callet est l’auteur d’Une pièce montée (Prix des lecteurs du Livre de poche, 2007), de La Ballade de Lila K (Prix des lecteurs du Livre de poche, 2012), et de Dix rêves de pierre. Elle est également scénariste de la série Médée, parue chez Casterman, et traductrice de tragédies de Sénèque chez Gallimard (coll. « Folio Théâtre »). Elle est maître de conférences à ’université Paris-Est Créteil, où elle enseigne le latin et la culture de l’Antiquité.
Source : https://www.editions-stock.fr/
Le Clézio Jean-Marie1940Jean-Marie Gustave Le Clézio est né le 13 avril 1940 à Nice de parents originaires de l’Ile Maurice. Sa mère est d’ascendance bretonne et son père d’ascendance anglaise.
En 1950, à dix ans, il commence à écrire des albums de Bande dessinée. Il effectue ses études secondaires et supérieures entre Nice et bristol en Angleterre. En 1959, il devient professeur en Angleterre. En 1963, à vingt-trois ans, il obtient le prix Renaudot pour Le procès-verbal . Depuis il mène une carrière littéraire en marge des courants et des modes, poursuivant sa réflexion sur la condition humaine, sa recherche sur ses origines, et ses méditations sur le voyage.
En 1966, il publie Le Déluge et l’année suivante Terra amata.
Au début des années 70, Jean-Marie Gustave Le Clézio séjourne en Amérique du Sud, chez les Waunanas, un peuple indien.
En 1980, il publie Désert et reçoit le prix Paul Morand, pour la totalité de son oeuvre.
En 1994, il est élu le plus grand écrivain vivant de langue française.
Principaux ouvrages de Jean-Marie Gustave Le Clézio
Le procès-verbal (1963, prix Renaudot)
Le Déluge (1966)
Terra amata (1967)
Le livre des fuites (1969)
La Guerre (1970)
Les Géants (1973)
Voyages de l’autre côté (1975)
Désert (1980)
Le chercheur d’or (1985)
Voyage à Rodrigues (1986)
Sirandanes (1990)
Onitsha (1991)
Etoile errante (1992)
Pawana (1992)
Diego et Frida (1993)
La Quarantaine (1995)

En 2008, il se voit décerner le Prix Nobel de Littérature, l’Académie voulant saluer « l’écrivain de la rupture, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle, l’explorateur d’une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante ». En 2009, il est promu Officier de la Légion d’honneur. L’année suivante, le gouvernement mexicain lui décerne la haute distinction de l’Aigle Aztèque. En 2011, il publie « Histoire du Pied et autres fantaisies », rassemblant des portraits de femmes refusant le cynisme et la brutalité du monde. Alors que l’écrivain s’engage toujours plus dans ses positions intellectuelles et dans les causes humanitaires qu’il défend, il décide en 2013 de mettre en lumière les exilés du Chagos, peuple d’un archipel de l’île Maurice condamné à fuir leur terre depuis l’installation d’une base militaire anglaise.

Le Guillou Philippe1959Philippe Le Guillou est né en 1959 au Faou. Il a publié depuis 1983 une trentaine de livres. Il a reçu en 1997 le prix Médicis pour Les sept noms du peintre.
Le Tellier Hervé1957Hervé Le Tellier est né en 1957. Il a d’abord entrepris des études de mathématiques avant de se tourner vers le journalisme et la linguistique. Il est membre de l’Ouvroir de Littérature Potentielle depuis 1992, auteur d’un essai sur L’esthétique de l’Oulipo (2006) dont il est devenu président en 2019.
Avec d’autres artistes et écrivains, il a participé de 1991 à 2018 à l’émission « Des Papous dans la tête » animée par Françoise Treussard sur France Culture. Il a également été chroniqueur dans diverses revues : dans les années 1990 pour l’hebdomadaire satirique La Grosse Bertha, de 2002 à 2016, un billet d’humeur quotidien au Monde, « Papier de verre », avec comme complice Xavier Gorce. Il collabore aujourd’hui à Mon Lapin Quotidien, revue culturelle de L’Association.
Il est aussi, avec Frédéric Pagès, l’un des fondateurs en 1995 des Amis de Jean-Baptiste Botul (1896-1947), « philosophe fictif de tradition orale » qui est parvenu à mystifier Bernard-Henri Lévy. Il a reçu en 2013 le prix de l’humour noir pour un texte facétieux de la même veine, sa « traduction » des Contes liquides de Jaime Montestrela, auteur portugais fictif, hébergé à Paris par un certain Jean-Baptiste B., et dont il feint de publier quatre-vingts contes sur les mille qu’il a écrits, « ce qui n’est déjà pas mal, compte tenu du fait que le traducteur ne parle pas portugais ».
Il publie à partir de 1991 de nombreux textes souvent courts, souvent humoristiques, construits autour de contraintes oulipiennes, comme Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable, Joconde jusqu’à cent, ou La Chapelle Sextine. Il écrit aussi des pièces de théâtre et même des opéras. Il participe à l’aventure de la série Le Poulpe, avec La Disparition de Perek (1997). Il a, enfin, publié des romans et des récits d’autofiction distancée. Je m’attache très facilement s’intéresse au fantasme amoureux, Assez parlé d’amour, à l’ambivalence du désir, Eléctrico W, à l’impossible retour. Toutes les familles heureuses (2017), récit familial au titre résolument antinomique, propose à la fois une traversée de l’Histoire et une galerie de portraits très drôles : « Cette étrange famille, j’espère la raconter sans colère, la décrire sans me plaindre, je voudrais même en faire rire, sans regrets. »
Son roman, L’anomalie, marque son entrée chez Gallimard et lui vaut le prix Goncourt le 30 novembre 2020.
Source : https://www.bnf.fr/
Lebrun Jean-Claude1945 Jean-Claude Lebrun est né en 1945 à Paris. Il est enseignant et chroniqueur littéraire à l’Humanité. Il participe régulièrement à l’émission littéraire de France Inter Le Masque et la plume. Spécialiste du roman français contemporain, il est chargé de cours à Paris-VII Denis Diderot. Il a publié, en collaboration avec Claude Prévost, Nouveaux Territoires romanesques (Messidor, 1990), ainsi que des entretiens avec André Stil, Une vie à écrire (Grasset, 1993).En tant que collaborateur littéraire des Conseils généraux de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, il est l’auteur de diverses plaquettes, entre autres sur François Bon, Bernard Chambaz, Michel Host. Il a également publié un Jean Echenoz (éditions du Rocher, 1992) et un Jean Rouaud, chez le même éditeur.
Leduc Daniel1950Daniel Leduc est né à Paris en 1950. Dès l’âge de seize ans, l’écriture constitue pour lui la colonne vertébrale de son existence. Ses intérêts sont multiples : toutes formes d’arts, mais aussi de sciences le passionnent. Il suit des études de cinématographie et collabore à de nombreuses publications en tant que critique littéraire, musical ou de cinéma.
Une quarantaine de nouvelles ont paru dans divers journaux et revues, en France et à l’étranger.
Ses poèmes et autres textes ont été traduits dans une dizaine de langues et figurent dans plusieurs dizaines d’anthologies.
Outre la poésie, son goût présent le porte vers la littérature de jeunesse ainsi que vers le théâtre.
Il a, entre autres, dirigé des ateliers d’écriture en milieu scolaire.
Pour lui, l’écriture est un engagement, une prise de parole, une porte ouverte sur le monde.
Lehmann Christian1958Christian Lehmann est né le 15 août 1958 à Paris,
Auteur de plusieurs romans pour la jeunesse, dont No Pasaran le jeu, à l’Ecole des Loisirs (1996) , et de romans contemporains dans des collections « adultes », le plus récent étant Une éducation anglaise aux éditions de l’Olivier (2000), Christian Lehmann, à 42 ans, est médecin en région parisienne. Deux de ses précédents romans, L’Evangile selon Caïn, et La folie Kennaway, seront réédités en format de poche en 2001.
Le site officiel de Christian Lehmann
Léger Jack-Alain 1947De son vrai nom Daniel Théron, Jack-Alain Léger est né en 1947 à Toulon.
Il est entré en littérature sous le pseudonyme de Melmoth puis de Dashiell Hedayat. Passionné de rock et de culture underground, auteur et interprète de ses propres musiques, il reçut en 1969, dès son premier album, La Devanture des ivresses, le grand prix de l »académie Charles-Cros. Sous le nom de Jack-Alain Léger, il laisse, en quelques vingt-cinq livres, une œuvre brillante passant avec allégresse du pamphlet à l’autoportrait, de l’essai au feuilleton populaire, du burlesque au polar ou encore de la critique au roman d »aventure. Rien de ce qui fait la littérature ne lui échappe : il traduit notamment Bob Dylan (Tarantula), Leonard Cohen (L’énergie des esclaves) ou Tolkien (Les aventures de Tom Bombaldi). Jonglant avec les identités, troublant les genres, il connut en 1976 un succès international avec Monsignore, pochade et polar virtuose, traduit en 23 langues et adapté par Hollywood. En 1982, il remonte aux sources de sa souffrance et de sa mélancolie dans Autoportrait au loup, profonde introspection psychanalytique et littéraire, ne dissimulant ni ses accès maniaco-dépressifs ni son homosexualité. Écrivain maudit ou auteur à succès, son œuvre est pleine de rage, de nostalgie, d’ironie et d’amertume. Sous le nom de Paul Smaïl, Jack-Alain Léger écrit Vivre me tue (1997) et Ali le magnifique (2001), qui divise la critique, avant de faire scandale, en 2003, en se déclarant  » islamophobe  » lors de la publication de son pamphlet Tartuffe fait Ramadan. Dans Zanzaro Circus – Windows du passé surgies de l’oubli (2012), il est un clownesque héros qui invite le lecteur à le suivre dans ce cirque qu’aura été sa vie. Né à Toulon le 5 juin 1947, Jack-Alain Léger s’est donné la mort le 17 juillet 2013.
Source : imec.com
Lemaitre Pierre1951Pierre Lemaitre est né en 1951. Il est fils de parents employés, a grandi entre Aubervilliers et Drancy. Psychologue de formation, il a travaillé dans le domaine de la formation professionnelle des adultes, enseignant la communication et la culture générale. Il a également animé des cycles d’enseignement de la littérature à destination de bibliothécaires.
Pierre Lemaitre s’est toujours passionné pour l’écriture. Il a écrit un premier roman à l’âge de 20 ans puis un second quelques années plus tard, malheureusement, ces livres n’ont connu aucun succès, car ils n’ont jamais été publiés. En effet, les maisons d’édition ont refusé ces deux romans. Ce n’est qu’à partir de 2006, à l’âge de 55 ans, que Pierre Lemaitre connait enfin le succès et peut même vivre de sa plume. Il se lance, ainsi dans le roman policier avec son roman « Travail soigné ». C’est le début de sa popularité et d’une longue série de succès. Ce roman est en quelque sorte le premier tome de la série Verhoeven. Dès la sortie de ce livre, Pierre Lemaitre remporte le prix du premier roman du Festival de Cognac.
En parallèle, Pierre Lemaitre écrit chaque mois la rubrique Classiques et Cie dans le Magazine littéraire et est administrateur de la société des gens de lettres. En 2010, il écrit un nouveau roman policier, un thriller social « Cadres noirs » dont l’histoire est inspirée d’un fait réel.
Parmi les nombreux romans de Pierre Lemaitre, sa trilogie « Les Enfants du désastre » est certainement la plus connue. Composée de trois romans : « Au revoir là-haut » (Prix Goncourt 2013), « Couleur de l’incendie » et « Miroir de nos peines », cette série connait un succès retentissant. Mais surtout, Pierre Lemaitre ose s’essayer à un nouveau genre littéraire. En effet, si jusqu’à présent ses thèmes de prédilection étaient le roman policier et le thriller social, avec cette trilogie, il découvre le roman picaresque. Nous sommes bien loin des histoires sombres, mais le public comme la critique ont tous été conquis.
Source : https://www.decitre.fr/
Lepront Catherine1951Catherine Lepront est née en juin 1951 au Creusot. Ell est écrivain, auteur de romans, récits, nouvelles, d’une biographie de Clara Schumann, d’un essai sur Caspar David Friedrich, d’une pièce radiophonique et de scénarios. Elle a également travaillé pour le théâtre (dramaturgies, traductions, adaptations) et collaboré à des journaux et revues (Avant-Scène Opéra, NRF, Nouvelle Revue de Psychanalyse, etc.). Elle a obtenu le Prix Goncourt de la nouvelle pour Trois gardiennes (Gallimard 1992) et le Grand Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la publication de Namokel (Seuil, 1997). Lectrice aux éditions Gallimard pour la littérature française, elle collabore également à la collection du Monde Entier.
Elle est décédée en 2012 à Paris.
Lesbre Michèle1939Michèle Lesbre est née en 1939. Après avoir étudié à Clermont-Ferrand, elle a commencé́ à enseigner en Auvergne, tout en militant à l’extrême gauche et en jouant dans des troupes de théâtre amateur. D’abord institutrice, puis directrice d’école maternelle, elle vit à Paris. Auteure d’une vingtaine de livres, elle publie depuis 1991. Elle a rejoint dès sa création le catalogue de Sabine Wespieser éditeur, avec Boléro (2003), puis, notamment, Un certain Felloni (2004), Le Canapé rouge (finaliste du prix Goncourt 2007), Un lac immense et blanc (2011), Écoute la pluie (2013), Rendez-vous à Parme (2019) et Tableau noir (2020) ou, tout récemment, La Furieuse (2023).
Source : https://www.swediteur.com/
Lévi-Strauss Claude1908Claude Lévi-Strauss est né à Bruxelles (de parents français), le 28 novembre 1908.
Il effectue ses études secondaires à Paris au lycée Janson-de-Sailly, puis poursuit des études supérieures à la faculté de droit de Paris (licence) et à la Sorbonne (agrégation de philosophie, 1931, doctorat ès lettres, 1948).
Il enseigne durant deux aux lycées de Mont-de-Marsan et de Laon, puis est nommé membre de la mission universitaire au Brésil, professeur à l’université de Sao Paulo (1935-1938).
De 1935 à 1939, Claude Lévi-Strauss organise et dirige plusieurs missions ethnographiques dans le Mato Grosso et en Amazonie.
Il rentre en France à la veille de la guerre, et est mobilisé en 1939-1940.
Après l’armistice, il quitte la France pour les États-Unis. Il enseigne à la New School for Social Research de New York. Engagé volontaire dans les Forces françaises libres, il est affecté à la mission scientifique française aux États-Unis. Puis il fonde avec Henri Focillon, Jacques Maritain, J. Perrin et d’autres, l’École libre des hautes études de New York, dont il devient le secrétaire général.
Rappelé en France, en 1944, par le ministère des Affaires étrangères, il retourne aux États-Unis en 1945 pour y occuper les fonctions de conseiller culturel près l’ambassade. Il démissionne en 1948 pour se consacrer à son travail scientifique, devient sous-directeur du musée de l’Homme en 1949, puis directeur d’études à l’École pratique des hautes études, chaire des religions comparées des peuples sans écriture. Il est nommé professeur au Collège de France, chaire d’anthropologie sociale, qu’il occupe de 1959 à sa mise à la retraite en 1982.
Claude Lévi-Strauss a été élu à l’Académie française, le 24 mai 1973.
(texte provenant du site de l’Académie française)
Principaux ouvrages de Claude Lévi-Strauss :
La Vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara, 1948.
Les Structures élémentaires de la parenté, 1949
Race et histoire, 1952.
Tristes Tropiques, 1955
Anthropologie structurale, 1958.
Le Totémisme aujourd’hui, 1962.
La Pensée sauvage, 1962.
Mythologiques*. Le Cru et le cuit, 1964.
Mythologiques**. Du Miel aux cendres, 1967.
Mythologiques***. L’Origine des manières de table,1968.
Mythologiques****. L’Homme nu, 1971.
Anthropologie structurale deux, 1973.
La Voie des masques, 1975
Le Regard éloigné, 1983.
Paroles données, 1984.
La Potière jalouse, 1985.
Histoire de Lynx, 1991.
Regarder écouter lire, 1993.
Saudades do Brasil, 1994.
Saudades de São Paulo, 1995
En collaboration :
G. Charbonnier, Entretiens avec Claude Lévi-Strauss,1961.
Discours de réception à l’Académie française et réponse de Roger Caillois, 1974.
Discours de réception d’Alain Peyrefitte à l’Académie française et réponse de Claude Lévi-Strauss, 1977.
Discours de réception de Georges Dumézil à l’Académie française et réponse de Claude Lévi-Strauss, 1979.
De Près et de loin (avec Didier Eribon), 1988.
Des Symboles et leurs doubles,1989
Claude Lévi-Strauss sur le site de l’Académie française.
Lévy Bernard-Henry1948Bernard-Henri Lévy est né en 1948 à Beni Saf en Algérie. Il est ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure (1968) et agrégé de philosophie
De 1971 à 1972 il effectue un long séjour en Inde et notamment au Bangla Desh pendant la guerre de libération contre le Pakistan. Il est alors reporter de guerre pour le quotidien parisien Combat.
En 1973 il enseigne l’épistémologie à l’université de Strasbourg, la philosophie à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm.
Il publie alors son premier livre : Bangla Desh, Nationalisme dans la révolution
En 1974 il dirige la section  » Idées  » du Quotidien de Paris et collabore épisodiquement au Nouvel Observateur aux Temps modernes.
En 1977, il publie La Barbarie à visage humain . Invité de Bernard Pivot, sur le plateau d’Apostrophes, les téléspectateurs assistent à la Naissance de « BHL »
C’est avec Jacques Attali, Françoise Giroud, Marek Halter et quelques autres qu’il fonde en 1980  » Action internationale contre la faim  » et c’est aussi avec Marek Halter qu’il crée le  » Comité Droits de l’Homme  » qui milite pour le boycottage des Jeux olympiques de Moscou et qui mettra sur pied l’année suivante Radio Kaboul Libre.
En 1981 Bernard-Henri Lévy publie L’Idéologie française.
En 1984, publication de son premier roman: Le Diable en tête
En 1987, Bernard-Henri Lévy publie Eloge des intellectuels.
En 1994, il réalise Bosna!, un film sur le siège de Sarajevo.
Il vient de publier en 2000 Le Siècle de Sartre.
Levy Marc1961Marc Levy est né en 1961 à Boulogne-Billancourt.
À 18 ans, Marc Levy s’engage dans la Croix Rouge et il y passe 6 ans. Puis, après avoir créé une société spécialisée dans les images de synthèses en France et aux États-Unis, il dirige un cabinet d’architecture.
À 37 ans, il écrit une histoire à l’homme que deviendra son fils Louis. Et si c’était vrai, publié en 2000 aux Éditions Robert Laffont, connait un succès immédiat. Peu avant la sortie du roman, Steven Spielberg (DreamWorks) en acquiert les droits d’adaptation cinématographique : Just Like Heaven, avec Reese Witherspoon et Mark Ruffalo, s’est classé premier du box-office américain à sa sortie en 2005.
Marc Levy a écrit 25 romans, qui figurent dès leur parution en tête des ventes annuelles en France et connaissent un succès international.
Son nouveau roman, La Symphonie des monstres, a été publié en France le 17 octobre 2023.
Traduits en 50 langues, ses 25 romans ont été publiés à plus de 50 millions d’exemplaires faisant de Marc Levy l’auteur français le plus lu dans le monde.
En 2021, Marc Levy co-écrit avec Sylvain Runberg une bande dessinée « L’Agence des invisibles », illustrée par Espé. Il a également adapté son best-seller « Le Voleur d’ombres » avec l’illustrateur Fred Bernard (triple Goncourt Jeunesse).
Source : www.marclevy.com
Liaudet Jean-Claude1945Jean-Claude Liaudet est né en 1945. Psychanalyste et psychosociologue, il s’intéresse aux relations entre l’individuel et le social. Il est notamment l’auteur de quatre ouvrages qui synthétisent pour le grand public les points clés de la psychanalyse : Dolto expliquée aux parents (L’Archipel, 1998), La Psychanalyse sans complexes (L’Archipel, 2000), Telle fille, quel père ? (L’Archipel, 2002) et La Psychanalyse (Le Cavalier bleu, 2002), Le Complexe d’Ubu ou la Névrose libérale (Fayard, 2004).
Revue de Presse ( 2 articles du Nouvel Observateur et du Monde de l’Économie) sur le Complexe d’Ubu
Livory Pierre1942Né à Lyon par hasard, fin de ce fameux Été 42, d’un couple d’Enseignants exemplaires, issus eux-mêmes d’ouvriers de la navale, de paysans, de pêcheurs, aussi bien Italiens que Normands.
Initié tout jeune, par son Père et ses Oncles, à la voile et à la pêche, la passion pour les bateaux s’ancre de bonne heure.
* Après des études classiques quelque peu mouvementées, émaillées de Latin, de Grec, de Musique et de Mathématiques, muni enfin d’un diplôme d’ingénieur et d’un autre de gestion, il intègre, en 1965, le monde de la Petite navale, dans un important chantier de construction de bateaux de plaisance. Il concrétise par-là un des rêves de gosse de son Père : concevoir et réaliser.
Se sentant un peu apatride, la famille a choisi très tôt comme pays la Bretagne Sud, le Bro Gwened, où les passions s’épanouissent.
* Tour à tour architecte et constructeur de bateaux de plaisance, de pêche ou de servitude, pour une clientèle variée, ou pour lui-même ou sa famille, il vit depuis trente ans bientôt à Lorient. Il travaille toujours à ce jour pour la Navale.
* Pour le plaisir de côtoyer la jeunesse et de transmettre, il est chargé de quelques cours de spécialité à l’Université de Bretagne Sud.
* Ses deux fils et leurs épouses, inoculés du même virus, travaillent eux aussi pour la Petite navale, ou pour la Pêche. Sa propre épouse conçoit et fabrique des produits de beauté, dont bon nombre à base d’algues marines.

CONNIVENCES :
Parce que la vie en pays vannetais est faite de subtiles richesses, j’ai voulu partager avec vous quelques épisodes marquants de celle d’un artisan menuisier aux prises avec ses passions. « Connivences » est un roman d’amour : la Femme, la Mer, le Bateau, le Métier, le Pays. Anne et Marc sont en quête de clarté et de sincérité totales, d’engagement complet, sans concession avec eux-mêmes, mais en riche harmonie avec les autres et avec leur milieu. Bref, ils sont de connivence, bien décidés à réduire tous les jours ce qui pourrait les séparer… jusqu’à traquer l’epsilon qui, inévitablement, demeure, et définit leur personnalité propre : le piano ne devient pas pour autant violon dès lors que tous deux jouent à l’unisson ! Chacun sait combien ce n’est pas facile ! Heureusement, il y a les « plaisirs minuscules », pas bénins du tout, les bonheurs au quotidien, et les pierres du chemin avec lesquelles on finit par bâtir. L’osmose avec la Mer, l’emprise des paysages riches et délicats, le sens et le goût de la nuance, l’émerveillement à la découverte d’un coquillage, l’amour de la Musique et de la Couleur, l’engagement dans le Métier, la transparence parfaite pour l’Autre. C’est cette recherche permanente du bonheur de tous les instants, dont seule la réussite donne son sens à une vie, que j’ai voulu communiquer. Un message ambitieux ? Certes, mais en toute modestie, et à ma façon ! Je vous souhaite très amicalement bien du plaisir à la lecture, et de parvenir à croire en refermant « CONNIVENCES » que seule la passion est raisonnable !
Pierre Livory
« PERLES OCEANES »
Seule la passion est raisonnable ! Peut-être en êtes-vous déjà convaincus. Sinon, à la lecture de ce que je vous offre, ferez-vous sans doute un pas vers cette idée. En tout cas, vous aurez tenté votre chance !
« Perles Océanes » est né après un premier roman, « Connivences », lourd de passions, riche de plaisirs minuscules et de bonheurs au quotidien. « Perles Océanes » est nourri de sourires et de malice, d’acidité et de tendresses. La mer et mon métier, concepteur et constructeur de bateaux, ont exalté toute ma vie. Rassurez-vous, « Perles Océanes » n’est pas un manuel de technique, c’est un recueil de rencontres avec des clients, une galerie de portraits, présentés sous forme d’anecdotes, toutes vécues, à peine colorisées pour passer la rampe. Plaisanciers, Pêcheurs professionnels, Marins de la Royale etc…tous aussi attachants ou marquants les uns que les autres. Sympathiques ou non, ils passent tous au trapèze !
Et vous, connaisseur ou non de ce milieu, ces Caractères vous feront sourire, ou grincer des dents. Concevoir, construire, vendre ou acheter un bateau est toujours une aventure, aussi bien pour les intéressés directs que pour l’entourage, entraîné parfois malgré lui bien plus loin que prévu !
« Perles Océanes  » n’est pas non plus un traité de psycho, mais il vous parle de celle des femmes et des hommes : tout métier vaut surtout par la couleur des rencontres qu’il engendre. Je vous souhaite de tout cœur de ressentir ma passion offerte en partage. Et à chacun beaucoup d’amis pour partager le partage !
Pierre Livory
« Gamins  d’la Côte ». Un titre qui parle de lui-même !
Voici un inventaire non exhaustif de ce que peuvent inventer des gosses vivant en communion avec un pays, pourvu que les adultes ne soient pas en reste. La mer, les rochers, la lande, la forêt sont leur terrains de jeux, et ils bâtissent eux-mêmes, avec leurs copains et copines, des scénarios surprenants. Certaines de ces anecdotes sont gaies, d’autres tendres ou même poétiques. Certaines enfin sont passées juste à côté du drame. En tout cas, elles sont toutes véridiques, à peine colorisées pour les besoins de l’écrit, et présentées comme une longue veillée entre joyeux drilles, où chacun apporte sa pierre pour le plaisir de tous.
Au-delà du récit, et plus loin que les lieux évoqués, c’est, sans prétention, toute une philosophie de cohésion, d’amour et d’amitié que j’ai voulu faire passer : la faculté de donner leur plein sens et leur profonde richesse à tous ces modestes exploits. L’art de bâtir une vie comme un artisan réalise son « chef d’œuvre » : réflexion avec passion, fantaisie avec rigueur, patience avec fougue … et le goût d’en transmettre le goût.
Je vous souhaite, en compagnie des gamins d’la côte, légèreté et bonheur profond.
Sachez, vous aussi, rester gamins très longtemps, pour votre plaisir, et celui de votre cercle d’enfants et d’amis !
Pierre Livory
Livrozet Serge1939Né en 1939 à Toulon d’un père inconnu et d’une mère prostituée, Serge Livrozet commence à travailler à 13 ans et demi. Il apprend le métier de plombier. Engagé à 18 ans dans l’armée de l’air, il devient maître de chien.
En 1961, il crée une entreprise de publicité. Escroqué par son associé, il cambriole sa propre société, puis commet des vols sur la Côte d’Azur dans de riches villas. Arrêté, il est condamné à cinq ans de prison.
Incarcéré à 22 ans à la centrale de Loos-les-Lille, il passe le bac et devient instituteur des détenus. Le désir d’écrire pour à la fois témoigner et s’évader commence à le tenailler.
Libéré en octobre 1965, il rencontre sa femme et, tout en continuant d’écrire, exerce le métier de démonstrateur dans les foires. Son casier judiciaire lui interdit de pratiquer toute autre profession commerciale. Dès cette époque, il analyse la délinquance d’un point de vue politique et économique.
En 1967, il adhère à la CNT, affichant par cet engagement, ses idées libertaires. En Mai 1968, il sera l’un des premiers à occuper la Sorbonne et sera blessé par une grenade offensive. La tournure des événements le déçoit, mais il continue de s’affirmer libertaire. Il décide dès ce moment de « politiser son illégalité » et choisit de manière lucide de s’en prendre au capital et à ses coffres-forts, afin de pouvoir créer une entreprise d’édition indépendante lui permettant d’exprimer les idées auxquelles il croit.
Arrêté en décembre 1968, il passe en cour d’assises pour « crime contre la propriété », sans jamais avoir blessé ou menacé qui que ce soit. Il est condamné à quatre ans de prison, la moitié à la Santé, le reste à la centrale de Melun. Il profite de ce nouveau séjour en prison pour écrire, étudier et passer le diplôme d’études comptables supérieures. Ce qui ne l’empêche pas de participer à l’organisation des premières revendications politiques des détenus, notamment dans l’imprimerie de la centrale (deuxième imprimerie d’Etat après l’imprimerie nationale). Un tract appelle les détenus à une grève sans violence.
A sa sortie de prison, en juillet 1972, il rencontre Michel Foucault, avec lequel il correspondait et qui devient son ami.
En novembre 1972, ils fondent ensemble le Comité d’Action des Prisonniers (CAP).
Farouche opposant à la peine de mort, il cesse à la même époque sa collaboration à La Cause du Peuple, dirigée par Serge July, qui réclamait la peine de mort contre le collaborateur Touvier.
Il participe à la création de Libération, avec Michel Foucault, Maurice Clavel, Jean-Paul Sartre, Marin Karmiz, Claude Mauriac, Philippe Gavi etc.
Un mois plus tard, Serge July, encore maoïste, arrive au journal. Serge Livrozet cesse alors de participer à la création de Libération.
Début 1973, il publie son premier livre au Mercure de France, De la prison à la révolte, préfacé par Michel Foucault, qui parle à son sujet de « philosophie du peuple ». Pour la première fois, le système carcéral est analysé du point de vue politique, économique et idéologique par un ex-détenu. Depuis cette date, ce livre n’a jamais cessé d’être réédité.
Directeur du centre socioculturel de Bièvres de 1973 à 1974, grâce au soutien de sa femme Annie et de collaborateurs dévoués, il accueille et subvient durant plusieurs mois aux besoins d’une cinquantaine de familles chiliennes réfugiées en France après le coup d’état de Pinochet.
Licencié, Il devient travailleur indépendant et assure la gestion d’une dizaine d’entreprises.
En juin 1974, il est appelé à témoigner à Colmar en faveur d’un détenu accusé d’avoir giflé un juge de l’application qui refusait de l’écouter. Le détenu écope un an de prison ferme qui s’ajoute à sa précédente condamnation. Outré par la démesure de la sentence, Livrozet crie en plein tribunal : « Pourriture de justice française ! » Arrêté sur le champ, loin de se rétracter, ainsi que le lui conseille l’avocat du détenu, il confirme ses propos. Le tribunal le condamne séance tenante à deux mois de prison ferme. Le Canard enchaîné titrera à ce propos : « Les insultés jugent l’insulteur. » il interjette aussitôt appel et demeure libre.
Deux mois plus tard, à l’occasion du jugement devant la cour d’appel, le CAP organise à Colmar dans une salle de cinéma de la ville « les assises de la justice ». Plusieurs centaines de personnes et plus de vingt organisations politiques et syndicales se rendent à Colmar pour le soutenir. Surpris par l’ampleur du mouvement en plein mois d’août, les journaux locaux relèvent qu’il y a plus de CRS dans la ville que durant la guerre d’Algérie.
Dans la salle d’audience archicomble, à la surprise des magistrats eux-mêmes, Livrozet paraît se rétracter : « Je n’aurais pas dû dire pourriture de justice française. » Et d’ajouter dans la foulée : « Mais pourriture de toutes les justices, la française, la russe, l’américaine etc. » Sa peine est ramenée à 213 euros (1.400 francs de l’époque).
En 1975, afin de dénoncer les quartiers de haute sécurité, le CAP organise une marche sur Mende (qualifiée à cette occasion de « chef lieu de la Lozère et de la torture »).
En 1976, Le CAP coordonne la première manifestation contre la peine de mort. Elle rassemble 10.000 personnes à Paris.
Enumérer les actions auxquelles il a participé depuis 1968 sortirait du cadre forcément restreint de cette biographie sommaire. Mais, ainsi qu’il se plaît à le dire : « l’heure de mes mémoires n’a pas encore sonné. »
Au cours des années, il a collaboré à divers journaux et contribué à la création de nombreux mouvements de libération et de lutte pour plus de justice sociale.
Il a participé à des centaines de débats, à de nombreuses émissions radiophoniques et télévisées en France et en Europe, ainsi qu’à plusieurs commissions. La dernière en date concerne la réforme de la Cour d’assises.
Réhabilité en 1983, il continue de militer, d’écrire, d’animer divers débats, de rédiger et de dire des sketches, de mener des actions en faveur d’une humanisation des conditions de détention et d’une analyse économique et politique des causes réelles de la délinquance.
Il a animé durant plusieurs années une émission hebdomadaire (Humeur Noire) sur Radio Libertaire.
En 1981, il crée une maison d’édition qui fonctionne selon une conception qui lui est chère : l’absence de hiérarchie salariale.
Accusé en 1986 d’être le « cerveau » d’une contrefaçon de billets de banque pour un montant de 70 millions de francs. En 1989, il passera une nouvelle fois devant la cour d’assises pour « crime », mais sera acquitté. Les neuf mois de détention provisoire qu’il effectue à cette occasion entraîneront la perte de sa maison d’édition. En dépit de son acquittement et sans aucune explication, il ne percevra aucune indemnisation. Ce qui ne fait que le conforter dans la piètre idée qu’il se fait de la justice lorsqu’elle concerne les plus modestes, surtout lorsqu’ils osent afficher leur contestation.
Il anime des ateliers d’écriture dans des milieux défavorisés. Ce qui a permis à des élèves du lycée de Saint-Ouen de co-écrire Le Poulpe au lycée, édité aux éditions Baleine.
Il côtoie le milieu cinématographique en assurant la fonction de conseiller technique dans le film Femme de voyou réalisé par Georges Birchansky et tiré du livre du même nom écrit par sa femme.
En 2000, remarqué à la télévision par Laurent Cantet, le réalisateur de Ressources humaines, il tourne dans L’Emploi du temps, et obtient à ce titre aux Etats-Unis, en 2002, le prix du meilleur second rôle au festival du film étranger.
Il collabore actuellement à divers journaux sous forme de nouvelles ou d’articles d’humeur, tout en préparant un nouveau livre.
Bibliographie
Au Mercure de France
De la prison à la révolte, essai ( 5 éditions) (1)
Diégo ou la vie d’un chien de guerre, roman
la Rage des murs, roman, (épuisé)
Aux Presses d’Aujourd’hui (Gallimard)
Hurle ! essai, (épuisé)
Chez Hachette
Aujourd’hui, la prison, document, (épuisé)
repris en livre club (épuisé)
Aux Lettres Libres
le Sang à la tête, roman, (épuisé)
repris en livre club (épuisé)
Lettre d’amour à l’enfant que je n’aurai pas, pamphlet, (2 éditions) (épuisé)
Rue aux Ours, contre-enquête sur la première « affaire Pesquet » (épuisé)
Jéva de Nazareth, roman fantastique, (épuisé)
la Dictature Démocratique, essai (3 éditions), (épuisé)
A la Brèche
l’Empreinte, récit (épuisé)
Chez Manya
l’Outrage en plus, roman, (épuisé)
Chez Encrage
La Femme truquée, roman noir
Edition Baleine
Nice, baie d’aisance, roman
Le Poulpe au lycée, roman collectif
Edition l’Esprit Frappeur
(1) De la prison à la révolte, essai (réédition en poche, 2000)
Edition L’Eglantine
Le Quartier, Nouvelle
Loubier Jean-Marc1953Né à Paris en 1953, fils d’une couturière et d’un chimiste, Jean-Marc Loubier fut d’abord professeur de lettres avant de devenir journaliste puis écrivain. Biographe de Louis Jouvet, Michel Simon, Louis de Funès , Pierre Brasseur et de Mata Hari, il a reçu le prix Saint-Simon 1997 pour son livre d’entretiens avec Simone Valère et Jean Desailly (« Un destin pour deux »).
Jean-Marc Loubier est également auteur d’un roman, De verre et d’éclats et d’un livre de recettes de cuisines écrit en collaboration avec le Docteur Françoise Halphen intitulé « 150 recettes gourmandes pour garder la forme ».
Il a publié en 2001 une édition augmentée et corrigée de sa biographie de Louis Jouvet .
Lourbet François1933 François Lourbet, polygraphe infatigable.
« Né à Paris le 12 septembre 1933. Hétérosexuel, 180 cm, pilote privé, cycliste, père et grand-père multiple, endetté comme une mule (hommage à mon feu ami Eric Losfeld), alcoolique et grand amateur de vélocipède.

Mille métiers, mille misères, puis, après de bizarres débuts comme auteur fantôme dans une revue de confessions féminines, entrée en écriture officielle, si on peut dire, en 1960.

Ma vie personnelle ne présentant qu’un intérêt restreint, je vous livre ma bibliographie ».

Ouvrages personnels :

Deux romans de SF, « Sortilège temporel » et « Les bagnes de l’espace », aux éditions Daniber. Paris 1960.

Un roman policier « La clé de l’abîme » aux mêmes éditions en 1961.

Un ouvrage pour la jeunesse : « Vingt histoires de voiliers », publié à Alger !

Plus de trente-cinq ouvrages de commande sous divers pseudonymes pour les éditions de l’Arabesque, Ditis (futur J’ai Lu) et autres. Entre 1961 et 1963.

Plusieurs livres en collaboration :

Pourquoi Prague (éditions Publications Premières/Tallandier, Paris 1969)

Magie à Marsal (avec Gérard de Sède) Julliard, 1969.

Moi, j’aime pas Giscard (en collaboration avec Chantal Dupille, unique signataire) Balland, Paris 1975, avec une couverture de Wolinski.

Bon appétit, Messieurs (en collaboration avec Charles Cohen-Salmon, pseudonymé Alain Cohen), Balland, Paris 1977.

Ismaël-Israël, en collaboration avec Patrick Mercillon, unique signataire, éditions EPA, vers 1980.

Ouvrages personnels sous pseudonymes :

Pour un érotisme conjugal, signé Bertrand Barinque, Balland, CFL, France-Loisirs etc, Paris 1976.

Les performances amoureuses, signé Bertrand Barinque, Balland, Paris, 1977.

Ouvrages totalement personnels :

L’amour réussi, Balland, Paris, 1974, variations françaises sur 600 illustrations deV.Incio.

Le chef de village, roman. Balland, France-Loisirs, Paris, 1975.

La vérification, roman, sans nom d’auteur, mais avec une couverture du cher, mais feu, Topor, Balland, Paris, 1987.

Très nombreuses traductions pour Daniber, Ditis, Plon, Laffont, Albin Michel, Presses de la Cité, 10-18 (pour qui je travaille encore). J’ai traduit,
entre autres, Sheridan Le Fanu, Clifford D. Simak, the Pentagon Papers, Philip K. Dick, et tant d’autres, dont Ian Fleming (On her Majesty’s Secret
Service).

Des dizaines de rewritings qui ont aidé n’importe qui ou personne à devenir quelqu’un.

Journalisme :

Rédacteur « Atlas », Tallandier – anonyme. Il en fallait.
Rédacteur « Historia Magazine Deuxième Guerre Mondiale », 1966-1968.
Rédacteur en chef « Femmes et médecine », 1969.
Rédacteur en chef « L’Actualité », 1969-1970.
Collaborateur de « Parents » 1975-1980
Collaborateur dans les années 80-90 de diverses revues informatiques
Piges diverses dans quantité d’organes de presse.

Nombreuses préfaces…

Producteur délégué à France-Musique (Radio-France) en 1982. Merci, René Koering.

Un roman en cours de rédaction : « Dieu brûle les tièdes ».
Maalouf Amin1920Amin Maalouf est né en 1949 au Liban au sein la communauté minoritaire des chrétiens melkites. il vit en France depuis 1976 où il travaille comme journaliste et écrivain.
Homme d’Orient et d’Occident, de la chrétienté et de la Méditerranée, Amin Maalouf est considéré en France comme Monsieur Orient. Depuis la parution de son essai Les identités meurtrières, il incarne aussi la Tolérance. Mais Amin Maalouf est avant tout un Européen qui rêve de jeter un pont entre les mondes occidentaux et orientaux.
Il a reçu le Goncourt en 1993 (Le rocher de Tanios, Grasset). Il est considéré comme l’un des écrivains essentiels des lettres francophones contemporaines.
L’œuvre d’Amin Maalouf
Les échelles du Levant, roman
Léon l’Africain. L’esclave du pape, roman
Les identités meurtrières, essai ( Prix Veillon)
Samarcande, roman
L’homme de Mésopotamie, roman historique
Le retour du scarabée, roman historique
Les croisades vues par les arabes
Les jardins de lumière
Le premier siècle après Béatrice
Le rocher de Tanios, roman (Prix Goncourt)
Le périple de Baldassare, roman
Mabanckoiu Alain1966Alain Mabanckou est né en 1966 à Pointe-Noire (république du Congo). Il passe son enfance dans la ville côtière de Pointe-Noire où il obtient un baccalauréat en Lettres et Philosophie au Lycée Karl-Marx. Il s’oriente alors vers le droit, sa mère souhaitant qu’il devienne magistrat ou avocat. Après un premier cycle de droit privé à l’Université Marien-Ngouabi à Brazzaville, il obtient une bourse d’études et s’envole pour la France à l’âge de 22 ans, avec déjà quelques manuscrits dans ses affaires, des recueils de poèmes pour la plupart, qu’il commencera à publier trois ans plus tard.
Après un DEA de droit à l’Université de Paris-Dauphine, il travaille une dizaine d’années dans le groupe Suez-Lyonnaise des Eaux, mais se consacre de plus en plus à l’écriture avec la parution en 1998 de son premier roman Bleu-Blanc-Rouge qui lui vaut le Grand Prix Littéraire de l’Afrique noire. À partir de cette date, il ne cessera de publier avec régularité, aussi bien de la prose que de la poésie. C’est surtout le roman qui le révèle au grand public, avec notamment Verre cassé, unanimement salué par la presse, la critique et les lecteurs ; puis Mémoires de porc-épic qui lui vaut en 2006 le Prix Renaudot. Les deux romans sont parus aux éditions du Seuil, respectivement en 2005 et en 2006.
Écrivain en résidence en 2002, il enseigna la littérature francophone à Ann Arbor pendant trois ans avant d’être remarqué par l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) qui l’invite d’abord comme Visiting Professor en 2006 puis le nomme Professeur titulaire (Full Professor) de littérature francophone en 2007. Il vit aujourd’hui à Santa Monica, en Californie.
En 2007 reparaissent les écrits poétiques d’Alain Mabanckou, chez Points-Seuil, sous le titre de Tant que les arbres s’enracineront dans la terre, ainsi que le livre qu’il consacre à l’écrivain James Baldwin, Lettre à Jimmy (Fayard), à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’écrivain américain. En 2008 Alain Mabanckou a traduit de l’anglais au français le jeune prodige des lettres américaines, Uzodinma Iweala, d’origine nigériane, auteur de Beasts of no nation, (Bêtes sans patrie, Éd. de L’Olivier). Le roman Black Bazar, paru aux Éditions du Seuil le 8 janvier 2009 a été classé parmi les 20 meilleures ventes de livres en France dans les listes de L’Express, du Nouvel Observateur et de Livres Hebdo. Demain j’aurai vingt ans, roman paru en 2010 marque son entrée dans la collection Blanche des éditions Gallimard. Cette œuvre a été couronnée par le Prix Georges Brassens 2010.
Son essai Le Sanglot de l’homme noir, paru chez Fayard en janvier 2012 est classé dans les meilleures ventes d’essais et documents (palmarès de L’Express)
En 2012 l’Académie française lui a décerné le Grand Prix de littérature Henri Gal (prix de l’Institut de France doté d’un montant de 40.000 euros et qui couronne l’ensemble de l’oeuvre d’un écrivain).
En 2013 la Fondation Prince Pierre de Monaco salue l’ensemble de son œuvre.
Après vingt-trois ans d’absence, Alain Mabanckou est retourné à Pointe-Noire, ville portuaire du Congo : l’écrivain évoque ce retour dans Lumières de Pointe-Noire, paru en janvier 2013 aux Editions du Seuil – Collection Fiction & Cie.
Source : https://www.seuil.com/
Makine Andreï1957Andreï Makine, est né en 1957 en Sibérie.
Il passe sa jeunesse à Penza (Volga) avant d’obtenir un doctorat de littérature à l’université de Moscou. Il enseigne à l’Institut Novgorod tout en collaborant au magazine Littérature moderne à l’étranger.
Il connaît parfaitement le français, appris avec sa grand-mère Charlotte Lemonnier alors qu’il n’a que trois ans. Par amour de sa grand-mère , c’est dans cette langue qu’il rêve depuis toujours d’écrire; pour essayer aussi de faire renaître la magie de ses souvenirs d’enfants.
En 1987, Andreï Makine obtient le droit d’asile politique au cours d’un voyage en France et se consacre à l’écriture, menant une vie de vagabond et enterrant ainsi sa France du début du siècle. « C’est en France que je faillis oublier définitivement la France de Charlotte », confie-t-il. Ne trouvant pas d’éditeur, il utilise alors le subterfuge de faire croire que ses manuscrits sont traduits du russe. Il fait cesser l’imposture avec Au temps du fleuve Amour, son troisième récit, et décide de s’imposer en français.
Andreï Makine, a reçu en 1995 à la fois le Prix Goncourt et le prix Médicis pour son quatrième roman, Le Testament français.

Livres d’Andreï Makine
Au temps du fleuve amour , 1994
Le Testament français, 1995
La Fille d’un héros de l’Union soviétique, 1995
Confession d’un porte-drapeau dechu , 1996
Le crime d’Olga Arbélina, 1998
Requiem pour l’Est, 2000
Mallet-Joris Françoise1930Françoise Lilar est née en 1930 à Anvers et prendra le nom de plume de Mallet-Joris en se lançant dans l’écriture.
Elle est la fille de l’homme d’État M. Lilar, et de l’écrivain Suzanne Lilar, membre de l’Académie Royale de Belgique.
Dès l’âge de 10-11 ans Françoise Lilar écrit de petits romans. Elle lit beaucoup : Tolstoï, Balzac, Rilke, Proust …
En 1945, alors qu’elle n’a que 15 ans, paraissent ses Poèmes du dimanche . Ils reçoivent les encouragements de Marie Gevers et de Georges Bernanos.
Elle part aux Etats-Unis à l’âge de 16 ans; elle fera ses études à Philadelphie puis  à la Sorbonne.
A 19 ans, elle publie un premier roman qui fait scandale, Le Rempart des béguines, chez un éditeur enthousiaste, Julliard. Elle prend le pseudonyme de Mallet-Joris.
Françoise Mallet-Joris a obtenu le Prix de Libraires en 1957 pour Les mensonges, le Prix Fémina en 1958 pour L’Empire Céleste, et le Prix Prince de Monaco en 1964 pour l’ensemble de son oeuvre.
Membre du Comité du Prix Fémina de 1969 à 1971, Françoise Mallet-Joris a été élue à l’unanimité à l’Académie Goncourt en novembre 1971.
Bibliographie
Le Rempart des béguines, 1949
La chambre rouge, 1954.
Cordélia, 1956.
Les mensonges, 1956. Prix des Libraires 1957.
L’empire céleste, 1958. Prix Fémina.
Les personnages, 1961.
Lettre à moi-même, 1963.
Marie Mancini, Hachette, 1964. Prix Monaco 1965.
Les signes et les prodiges, 1966.
Enterrer ton regard, 1966.
Trois âges de la nuit, 1968.
La maison de papier, 1970.
Dickie-Roi, 1970.
Le jeu du souterrain, 1973.
J’aurais voulu jouer de l’accordéon, 1975.
Allegra, 1976.
Jeanne Guyon, 1979.
Un chagrin d’amour et d’ailleurs, 1981.
Le clin d’œil de l’ange, 1983.
Le rire de Laura, Gallimard, 1985.
La tristesse du cerf-volant, Flammarion, 1988.
Adrina Sposa, Flammarion, 1990.
Divine, Flammarion, 1991.
Les larmes, roman, Flammarion, 1993.
Françoise Mallet-Joris sur le site de l’Académie Goncourt
Marc Myrielle1946Myrielle Marc est née en 1946.
Très tôt, elle a commencé à écrire et cette passion ne l’a jamais quittée. Elle a rédigé la première version d’Orfenor sur onze cahiers d’écolier dès l’âge de 18 ans et l’a repris successivement à 35 ans, 45 ans et 55 ans. Elle avait auparavant publié deux romans, Petite Fille rouge avec un couteau et La pluie à petit bruit (Le Seuil), et des nouvelles Plages – Aux gueux l’an neuf (ACL).
Myrielle Marc vit aujourd’hui dans la région de Nantes.

Source : Pocket
Marceau Félicien1913Félicien Marceau est né le 16 septembre 1913, à Cortenberg, près de Bruxelles. Il fait ses études à Louvain, d’abord au collège de la Sainte-Trinité, puis à l’université de Louvain, faculté de philosophie et lettres.
En 1936, Félicien Marceau est nommé à l’Institut national de radiodiffusion, il en donne sa démission, en mai 1942.
Il est naturalisé Français.
Ses différents ouvrages, romans, pièces de théâtre, essais lui ont valu successivement, en 1952, le prix de la Fondation Del Duca ; en 1953, le prix des Quatre Jurys ; en 1954, le prix Pellman pour sa pièce Caterina ; en 1955, le prix Interallié pour Les Élans du cœur ; en 1969, le prix Goncourt pour son roman Creezy ; en 1974, le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre ; en 1975, le grand prix de la Société des auteurs pour l’ensemble de son œuvre théâtrale ; en 1993, le prix Jean Giono pour La Terrasse de Lucrezia ; en 1994, le prix de Vendée et le prix Jacques Audiberti pour l’ensemble de son œuvre.
Félicien Marceau a été élu à l’Académie française, le 27 novembre 1975.
Félicien Marceau est l’auteur des ouvrages suivants :
1948 Chasseneuil, roman 1949 Casanova ou l’anti-Don Juan, essai 1951 Capri petite île, roman 1951 Chair et Cuir, roman 1952 L’Homme du roi, roman
1953 En de secrètes noces, nouvelles
1953 L’École des moroses, pièce en un acte
1953 Bergère légère, roman
1954 Caterina, pièce en trois actes
1955 Balzac et son monde, essai
1955 Les Élans du cœur, roman
1957 Les Belles Natures, nouvelles
1957 L’Œuf, pièce en deux parties
1959 La bonne Soupe, pièce en deux parties
1960 La Mort de Néron, pièce en un acte
1960 L’Étouffe-chrétien, pièce en deux parties
1962 Les Cailloux, pièce en deux parties
1964 La Preuve par quatre, pièce en deux parties
1965 Madame Princesse, pièce en deux parties
1967 Luigi Pirandello, Diana et la Tuda, pièce
1967 Un jour j’ai rencontré la vérité, pièce en deux parties
1968 Les Années courtes, mémoires
1969 Le Babour, pièce en deux parties
1969 Creezy, roman
1972 L’Ouvre-boîte, pièce en cinq actes
1972 L’Homme en question, pièce en deux parties
1975 Le Corps de mon ennemi, roman
1975 Les Secrets de la Comédie humaine, pièce en deux parties
1977 Le Roman en liberté, essai
1977 Les Personnages de la Comédie humaine
1978 La Trilogie de la villégiature, de Carlo Goldoni, pièce d’après l’adaptation de Giorgio Strehler
1979 À nous de jouer,
1983 Une insolente liberté. Les aventures de Casanova, essai
1984 Appelez-moi Mademoiselle, roman
1985 La Carriole du père Juniet
1987 Les Passions partagées, roman
1989 Un Oiseau dans le ciel, roman
1992 Les Ingénus, nouvelles
1993 La Terrasse de Lucrezia
1994 Le Voyage de noces de Figaro
1997 La Grande Fille, roman
1998 La Fille du pharaon, fables
1998 L’Imagination est une science exacte, entretiens avec Charles Dantzig
2000 L’Affiche, roman
Félicien Marceau  sur le site de l’Académie française.
Martin-Lugand Agnès1979Agnès Martin-Lugand est née à Saint-Malo en 1979. Elle analyse avec finesse et humour les mécanismes de l’âme humaine pour livrer des récits émouvants. Etant psychologue pour enfant de formation, elle rencontre un succès avec son premier roman Les gens heureux lisent et boivent du café qui a été traduit en plusieurs langues. D’autres romans suivront : Entre mes mains le bonheur se faufile, Désolée, je suis attendue et La vie est facile, ne t’inquiète pas, Nos résiliences (2020) , La Datcha (2021), La Déraison (2022), L’homme des mille détours (2023)
Matzneff Gabriel1936Gabriel Matzneff est né en 1936 à L’Hôpital américain de Neuilly. Il est le fils d’émigrés russes. Son enfance et son adolescence sont marqués par la passion des chevaux et des concours hippiques. Il débute dans la littérature avec un essai sur le suicide chez les Romains, écrit en 1959. Ce livre sera publié en 1965 sous le Titre Le Défi.
En 1966, il publie son premier roman, l’Archimandrite.
Chroniqueur dans différents journaux dont Combat et Le Monde, il fut un grand ami de Montherlant et de Cioran.
Gabriel Matzneff est l’auteur de : Le Défi (1965), l’Archimandrite (1966), La caracole (1969), Comme le feu mêlé d’aromates (1969), Le Carnet arabe (1971), Nous n’irons plus au Luxembourg (1972), Isaïe réjouis toi (1974), Ivre du Vin perdu (1981), Douze poèmes pour Francesca (1984), La Diététique de Lord Byron (1984), Le Sabre de Didi (1986), Le taureau de Phalaris (1987), Harrison plazza (1988), Les lèvres menteuses (1992), La Prunelle de mes yeux (1993), Le dîner des mousquetaires (1995), De la rupture (1997), Boulevard Saint-Germain (1998), La Passion Francesca (1998).
Mauriac Claude1914Claude Mauriac est né à Paris le 25 avril 1914, fils aîné de François et Jeanne Mauriac. Il est décédé à Paris le 22 mars 1996. Dans cette longue vie on peut distinguer trois périodes : celle de la formation, celle de la maturité, celle de la réalisation du grand ouvre : Le Temps immobile. Elles se chevauchent, mais peuvent servir de cadre à cette approche biographique et chronologique.

Les études et les examens. À Janson de Sailly puis au cours Chauvot pour le baccalauréat. À la faculté de droit pour le doctorat en droit. C’est l’âge de l’amitié où se forme « le petit groupe » qui réunit avec lui Jean Davray, Henri Troyat, Michelle Maurois, Claude Guy. C’est l’époque où, grâce à son père, il entre dans le « monde » et rencontre le « Tout-Paris », notamment les écrivains : Jouhandeau, Cocteau, Gide, Valéry, etc. Et déjà il se lance dans l’écriture, rédige et publie quelques nouvelles, des articles dans La Flèche de Bergery, et deux essais sur Jouhandeau (1938) et sur Cocteau (1940). Surtout il commence à écrire son journal, sporadiquement dès 1925 (il a douze ans), puis quotidiennement de 1930 à 1940. Il continuera, quoique moins régulièrement, jusque à la fin de sa vie. Date symbolique pour la fin de cette période : plutôt que le doctorat en droit (15 novembre 1941), il faut retenir la date du 9 août 1941 où s’opéra en lui une miraculeuse « délivrance » (c’est son mot) de l’angoisse qui le minait depuis de nombreuses années.

Sous l’Occupation l’écriture recule devant l’obligation de gagner sa vie : il travaille au Comité du Bois, puis à la Confédération paysanne. À la libération, grâce à son ami Claude Guy, il devient secrétaire du général de Gaulle : s’ouvre alors sa période gaulliste qui se conclura avec le dernier numéro de Liberté de l’Esprit (juillet 1953). Son activité littéraire reprend : articles dans les journaux, chronique cinématographique au Figaro essais sur Balzac, Benda, Malraux, Breton. Il épouse le 11 juillet 1951 Marie-Claude Mante dont il aura trois enfants. Et il ose enfin se lancer dans la création à laquelle il aspirait depuis sa jeunesse : c’est le cycle de quatre romans qu’il intitulera « Le Dialogue intérieur ». Le Dîner en ville sera couronné par le prix Médicis. Fin de cette période : la mort de François Mauriac (1er septembre 1970) et du général de Gaulle (9 novembre 1970).

Déjà Claude Mauriac méditait sa grande ouvre, Le Temps immobile, un montage quasi cinématographique de son journal qui traduirait son sentiment personnel du temps. Il en avait ébauché et publié des fragments : Conversations avec André Gide (1951) et Une amitié contrariée (sur Cocteau, 1970). Cette ouvre l’occupera jusqu’à sa mort : dix volumes du Temps immobile, quatre volumes du Temps accompli et divers « satellites » construits selon le même procédé de montage de son journal. Il poursuit aussi son activité journalistique et sa création romanesque, sa participation assidue aux jurys du Médicis et du Prix Louis-Delluc. Il travaille jusqu’au bout de ses forces. Son dernier Temps accompli, qui sortira quelques jours après sa mort, s’intitule précisément : « Travaillez quand vous avez encore la lumière ». Il s’est éteint chez lui, au 24 quai de Béthune, le 22 mars 1996
Le site Officiel de Claude Mauriac  
Mauvignier Laurent1967Laurent Mauvignier est né en 1967 à Tours. Il vit à Bordeaux.
Il a fait paraître aux éditions de Minuit, en 1999 : Loin d’eux, et Apprendre à finir en 2000
Le reste, déclare-t-il, on le trouvera dans mes livres.
Bibliographie :
Loin d’eux, Minuit, 1999
Apprendre à finir, Minuit, 2000
Mauvignier Laurent1940Laurent Mauvignier est né à Tours en 1967. Diplômé des Beaux-Arts en Arts Plastiques (1991). Il publie son premier roman aux Éditions de Minuit en 1999. Depuis, tous ses livres ont été publiés chez le même éditeur :
Loin d’eux (1999), Apprendre à finir (2000), Ceux d’à côté (2002), Seuls (2004), Dans la foule (2006), Des hommes (2009), un dialogue, Le Lien (2005), Dans la foule (2006), Des hommes (2009), Ce que j’appelle oubli (2011).
Ses romans s’essayent à circonscrire le réel mais se heurtent à l’indicible, aux limites du dire. Une langue qui tente de mettre des mots sur l’absence et le deuil, l’amour ou le manque, comme une tentative de vouloir retenir ce qui nous file entre les doigts, entre les ans.
Source : https://www.artcena.fr/
Merle Robert1908Robert Merle est né en 1908 à Tébessa, en Algérie.
Il fait ses études à Paris : lycée Condorcet et Louis le Grand. Puis il passe son agrégation d’Anglais et un doctorat ès lettres . Durant la guerre, il est agent de liaison auprès de l’armée britannique, et participe à la retraite de Dunkerque.
En 1948, il publie un ouvrage sur Oscar Wilde.
Robert Merle évoque son expérience de la guerre dans Week-end à Zuydcoote (prix Goncourt 1949) . Dans la Mort est mon métier ( 1953), il dénonce les camps de concentration en évoquant l’itinéraire étonnant d’un officier allemand
Puis il écrit des romans d’aventure : L’Ile (1962), prix de la Fraternité, Un animal doué de raison (1967), Malevil (1972), Les Hommes protégés (1974), Madrapour (1976). Il écrira alors plusieurs romans historiques : Fortune de France ( 1977), En nos vertes années (1979), Paris, ma bonne ville ( 1980), La Violente Amour ( 1983).
Robert Merle est aussi l’auteur de Derrière la vitre (1970) qui retrace la révolution du monde étudiant à Nanterre.
Robert Merle a également publié des pièces de théâtre, des essais critiques, et des traductions de classiques anglais
Michon Pierre1945Pierre Michon est né le 28 mars 1945, aux Cards, dans la Creuse où ses parents étaient instituteurs.
Lycéen à Guéret, il étudie ensuite les lettres à l’université de Clermont-Ferrand (maîtrise sur le théâtre d’Artaud). Son premier texte paraît lorsqu’il a 37 ans, après quelques années consacrées aux études littéraires et au théâtre.
Il est notamment l’auteur de Vies minuscules (1980), un ouvrage sur son enfance sans père passée dans son village natal du centre de la France. Il reçoit le Prix France Culture pour cet ouvrage, le Prix de la Ville de Paris en 1996 pour l’ensemble de son ouvre et le Prix Louis Guilloux en juin 1997 pour La Grande Beune.
Le prix Décembre 2002 lui a été attribué pour ses ouvrages Abbés et Corps du roi.
«Je joue ma vie sur chaque texte et je ne peux le lâcher que lorsque je suis certain qu’il est fini. Cela peut prendre des mois, des années», explique-t-il.
Pierre Michon sur le site des Editions Verdier
Mille Raoul1941Raoul Mille est né en 1941 à Paris et mort le 14 juin 2012 à Monaco
En 1973, Raoul Mille publie  » Les chiens ivres « , un long cri de révolte.
Léa ou l’opéra sauvage, 1984 lui a obtenu le prix des Quatre Jurys. Les amants du paradis, 1987, le prix Interallié. Père et mère, 1993, le prix Paul-Léautaud. Le paradis des Tempêtes, t. 1, 1997 le prix Baie-des-Anges.
Les enfants perdus de l’empereur, Le Paradis des tempêtes nous avaient raconté ces personnages de l’histoire dont la dimension n’a d’égale que leur surprenante complexité, personnages qui ont foulé un jour le sol de la Riviera.
Le héros des deux mondes est une fresque historique, un roman populaire. C’est en même temps un tableau de Nice au début du XIXe siècle. Un récit où l’on se promène dans les rues et l’histoire, où l’on côtoie les grands hommes qui ont fait cette ville, au premier rang desquels : Garibaldi.
L’histoire du Comté de Nice se prête aux fresques littéraires. Ville en proie aux bouleversements, ville majestueuse et souveraine, ville de brassages, creuset d’intrigues et de conspirations, Nice est une ville tourmentée qui ne se rallie jamais vraiment. Les grands vents de l’histoire l’ont traversée, mais la vie a toujours été la plus forte et ses habitants n’ont été que plus riches de toutes ses influences diverses.
Depuis longtemps une relation mystérieuse s’est instaurée entre l’écrivain et le lieu et ce roman a fourni à Raoul Mille un prétexte pour conter un pays, ses parfums, sa sensualité, sa beauté sauvage, le feu de sa vie. Tel un peintre, Raoul Mille dépeint la beauté du lieu en ajoutant de la couleur dans les mots.
Et c’est ainsi que l’ancienne librairie Visconti, les lavandières du paillon, une recette de cardons, le bonheur d’une polenta, le fracas des vagues donnent vie à des images, venues d’un autre temps et qui cependant nous semblent familières.
Raoul Mille écrit : » Nice est devenu mon pays par hasard, j’aurais pu vivre aussi bien ailleurs, père nordique, mère monégasque, né à Paris, élevé dans le Pas-de-Calais, je suis sans racines, sans terroir. Et, le plus souvent, je m’en félicite. Etre de nulle part, c’est être de partout. […]
Nice n’a rien d’exceptionnel. Rien, sinon que c’est la ville où j’ai fait connaissance avec l’amour, la souffrance et aussi la mort. Rien, sinon que mon père se trouve dans la terre d’ici, que le dernier ciel qu’il ait aperçu était le ciel d’ici. Rien sinon que mes années d’apprentissage sont marquées par le sceau niçois et mes amis passés et présents l’ont été également. Aucune chaîne de sang, aucun lien de chair, seulement un faisceau d’affinités intenses et particulièrement obsédantes. […].
Nice je l’ai aspirée, assimilée, rejetée, vomie, incorporée, faite mienne mille et mille fois en bon exilé, incertain des vérités évidentes pour les autres, les natifs. « 
Dans cette ville dont il est devenu l’un des meilleurs témoins, il lui a fallu trimer quelques années avant de vivre de sa plume. Mais Raoul Mille est arrivé au bon moment. Il est de l’aventure des festivals du livre de Nice dès 1968.
Miller Alice1923Alice Miller, est née le 12 janvier 1923 à Piotrków Trybunalski, en Pologne. Elle est docteur en philosophie, psychologie et sociologie, ainsi que chercheur sur l’enfance, est l’auteur de 13 livres, traduits en trente langues. Des 192 membres des Nations Unies, seuls 19 ont jusqu’à présent interdit le châtiment corporel des enfants.
Ouvrages publiés
Ta vie sauvée enfin (2008)
Notre corps ne ment jamais (2004)
Libres de savoir (2001)
Chemins de vie (1998, nouvelle edition totalement révisée 2008)
L’avenir du drame de l’enfant doué (1996)
Abattre le mur du silence (1991)
La connaissance interdite (1990)
La souffrance muette de l’enfant (1990)
Images d’une enfance (1987)
L’enfant sous terreur (1986)
C’est pour ton bien (1985)
Le drame de l’enfant doué (1983)
Le site officiel d’Alice Miller
Millet Richard1953Richard Millet est né à Viam, en Corrèze, en 1953. Il vit et travaille à Paris. Son ouvrage Le Sentiment de la langue a obtenu le prix de l’Essai de l’Académie française en 1994.
Il est l’auteur de plusieurs romans, et récits :
L’invention du corps de saint Marc, POL, 1983
L’Innocence, POL, 1984 
 Sept passions singulières, POL, 1985
L’Angelus,POL, 1988
Laura Mendoza, POL, 1991
Le Chant des adolescentes, POL 1993
Coeur blanc, POL, 1994 
Milovanoff Jean-Pierre1940Jean-Pierre Milovanoff est né à Nîmes en 1940. Il  est romancier et auteur dramatique.
Après une licence de Lettres modernes à l’université de Montpellier et un diplôme d’études supérieures de Lettres à La Sorbonne, il voyage en Europe et en Afrique du Nord, passe deux ans en Tunisie et quatre au Danemark où il est chargé de cours de littérature française à l’université de Copenhague.
Il publie son premier roman, La Fête interrompue aux éditions de Minuit en 1971.
Il a publié, entre autres, La Splendeur d’Antonia (1996, Prix Delteil et Prix France Culture), et chez Grasset : Le Maître des paons (1997, Prix Goncourt des lycéens), L’Offrande sauvage (1999, prix des libraires), La Mélancolie des innocents (2002, Prix France-télévision) et Dernier couteau (2004).
Jean-Pierre Milovanoff sur le site chartreuse.org
Mingarelli Hubert1956Hubert Mingarelli est né en Lorraine en 1956. il quitte l’école à 17 ans pour s’engager durant trois années dans la Marine nationale française. Il mènera ensuite une existence errante à travers l’Europe avant de devenir écrivain pour la presse enfantine. Il vit aujourd’hui dans un hameau de montagne près de Grenoble en France. Il écrit des poèmes et des histoires publiées dans plusieurs magazines. Une rivière verte et silencieuse est son premier roman grand public.
Bibliographie
Le secret du funambule, Milan, 1990
Le bruit du vent, Gallimard Page blanche, 1991
La lumière volée, Gallimard Page blanche, 1993
Le Jour de la cavalerie, Le Seuil, 1995
L’Arbre, Le Seuil, 1996
Vie de sable, Le Seuil, 1998
Une rivière verte et silencieuse, Le Seuil, 1999
La dernière neige, Le Seuil, 2000.
Moix  Yann1968Yann Moix, est né le 31 mars 1968 quelque part entre San Francisco, Pékin, Cuba et Sao-Paulo.
En 1986, Il obtient son Baccalauréat. De 1996 à 1988, il suit des classes préparatoires en Maths Sup et Maths Spé.
En 1992, Yann Moix est diplômé de Sup. de Commerce de Reims et en 1995, il est diplômé de Sciences Po Paris.
Yann Moix réussit son entrée littérature : il obtient, en 1996, le prix Goncourt du premier roman et le prix François-Mauriac de l’Académie française pour Jubilations vers le ciel.
Dans Les cimetières sont des champs de fleurs, son second roman il confirme une vision très personnelle de l’amour fou .
Anissa Corto , publié en 2000, est son troisième roman
Yann Moix est l’auteur d’un court-métrage, Grand Oral, et prépare son premier long-métrage, Podium.
Le site officiel de yann Moix : Y’a pas de doute, y’a d’lui dans yannmoix.fr.fm
Modiano Patrick1945Patrick Modiano est né en 1945 à Boulogne-Billancourt.

Il suit des études a I’école du Montcel à Jouy-en-Josas , au collège Saint-Joseph de Thônes (Haute-Savoie) puis au lycée Henri-lV (Paris).

Dès 1967 il se consacre exclusivement à l’écriture : il sera romancier.

Patrick Modiano publie en 1968 , à 23 ans, La Place de l’Etoile (Prix Roger Nimier). Dans ce premier roman, il n’hésite pas à prendre le contre pied de l’Histoire officielle tendant alors à faire de tous les français des héros de la seconde guerre mondiale.
Patrick Modiano a ensuite publié les livres suivants : Les Boulevards de ceinture (1972), Villa Triste (1975), Rue des Boutiques Obscures (Prix Goncourt 1978) , Une Jeunesse (1981), Quartier perdu (1984), Dimanches d’Août (1986), Remise de peine (1988), Vestiaire de l’enfance (1989), Voyages de noces (1990), Fleurs de ruine (1991), Un cirque passe (1992), chien de printemps (1993), du plus loin de l’oubli (1996), Dora Bruder (1997), Un pedigree (2005).

Patrick Modiano a obtenu, en 1984, le prix de la Fondation Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre.
Il a également écrit le scénario de Lacombe Lucien (1974), un film réalisé par Louis Malle.
Les romans de Patrick Modiano tissent des liens entre le passé et le présent et expriment une nostalgie qui flotte entre la mémoire et l’oubli. Ils évoquent la nostalgie du temps qui passe, l’obsession des tragédies de la Deuxième Guerre mondiale (notamment la période de l’occupation), ainsi que celles de la guerre d’Algérie.

Dans Livret de famille, il confie l’obsession qui le hante depuis son premier roman : « Je n’avais que vingt ans, mais ma mémoire précédait ma naissance. J’étais sûr par exemple d’avoir vécu dans le Paris de l’Occupation puisque je me souvenais de certains personnages de cette époque et de détails infimes et troublants, de ceux qu’aucun livre d’histoire ne mentionne. Pourtant j’essayais de lutter contre la pesanteur qui me tirait en arrière , et rêvais de me délivrer d’une mémoire empoisonnée . »
En 1996, Patrick Modiano a reçu le grand Prix National des Lettres pour l’ensemble de son oeuvre.

Il publie en octobre 2007 dans le café de la jeunesse perdue (Editions Gallimard) .

Prix obtenus : Roger-Nimier pour La Place de l’Étoile (1967), Académie française pour Les Boulevards de ceinture (1972), Goncourt pour Rue des boutiques obscures (1978). .

Il est également lauréat du Prix Nobel de Littérature 2014, couronnant là aussi l’ensemble de son oeuvre.
Monod Sébastien1972L’histoire de Sébastien Monod débute en Bourgogne, à Sens, au printemps 1972. Son enfance est solitaire et paisible à Rouen. L’attrait pour l’écriture devient très vite une évidence : à peine entré dans l’adolescence, il créé un fanzine qui aborde divers sujets de société, mais aussi la musique, le cinéma… La fin de l’aventure coïncide avec son entrée au lycée : en 1992, il obtient son bac Cinéma. C’est à cette époque que fleurissent les premiers synopsis et qu’apparaît la poésie : entre 1988 et 1993, il écrit un peu plus de 150 poèmes. Au moment du terrible choix d’une carrière, il hésite longuement à poursuivre son chemin dans le cinéma mais, féru de voyages, préfère s’inscrire en fac de langues étrangères, avant de reprendre la voie artistique avec une licence puis une maîtrise spécialisée dans la conception de manifestations culturelles. Finalement, c’est le monde de la presse qui lui ouvre ses portes. Il est journaliste pour un grand quotidien haute-normand avant de diriger une édition pour un hebdomadaire régional et de faire pour le magazine Illico un état des lieux du Rouen interlope. Le premier roman naît au milieu des années 90, Les petites impostures puis Les chaises musicales. En 1999, il créé en compagnie de deux autres auteurs la série Les Heures Joyeuses et co-écrit On ira (presque) tous au Paradis (H&O Éditions), premier d’une lignée de petits romans bâtis sur le modèle des sitcoms américaines telles que Friends. Également attiré par le spectacle vivant, Sébastien Monod s’engage en parallèle dans plusieurs créations théâtrales ou musicales entre Rouen et Le Havre. En 2003, il décide de terminer Rue des Deux Anges, laissé à l’état de premier jet depuis près de trois ans. Le roman atteint sa forme définitive à la fin de l’année suivante. C’est également en 2004 qu’affluent les encouragements et les récompenses pour le travail de l’auteur (Bleu pervenche, notamment, obtient le Grand Prix au Concours universitaire de la nouvelle en finale régionale). De nombreux projets littéraires sont en train de germer comme reprendre Les chaises musicales afin de créer un lien avec Rue des Deux Anges ou encore écrire un essai sur un acteur de cinéma américain.
Romans
Isidore ou le divin hasard (sortie prévue à l’automne 2008)
Rue des Deux Anges (Éditions Publibook, 2005)
On ira (presque) tous au Paradis (Éditions H&O, avec Alexis Clairmont, 1999)
Nouvelles
Rouen, la ville dont vous êtes le héros (recueil, Christophe Chomant Éditeur, 2007)
Bleu pervenche (Grand Prix du Concours Universitaire de la Nouvelle, Académie de Rouen, 2004 / Publiée dans la Revue pour Trois Lunes, numéro de février 2006
Pièce de théâtre
Envieux (publiée sur le site Le Proscenium : www.leproscenium.com), mise en scène en mai 2008
Poésie
Le printemps des poètes 2008 (recueil, Christophe Chomant Éditeur, 2008)
Murat Annie1941Annie Murat est née en 1941 en Haute-Savoie.
Après avoir publié plusieurs romans et nouvelles chez différents éditeurs : Le Servan et Une vallée si profonde aux éditions Stock, Rendez-vous aux portes de Kiev aux éditions Tsuru, et Naissance (nouvelle) dans le recueil Détours aux éditions Bleu Autour, j’ai repris ma liberté et créé en Cévennes ma propre maison : les éditions du taillepage.
Dans la collection Taillepage, de la littérature, seulement de la littérature. Romans et nouvelles, couchés sur papier velours pour le plaisir de la main, avec une mise en page aérée, et des caractères forts, pour le confort de lecture. Des livres non-coupés, solides et beaux, à la couverture sobre et élégante. Alors, pourquoi des livres non coupés, direz-vous ?Un livre dont il faut couper les pages, ce n’est pas un objet ordinaire. Bien sûr, ce qui compte avant tout, c’est le texte. Mais aussi la manière dont il vient à nous. Les passionnés de vieilles éditions retrouveront le fin plaisir de s’installer avec un coupe-papier à portée de main pour découvrir des manuscrits inédits. Les lecteurs qui ne connaissent pas cette manière de présenter la littérature feront l’expérience précieuse d’un livre que personne n’a feuilleté avant vous, qui vit par vous, par votre main. Les gourmands de lecture s’impatienteront peut-être et couperont plusieurs pages à l’avance. Les gourmets savoureront cet instant là, ce temps suspendu où le papier crisse sous la lame avant de révéler la suite de l’histoire.Quant aux textes, vous serez seuls juges. Un petit détour vers les extraits mis en ligne vous en donnera une idée. Dans la collection Doudou, vous trouverez de petites histoires à lire aux enfants sans vous endormir vous-même! Le premier titre vient de paraître : l’arbre à histoires. 15 petites histoires à raconter aux 2-6 ans. Les illustrations, y compris la couverture du livre sont réalisées par des adolescents. Les grands dessinent pour les petits, et c’est plein de fraîcheur.
Annie Murat
Le site des Editions du Taillepage
Muray Philippe1945Philippe Muray est né en 1945
Il est l’auteur des ouvrages suivants :
Romans
Chant Pluriel, 1973
Jubila, 1976
Postérité, 1988
On ferme, 1997
Essais
L’opium des lettres, 1979
Céline, 1981
Le XIX Siècle à travers les Ages, 1984
La Gloire de Rubens, 1991
L’Empire du Bien, 1991
Exorcismes Spirituels I, 1997
Exorcismes Spirituels II, 1998
Après l’Histoire I, 1999
Après l’Histoire II, 2000
Désaccord parfait, 2000
Nabe Marc-Edouard1958Marc-Edouard Nabe est né sous un autre nom, Alain Zanini, le samedi 27 Décembre 1958.
Enfance créative, dans le sillage de son père, Marcel Zanini, musicien de jazz qui entre dans la légende du show-bizz avec le succès foudroyant du fameux Tu veux ou tu veux pas.Le jeune Marc-Edouard Nabe en profite pour hanter les plateaux de télévision. Mais sa vraie passion reste le jazz.
Au début des années soixante-dix, Marc-Edouard Nabe découvre la peinture et la bande dessinée. Pour l’écriture, Céline :  » J’ouvris un jour un de ses livres choisi au hasard : Rigodon. A la première page j’ai éclaté de joie. Ca pouvait don être ça l’écriture ? « Léon Bloy, Powys, Nietzsche, Suarès, Lautréamont ou Rebatet viendront ensuite entretenir l’incendie.
Ses premiers dessins paraissent dans Hara-Kiri et à la une de Libération (1975). Au contact de l’équipe de Charle-Hebdo, il gagne un sobriquet, Nabe (de nabot) à cause de sa petite taille. Dessins ou musique, aquarelles ou écriture, il s’entraîne avec acharnement, enregistrant un premier disque l’année où il est recalé au baccalauréat. Il écrit son premier livre pendant son service mimitaire. « Une année intensive de travail sur ma propre langue ».
Dans le train qui le ramène à Paris, le 22 juin 1980, il rencontre Hélène Hottiaux (Hélène Hache dans Au régal des vermines) qui lui donnera un fils ; Alexandre au début des années 90) : « En trois regards et deux mots, nous décidâmes de ne plus nous quitter. »
Entre le pinceau et la plume, il choisit l’écriture et présente un manuscrit à Phillipe Sollers l’été 1981 : « Vous en êtes. C’est indiscutable : vous avez la patate ». Ce manuscrit est impubliable dans sa forme, écrivez-en un autre »…
Ses trois obsessions : « L’art, l’amour, la religion dans le désordre. »
A 33 ans, « L’âge du Christ », Marc-Edouard Nabe a pris la route de Jérusalem. « On n’échappe pas à son baptême » (Rimbaud) et publie l’année suivante L’âge du Christ
« Si ma vérité gêne, c’est parce que je suis un croisé de l’art. Cela n’a rien à vous avec l’idéologie. »
Marc-Edouard Nabe est l’auteur de : L’âge du Christ (1992), Nuage (1993) Je suis mort (1998), Le Bonheur, Coups d’épée dans l’eau (1999), Kamikaze (2000).
D’après les informations publiées sur le site officiel de Marc-Edouard Nabe
Le site officiel de Marc-Edouard Nabe
Nadaud Alain1948Alain Nadaud est né à Paris en 1948. Romancier, on lui doit Archéologie du zéro (1984), Le Livre des malédictions (1995, Grand Prix du roman de la SGDL) et Auguste fulminant (1997, Prix Méditerranée).
Alain Nadaud est aussi l’auteur d’une centaine d’articles, de plusieurs essais et recueils de nouvelles ainsi que des romans: L’Envers du temps, Désert physique, L’Iconoclaste, La mémoire d’Erostrate.
Ndiaye Marie1967Marie NDiaye est née à Pithiviers (France) en 1967 . Son père est d’origine sénégalaise et sa mère d’origine française. Marie NDiaye a fait ses études primaires et secondaires en France. Elle a étudié la linguistique à la Sorbonne et a obtenu une bourse de l’Académie de France dont elle a été pensionnaire pendant un an à la Villa Médicis à Rome. Elle habite en Aquitaine avec ses trois enfants et son partenaire (2001).
Elle a commencé à écrire vers l’âge de 12-13 ans et n’avait que 18 ans lors de la publication de son premier ouvrage. Ecrivain de premier ordre, elle a connu la consécration littéraire avec son roman En famille.
Elle est l’auteur de sept romans. Quant au riche avenir (1985), La femme changée en bûche (1989), En famille (1991), Un temps de saison (1994), La Sorcière (1996) sont publiés aux éditions de Minuit. Comédie classique (1996) est paru chez P.O.L. Son dernier roman, Rosie Carpe, publié aux éditions de Minuit, s’est vu attribuer le Prix Fémina 2001.
Hilda est sa première pièce. En juillet 1999, France-Culture (réal. Marguerite Gateau) en a fait une lecture publique dans le cadre du Festival d’Avignon.
Providence, sa dernière pièce, a été mise en espace au Théâtre International de Langue Française à Paris en décembre 2001.
Neuhoff Eric1956Eric Neuhoff est né en 1956. Il est journaliste à madame Figaro. Il a publié Précautions d’usage ( 1982), Un Triomphe (1984), Nos amies les lettres ( 1985), Des gens Impossibles (1986), Lettre ouverte à François Truffaut ( 1988)…
Il a obtenu le Prix Interrallié en 1997 pour son roman la Petite Française.
Nimier Marie1957Marie Nimier est née par une journée torride d’août 1957 à l’hôpital Saint-Antoine (Paris).
Après avoir mené à bien des études théâtrales à Paris VIII (maîtrise) et littéraires (D.E.A) à la Sorbonne, elle participe de 1972 à 1982 aux créations théâtrales et musicales du Palais des Merveilles, des Morosophes et de Pandemonium and the dragonfly (New York).
« Marie Nimier, qui a voyagé en Inde et en Pologne aime se promener dans les ports, les gares, les jardins publics, les marais salants, les îles, et surtout rester de longues heures enfermée, assise à une table de travail, loin. Elle écrit à la main ses romans, monologues de théâtre ou histoires pour enfants. Elle joue de l’accordéon diatonique et réside en Normandie ».
Marie Nimier a déjà publié les romans suivants : Sirène en 1985 (couronné par l’Académie française et la Société des gens de Lettres), La girafe en 1987, Anatomie d’un chœur en 1990, L’hypnotisme à la portée de tous en 1992, La caresse en 1994, Celui qui court derrière l’oiseau en 1996, Domino en 1998, La Nouvelle pornographie en 2000.
Elle a également écrit un album pour les enfants en 1987 : Une mémoire d’éléphant.
Lauréate de la Bourse Villa de Medicis hors les murs en 1992, ses romans ont déjà été traduits pour certains en Allemagne, aux Pays-Bas, en Angleterre et aux Etats-Unis.
Nisic Natacha1972Natacha Nisic, née à Saint-Maurice en 1972, vit à Paris.
Après des études de Littérature Générale et Comparée, elle se consacre à l’écriture tout en effectuant des missions de lectrice ou de rédactrice.
A 25 ans, elle publie son premier roman : La tentation de Lazar, aux Editions L’Âge d’Homme. Ce texte, remarqué par la presse, sera finaliste du Prix Littéraire de la Vocation et sélectionné pour le Prix de Flore.
En septembre 1999 sort son deuxième livre : Le tatouage d’Eléonore, au Castor Astral. 
Entre-temps, elle travaille comme traductrice et interprète du serbo-croate pour la plupart des chaînes de télévision française (émissions Zone Interdite, Envoyé Spécial, Qu’est-ce qu’elle dit Zazie ?, Journal de 20h de TF1, Le vrai journal.).
Puis elle écrit Incendie, publié en 2003 chez Calmann-Lévy.
Suit Une vague odeur de tabac froid, chez le même éditeur en mars 2004.
Le site de Natacha Nisic
Nobécourt Lorette1968Lorette Nobécourt, née à Paris en 1968, est l’auteur de trois romans : La Démangeaison (1994), La Conversation (1998) et Horsita (1999), tous chez Grasset et au Livre de Poche.
Nollet Philippe1963« Je suis né en 1963 à Lille d’un père autoritaire et d’une mère soumise à ce père – soumise au point de le laisser me battre pour un oui ou pour un non jusqu’à l’âge de quinze ans. Mais je ne m’étendrai pas sur ce point de détail : je ne lui accorde aujourd’hui que l’importance qu’il mérite. Je me suis prodigieusement ennuyé à l’école et au lycée – quelle triste perspective que d’avoir une vie « normale » – mais je me suis réfugié dans l’écriture dès ma première lecture de Rimbaud et, comme par hasard, ça coïncide avec l’arrêt des hostilités en ce qui concerne mon père, puisqu’il a cessé de passer sa fureur sur moi au moment précis où j’ai commencé à noircir des pages. A croire que l’écriture me conférait une force neuve, qui échappait à moi-même autant qu’elle m’éloignait des autres – c’était littéralement le cas puisque mon père, à partir de ce moment crucial, commença à vivre auprès de moi sans me voir, cessa de partager avec moi quelque émotion que ce fût et se mit à jouer les doublures : il disparaissait tout simplement de mon monde. … »
Philippe Nollet est notamment l’auteur de :
Sans parcelle aimante (Rétroviseur) 2002
Champs de lumière (Éditions Multiples) 2002
Une vie de Prince (Éditions Soulima) 2003
Journal sentimental d’une femme infidèle (Éditions Blanche) 2004
Le site de Philippe Nollet
Nothomb Amélie1967Amélie Nothomb est née en 1967, au Japon, de parents belges.
Issue d’une très ancienne famille bruxelloise, fille d’ambassadeur elle a passé son enfance et son adolescence en Extrême-Orient, notamment au Japon, en Chine, au Laos, en Birmanie, et au Bangladesh. Polyglotte, elle fait des études de philologie et retourne au Japon où elle travaille comme interprète. Rentrée en Europe, elle se lance dans l’écriture.
Amélie Nothomb est l’auteur de douze romans, dont Hygiène de l’Assassin publié en 1992, qui lui assurenotoriété et popularité et Stupeur et tremblement (où elle décrit avec verve l’univers codifié du Japon)qui a obtenu le Grand prix du roman de l’Académie française en 1999. Ses Livres sont traduits dans plus de vingt langues
Amélie Nothomb est également l’auteur de : Le sabotage amoureux (1993), Les Combustibles (1994), Mercure, Peplum, Les Catilinaires, et Métaphysique des tubes
Amélie Nothomb lève le voile sur les premières années de sa vie dans Métaphysique des tubes : jusqu’à deux ans et demi, la romancière se décrit comme un tube digestif inerte et végétatif.
Le site de Benjamin Thiry sur Amélie Nothomb

Le travail  de Rosanna Delpiano sur Amélie Nothomb et son roman Stupeur et Tremblements
Nourissier François1927François Nourissier est né en 1927 à Paris.
Il passe son enfance en banlieue, puis à Paris, à partir de 1940.
Après des études de sciences politiques, à la Sorbonne et à la faculté de Droit, François Nourissier vit de « Petits boulots » dès 1947, puis il se consacre à des Actions humanitaires (Secours Catholique) en faveurs des « personnes déplacées » et réfugiés : de 1949 à 1952, il est directeur du Chalet des Etudiants, à Combloux, en Haute Savoie.
François Nourissier entre en 1952 aux Editions Denoël, il y sera secrétaire général jusqu’en 1955, puis sera rédacteur en chef de la revue La Parisienne (1955-1958), et conseiller aux éditions Grasset (1958-1996).
Journaliste, il collabore à de nombreux journaux, surtout comme critique dramatique ou littéraire (Nouvelles littéraires, Le Point, Témoignage chrétien, Elle, Marie-Claire, Vogue, Gazette de Lausanne, Paris-Match, le Figaro Magazine…) .
François Nourissier entre à l’Académie Goncourt en 1977, en devient le secrétaire général en 1983 et le président en 1996.
Il est l’auteur de :
L’Eau grise (1951), Les orphelins d’Auteuil (1956), Le Corps de Diane (1957), Portrait d’un indifférent (1957) Bleu comme la nuit (1958) Un petit bourgeois (1963), Une histoire française (1965, Grand prix du Roman de l’Académie française), Le maître de maison (1968), La Crève (1970, Prix Fémina), Le Musée de l’Homme ( 1978), L’Empire des nuages (1981), La Fête des Pères (1985), Le Gardien des ruines (1992), À défaut de génie (2000)
François Nourissier sur le site de l’Académie Goncourt
Novarina Valère1947Valère Novarina est né en 1947 dans les Alpes. Il est le fils de Manon Trolliet, comédienne, et de Maurice Novarina, architecte. Il passe son enfance et son adolescence à Thonon, sur la rive française du Léman. Son grand-père, Daniel Trolliet, lui donne le goût de l’agriculture et François Ducret celui de la philologie; il découvre le théâtre par Jean Dasté; Louis Moynat lui ouvre sa bibliothèque.
A Paris, il étudie à la Sorbonne, la philosophie et la philologie. Il lit Dante pendant une année et rédige un mémoire sur Antonin Artaud théoricien du théâtre. Il rend souvent visite à Roger Blin qui projette de mettre en scène l’un de ses textes. En compagnie de Jean Chappuis, il fait l’ascension du Mont Blanc, va de Thonon à Nice à pied et traverse la Corse.
Sa première pièce, L’Atelier volant, sera mis en scène par Jean-Pierre Sarrazac en 1974. Marcel Maréchal lui commande une libre adaptation des deux Henry IV de Shakespeare, Falstafe, qui sera montée au Théâtre National de Marseille en 1976.
Le Babil des classes dangereuses – roman théâtral – est refusé par tous les éditeurs, jusqu’à ce que Jean-Noël Vuarnet le dépose chez Christian Bourgois qui le publiera en 1978. Suivra La Lutte des morts en 1979.
Le Drame de la vie est publié par Paul Otchakovski-Laurens en 1984. C’est à cette époque que Valère Novarina rencontre Jean Dubuffet – et engage avec lui une correspondance par pneumatiques.
Valère Novarina a également publié : Le Discours aux animaux (1987), Vous qui habitez le temps (1989), Théâtre (1989), Le Théâtre des paroles (1989), Pendant la matière (1991), Je suis (1991), L’Animal du Temps (1993), L’Inquiétude (1993), La Chair de l’homme (1995), L’Opérette imaginaire (1998), Devant la parole (1999), L’Origine rouge (2000).
Le site Officiel de Valère Novarina
Nyssen Hubert1925Hubert Nyssen est né en 1925 à Bruxelles.
En 1957, il crée une agence de publicité à Bruxelles.
En 1968, il s’installe près d’Arles, prend la nationalité française, crée Actes (Atelier de cartographie thématique et statistique),
Dans les années 70, il publie son premier roman le Nom de l’arbre. En décembre 1977, il crée Actes Sud.
En, 1985, il découvre Nina Berberova et Paul Auster.
A partir de 1998, il se retire progressivement de la direction d’Actes Sud.
Hubert Nyssen a publié une dizaine de romans , dont le Bonheur de l’imposture, la femme du Botaniste, les belles Infidèles, le Boa Cantor, l’Italienne au rucher, Eleonore à Dresde, la Mer traversée…
Ollier Claude19221922 Naissance à Paris de Claude, premier enfant de Marguerite Valent et Maurice Ollier, assureur. La famille habite dans le XVIIe, rue de Chéroy, là où André Breton voit disparaître Nadja le soir.
1925 Naissance d’une sœur, Christiane.
1926-30 Vacances à la mer, puis à la montagne, où il respire mieux.
1927 Apprend le piano, abandonne en 6e, reprend 40 ans plus tard.
1931 Naissance d’une seconde sœur, Jacqueline.
1930-1935 Lit Jules Verne et des bandes dessinées. Se passionne pour les courses d’automobiles.
1932 Apprend le tennis, brille à la volée.
1934 Entre au lycée Carnot, dont le hall à verrière lui semble plus tenir de Sing-Sing que d’un établissement scolaire.
1935-36 Malade, passe l’hiver avec sa grand-mère dans la maison familiale de Boissy-l’Aillerie, Seine-et-Oise.
1936 Lit Le Mystère de la chambre jaune.
1938 Est traversé par la musique.
1940 Découvre qu’il a une aïeule andalouse.
1940 Passe le bac philo à Montluçon, à bicyclette, l’armée allemande à ses trousses.
1941-43 Études de droit et de commerce à l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales.
1943-44 Requis par le Service du travail obligatoire, se retrouve à Nuremberg dans une usine. Tient un journal, qui sera perdu dans les bombardements de la ville.
1945 Fuit Nuremberg et tente de passer en Suisse. Est repris près du lac de Constance et expédié dans la Reichsbahn en Souabe.
1945-46 Achève ses études à H.E.C. Fréquente assidûment les galeries de peinture, les concerts, la Cinémathèque française et les courts de tennis.
1946-50 Travaille dans les assurances. Ecrit de petits récits inaboutis.
1947 Participe au Congrès mondial de la Jeunesse démocratique à Prague, à la construction d’une ligne de chemin de fer en Bulgarie.
1950 Saisit une occasion de quitter l’Europe et se retrouve au Maroc, fonctionnaire de l’administration chérifienne dans le Haut-Atlas d’abord, puis à Casablanca. Tient un journal à nouveau. Ecrit de petits récits presque aboutis.
1955 Obtient une mise en disponibilité et s’installe à Paris pour écrire un premier livre.
1958 Publie La Mise en scène aux Editions de Minuit, bientôt couronné par le prix Médicis qui vient d’être créé.
1958-59 Reprend du service à l’éphémère ministère du Sahara, puis quitte définitivement la fonction publique pour se consacrer à l’écriture.
1959-60 Séjour de six mois aux USA, invité par la Fondation Ford en compagnie de Fernando Arrabal, Robert Pinget, Hugo Clauss, Italo Calvino, Charles Tomlinson et Matti Meged. Traverse le continent l’hiver en train, puis visite le Mexique et Cuba.
1960 Refusé par Minuit, Le Maintien de l’ordre sera publié l’année suivante chez Gallimard.
1963 Participe à la décade Tel Quel à Cerisy-la-Salle. Publie Eté indien chez Minuit.
1963 Mort de son père.
1964 Compose une 1ère oeuvre radiophonique, La Mort du personnage, à l’instigation de Radio-Stuttgart, pour qui il écrira de nombreuses pièces par la suite.
1965 Ecrit pour l’ORTF L’Attentat en direct (prix de la RAI 1969), puis à la demande de Michel Foucault, Régression.
1966 Séjour hivernal à Berlin, invité par le cercle culturel de l’Industrie allemande, puis printanier en Tunisie, invité par le Centre culturel de Hammame.
1966-74 Ecrit les quatre livres du second cycle du Jeu d’enfant, qui seront publiés de 1972 à 1975.
1967 Publie chez Gallimard L’Echec de Nolan et Navettes.
1967-70 Voyage en Allemagne, invité par les stations radiophoniques des différents Länder.
1969 Rencontre Marie-Odette.
1969 Mime l’enseignement de la littérature durant un trimestre à l’université Laval de Québec.
1970 Série de conférences dans le Middle-West.
1970 Épouse Marie-Odette.
1971 Participe au colloque de Cerisy-la-Salle sur le Nouveau Roman.
1971 Voyage de noces au Moyen-Orient, Paris-Shiraz-Téhéran etretour en coccinelle.
1971-73 Habite Aix-en-Provence, où Marie-Odette est enseignante.
1972 Naissance de leur fille Ariane-Naïma.
1973 Mort de sa mère.
1973-75 Séjour à Marrakech, où Marie-Odette est coopérante.
1975 Retour en France, à Maule en Yvelines. Achète un piano.
1977 Voyage en Thaïlande, Singapour et Malaisie, où il rencontre son double sous les cocotiers.
1977-78 Ecrit Marrakech Médine, qui sera publié par Bernard Noël dans sa collection « Textes » chez Flammarion. Prix France Culture 79.
1979-81 Ecrit Mon Double à Malacca. Divers voyages en Europe et au Maroc dans les années quatre-vingt.
1980 Divorce de Marie-Odette.
1983-89 Ecrit une Histoire illisible, puis Truquage en amont, Obscuration (publié sous le titre Déconnection, l’éditrice ayant refusé le premier titre) et Feuilleton.
1985 Remporte le simple Vétérans au Tennis-Club de Maule
1990 Voyage en Australie et Nouvelle-Zélande avec sa fille, invité par plusieurs universités.
1990-93 Ecrit Outback ou l’Arrière-monde.
1991 Voyage en Jordanie, invité par l’attaché culturel de France à Ammam pour participer à son projet de livre sur Pétra. Visite Jérusalem.
1993-95 Ecrit Aberration en hommage à l’aïeule andalouse.
1994 Janvier : traverse le Sahara ex-espagnol.
1994 Avril : second séjour aux Antipodes. Balade en auto de Sidney à Ayers Rock et retour. Nuits dans le bush sous le ciel austral.
1994 Septembre : séjour au Canada, invité par l’université de Kingston, Ontario. Conférences au Québec et en Colombie-Britannique.
1995 Refusé par Flammarion, Outback ou l’Arrière-monde est publié chez P.O.L.
1996 Avril : opération réussie du coeur, cependant que P.O.L publie Cité de mémoire, entretiens avec Alexis Pelletier.
1997 Novembre : publication d’Aberration chez P.O.L.
1997 Décembre : colloque Claude Ollier à la maison des Ecrivains, Paris, sous la direction de Mireille Calle-Gruber.
1998 Févier : découvre l’Egypte à l’invite de Abdelwahab et Amina Meddeb.
1998 Juillet : découvre l’Angleterre à l’invite de sa fille.
Publication chez P.O.L. de Missing.
1998-2002 : entreprend la composition de quatre récits de couleur mythologique. Les deux premiers ont été publiés chez P.O.L ; en 2000 : Wanderlust et les Oxycèdres ; en 2001 : Préhistoire. Les deux suivants sont en préparation.
Notice biographique provenant du site des Editions POL
Olmi Véronique1962Véronique Olmi est née en 1962 à Nice et vit à Paris.
Après avoir suivi des études d’art dramatique chez Jean-Laurent Cochet, Véronique Olmi a été assistante à la mise en scène pour Gabriel Garran et Jean-Louis Bourdon de 1990 à 1993.
Auteure pour le théâtre, elle a également publié, en 2001, chez Actes Sud, son premier roman, « Bords de Mer » qui a reçu le Prix Alain-Fournier.
Elle a dirigé durant trois ans le comité de lecture du Théâtre du Rond-Point.
A la demande de Laure Adler, elle a produit et animé 5 numéros d’une émission sur France-Culture « C’est entendu ! ».
« Cet été-là » a reçu le prix des Maisons de la Presse en 2011.
En janvier 2012, le Festival « Le Paris des femmes » au théâtre des Mathurins s’est déroulé sous sa direction artistique.
Elle a également publié Nous étions faits pour être heureux (2012) , Bakhita (2017) et Le Gosse (2022)
Source : https://www.amazon.fr/
Orban Christine1954Christine Orban est Christine Orban est née en 1954 à Casablanca (Maroc).
Ell est critique littéraire et romancière
Elle est l’auteur de :
Les Petites filles ne meurent jamais sous le nom de Christine Rheims (éd. Jean-Claude Lattès, 1986).
Le Fil de soi, (éd. Olivier Orban, 1988)
Une année amoureuse de Virginia Woolf, sous le nom de Christine Duhon (éd. Olivier Orban, 1990.
La Femme adultère, (éd. Flammarion, 1991)
Le Collectionneur (éd. Albin Michel, 1993)
Une folie amoureuse en collaboration avec Olivier Orban, (éd. Grasset, 1997)
L’Âme sœur (éd. Albin Michel, 1998)
Ungaro, (éd. Assouline, 1999).
L’Attente (éd. Albin Michel, 1999)
J’étais l’origine du monde » ( Albin Michel, 2000)
Orizet Jean1937Poète, écrivain et critique, Jean Orizet est né en 1937 à Marseille. Après des études cosmopolites et une activité de journaliste, il se lance dans l’édition en 1968. Sa poésie et sa prose s’inscrivent dans la tradition des écrivains humanistes et voyageurs comme Larbaud, Segalen, Cendrars. Co-fondateur en 1969, de la revue Poésie 1, Jean Orizet est aussi éditeur aux Editions du Cherche-midi, et à la revue Vagabondages.

A reçu depuis 1966, les prix Marie Noël, Charles Vildrac, Max Jacob, Apollinaire et en 1991 le Grand Prix de poésie puis en 1993 le Grand Prix des poètes de la SACEM.
Source : printempsdespoetes.com
Orsenna Erik1947Erik Orsenna (pseudo d’Erik Arnoult) est né en 1947. Après des études à l’Institut des sciences politiques de Paris et de sciences économiques, il enseigne à l’Ecole Normale Supérieure.
Dans la Vie comme à Lausanne (1977), il évoque ses souvenirs d’étudiant et dépeint avec une grand ironie les milieux politiques.
Erik Orsenna reçoit en 1988 le prix Goncourt pour l’Exposition coloniale.
Erik Orsenna sera conseiller ministériel puis, durant trois ans, le conseiller spécial de François Mitterrand, dont il écrira les discours. Cette expérience, il la raconte avec beaucoup d’humour dans Grand Amour (1993).
Erik Orsenna est ensuite nommé maître des requêtes au Conseil d’État. Il a été élu à l’Académie française en 1998.
Il est également l’auteur de : Comédie française (1980), Loyola’s Blues, Longtemps et Portrait d’un homme heureux.
Erik Orsenna sur le site de l’Académie française.
Oster Christian1949Christian Oster est né en 1949. Il a commencé par exercer divers métiers dont vendeur en librairie et correcteur.
En 1989, Christian Oster publie Volley-ball aux Éditions de Minuit. Suivront L’Aventure, Le Pont d’Arcueil, Paul au téléphone, Le Pique-nique, Loin d’Odile, Mon Grand Appartement et aujourd’hui Une Femme de ménage. Christian Oster écrit également pour la jeunesse.
Il est l’auteur de :
Volley-ball, 1989
L’Aventure, 1993
Le pont d’Arcueil, 1994
Paul au téléphone, 1996
Le Pique-nique, 1997
Loin d’Odile, 1998
Mon Grand Appartement, 1999
Une Femme de Ménage, 2001
Pancol Katherine1954Katherine Pancol est née en 1954 au Maroc, à Casablanca, et a grandi sous les palmiers de Media…
Puis Katherine Pancol revient en France. Elle suit des études littéraires (maîtrise et deux ans de doctorat de lettres modernes). Elle devient prof de français-latin, exerce divers petits boulots, puis décide d’être journaliste. Elle écrit alors pour Paris-Match puis Cosmopolitan.
L’éditeur Robert laffont la remarque et lui demande d’écrire un roman : ce sera Moi d’abord qui sera couronné de succès. Comme l’indique Katherine Pancol :  » Le ciel me tombe sur la tête et le succès aussi. Je file à New York oublier tout ça. Mais la littérature me rattrape et c’est La Barbare en 1981. Puis, toujours à New York, j’écris Scarlett, si possible; et Les hommes cruels ne courent pas les rues « .
Puis elle publie Vu de l’extérieur, Encore une danse, et un remarquable essai consacré à Jackie Kennedy, Une si belle image. Avec J’étais là avant, son huitième roman, Katherine Pancol signe un récit tonique, d’une femme qui regarde son passé et essaie de comprendre les raisons de ses échecs amoureux répétés.
Le site officiel de katherine Pancol

Péju Pierre1946Pierre Péju est né en août 1946 à Lyon. Il est l’auteur de plusieurs livres aux Éditions Gallimard, dont Naissances, La petite Chartreuse (prix du Livre Inter 2003 ; porté à l’écran en 2005), Le rire de l’ogre (prix du Roman Fnac 2005), Cour de pierre, La Diagonale du vide, et l’essai Enfance obscure (prix des Écrivains du Sud 2012).
Source : https://www.decitre.fr/
Pennac Daniel1944Daniel Pennac est né en 1944, à Casablanca, au Maroc, dans une famille de fonctionnaires aimant le voyage. Il passe son enfance en Afrique, en Asie du Sud-Est, en Europe et dans le sud de la France….
Il obtient , à Nice, sa maîtrise de lettres. Il sera à la fois enseignant et écrivain.
Il publie son premier essai en 1973, Le service militaire au service de qui ?, à l’âge de vingt neuf ans. A la suite d’un pari, il propose à la collection Série Noire Au bonheur des ogres (1985), où apparaissent pour la première fois la tribu Malaussène.
Suivront la Fée Carabine, La Petite marchande de prose, saga de la famille Malaussène qui mène une vie joyeuse et qui vaudra çà Daniel Pennac de nombreux prix , dont celui du prix Livre Inter 1990.
En 1992, Daniel Pennac rencontre un immense succès avec Comme un roman, un plaidoyer passionnant pour la défense de la lecture.
Daniel Pennac est l’auteur de :
Le service militaire au service de qui ? 1973 (essai)
Les enfants de Yalta, 1977 (roman)
Père Noël, 1979 (roman)
Cabot Caboche, (roman jeunesse)
L’oeil du loup, (roman jeunesse)
La vie à l’envers, (roman jeunesse)
Au bonheur des ogres (1985)
La fée carabine (1987)
la petite marchande de prose, 1990 (prix Livre Inter 1990)
Comme un roman, 1992
Monsieur Malaussène, 1995
Messieurs les enfants, 1997

Perrin de Chassagne  Pierre1950Poète né en 1950, Pierre Perrin de Chassagne habite le pays de Courbet.
Il publie quatre recueils entre 1972 et 1980. Presque durant la même période, à partir de 1975, le poète devient “l’artisan-directeur général” de la revue Possibles, dont paraissent 22 numéros. Dans un bref panorama que dresse alors Le Monde, celle-ci est citée comme « une des trois meilleures revues de l’année 1979 ». Elle s’augmente d’une petite maison d’édition qui publie alors une douzaine de titres
En 1985, Pierre Perrin de Chassagne choisit dans ses quatre recueils épuisés les poèmes qui vont former la première moitié de Manque à vivre. Le volume de 256 pages suscite une trentaine d’échos. À partir de 1988, Pierre Perrin de Chassagne va réaliser deux anthologies de poèmes de Victor Hugo chez France Loisirs pour le compte du Cherche midi éditeur.
En 1996, Pierre Perrin de Chassagne est lauréat du prix Kowalski de la ville de Lyon, pour son recueil La Vie crépusculaire. Ce dernier paraît chez Cheyne, sous la couverture grise. À partir de 1997, à la demande de Jean Orizet, Pierre Perrin de Chassagne figure au comité de rédaction du magazine Poésie 1 / Vagabondages. En 1998, il publie au Rocher un bref essai critique : Les Caresses de l’absence chez Françoise Lefèvre.
Il collabore par des études et de nombreuses notes de lecture à La Nouvelle Revue Française. Plus de trente contributions, depuis janvier 1999, traitent aussi bien de la littérature française qu’étrangère, et de la poésie que du roman, voire des essais littéraires. Cette même année il écrit Franche-Comté pour accompagner un album de photographies signées Marc Paygnard. Il donnera de même une nouvelle à Éric Toulot pour Histoires de famille, en 2001.
Le Cri retenu (Cherche Midi, éd. 2001) explore l’existence d’une mère à travers son enfance, sa jeunesse, ses amours, son mariage, sa maternité, son labeur incessant, son veuvage, ses silences, ses vraisemblables regrets. Il s’agit d’un travail de mémoire qui engage un dialogue par-delà la mort, sans illusion. Le récit recommandé par Bernard Pivot à la fin de son émission Apostrophes a valu à son auteur de figurer dans La Mémoire de l’encre de Jacques Chancel.
Pierre Perrin de Chassagne est l’actuel président de l’association du livre et des auteurs comtois qui organise et décerne, avec l’aide de la Région, les prix Marcel Aymé et Lucien Febvre d’un montant de 3000 € chacun.
Le site de Pierre Perrin de Chassagne

Perrin Valérie1967Valérie Perrin est née en 1967 à Remiremont dans les Vosges. Elle grandit en Bourgogne et s’installe à Paris en 1986, puis en Normandie en 1995.
En 2015, elle publie son premier roman Les oubliés du dimanche chez Albin Michel. Traduit dans une dizaine de pays, il obtient 13 prix littéraires dont le Choix des Libraires 2018 et se classe depuis parmi les meilleures ventes au livre de poche.
En 2018 elle connait un succès retentissant avec son deuxième roman, Changer l’eau des fleurs dans lequel elle décrit le quotidien de Violette Toussaint une garde-cimetière en Bourgogne. Ce roman obtient le Prix Maison de la Presse 2018 et le Prix des Lecteurs au livre de poche en 2019. Avec ce deuxième roman, elle rentre dans le classement très fermé du Figaro Littéraire des 10 auteurs les plus vendus en France en 2019. Et figure toujours en tête des ventes internationales : son roman est traduit dans 30 pays dont la Chine, les Etats-Unis et la Russie. Elle est l’auteure la plus vendue en Italie en 2020. Elle travaille à l’adaptation cinématographique de son roman.
Garde-cimetière, fossoyeurs, aides-soignantes en gériatrie, couturières, bistrotiers, Valérie Perrin met en lumière et en poésie la dureté et la beauté des vies de l’ombre. Elle dit qu’elle écrit des romans d’amour construits comme des polars.
En 2021, elle a publié son troisième roman, Trois aux Éditions Albin Michel dans lequel elle tisse le destin de trois amis d’enfance sur 30 ans.
Source : https://www.albin-michel.fr/
Picouly Daniel1948Daniel Picouly est né en 1948. Il enseigne l’économie à Paris.
Il est l’auteur du Champ de personne. Ce livre connaît, en 1995, un immense succès avec plus de 400 000 exemplaires vendus. Daniel Picouly y raconte sa jeunesse, celle d’un gamin de la banlieue parisienne élevé dans une famille de treize enfants.
Daniel Picouly est également l’auteur de Fort de l’eau (1998) et L’enfant-léopard (Prix Renaudot 1999).
Pilhes René-Victor1934René-Victor Pilhes est né à Paris en 1934.
Il commence son activité professionnelle comme rédacteur publicitaire chez Air France, puis chez travaille chez Publicis.
Il est l’auteur de la Rhubarbe (1965, prix Médicis), le Loum (1969), l’Imprécateur (1974, Prix Fémina), la Bête (1976), la Pompéi (1985), l’Hitlérien (1988), la position de la Médiatrice, la Faux (1993), le Fakir (1995).
René-Victor Pilhes, tout au long de ses romans, se consacre à la dénonciation des travers de notre société aveuglée par le progrès et la logique du cash-flow
Pinget Robert1919Robert Pinget est né le 19 juillet 1919 à Genève. En 1930, il commence à jouer du violoncelle. Après des études de droit, il exerce la profession d’avocat pendant un an puis quitte Genève et s’inscrit aux Beaux- Arts à Paris où il est l’élève de Souverbie. En 1950 il expose dans une galerie de Saint-Germain-des-Prés. L’année suivante, il publie un recueil de nouvelles, Entre fantoine et Agapa. Il se tourne définitivement vers l’écriture à partir de 1952 avec son premier roman : Mahu ou le matériau. Il entre en 1956 aux éditions de Minuit avec la publication Graal Flibuste. Robert Pinget a obtenu le Prix des Critiques pour L’Inquisitoire (1962), le Prix Femina pour Quelqu’un (1965). En 1987, Pinget est tête d’affiche du Festival d’Avignon où sont jouées toutes ses pièces. Robert Pinget est décoré de la Légion d’honneur (1982) et de l’Ordre National du Mérite (1989). En 1990, le Grand Prix National des Lettres lui est décerné pour l’ensemble de son oeuvre. Robert Pinget est mort le 25 août 1997 à Tours, quelques semaines après l’exposition et le colloque international qui lui furent consacrés.
Une Notice biographique de Robert Pinget provenant du site Marincazaou.
Robert Pinget a publié aux Editions de Minuit :

Entre Fantoine et Agapa, nouvelles 1951
Mahu ou le matériau, roman, 1952
Le renard et la boussole, roman, 1953
Graal Flibuste, roman, 1956
Baga, roman, 1958
Le fiston, roman, 1959
Lettre morte, théâtre, 1959
La manivelle, théâtre, 1960
Clope au dossier, roman, 1961
Ici ou ailleurs, théâtre, 1961
Architruc, théâtre, 1961
L’hypothèse, théâtre, 1961
L’inquisitoire, roman, 1962
Autour de Mortin, théâtre, 1965
Quelqu’un, roman, 1965
Le Libera, roman, 1968
Passacaille, roman, 1969
Identité, théâtre, 1971
Abel et Bela, théâtre, 1971
Fable, récit, 1971
Paralchimie, théâtre, 1973
Nuit, théâtre, 1973
Cette voix, roman, 1975
L’apocryphe, roman, 1980
Monsieur Songe, récit, 1982
Le harnais, carnets, 1984
Charrue, carnets, 1985
Un testament bizarre, théâtre, 1986
L’ennemi, roman, 1987
Du nerf, carnets, 1990
Théo ou le temps neuf, roman, 1991
L’affaire Ducreux et autres textes, théâtre, 1995
Taches d’encre, carnets, 1997
 Marincazaou, un très beau site consacré à Robert Pinget.
Piquet Jacques-François1953Jacques-François Piquet est né le 2 juin 1953 à Nantes. Après avoir longtemps vécu à Londres, il s’installe en région parisienne (Essonne). En plus d’écrire, il anime des ateliers d’écriture et participe à des lectures-rencontres. Un site Internet (www.jfpiquet.com) rend compte en détail de ses diverses activités.
Principales publications à ce jour :
L’œil-de-bœuf, roman, Ed. de la Différence, 1983
Rue Stern, roman, Ed. de la Différence, 1993
Rupture de rêve, roman, Ed. Le dé bleu, 1995
Une histoire d’Alibelle, conte, Ed. Le dé bleu, 1996 (Illustrations de Philippe. Merlevède)
Fenêtres, petites proses, Ed. Métaphore A3, 1998 (Gravures de Michel Ménard)
Gif-sur-Ecrits, expérience d’écrivain en résidence, Ed. Métaphore A3, 1999
En pièces, trilogie théâtrale, Ed. Le bruit des autres, 2000
Noms de Nantes, petites proses, Ed. Joca Seria, 2002 (Postface de François Bon)
le site personnel de Jacques-François Piquet
Poirot-Delpech Bertrand1929Bertrand Poirot-Delpech est né le 10 février 1929 à Paris. Il est issu d’une famille de médecins et d’universitaires.
Orphelin de père en 1940, il est élève du collège Stanislas, puis au lycée Louis-le-Grand. Après des études de lettres (khâgne), il entre au journal Le Monde à vingt-deux ans.
Bertrand Poirot-Delpech y travaille de 1951 à 1972 dans différentes rubriques ( rubrique universitaire, chronique des grands procès, théâtre).
En septembre 1972, il succéde à Pierre-Henri Simon comme feuilletoniste du Monde des Livres. Depuis 1989, il tient, au Monde, une libre chronique hebdomadaire. Il a présidé le Syndicat de la critique dramatique (1970-1972) et donné des chroniques théâtrales à la N.R.F. Bertrand Poirot-Delpech est membre du comité de lecture de la Comédie-Française.
Lauréat du prix Interallié, en 1958, pour Le Grand Dadais, il a obtenu, en 1970, le grand prix du roman de l’Académie française, pour La Folle de Lituanie.
Bertrand Poirot-Delpech est élu à l’Académie française en 1986.
Romancier et essayiste, il a notamment publié
1958 Le Grand Dadais
1960 La Grasse Matinée
1962 L’Envers de l’eau
1966 Au soir le soir
1969 Finie la comédie
1970 La Folle de Lituanie
1973 Les Grands de ce monde
1976 La Légende du siècle
1979 Saïd et moi
1980 Marie Duplessis
1981 Feuilletons
1982 Le Couloir du dancing
1985 L’Été 36
1986 Bonjour Sagan
1987 Monsieur Barbie n’a rien à dire
1988 Le Golfe de Gascogne
1989 Traversées
1994 L’Amour de l’humanité
1995 Diagonales
1997 L’Alerte, théâtre
1998 Théâtre d’ombres, Journal
1998 Papon : un crime de bureau
1999 Monsieur le Prince
Bertrand Poirot-Delpech sur le site de l’Académie française.
Poivre d’Arvor Patrick1947Patrick Poivre d’Arvor est né en 1947 à Reims. Il est diplômé du Centre de Formation des Journalistes, Ancien élève de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et de l’Ecole des langues Orientales (russe et serbo-croate).
De 1971 à 1974, il est présentateur des journaux du matin et de la revue de presse à France Inter, puis il devient grand reporter . De 1979 à 1981, il assure, toujours sur France Inter, la chronique quotidienne « L’humeur du jour ».
En 1975, il entre à Antenne 2 comme responsable du service de politique intérieure puis Chef du service politique, économique et social (1975-1976). Il devient rédacteur en chef-adjoint et présentateur du « Journal de 20 heures » (1976-1983).
En 1984, il devient animateur de l’émission « Tous en scène » sur Canal Plus (1984-1985). Puis il est chroniqueur à R.M.C (1986-1987). Depuis le 31 août 1987, Patrick Poivre d’Arvor est présentateur du Journal de 20 heures sur TF1. Il est directeur-adjoint de l’information depuis 1989. Il est également producteur et animateur de l’émission littéraire « Ex-libris » depuis 1988 (TF1) et anime l’émission quotidienne « Place au livre » sur la chaîne Info (LCI) depuis juin 1994.
Patrick Poivre d’Arvor est l’auteur de nombreux livres dont
Mai 68, Mai 79, 1978
Les Enfants de l’aube, 1982
Deux amants, 1984
Le Roman de Virginie (avec Olivier Poivre d’Arvor), 1985
Rencontres, 1987
Les Derniers trains de rêve, 1986
La Traversée du miroir, 1986
Les Femmes de ma vie, 1988
L’Homme d’image, 1992
Lettres à l’absente, 1993
Les Loups et la bergerie, fiction, 1994
Elle n’était pas d’ici, 1995
Anthologie des plus beaux poèmes d’amour, 1995
Un héros de passage, 1996
Une trahison amoureuse, 1997
Lettre ouverte aux violeurs de vie privée, 1997
La Fin du monde (avec Olivier Poivre d’Arvor), fiction, 1998
Petit homme, 1999
Les Rats de garde (avec Éric Zeimour), 2000
L’Irrésolu, 2000
Il a obtenu en novembre 2000 le prix Interallié pour son roman L’Irrésolu.
Polac Michel1930Michel Polac est né en 1930 à Paris. En 1944, il commence à tenir son journal. En 1951, il découvre En attendant Godot, deux ans avant sa création. En 1953, il crée la série d’émissions le Masque et la plume. En 1956, il publie son premier roman, la Vie incertaine .
En 1969, il réalise son premier film, Un fils unique, prix Georges-Sadoul en 1970. De 1969 à 1971, il coanime « le Masque et la Plume ». De 1981 à 1987, il produit et anime l’émission Droit de réponse, célèbre pour ses coups d’éclat et ses empoignades en direct.
Michel Polac a publié récemment la Luxure (1999) et son Journal ( 2000).
Il est également chroniqueur à Charlie Hebdo et sur France Inter.
Le Portrait de Michel Polac  sur le site de Libération

Pommerat Joel1963Joël Pommerat est né en 1963 à Roanne. Autodidacte, un temps comédien, il décide à 23 ans de se consacrer à l’écriture théâtrale. En 1990, il fonde la Compagnie Louis Brouillard et met en scène un premier texte, Le Chemin de Dakar. Au fil des ans, il met au point un processus d’écriture original, le texte s’affinant au fil des répétitions avec ses acteurs. En 1995, il écrit et met en scène Pôles, à ses yeux son premier texte artistiquement abouti.
A partir de 1998 il explore différentes expressions, théâtre radiophonique et courts-métrages vidéo, et développe de multiples projets, stages, ateliers d’écriture, banquets-lectures, ou goûters-lectures pour jeune public.
A partir de 2000, retour à la scène. Créations et tournées s’enchaînent jusqu’au grand succès public et critique d’Au Monde, en 2004, qui marque le début de la notoriété et des tournées internationales.
Joël Pommerat et la Compagnie Louis Brouillard sont invités au 60ème festival d’Avignon en 2006, avec Le Petit Chaperon rouge, Au monde et Les Marchands. De 2007 à 2010, il est en résidence aux Bouffes du Nord, associé à Peter Brook puis artiste associé à l’Odéon-Théâtre de L’Europe (jusqu’en 2013) et au Théâtre National de Bruxelles. En 2011, il met en scène et cosigne le livret de l’opéra Thanks To My Eyes d’après sa pièce Grâce à mes yeux (musique d’Oscar Bianchi), met en scène sa Cendrillon à Bruxelles puis à l’Odéon-Théâtre de l’Europe et crée La Grande et Fabuleuse Histoire du commerce à la Comédie de Béthune. En 2013, il crée La réunification des deux Corées à l’Odéon-Théâtre de l’Europe et reprend Au Monde, Les Marchands et La Grande et fabuleuse histoire du commerce. En 2014, il monte Une Année sans été de Catherine Anne.
Source : https://www.fnac.com/
Poulain Catherine1960Catherine Poulain est née à Barr, dans le Bas-Rhin en 1960 et a grandi à Manosque. À 20 ans, elle décide de quitter la France et de découvrir le monde au gré de ses envies. Elle arrive ainsi au Québec en 1987 et s’installe ensuite en Alaska. Elle y exerce alors pendant 10 ans comme marin-pêcheur. Malheureusement, en 2003, elle est expulsée par les services d’immigration américains au motif de « travail illégal ».
De retour en France, Catherine Poulain travaille principalement aux vendanges et en profite en parallèle pour écrire son premier roman « Le grand marin », très largement inspiré de son expérience en Alaska.
Elle a reçu de nombreux prix pour ce roman ( Ouest-France, Etonnants Voyageurs, Joseph-Kessel, Gens de Mer et Nicolas-Bouvier…).
Elle a également publié Le Cœur blanc (2019) , L’ombre d’un grand oiseau (2023).
Source : https://www.babelio.com/
Pouy Jean-Bernard1946Jean-Bernard Pouy est né en 1946. Avec au moins vingt romans publiés depuis 1983, il est devenu un phénomène du roman policier français. Père du célèbre Poulpe, Jean-Bernard Pouy promène de livre en livre de drôles d’obsessions : la SNCF et la politique, le Tour de France et le Rock’n’roll, la lutte armée et le plaisir d’écrire. Il est également directeur de collections de littérature populaire, scénariste, poète, amoureux du vélo et animateur de radio…
Bibliographie
La Belle de Fontenay , Série Noire 1992.
Le Bienheureux , L’atalante, 1994.
RN86, Série Noire, 1995.
Spinoza encolure Hegel, Canaille Revolver,1996.
J’ai fait l’Aérotrain, coll.tourisme et Polar, Balaine, 1997.
Prou Suzanne1920Suzanne Prou est née en Provence en 1920. Elle a situé l’action de tous ses romans dans cette région, dont elle connaît  » le climat excessif, la terre dure, la végétation odorante, la lumière aveuglante quand pèse la grande chaleur… »
Suzanne Prou est morte en 1995.
Elle est l’auteur de : les Patapharis (1966), Les demoiselles sous les ébéniers (1967), l’Été jaune (1968), la Ville sur la mer (1970), la Terrasse des Bernardini (Prix Renaudot 1973), les Femmes de la pluie (1978), Mauriac et la jeune fille (1982) la Petite Tonkinoise (1987), Le Temps des innocents (1988), l’Album de famille (1995).
Queffélec Yann1949Yann Queffélec est né à Paris le 4 septembre 1949. Il est fils d’écrivain; son père, Henri, romancier maritime est l’auteur de Un recteur de l’île de Sein, 1949; Un homme d’Ouessant, 1953; un Breton bien tranquille, 1978; Saint-Yves, 1987.
Il adore sa mère et c’est parait-il, pour qu’elle admire son fils autant que son mari qu’ il commence à écrire dès 7 ans. De son enfance, il « ne garde que le souvenir des odeurs d’été, de la mer et de bonheur en Bretagne »
En 1978, il rencontre une grande prêtresse de l’édition à Belle-Ile : »J’amarrais mon bateau par temps de brume, sur un quai désert. Quelqu’un me tape sur l’épaule. Je me retourne. C’était Françoise Verny : « Chéri! tu as une tête d’écrivain, toi. Je t’invite ce soir à mon anniversaire! »
Et c’est ainsi qu’il décide de se consacrer à l’écriture, enchaînant depuis le début des années quatre-vingt, un roman tous les 2 ans.
Romans publiés par Yann Queffélec :
Le charme noir, 1983
Les noces barbares, 1985 (Prix Goncourt)
La femme sous l’horizon, 1988
Le maître des chimères, 1990
Prends garde au loup, 1992
Disparue dans la nuit, 1994
Et la force d’aimer , 1996
Happy birthday Sara, 1998
Osmose , 2000
Quignard Pascal1948Pascal Quignard est né en 1948 à Verneuil-sur-Avre. Après des études de philosophie à la faculté de Nanterre, il entre aux éditions Gallimard . Il y sera successivement lecteur jusqu’en 1977, membre du comité de lecture de 1977à 1994 et secrétaire général pour le développement éditorial de 1988 à 1994.
Pascal Quignard a également été président du Festival international d’opéra et de théâtre baroque au château de Versailles (1990-94), et président aux côtés de Jordi Savall du concert des Nations (1990-93).
Depuis le mois d’avril 1994, où il a démissionné de toutes ses fonctions, Pascal Quignard se consacre uniquement à son travail d’écrivain.
Pascal Quignard est notamment l’auteur de Tous les matins du monde porté au cinéma en 1991.
Son dernier roman, Terrasse de Rome, se déroule au dix-septième siècle. Un jeune graveur est victime de la violence d’un fiancé jaloux qui lui lance de l’eau-forte au visage. Défiguré, il doit renoncer à l’amour de sa belle qu’il aime jusqu’à sa mort.
Les livres publiés par Pascal Quignard :
l’Être du balbutiement (1969)
Alexandra de Lycophron (1971)
la Parole de la Délie (1974)
Michel Deguy (1975)
Echo (1975)
Sang (1976)
le Lecteur (1976)
Hiems (1977)
Sarx (1977)
Inter aerias fagos (1977)
Sur le défaut de terre (1979)
Carus (1979)
le Secret du domaine (1980)
Petits traités (tome I à VIII, 1990)
les Tablettes de buis d’Apronenia Avitia (1984)
le Vœu de silence (essai, 1985)
Une gêne technique à l’égard des fragments (1986)
Ethelrude et Wolframm (1986)
le Salon du Wurtemberg (1986)
la Leçon de musique (1987)
les Escaliers de Chambord (1989)
la Raison (1990)
Albucius (1990)
Tous les matins du monde (1991)
Georges de La Tour (1991)
la Frontière (1992)
le Nom sur le bout de la langue (1993)
le Sexe et l’effroi (1994)
l’Occupation américaine (1994)
Rhétorique spéculative (1995)
l’Amour conjugal (1995)
les Septante (1995)
la Haine de la musique (1996)
Vie secrète (1998)
Terrasse à Rome (2000)
Pascal Quignard sur le site des éditions P.O.L
Quint Michel1949Michel Quint est né fin 1949 dans le Pas-de-Calais, « un jeudi soir, chez ses grands-parents que sa mère se trouvait visiter ».
« Il étudia fort correctement jusqu’au baccalauréat, série philosophie, obtint ensuite à Lille une licence de lettres classiques, avec du latin, du grec, de la poussière et des paillettes, puis une maîtrise d’études théâtrales parce que le théâtre le passionnait et qu’il connaissait plein de gens dont certains maintenant bien plus célèbres que lui avec qui il en faisait ».
Michel Quint commença par écrire du théâtre pour Théâtre ouvert, puis France Culture (Rue du Temple), A pas comptés. France Culture diffuse aussi ses feuilletons radiophoniques (Les Ethiopiques , Le Loup pendu prix radio 1986 de la Société des auteurs). Puis il s’essaye au roman policier et obtient en 1989 le Grand Prix de Littérature policière pour Billard à l’étage. Michel Quint a publié une vingtaine d’ouvrages ( romans noirs et nouvelles), dont Le bélier noir, La belle ombre, Cake-walk, Lundi perdu.
Il a publié en 2000 Effroyables Jardins, un « court texte lumineux , émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant et de son père, ancien résistant. »
Rambaud Patrick1946Patrick Rambaud est né le 21 avril 1946 à Paris.
En 1967, à 21 ans, Patrick Rambaud participe au « Masque et la Plume », sur France Inter, comme critique de cinéma. Premier article dans « Positif ». Cette année-là, il se retrouve auusi comme « seul goy dans un kibboutz ». En 1968, il effectue son service militaire à Evreux et prend des notes sur « la panique dans l’armée ». Cofondateur du mensuel satirique Actuel (1970), il a mené une longue carrière de nègre.
Il publie en 1970, son premier livre : la Saignée , puis six ans plus tard , 1832, les Complots de la Liberté.
En 178, il publie Le Roland Barthes sans peine
En 1988, il écrit Frégoli, monté par Jérôme Savary. Il publie la même année Virginie Q.
Avec Michel-Antoine Burnier, il a publié Le journalisme sans peine, qui relève les clichés, les poncifs et les lieux communs de la profession.
En 1997, il a reçu le Grand Prix du roman de l’Académie française et le Prix Goncourt pour son roman historique La bataille , le récit du sanglant combat de Napoléon contre les Autrichiens à Essling en 1809.
Il a publié récemment Il neigeait (deuxième volet d’un triptyque sur la fin de l’Empire)
 
Rannou Pascal1958Pascal Rannou, né en 1958 à Laval. Agrégé de l’Université (Lettres modernes), Docteur en Littérature, enseigne au lycée Lavoisier de Mayenne (53). Romancier, essayiste, poète et critique. Spécialiste de littérature bretonne. A publié:
Guillevic : du menhir au poème, essai, Morlaix, éd. Skol-Vreizh, 1991
Visages de Tristan Corbière, essai, Morlaix, éd. Skol-Vreizh, 1995
Les Trajectoires lumineuses, Brest, éd. L’Authenticiste, 1996
Inventaire d’un héritage, essai sur l’oeuvre de P.-J. Hélias,
Plougastel-Daoulas, éd. An Here, 1997
De Corbière à Tristan, thèse, Presses Universitaires du Septentrion,Lille 1999
Sentinelles de la mémoire, roman, Spézet, éd. Coop-Breizh, 1999
Un Tyran du bocage, roman, L’Harmattan, Paris, 2002
Son essai sur Hélias a provoqué quelques remous dans le monde littéraire breton. Il y démontre que cet auteur a publié des romans très mauvais, et que, contrairement à une légende, il n’a pas défendu la langue ni la culture bretonnes. Un Tyran du bocage dresse un tableau burlesque et sans concession du monde enseignant, à travers le calvaire du héros, souffre-douleur d’un principal caporaliste.
Raspail Jean1925Né en 1925, Jean Raspail parcourt le monde pendant vingt ans avant de se lancer dans l’écriture. En 1973, il publie Le Camp des saints, qui sera suivi de nombreux romans. Il a reçu en 1981 le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Moi, Antoine de Tounens.
Ravalec Vincent1962Vincent Ravalec est né le 1er avril 1962. Il vit toujours à Clamart. Il a publié son premier livre, Un pur moment de rock’n roll, au Dilettante. Il a narré ses débuts littéraires dans L’Auteur, en 1995. Treize contes étranges est son quatorzième livre et son septième au Dilettante.
Recondo(de) Léonor1976Léonor de Récondo est née en 1976 dans une famille d’artistes, mère peintre et père sculpteur. Violoniste, elle a enregistré de nombreux disques et s’est produite en France et à l’étranger, en particulier dans des ensembles dédiés à la musique baroque. Elle a fondé l’ensemble L’Yriade, spécialisé dans le répertoire des cantates des XVIIe et XVIIIe siècles. Écrivaine, elle est l’autrice de huit romans dont Amours (2015, Grand Prix RTL-Lire et Prix des Libraires), Point cardinal (2017, Prix du roman des étudiants France Culture-Télérama), La Leçon de ténèbres (2020, prix Ève Delacroix de l’Académie française), et Revenir à toi, (Grasset, 2021, LGF, 2022).
Source : https://www.grasset.fr/
Réda Jacques1929Jacques Réda est né à Lunéville le 24 janvier 1929.
Après des études secondaires au collège Saint-François de Sales d’Evreux, il fait du droit et s’installe à Paris.
Il a dirigé la Nouvelle Revue française (N.R.F.) de 1987 à 1996.
Il est également l’auteur de récits en prose et grand amateur de musique, spécialement de jazz.
Il est considéré comme l’un des grands poètes français contemporains. Ses écrits évoquent la luxuriante et erratique beauté du monde, et aussi ses angoisses de la condition humaine.
Ses principaux ouvrages :
Récitatif, 1970
La Tourne, 1975
Les Ruines de Paris, 1977
L’Improviste. Une lecture du jazz, 1980
Hors les murs, 1982
L’Herbe des talus, 1984
Jouer le jeu (L’Improviste II), 1985
Châteaux des courants d’air, 1986
Album Maupassant, 1987
Recommandations aux promeneurs, 1988
Amen, 1988
Retour au calme, 1989
L’Improviste, (version défintive) 1990
Le Sens de la marche, 1990
Aller aux mirabelles, 1991
Lettre sur l’univers et autres discours en vers français, 1991
Aller à Elisabethville , 1993
L’Incorrigible, 1995
La Liberté des rues, 1997
Le Citadin, 1998
Accidents de la circulation, 2001
Redonnet Marie1948Marie Redonnet est née en 1948 à Paris . Elle est l’auteure de romans :
Forever Valley, 1987
Nevermore, 1994
Splendid Hôtel, 1996
Marie Redonnet a également écrit des pièces de théâtres :
Mobie Diq, 1989,
Tir et Lir, 1991
Le Cirque Pandor, 1994,
Marie Redonnet a également publié un essai : Jean genet, le poète travesti (1999)
Rémy Pierre-Jean1937Pierre Jean Rémy ( de son vrai nom Jean-Pierre Angremy) est né le 21 mars 1937, à Angoulême. .
Il suit des études primaires et secondaires au lycée Condorcet, apprend le latin et le grec, et se passionne très tôt pour la littérature.
De 1955 à 1958 Pierre Jean Rémy est étudiant à l’Institut d’études politiques ; puis il passe une licence à la Faculté de droit ( Sciences économiques) et à la Sorbonne (Sociologie). Il est également ancien de l’ENA (promotion « Saint-Just », 1963).
À sa sortie de l’ENA, Pierre-Jean Rémy commence une double carrière de diplomate et d’écrivain.
Il est vice-consul archiviste e à Hong-Kong de 1963 à 1964, deuxième secrétaire d’ambassade à Pékin de 1964 à 1966. Il rentre en Europe à la fin de 1966 pour être nommé deuxième secrétaire, puis premier secrétaire à Londres, où il séjourne jusqu’en 1971.
Après un bref passage à la direction générale des Relations culturelles du Quai d’Orsay il est détaché à l’O.R.T.F. en 1972. Il repart ensuite pour l’Angleterre, en 1975, et séjourne encore quatre ans à Londres, conseiller culturel, cette fois, auprès de l’Ambassade de France.
De 1979 à 1981, il est directeur du théâtre et des spectacles au ministère de la Culture.
Au début de 1985, il et nommé consul général à Florence.
En avril 1987, il est nommé directeur général des Relations culturelles, scientifiques et techniques au ministère des Affaires étrangères.
D’avril 1990 à février 1994, il est ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l’UNESCO ; De mars 1994 à janvier 1997, il est Directeur de l’Académie de France à Rome, Villa Médicis. Depuis janvier 1997, il est Président de la Bibliothèque nationale de France.
Pierre-Jean Rémy a publié, depuis 1962, une quarantaine d’ouvrages. Le Sac du Palais d’Été lui a valu, en 1971, le prix Renaudot ; L’Orient-Express II, le prix de la Nouvelle de l’Académie française en 1984 ; Une Ville immortelle, le grand prix du Roman de l’Académie française en 1986.
Il a collaboré pendant plusieurs années à l’hebdomadaire Le Point, en qualité de critique théâtral et a assuré des chroniques régulières d’opéra et de musique lyrique dans divers magazines tels que Lyrica, Harmonie, Diapason, et La Revue des Deux Mondes.
Il a d’ailleurs publié plusieurs ouvrages sur la musique, dont une biographie de Maria Callas.
Il a été élu à l’Académie française, le 16 juin 1988.
Ses principaux ouvrages
1962 Et Gulliver mourut de sommeil.
1963 Midi ou l’Attentat.
1971 Le Sac du Palais d’Été.
1972 Urbanisme.
1973 Une mort sale.
1973 La vie d’Adrian Putney, poète.
1973 Les Suicidés du printemps.
1974 Ava.
1974 La Mort de Floria Tosca.
1974 Mémoires secrets pour servir à l’histoire de ce siècle.
1975 Rêver la vie.
1976 La figure dans la pierre.
1977 Si j’étais romancier.
1977 Les enfants du Parc.
1978 Callas, une vie.
1978 Les Nouvelles aventures du chevalier de la Barre.
1979 Cordelia, ou l’Angleterre
1979 Orient-Express I.
1979 Don Giovanni, Mozart, Losey
1979 La petite Comtesse.
1980 Pandora.
1980 Salue pour moi le Monde.
1981 Un voyage d’hiver.
1982 Don Juan
1983 Le dernier Été.
1983 Mata Hari.
1984 Orient-Express II.
1984 Comédies italiennes
1985 Le vicomte épinglé.
1985 La vie d’un héros.
1986 Une ville immortelle.
1987 Des châteaux en Allemagne
1988 Annette, ou l’éducation des filles
1989 Bastille, rêver un Opéra.
1989 Toscanes.
1990 Chine.
1991 L’Autre Éducation sentimentale.
1991 Pays d’âge, poèmes.
1991 De la photographie considérée comme un assassinat
1992 Algérie, bords de Seine
1993 Qui trop embrasse.
1994 Londres, un ABC romanesque et sentimental.
1994 Un cimetière rouge en Nouvelle-Angleterre.
1995 Désir d’Europe.
1997 Le Rose et le Blanc. Retour d’Hèlène. Mes grands bordeaux.
1998 Aria di Roma.
1999 La nuit de Ferrare
2000 Demi-siècle
Revel Jean-François1924Jean-François Revel (Ricard) est né en 1924 à Marseille, dans une famille d’origine franc-comtoise.
Il fait ses études secondaires à l’École libre de Provence, puis prépare à Lyon, au lycée du Parc, l’École Normale Supérieure, où il est reçu en 1943.
Pendant la guerre, il entre dans la Résistance. En 1944, après la Libération, il est chargé de mission au Commissariat de la République de la région Rhône-Alpes pendant quelques mois.
Agrégé de philosophie, il enseigner successivement au Mexique (1947-1952) puis en Italie (1952-1956).
Revenu en France à la fin de 1956, il enseigne au lycée Faidherbe à Lille (1957-1959) puis au lycée Jean-Baptiste Say à Paris. Il quitte l’Université en 1963.
Il commence en 1957 à la fois sa carrière d’écrivain et de journaliste. Il assume également les fonctions de conseiller littéraire et de directeur de collection chez René Julliard, Jean-Jacques Pauvert, Robert Laffont jusqu’en 1978, date à laquelle il devient directeur de l’hebdomadaire l’Express, dont il était l’un des éditorialistes depuis 1966. Il démissionne de la direction de l’Express en 1981 puis devient, en 1982, chroniqueur au Point, poste qu’il occupe encore à ce jour.
En 1997, il publie ses Mémoires (Le Voleur dans la maison vide) et est élu à l’Académie française.
Les principaux ouvrages de Jean-François revel :
1957 Pourquoi des philosophes ? Prix Fénéon
1957 Histoire de Flore
1958 Pour l’Italie
1959 Le Style du Général
1960 Sur Proust
1962 La Cabale des dévots
1965 En France, la fin de l’opposition
1966 Contrecensures
1968 Lettre ouverte à la droite
1970 Ni Marx ni Jésus
1972 Idées de notre temps
1976 La Tentation totalitaire
1977 Descartes inutile et incertain
1977 La Nouvelle Censure
1978 Un festin en paroles
1981 La Grâce de l’État
1983 Comment les démocraties finissent, Prix Aujourd’hui 1983, Prix Konrad Adenauer 1986
1984 Le Rejet de l’État
1984 Une anthologie de la poésie française
1987 Le Terrorisme contre la démocratie
1988 La Connaissance inutile, Prix Chateaubriand, Prix Jean-Jacques Rousseau
1992 Le Regain démocratique, Grand Prix littéraire de la Ville d’Ajaccio et du Mémorial
1992 L’Absolutisme inefficace, ou Contre le présidentialisme à la française
1994 Histoire de la philosophie occidentale, de Thalès à Kant
1997 Le Voleur dans la maison vide
1997 Le Moine et le Philosophe (en collaboration avec son fils Matthieu Ricard)
1998 L’Œil et la Connaissance. Écrits sur l’art
1999 Fin du siècle des ombres
2000 La grande parade. Essai sur la survie de l’utopie socialiste
Rey Nicolas1973Nicolas Rey est né en 1973 à Évreux.
Journaliste « culture » (Figaro Magazine, Technikart), il confie que son inspiration est née des lectures de Belle du Seigneur d’Albert Cohen, les carnets noirs de Gabriel Matzneff ou encore Bret Easton Ellis (American Psycho).
Nicolas Rey a publié son premier roman, Treize minutes en 1998.
Il a publié son second roman chez « Au Diable Vauvert », toute jeune maison d’édition. Il a reçu le Prix de Flore 2001.
Reza Yasmina1959Yasmina Reza est née en 1959 à Paris.
Elle fait ses études à l’Université Paris X à Nanterre,. Elle suit des cours de théâtre à l’école Jacques Lecoq, et travaille comme actrice.
Puis elle se lance dans l’écriture pour la scène. Elle est l’auteur de Conversations après un enterrement (Prix Molière 1987 du meilleur auteur), de l’adaptation française de Métamorphose de Stephen Berkoff, de La Traversée de l’hiver (1989), d’Art (1994) qui connut un immense succès , de L’Homme du hasard, et de Trois versions de la vie (2000).
Elle est également l’auteur de Hammerklavier, et de Une désolation.

Rinaldi Angelo1940Angelo Rinaldi est né en Corse en 1940.
Il est critique littéraire ( L’Express, Le Nouvel Observateur ) et romancier.
Angelo Rinaldi a obtenu le prix Fémina en 1971 pour la Maison des Atlantes.
Il est l’auteur de :
la Loge du gouverneur (1969)
la Maison des Atlantes ( 1971, prix Fémina)
les Dames de France (1977)
la Dernière Fête de l’Empire (1981)
les Roses de Pline (1987)
la Confession dans les collines (1990)
Dernières Nouvelles de la nuit (1997)
Dans le dictionnaire de Jérôme Garcin (Editions François Bourin, 1988), Angelo Rinaldi se raconte en deux phrases :  » Il est resté à la maison et il a travaillé. Et il n’oublie rien de ce qu’il n’a pas vécu ».
Rio Michel1945Ecrivain français respecté, né en 1945 en Bretagne, mais vivant à Paris, Michel Rio a obtenu en 1992 le prix Médicis pour Tlacuilo aux Editions du Seuil.
Il est également l’auteur de :
La statue de la Liberté, 1997
Morgane, 1999
La mort, 2000
Robbe-Grillet Alain1922Alain Robbe-Grillet est né en 1922 à Brest.
Après des études classiques, puis de mathématiques et de biologie, il travaille dans l’agronomie. Il séjourne alors au Maroc, en Guinée, à la Martinique et à la Guadeloupe, puis décide de se consacrer au roman.
Alain Robbe-Grillet rédige son premier livre, Un régicide, en 1948 (ce récit est refusé par les éditions Gallimard et ne sera publié qu’en 1979)
Il publie ses premiers articles en 1951 dans les revues Critique, La NRF et Le Disque Vert.
Alain Robbe-Grillet provoque un scandale littéraire avec Le Voyeur (1955, prix des Critiques). Ce livre fut en effet très bien accueilli par Roland Barthes, Maurice Blanchot et Georges Bataille, mais divisa vivement les critiques littéraires.
Alain Robbe-Grillet fut conseiller littéraire des éditions de Minuit de 1955 à 1985
Alain Robbe-Grillet formula en 1955-1956, en termes théoriques, les fondements du « Nouveau roman  » . Il est considéré comme le chef de file de cette école.
Alain Robbe-Grillet est le scénariste de L’Année dernière à Marienbad, (1961, réalisé par Alain Resnais) et le réalisateur de plusieurs films : Trans-Europ-Express, 1966 ; l’homme qui ment 1968, l’Eden et après 1970, Glissements progressifs du plaisir, 1974 , le jeu avec le feu , 1975, et La Belle Captive, 1983.
Ses principaux écrits :
Les Gommes, 1953, prix Fénéon
Le Voyeur, 1955
La Jalousie, 1957
Dans le labyrinthe, 1959
L’année dernière à Marienbad, 1961
Pour un nouveau roman, 1963
La Maison de rendez-vous, 1965
Projet pour une révolution à New-York, 1970
Topologie d’une cité fantôme, 1976
Un régicide, Souvenirs du triangle d’or, 1978
Djinn, 1981
Le Miroir qui revient, 1984
Angélique ou l’enchantement, 1988
Les Derniers Jours de Corinthe, 1994
Source : l’IMEC


Roberts Jean-Marc1920Jean Marc Roberts est né en mai 1954 et a publié son premier roman, à dix sept ans, Samedi, dimanche et fêtes.
Puis il publie Les petits Verlaine (1973), La Partie belle (1974), La comédie légère (1975), Les enfants de la fortune (1978). En 1979, il obtient le Prix Renaudot pour Affaire étrangères, qui est adapté au cinéma en 1981 par Pierre Granier-Deferre sous le titre Une étrange affaire.
Il est également l’auteur de l’Ami de Vincent (1982), Portrait craché (1983), Méchant (1985), Mon père américain (1988), Une petite femme (1998).
Rolin Jean1920Jean Rolin est né en 1949 à Boulogne-Billancourt. Journaliste, il a commencé par écrire pour des journaux et des magazines tels que Libération, Le Figaro et Géo. Il a notamment reçu le prix Albert Londres pour ses reportages de voyage et sa couverture des événements de l’année 1988.
Depuis les années 1980, il a également publié des romans et des nouvelles :
Journal de Gand aux Aléoutiennes, Jean-Claude Lattès, 1982, Payot, 1995
L’Or du scaphandrier, Jean-Claude Lattès, 1983
Vu sur la mer, Bueb & Reumaux, 1986
La Ligne de Front, Quai Voltaire, 1988, Payot, 1992 (Prix Albert Londres 1988)
La Frontière belge, Jean-Claude Lattès, 1989, L’escampette, 2001
Cyrille et Méthode, Gallimard, 1994
Joséphine, Gallimard, 1994
Zones, Gallimard, 1995, coll. « Folio », 1997
L’organisation, Gallimard, 1996, coll. « Folio », 1999 (Prix Médicis 1996)
C’était juste cinq heures du soir, avec Jean-Christian Boucart, le Point du jour, 1998
Traverses, NIL, 1999
Campagnes, Gallimard, 2000
Notice biographique de Jean Rolin provenant du site Textes et Voix 
Rondeau Daniel1949Daniel Rondeau est né le 7 mai 1949.
Il confie dans le Dictionnaire de Jérome Garcin : « A vingt ans, il rencontre la politique et prend feu. Il jette sa mèche dans le brasier . Il s’essaie ensuite dans le journalisme. Il aurait aimé passer dans le ciel des journaux comme un météore. L’encre de la presse le dévore. Il aime cet ogre qui nourrit ses enthousiasmes et lui donne des habitudes à Londres, Tanger ou Beyrouth. Il se paie sur la bête en amitiés et en paysages… »
Daniel Rondeau est l’auteur de Chagrin lorrain ( 1979), L’Äge déraison (1982), Trans-Europ Express (1984), Tanger ( 19887), L’Enthousiasme ( 1988) …
Rouart Jean-Marie1943Jean-Marie Rouart est né le 8 avril 1943, à Neuilly-sur-Seine. Il est issu d’une famille d’artistes peintres. Les peintres Henri Rouart et Henri Lerolle étaient ses arrières grands-pères .
Après des études de lettres, il travaille pour le Magazine littéraire en 1967, puis au Quotidien de Paris et au Figaro. Il est depuis 1986 directeur du Figaro littéraire. Écrivain et journaliste, il a publié son premier roman La Fuite en Pologne en 1974. Viennent ensuite La Blessure de Georges Aslo en 1975, Les Feux du pouvoir, Prix Interallié en 1977 et Le Mythomane, en 1980.
En 1983, il obtient le Prix Renaudot avec son roman Avant-guerre. Il publie ensuite successivement six romans : Le Cavalier blessé en 1987, une fresque historique à l’époque du Premier Empire, La Femme de proie en 1989, Le Voleur de jeunesse en 1990, Le Goût du malheur en 1993 et L’Invention de l’amour en 1997. Il est également l’auteur de plusieurs essais : Ils ont choisi la nuit, Prix de l’Essai de l’Académie française en 1985, consacré à des écrivains qui se sont suicidés, Omar, la construction d’un coupable, en 1994, livre évoquant la condamnation d’Omar Raddad. Il est l’auteur d’une biographie du duc de Morny : Morny, un voluptueux au pouvoir, en 1995, et d’un essai littéraire sur le thème du succès et de l’échec : La Noblesse des vaincus, en 1998. Il a obtenu le Prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre.
Il a été élu à l’Académie française, le 18 décembre 1997.
Ses principaux ouvrages
1974 La Fuite en Pologne
1975 La Blessure de Georges Aslo
1977 Les Feux du pouvoir – Prix Interallié
1980 Le Mythomane
1983 Avant-guerre – Prix Renaudot
1985 Ils ont choisi la nuit – Prix de l’Essai de l’Académie française
1987 Le Cavalier blessé
1989 La Femme de proie
1990 Le Voleur de jeunesse
1993 Le Goût du malheur
1994 Omar, la construction d’un coupable
1995 Morny, un voluptueux au pouvoir
1997 L’Invention de l’amour
1998 La Noblesse des vaincus
1998 Bernis, le cardinal des plaisirs
2000 Une jeunesse à l’ombre de la lumière
Le site officiel de Jean-Marie Rouart
Jean-Marie Rouart sur le site de l’Académie française.
Rouaud Jean1952Jean Rouaud est né en 1952 à Campbon, en Loire-Atlantique .
Son père meurt en 1963 le lendemain de Noël alors que Jean n’a que onze ans. Sa mère continue de tenir le magasin familial tout en élevant ses trois enfants.
Jean Rouaud est pensionnaire au collège Saint-Louis de St Nazaire.
Il obtient le bac C et s’inscrit en faculté de Lettres à Nantes
Il obtient sa maîtrise de lettres en 1974.
Jean Rouaud exercera plusieurs métiers, notamment pompiste, vendeur d’encyclopédies médicales…
En 1978, il entre à Presse Océan.
En 1983, il devient marchand de journaux dans un kiosque du XIX° arrondissement de Paris.
En 1990, il publie les Champs d’honneur qui obtient le prix Goncourt . Ce roman sera traduit en 25 langues.
Jean Rouaud vit désormais à Montpellier .
Les livres qu’il a publiés :
Les Champs d’honneur (1990)
Des hommes illustres (1993)
Le Monde à peu près (1996)
Les très Riches Heures (1997)
Promenade à la Villette (1997)
Pour vos cadeaux (1998)
Le paléo circus (1998)
Cadou Loire intérieure (1999)
Carnac ou le prince des lignes (1999)
Sur la scène comme au ciel (1999)
Le site officiel de Jean Rouaud
Roze Pascale1957Pascale Roze est née en 1957 à Saïgon (Viêt-nam), où son père était officier de marine.
Son enfance, elle l’a vécue de port en port pour suivre son père. Puis, après avoir vécu à Toulon, elle part à Paris, à seize ans.
Elle abandonne ses études de lettres, et se tourne vers le théâtre en créant en 1978, avec des amis, une petite troupe « La compagnie de l’Elan ». Comédienne, elle interprète des œuvres de Marguerite Duras, Elias Canetti, Claude Delarue, Jean-Luc Jeener et Joseph Danan.
Pascale Roze écrit alors pour le théâtre (Tolstoï la nuit) et publie le recueil de nouvelles Histoires dérangées. Elle anime des ateliers d’écriture en milieu scolaire et avec des adultes dans des foyers d’hébergement.
Elle a obtenu le Prix Goncourt 1996 pour son premier roman, Le Chasseur zéro, et en a publié un second , Ferraille.
Parallèlement à l’écriture, elle continue son travail pour le théâtre, aux côtés de Gabriel Garran, au T.I.L.F (Théâtre International de Langue Française).
Pascale Roze est également jurée internationale du prix Prométhée de la nouvelle depuis 1997.

Rufin Jean-Christophe1952Jean-Christophe Rufin est né en 1952. Médecin, pionnier du mouvement humanitaire  » sans frontières « , il a séjourné plusieurs années au Brésil. Écrivain, il a publié des essais sur le tiers monde et des romans traduits dans le monde entier (L’Abyssin, Sauver Ispahan, Les Causes perdues — prix Interallié 1999). Il a obtenu le Goncourt en 2001 pour son roman Rouge Brésil.
Bibliographie
Le Piège,  Jean-Claude Lattès, 1986.
L’Aventure humanitaire, Gallimard, 1994.
La Dictature libérale, Jean-Claude Lattès, 1994.
L’Abyssin, Gallimard, 1997
Sauver Hispahan, Gallimard, 1998
Les Causes perdues, Gallimard, 1999 (prix Interallié 1999)
L’Empire et les nouveaux barbares, Jean-Claude Lattès, 2001.
Rouge Brésil , originale Gallimard, 2001 (prix Goncourt 2001).
La Lutte des seigneurs, Jean-Claude Lattès, 2003.
Globalia , Gallimard, 2004.
Géopolitique de la faim: Faim et responsabilité, P.U.F., 2004.
La Salamandre, Gallimard, 2005.
Le Parfum d’Adam, Flammarion, 2007.
Robert Sabatier
Robert Sabatier est né le 17 août 1923 à Paris.
Orphelin très jeune, Robert Sabatier est placé sous le tutorat de son oncle. A 13 ans, il travaille dans son atelier typographique. Il y imprimera en 1939 ses premiers poèmes.
En 1944, Robert Sabatier gagne le maquis de Saugues, en Haute-Loire. Puis il exerce différents métiers en province et crée une revue poétique, La Cassette (1947-50).
Puis Robert Sabatier revient à Paris et se consacre à l’édition en collaborant dans plusieurs journaux (Arts, Le Figaro littéraire, Les Nouvelles littéraires etc…)
En 1950, il travaille aux Presses Universitaires de France. En 1953 il publie Les Fêtes solaires, recueil de poèmes et Alain et le nègre, roman.
Dès lors alterneront romans, essais, poèmes mais aussi le Dictionnaire de la mort ou les aphorismes du Livre de la déraison souriante.
Robert Sabatier a ensuite été directeur littéraire d’Albin Michel jusqu’à son entrée à l’Académie Goncourt en 1971.
Principaux ouvrages publiés :
Romans
Alain et le nègre (1953)
Le marchand de sable (1954)
Le goût de la cendre (1955)
Boulevard (1956)
Canard au sang (1958)
La Sainte farce (1960)
La Mort du figuier (1962)
Dessin sur un trottoir (1964)
Le Chinois d’Afrique (1966)
Les Enfants de l’été (1977)
La Planète des hommes-fruits (1980)
Les Années secrètes de la vie d’un homme (1984)
La Souris verte (1990)
Le cygne noir
Le lit de la merveille
Le sourire aux lèvres
Le roman d’Olivier:
Olivier et ses amis
David et Olivier (1986)
Les allumettes suédoises (1969)
Trois sucettes à la menthe (1972)
Les Noisettes sauvages (1974)
les Fillettes chantantes (1980)
Poésie
Les Fêtes solaires (1951, prix Antonin Artaud et prix Guillaume Apollinaire)
Dédicace d’un navire (1959)
Les Poissons délectables (1965)
Les Châteaux de millions d’années (1969, grand prix de poésie de l’Académie française)
Icare et autres poèmes (1976)
l’Oiseau de demain (1981)
Lecture (1987)
Écriture
Les masques et le miroir
Aphorismes
Le livre de la déraison souriante
Essais
L’état princier
Dictionnaire de la mort
Histoire de la poésie française ( 9 volumes )
Robert Sabatier sur le site de l’Academie Goncourt
Sagan Françoise1935Françoise Quoirez est née le 21 juin 1935 à Cajarc ( Lot) . Fille d’un industriel, elle passe son enfance à Paris. Adolescente, elle lit Gide, Camus, Sartre, Rimbaud, Proust.
Elle obtient son bac en 1951, et commence à la Sorbonne des études de lettres qu’elle ne poursuivra pas.
Elle signe Sagan en publiant, en 1954, son premier roman, Bonjour Tristesse : l’histoire d’une jeune fille, Cécile, qui déteste la maîtresse de son père et qui ne sera pas étrangère au suicide de celle-ci.Sagan n’a pas encore vingt ans. Elle connaîtun succès considérable (1 million d’exemplaires vendus en quelques semaines) et son livre est couronné par le prix des Critiques Pour la presse grand public , Sagan incarne alors la romancière « nouvelle vague ».
En 1955 elle se rend à New York où son livre est traduit et y rencontre Truman Capote, puis elle part à Key West où elle verra Carson McCullers et Tennessee Williams, avec lequel elle se lie d’amitié : elle fera adapter à Paris sa pièce Sweet Birds of Youth.
Elle publie cette année-là son second roman : Un certain sourire.
En 1957, Françoise Sagan est victime d’un grave accident de voiture qui lui vaut plusieurs semaines d’immobilisation. Elle publera en 1964, Toxiques, le journal. En 1957,  paraît son troisième roman, Dans un mois dans un an. En 1958, elle épouse Guy Schoeller.
En 1959 ce sera Aimez-vous Brahms? le portrait sans complaisance d’une femme de quarante ans. Grâce à ce roman Françoise Sagan échappe aux pages « faits divers » des magazines et réussit à se faire respecter en tant qu’écrivain. En 1960 sa première pièce, Château en Suède, est créée au théâtre de l’Atelier.
Dès lors Françoise Sagan alternera romans et pièces de théâtre. Dans La Chamade ( 1965), Un peu de soleil dans l’eau froide ( 1969), Le Lit défait ( 1977), La femme fardée (1977) , on retrouve l’univers de Sagan : la fragilité des liens amoureux, l’ennui dans l’élégance , la bourgeoisie désabusée, les soirées arrosées et mélancoliques dans les boîtes de nuit, les fuites en avant en voiture de sport…
Dans De guerre lasse ( 1985) et Chagrin de passage ( 1995) Françoise Sagan évoque en plus le thème de la mort.
Françoise Sagan a également écrit pour le théâtre : Un Château en Suède (1960), Les Violons parfois ( 1961), Le Cheval évanoui (1966), Il fait beau jour et nuit ( 1978), Un piano dans l’herbe ( 1994).
Françoise Sagan a reçu en 1985 le prix de la fondation Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre.

Sallenave Danielle1940Danièle Sallenave est née en 1940 à Angers. Normalienne, agrégée de lettres, traductrice de l’italien (La Divine Mimesis de P. P. Pasolini), elle a également collaboré au journal Le Monde, à la revue Le Messager européen et aux Temps Modernes.
Notice biographique provenant du site des Editions POL 
Salvaing François1943François Salvaing est né en 1943 à Casablanca (Maroc) . Après des études de lettres à Paris, il se lance dans le théâtre à la fin des années 60 puis devient journaliste (culture et problèmes de société) en 1973. Il a cette particularité d’avoir travaillé successivement aux rédactions de l’Humanité, puis de TF1. François Salvaing tient actuellement une chronique littéraire dans l’Humanité-Dimanche
Actuellement pigiste, publie une chronique littéraire hebdomadaire dans l’Humanité-Dimanche.
A fait paraître depuis 1974, entre autres, sept livres de fictions.
François Salvaing est l’auteur de : Mon poing sur la gueule, Pays conquis, Rapport à la Générale, Misayre! Misayre (Prix du Livre Inter 1988), De purs désastres, Une vie de rechange, La Nuda, Vendredi treizième chambre, La Marée du siècle et dernièrement La Boîte.
Il prépare en collaboration avec Annie Ernaux et Edgar Morin un ouvrage sur les Acteurs du siècle.

Salvayre Lydie1939Née d’un père andalou et d’une mère catalane venus en France en 1939, Lydie Salvayre passe son enfance à Auterive, un village près de Toulouse. Elle est pensionnaire jusqu’au baccalauréat au lycée Raymond Noves de Toulouse. Elle s’inscrit à la Faculté des Lettres de Toulouse et obtient une licence de lettres modernes.
Elle décide ensuite de suivre des cours à la Faculté de Médecine de Toulouse. Elle obtient son diplôme et prépare psychiatrie à Marseille. Elle travaille plusieurs années comme psychiatre résident dans la clinique Psychiatre de Bouc-Bel-Aire, près de Marseille. En 1983, elle s’installe à Paris où elle travaille comme pédopsychiatre dans les Centres Psycho Pédagogiques de banlieues.
Elle est l’auteur de :
La Déclaration, 1997 Prix Hermes du premier roman
La Compagnie des spectres, 1997 Prix Novembre, élu meilleur livre de l’année par les rédactions de Lire et RTL
Quelques conseils aux élèves huissiers, 1997
La Conférence de Cintegabelle, 1999
Les belles âmes, 2000
Sansal Boiualem1949Boualem Sansal est né en 1949 à Theniet El Had, en Algérie. Il suit des études à l’École nationale polytechnique d’Alger pour être ingénieur et devient docteur en économie.
C’est grâce aux encouragements de son entourage et à sa volonté de comprendre et d’expliquer la guerre civile qui ravage son pays durant la décennie quatre-vingt-dix qu’il se lance dans l’écriture en 1997. Son premier roman parait en 1999 : Le Serment des barbares. Il est récompensé par le Prix du premier roman et le prix Tropiques la même année et rencontre un grand succès, notamment en France. Son ouvrage suivant, Poste restante, Alger, est un pamphlet dans lequel il remet en question le pouvoir en place et est censuré en Algérie.
En 2003, il publie Dis-moi le paradis, un roman qui dresse le portrait de l’Algérie après l’époque coloniale.
Le Village de l’Allemand ou le Journal des frères Schiller, roman qui est publié en 2008 et directement censuré dans son pays, reçoit le grand prix RTL-Lire en France.
Son roman suivant, Rue Darwin, parait en 2011, raconte l’histoire d’une famille pendant la guerre d’Algérie et comporte de nombreuses touches autobiographiques. Il est récompensé du prix du Roman arabe pour ce récit. En 2013, c’est le Grand prix de la francophonie de l’Académie française qu’il reçoit pour l’ensemble de son œuvre. La publication en 2015 de son ouvrage, 2084. La Fin du monde, lui vaut de remporter le Grand prix du roman de l’Académie française.

Source : https://www.lepetitlitteraire.fr/
Schmitt Eric-Emmanuel1960Eric-Emmanuel Schmitt est né à Lyon en 1960.
Il étudie parallèlement la musique (au Conservatoire) et les Lettres. Normalien, agrégé de philosophie, il soutient son doctorat en 1987 et enseigne la philosophie à l’Université de Chambéry.
Sa première pièce La nuit de Valognes a été créée en 1991 à la Maison de la Culture de Loire Atlantique et reprise à la Comédie des Champs-Elysées dans une mise en scène de Jean-Luc Tardieu.
Puis, en 1993, il est une pièce, Le Visiteur, qui va être déterminante dans la carrière d’Eric-Emmanuel Schmitt. Créée au Petit Théâtre de Paris en septembre 1993 dans une mise en scène de Gérard Vergez avec Maurice Garrel, Thierry Fortineau, Josiane Stoléru et Joel Barbouth, cette pièce obtiendra trois Molières : Meilleur spectacle du théâtre privé, Meilleur Auteur et Révélation Théâtrale. Cette pièce connait un grand succès à Paris et décide Eric-Emmanuel Schmitt de se consacrer uniquement à l’écriture.
En 1994 il publie son premier roman, La secte des Egoïstes qui obtient le Prix du Premier Roman.
En 1994, le CADO d’Orléans crée Golden Joe avec Robin Renucci, Francine Bergé et Sandrine Dumas dans les rôles principaux. La pièce sera ensuite reprise à Paris au Théâtre de la Porte Saint-Martin.
Durant la saison 1996/1997, Eric-Emmanuel Schmitt a deux pièces à l’affiche : Variatiosn Enigmatiques au Théâtre Marigny, mis en scène par Bernard Murat avec Alain Delon et Francis Huster, et Le Libertin au Théâtre Montparnasse, dans une mise en scène de Bernard Murat avec Bernard Giraudeau et Christiane Cohendy.
En Octobre 1998 Frederick ou Le Boulevard du Crime est créé au Théâtre Marigny avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle titre, toujours dans une mise en scène de Bernard Murat.
Eric-Emmanuel Schmitt a également publié un essai, Diderot ou la philosophie de la séduction (1997).
Après La Secte des égoïstes (1994), il revient au roman avec l’Evangile selon Pilate (2000)
Le site officiel d’Eric-Emmanuel Schmitt

Schuhl Jean-Jacques1941La fiche biographique fournie par son éditeur n’indique que sa date de naissance : « né le 9 octobre 1941 ». Jean-Jacques Schuhl n’avait rien publié depuis 1976. Depuis il se tenait en retrait, voyageait et lisait. Ecrivain secret, on ne sait que peu de chose de lui. Il nous livre son troisième roman après Rose Poussières (1972) et Télex no.1 (1976). Vingt-cinq ans de silence lui auront permis d’écrire son plus beau roman : Ingrid Caven.
Ici, Jean-Jacques Schuhl écrit avec un oeil de metteur en scène, cadrant de près le visage de la femme fatale, qui fut celle de Fassbinder avant d’être la sienne. L’écrivain suit l’actrice et chanteuse allemande dans le Berlin des années 70 où se côtoient Andy Warhol, Hélène Rochas, Andreas Baader … « Un hymne à l’amour à l’effigie de celle qu’il adore ».
Jean-Jacques Schuhl a obtenu avec Ingrid Caven, le prix Goncourt 2000.
Semprun Jorge1923Jorge Semprun est né le 10 décembre 1923 à Madrid.
En 1937, pendant la guerre d’Espagne, sa famille s’exile en France. Jorge Semprun suit sa scolarité dans une école parisienne puis étudie la philosophie à la Sorbonne.
En 1941, Jorge Semprun adhère à l’organisation communiste de la Résistance des Francs Tireurs et Partisans.
En 1942, il entre au parti communiste espagnol.
En 1943, il est arrêté par la Gestapo et envoyé au camp de concentration de Buchenwald.
Il rentre à Paris en 1945.
Jusqu’en 1952, il sera traducteur auprès de l’Unesco.
A partir de 1953, il coordonne les activités clandestines de résistance au régime de Franco au nom du Comité Central du parti communiste espagnol en exil puis il entre au Comité Central et au bureau politique.
De 1957 à 1962, il anime le travail clandestin du parti communiste dans l’Espagne de Franco sous le pseudonyme de Frederico Sanchez.
En 1963, Jorge Semprun reçoit le prix Formentor pour Le grand voyage.
En 1964, il est exclu du parti en raison de divergences sur la ligne du parti. Il se consacre alors à son travail d’écrivain et de scénariste.
En 1969, il reçoit le prix Fémina pour La deuxième mort de Ramon Mercader.
De 1988 à 1991, il est Ministre de la culture du Gouvernement espagnol.
En 1994, il reçoit le Prix de la Paix des Editeurs et Libraires allemands.
Le Prix Fémina Vacaresco 1994 et le Prix Littéraire des Droits de l’Homme 1995 lui ont été décernés pour L’écriture ou la vie. Il a également reçu le prix de la ville de Weimar en 1995 et le prix Nonino (Italie) en 1999.
Jorge Semprun est élu à l’Académie Goncourt en 1996.
Il vit actuellement à Paris.
Jorge Semprun est l’auteur de :

Le grand voyage, 1963 Prix Formentor
L’évanouissement, 1967
La deuxième mort de Ramon Mercader, 1969 Prix Fémina
Quel beau dimanche! 1980
La montagne blanche, 1986
L’Algarabie,  1991
Netchaïev est de retour, 1991
Federico Sanchez vous salue bien, 1993
L’écriture ou la vie,1994 Prix Fémina Vacaresco
Mal et modernité, 1995
Autobiographie de Federico Sanchez,  1996
Adieu, vive clarté… blanche, 1998
Le retour de Carola Neher, le Manteau d’Arlequin, 1998
Jorge Semprun sur le site de l’Académie Goncourt

Serres Michel1930Michel Serres est né à Agen le 1er septembre 1930. Il entre à l’Ecole Navale en 1949 et à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm en 1952. Il obtient son agrégation de philosophie en 1955. De 1956 à 1958, Michel Serres sert comme officier de marine sur divers vaisseaux de la Marine nationale. Puis il s’oriente vers la philosophie et enseigne à la Sorbonne et à l’Université de Californie.
Michel Serres a été élu à l’Académie française en 1990.
Philosophe très impliqué dans la vie moderne, Michel Serres étudie tous les domaines touchant à la connaissance et aux grands sujets de société : mathématiques, histoire, physique, littérature, communication, écologie…
Il est l’auteur des ouvrages suivants :
1968 Le système de Leibniz et ses modèles mathématiques
1969 Hermès I. La communication
1972 Hermès II. L’interférence
1974 Hermès III. La traduction
        Jouvences. Sur Jules Verne
1975 Auguste Comte. Leçons de philosophie positive
        Feux et signaux de brume. Zola
1975 Esthétiques. Sur Carpaccio
1977 La naissance de la physique dans le texte de Lucrèce.
        Fleuves et turbulences
        Hermès IV. La distribution
1980 Hermès V. Le passage du Nord-Ouest Le Parasite
1982 Genèse 1983 Détachement Rome. Le livre des fondations 1985 Les Cinq Sens, prix Médicis de l’Essai
1987 L’Hermaphrodite. Sarrasine sculpteur
        Statues
1989 Éléments d’histoire des sciences
1990 Le Contrat naturel, prix Blaise Pascal
1991 Le Tiers-Instruit
1992 Éclaircissements
1993 La Légende des Anges Les Origines de la géométrie
1994 Atlas
1995 Éloge de la philosophie en langue française
1997 Nouvelles du monde
        Le Trésor. Dictionnaire des sciences
       À visage différent
1999 Variations sur le corps

Sibran Anne1963Anne Sibran est née à Paris en 1963. Elle travaille comme scénariste dans la B.D. Elle a écrit des textes pour enfants. Bleu figuier est son premier roman.
Signol Christian1947Consacré en 2015 l’un des dix romanciers préférés des Français, Christian Signol est né dans le Quercy en 1947 et vit à Brive, en Corrèze. Deux veines dans son œuvre : celle des grandes sagas populaires en plusieurs tomes (de La Rivière Espérance aux Messieurs de Grandval en passant par Les Vignes de Sainte-Colombe, Prix des Maisons de la presse 1997) et celle des œuvres plus intimistes, récits ou romans, telles que Bonheurs d’enfance, La Grande Île, Ils rêvaient des dimanches ou Pourquoi le ciel est bleu. Depuis trente ans, son succès ne se dément pas. Ses livres sont traduits en quinze langues.
Source : www.albin-michel.fr/
Sijie Dai1954Dai Siji est né à Putian le 02 mars 1954, dans la province chinoise du Fujian. Il est le fils d’’un médecin. Il fait ses études primaires jusqu’à l’âge de douze ans, date de la révolution culturelle. Il entre au collège en 1969. Dai Sijie, considéré comme un « intellectuel bourgeois », est envoyé pendant trois ans en rééducation dans un village de montagne, dans le Sichuan entre 1971 et 1974. Libéré, il travaille dans un lycée de province comme employé jusqu’en 1976. Il étudie ensuite, à la mort de Mao, l’histoire de l’art, puis fait une école de cinéma. Le concours qu’il remporte à la fin de ses études lui permet de se rendre à l’étranger. Il s’installe en France en 1984. Il y fait des études de cinéma à l’IDHEC. Cinq ans plus tard, il réalise son premier long métrage, « Chine, ma douleur » qui remporte le prix Jean Vigo. Il écrit plus tard « Le Temple de la montagne », « Tang le onzième » et « Le Mangeur de lune ». En 2000, son premier roman, « Balzac et la petite tailleuse chinoise », en partie autobiographique, est salué par la critique et séduit le grand public. Le succès l’encourage à porter lui-même son œuvre à l’écran. Le film, du même titre, est présenté au Festival de Cannes 2002 dans la sélection « Un Certain Regard ».
Le Complexe de Di a reçu le prix Femina en 2003.
Il a également publié : Par une nuit où la lune ne s’est pas levée( 2007), L’Acrobatie aérienne de Confucius (2009.) Trois vies chinoises (2011), L’Évangile selon Yong Sheng (2019).

Source : https://bibliotheques.cc-sevreloire.fr/
Simon Claude1913Claude Simon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive, Madagascar. Son père, officier de carrière, est tué lors de la première guerre mondiale. De 1914 à 1924, Claude Simon passe son enfance à Perpignan avec sa mère. Celle-ci meurt en 1924.
Claude Simon suit ses études secondaires au Collège Stanislas, à Paris, jusqu’au baccalauréat (1924-1930). En 1933 et 1934, il suit les cours de peinture d’André Lhote.
Lors de la seconde guerre mondiale, Claude Simon est mobilisé dès le 27 août 1939. Il est fait prisonnier en mai 1940. Il s’évade en octobre.
Il publie son premier roman Le Tricheur, en 1946. Le héros de ce roman n’est pas sans rappeler Meursault, le personnage de l’Etranger de Camus.
En 1947, il publie la Corde raide.
En 1951, une grave maladie oblige Claude Simon à rester alité plusieurs mois.
En 1952, il publie Gulliver
A partir de 1954 ( Le Sacre du Printemps) Claude Simon rompt avec la structure du récit classique et adopte un mode de narration discontinu.
En 1956, il rencontre Alain Robbe-Grillet et Michel Butor, à l’occasion de son entrée aux Éditions de Minuit pour la publication de : Le Vent. Associé à Alain Robbe-Grillet, Michel Butor, Nathalie Sarraute, Robert Pinget, il appartient au groupe littéraire appelé  « nouveau roman ».
En 1967, son roman, Histoires, est couronné par le prix Médicis.
En 1985 Claude Simon reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre.
Claude Simon est l’auteur des ouvrages suivants :
1946 Le Tricheur
1947 La Corde raide
1952 Gulliver
1954 Le Sacre du Printemps
1957 Le Vent. Tentative de restitution d’une retable baroque
1958 L’Herbe
1960 La Route des Flandres
1962 Le Palace
1966 Femmes (sur vingt-trois peintures de Joan Miró)
1967 Histoire
1969 La Bataille de Pharsale
1970 Orion aveugle
1971 Les Corps conducteurs
1973 Triptyque
1975 Leçon de choses
1981 Les Géorgiques
1984 La Chevelure de Bérénice
1986 Discours de Stockholm
1987 L’Invitation
1988 Album d’un amateur
1989 L’Acacia
1992 Photographies, 1937-1970
1994 Correspondance avec Jean Dubuffet
1997 Le Jardin des Plantes

Simon Yves1944Yves Simon est né le 3 mai 1944 à Choiseul (Haute-Marne). Il est issu d’une famille modeste (père cheminot, mère infirmière) de la région de Nancy.
En littérature, ses premiers inclinations le portent vers L’étranger puis le premier roman d’un jeune homme, J.M.G.Le Clézio, et Les Choses de Pérec.
Yves Simon arrive à Paris en 1964, s’inscrit à la Sorbonne et prépare le concours d’entrée à l’IDHEC. A la fin de ses études de cinéma, il décide de voyager : départ en stop pour l’Allemagne, l’Autriche, et la Turquie. Puis il traverse l’Atlantique et se rend aux Etats-Unis. Il fait la traversée, toujours en stop, aller-retour New York – Los Angeles en trois mois.
De retour en France, il écrit son premier roman Les Jours en couleurs, publié en janvier 1971 chez Grasset. Puis le second, L’Homme arc-en-ciel publié la même année en septembre.
En 1973, il sort son premier album « Au pays des Merveilles de Juliet » qui obtient le Grand Prix de l’Académie du disque.
Lors de la sortie de son cinquième roman, Océans, Michel Foucault lui rend cet hommage : « Yves Simon est un de ceux dont l’œuvre m’importe énormément, et sous toutes ses formes. »
Son sixième roman, le Voyageur magnifique (1987) obtient le Prix des Libraires 88.
Yves Simon a également obtenu le prix Médicis 1991 pour son septième roman La Dérive des sentiments .  La Dérive des sentiments s’est vendu à plus de 550.000 exemplaires et a été publié dans une dizaine de pays (Japon, Corée, Portugal, Brésil, Grèce, Hollande, Italie, Allemagne, Autriche…).
En 1996, Yves Simon a publié Prochain amour (1996).
Le site officiel d’Yves Simon

Slimani Leïla1981Leïla Slimani est née en 1981 à Rabat, au Maroc, elle a grandi dans une famille aisée d’expression française : son père, d’origine algérienne, est banquier et haut fonctionnaire ; sa mère, d’origine alsacienne, est médecin, une des premières femmes spécialiste au Maroc. L’écrivaine fait ses études supérieures en France, classes préparatoires littéraires au lycée Fénelon puis Institut d’études politiques de Paris. Elle s’essaie au métier de comédienne au Cours Florent, puis devient journaliste à Jeune Afrique en 2008 à 2012, avant de se tourner vers l’écriture.
Après un premier roman en 2014 , Dans le Jardin de l’ogre, remarqué pour son écriture et son sujet (l’addiction sexuelle féminine), Leïla Slimani a reçu en 2016 le prix Goncourt pour son deuxième roman, Chanson douce, qui a été adapté pour le cinéma.
Elle n’hésite pas dans ses romans mais aussi ses essais et articles à aborder des sujets polémiques (féminisme, sexualité des femmes, colonialisme), tout en revendiquant sa « vraie » double nationalité marocaine et française, « une vraie double appartenance ». Elle représente le président français au Conseil permanent de l’Organisation internationale de la francophonie.
En 2020 elle a publié le premier volet d’une trilogie intitulée Le Pays des autres. En 2023, elle publie Regardez-nous danser, le deuxième volet .
Elle est aussi l’auteure d’un volume très personnel dans la série « Ma nuit au musée » (Stock), Le parfum des fleurs la nuit, ainsi qu’un roman graphique illustré par Clément Oubrerie, À mains nues (Les Arènes) sur la vie de Suzanne Noël, pionnière de la chirurgie esthétique.
Source : https://www.bnf.fr
Smaïl Paul1920Paul Smaïl, alias Jack-Alain Léger, est un romancier français né en 1947. Au début des années 2000, un mini scandale se déclenche autour de lui dans les médias lorsqu’on apprend qu’il est l’auteur du best-seller Vivre me tue (réédité aux Editions Cartouche en avril 2010).
Il s’est donné la mort en 2013 à Paris.
Sollers Philippe1936Philippe Sollers, de son vrai nom Philippe Joyaux, est né en 1936 à Bordeaux. Après des études secondaires au lycée Montesquieu et au lycée Montaigne de Bordeaux, il passe, en 1953, une année à l’école Sainte-Geneviève de Versailles, d’où il est renvoyé pour indiscipline chronique (et lecture de « livres défendus »).
De 1955 à 1957, il poursuit ses études à l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales. Il y écrit l’introduction aux lieux d’aisance, pendant les cours.
En 1957, Jean Cayrol publie le Défi dans sa collection  » Écrire « . Philippe Joyaux, mineur, prend le pseudonyme de Sollers. Le Défi reçoit le prix Fénéon, un an après.
En 1958, Philippe Sollers publie Une curieuse solitude. Le roman est salué à la fois par Mauriac et Aragon. En 1960 , il fonde la revue et la collection Tel Quel aux éditions du Seuil.
En 1961, il obtient le prix Médicis pour Le Parc. L’année suivante, Philippe Sollers simule la schizophrénie pour ne pas être envoyé en Algérie. Au bout de trois mois, André Malraux le fait réformer, et le sort de l’hôpital militaire de Belfort.
En 1963, il édite L’Intermédiaire, premier volume de la collection Tel Quel.
En 1964, il rompt avec le  » nouveau roman « . Roland Barthes, Roman Jakobson, Jacques Derrida et Jacques Lacan écrivent autour de Tel Quel ou dans Tel Quel.
En 1965, il publie Drame. Il rencontre Julia Kristeva en 1966 . Ils se marient en 1967. Ils auront un fils, David, qui nait en 1975.
En avril 19868, juste avant mai, paraissent en même temps Logiques, Théorie d’ensemble et Nombres. Cette année-là a lieu le premier colloque de Cluny, entre la rédaction de Tel Quel et celle de la Nouvelle Critique, revue des intellectuels communistes.
1971 marque la rupture avec le PCF, à cause de l’interdiction à la fête de l’Humanité du livre de Maria Antonietta Macciocchi, De la Chine. Tel Quel prend une ligne maoïste.
Entre 1972 et 1974, Philippe Sollers publie successivement Lois, H et Sur le matérialisme.
En 1982, Philippe Sollers quitte les éditions du Seuil pour Gallimard. C’est la fin de Tel Quel, qui devient l’Infini, d’abord chez Denoël, puis chez Gallimard.
En 1983, Philippe Sollers publie Femmes, un roman à clé peignant l’intelligentsia parisienne. Ce livre constitue un surprenant « retour au roman » après une série d’ouvrages d’avant-garde.
Depuis 1983, il est directeur de la collection et de la revue L’Infini chez Gallimard.
En 1985, il publie le Portrait du joueur, et l’année suivante Paradis II, et Théorie des exceptions.
Philippe Sollers a également publié :
1987 Le Cœur absolu. Les Surprises de Fragonard.
1988 Les Folies françaises. De Kooning, vite.
1989 Le Lys d’or. Carnet de nuit et anonyme, Sade contre l’Etre suprême.
1991 La Fête à Venise .
1992 Le Rire de Rome, entretiens avec Frans De Haes.
1993 Le secret. Venise éternelle.
1994 La guerre du goût. Femmes, mythologies.
1995 Biographie de Vivan Denon
1999 Passion fixe
d’après Philippe Sollers de Catherine Clément (Julliard 1995)

Spielberger Christophe1969Né à Strasbourg le 12 juin 1969, Christophe Spielberger a collaboré à de nombreuses revues et écrit une vingtaine d’ouvrages de fiction, dont quatre ont été publiés (Touché ! aux Editions du Seuil en 1999, On part chez Zéro Heure en 2001, La vie triée aux Editions Nicolas Philippe en 2002, et Otto le puceau en 2003 chez Florent Massot).
Il est également peintre art-brutiste (son œuvre comprend plus de cinq cents tableaux et dessins, ainsi que de nombreux objets et expériences en volume, dont la fresque nuancé), vidéaste (une cinquantaine de petits films et le moyen métrage d’animation Baballe en 2007), musicien-bruitiste (une trentaine de pièces sonores) et photographe occasionnel. Son univers singulier s’exprime naturellement dans tous ces domaines, toutefois l’essentiel de son travail reste voué à la création littéraire, tantôt par le biais de compositions hybrides (superbe de toitu mêlant la peinture et le récit), parfois d’une grande liberté formelle (Au lac, Lalo.! et vic ou l’univers minuscule sont des récits construits à la manière de longs poèmes), mais aussi à travers une narration plus classique (les romans Pépère et Gène d’été sont parvenus à intéresser plusieurs éditeurs.)
En 2011, Christophe Spielberger se consacre à l’écriture de son prochain roman.
(D’après les informations du site de Christophe Spielberger.)
Springora Vanessa1972Vanessa Springora est née en 1972 à Paris. Elle est éditrice et écrivaine française, particulièrement connue pour avoir écrit un livre à l’origine d’une réforme sur l’âge du consentement en France.
Le 6 novembre 1985, alors qu’elle n’a que 13 ans, Vanessa Springora rencontre l’écrivain Gabriel Matzneff, âgé alors de 49 ans, lors d’un dîner auquel elle assite en compagnie de sa mère. L’homme commence à lui faire des avances insistantes, à tel point qu’à 14 ans elle néglige régulièrement les cours pour le retrouver dans une chambre d’hôtel et avoir avec lui des rapports sexuels. C’est en 2013, alors que Matzneff obtient le prix Renaudot, qu’elle décide d’écrire Le Consentement, un livre qui relate sa propre expérience des faits et l’emprise que le romancier a exercé sur elle.
Lors de sa publication en 2020, Le Consentement est comme un électrochoc. Il est salué par la critique, qui y voit aussi bien une réflexion profonde sur la pédophilie qu’un coup magistral porté à l’immunité accordée par le statut d’auteur en France.
Titulaire d’un DEA de lettres modernes de l’université de Paris-Sorbonne, Vanessa Springora travaille trois ans comme réalisatrice-autrice auprès de l’Institut national de l’audiovisuel avant de devenir, en 2006, assistante d’édition aux éditions Julliard. En 2019, elle en est nommée directrice, poste qu’elle quittera deux ans plus tard pour se concentrer sur son écriture.

Source : https://www.lepetitlitteraire.fr/
Sureau François1957François Sureau est né en 1957 à Paris. Ancien élève de l’ENA, il a été membre du conseil d’État de 1981 À 1995. Il est aujourd’hui avocat au barreau de Paris.
François Sureau est l’auteur de :
La corruption du siècle, 1988, Prix Colette
L’infortune du siècle, 1990, Grand prix du roman de l’Académie française.
L’aile de nos chimères, 1993
Les Hommes n’en sauront rien, 1995
Le Sphinx de Darwin, 1997, bourse Goncourt de la nouvelle.
Taillandier François1955François Taillandier est né en 1955 à Clermont-Ferrand.
Il est romancier et essayiste. Il a reçu le Grand prix du roman de l’Académie Française pour Anielka (Stock, 1999).
En 1968 il découvre Balzac qui va devenir l’un de ses auteurs de prédilection. Etudiant en lettres, il obtient sa maîtrise en 1977 avec un mémoire sur le marquis de Sade.
En 1979, il devint professeur de français à Nantes et quitte l’Education nationale en 1983 pour se consacrer pleinement à l’écriture.
Il publie son premier roman en 1984 : Personnages de la rue du couteau, aux éditions Julliard. Le livre décrit la vie médiocre des habitants d’une ville de province. Cette même année il s’installe à Paris et devient journaliste pour la revue professionnelle Livres Hebdo.
En 1985, il publie son second roman, Tott : les aventures de Sandro Tott, un enfant des rues d’Amérique du Sud. L’année suivante, il publie un troisième roman : Benoît ou les contemporains obscurs.
En 1990 il reçoit le prix Jean-Freustié pour Les clandestins (aux éditions de Fallois) une fresque romanesque de 600 pages sur fond d’enquête policière.
En 1992 il reçoit le prix Roger-Nimier pour Les nuits Racine, un ouvrage mettant en scène la célébration du tricentenaire de Jean Racine. L’année suivante il publie une étude sur Jorge Luis Borges et en 1994 une biographie romancée d’Edmond Dantès, le célèbre personnage d’Alexandre Dumas : Mémoires de Monte-Cristo.
L’année 1997, il publie aux éditions Fayard Des hommes qui s’éloignent, un nouveau roman et Louis Aragon 1897-1982, une étude sur l’écrivain français, sous-titrée «Quel est celui qu’on prend pour moi ?».

Il est également l’auteur de :
Anielka (1999) aux éditions Stock – Grand Prix de l’Académie française.
Les parents lâcheurs (2001) aux éditions du Rocher
Le cas Gentile, (2001) aux éditions Stock.
Intrigues (2001) un recueil de récits aux éditions 00h00.
Tesson Sylvain1972Sylvain Tesson est né en 1972. Il tombe très jeune dans l’amour du voyage et de la découverte.
Encore étudiant en DEA géopolitique, Sylvain Tesson n’en reste pas aux livres de cours. À 19 ans, il enfourche déjà son vélo pour traverser le désert central d’Islande. Il enchaîne en rejoignant une expédition de spéléologie en Malaisie.
Aux côtés de son ami Alexandre Poussin, il se lance en 1993 dans un audacieux tour du monde à VTT. Il nous rapporte « On a roulé sur la terre », le récit d’un périple de 25 000 kilomètres, qui reçoit le prix jeune IGN.
À 25 ans, il se rend à pied du Bouthan jusqu’au Tadjikistan, une aventure que retrace « La marche dans le ciel : 5 000 kilomètres à pied à travers l’Himalaya ».
Avec sa compagne, l’exploratrice Priscilla Telmon, il nous livre cette traversée des steppes à cheval, de la Chine à la mer d’Aral, sous la forme d’un roman, « La chevauchée des steppes », puis d’un carnet de voyage « Carnets de steppes : à cheval à travers l’Asie centrale ».
Il publie ensuite « L’axe du loup », puis l’album photographique « Sous l’étoile de la liberté : six mille kilomètres à travers l’Eurasie sauvage » qui rendent hommage aux évadés du goulag. À pied, à cheval, à vélo, il refait leur trajet, en conditions extrêmes, de la Sibérie jusqu’en Inde, en passant par la Chine puis par le Tibet. En 2012, il recommence, en side-car. Il reproduit le périple « Berezina » jadis opéré par Napoléon pour replier sa Grande Armée, de Moscou à Paris.
En 2010, il décide de s’établir, seul, pour six mois, sur les bords du lac Baïkal, au cœur de la Sibérie. Une tranche de vie en ermite, qui aboutit à « Dans les forêts de Sibérie », teinté d’émotions profondes.
Son destin aurait pu s’arrêter en 2014, quand l’auteur intrépide, amateur de l’escalade des toitures, chute de dix mètres. Plongé dans un coma artificiel, il en réchappe, abîmé, au prix de longs mois de soins. C’est en traversant la France, « Sur les chemins noirs » du sud au nord, qu’il achèvera de se guérir, à pied. Plus que jamais, il invite à s’extasier de l’instant qui ne dure pas.
Sylvain Tesson reçoit le prix Goncourt de la nouvelle 2009 pour « Une vie à coucher dehors ». Il est récompensé par le prix Nice Baie des Anges, en 2014, pour «S’abandonner à vivre ». En 2011, le prix Médicis essai salue « Dans les forêts de Sibérie ». « Berezina » est doublement primé en 2015, par le prix de la Page 112 et le prix des Hussards. En 2019, le prix Renaudot est décerné à « La panthère des neiges ».
Source : https://www.decitre.fr/
Theuninck Jan1954Jan Theuninck est né à Zonnebeke en Belgique ,le 7 juin 1954, il écrit en français , bien qu’il soit néerlandophone.Ses convictions sociales et politiques jouent un rôle déterminant ,aussi bien dans ses poésies que dans ses peintures abstraites.Ses multiples contacts internationaux lui ont donné une vision sur la société actuelle qui dépasse la culture d’un enthousiasme moutonnier. Poèmes connus : Tais-toi ! ,Stalag Zehn B, Ypérite , Shoa , Papirac .
Sa poésie est traduite en plusieurs langues et utilisée dans les cours de plusieurs universités.
Tillinac Denis1947Denis Tillinac est né le 26 mai 1947 à Paris (17ème).
Dans le Dictionnaire de Jérome Garcin (Editions François Bourin, 1988), Denis Tillinac se définit ainsi : « Corrézien et bourbonnais de souche, parisien par la force des choses, il fut un enfant chimérique et indocile, renvoyé de sept établissements scolaires, amoureux de football et de rugby (l’ivresse des sens), du géénral de Gaulle, (tradition familiale), des Trois Mousquetaires (l’héroïsme) et du village juché sur le plateau de Xaintrie dont les Tillinac sont orginaires (le romantisme de la nature) »
A la fois écrivain, journaliste, éditeur à La Table Ronde, il est « le plus parisien des provinciaux et le plus provincial des parisiens ». Depuis 1980, il a publié une vingtaine de livres (romans, récits, essais), dans lesquels « l’on reconnaît sa plume vive et impertinente, sensible et tendre quand il le faut ».
Denis Tillinac est l’auteur des ouvrages suivants :
Le Rêveur d’Amérique (1980)
Le Bonheur à Souillac (1982) Le Prix libre
L’Été anglais (1983) Prix Roger-Nimier
Spleen en Corrèze (1984)
À la santé des conquérants (1984)
L’Ange du désordre (1985)
Spleen à Daumesnil (1985)
Les Buts de ma vie (1986)
L’Irlandaise du Dakar (1986)
Maisons de famille (1987) Prix Kleber-Haedens
Un léger malentendu (1988)
Le Bar des palmistes (Arléa, 1989)
La Corrèze et le Zambèze (1990) Prix Jacques-Chardonne ; prix Littérature et Tourisme
L’Hôtel de Kaolac (1991)
Les Corréziens (1991)
Le Retour de d’Artagnan (1992)
Rugby blues (1993)
Le Jeu et la Chandelle (1994)
Elvis, ballade sudiste (1996)
Dernier Verre au Danton (1996)
Rentrées des classes (1997)
Don Juan (1998)
L’Or du temps (1998)
Un jour de bonheur (1999)
Denis Tillinac sur le site des Editions Robert Laffont

Tournier Michel1924Michel Tournier est né en 1924 à Paris. Il suit ses études à Saint-Germain en Laye et au lycée Pasteur de Neuilly. Après des études de droit à la Sorbonne et de philosophie à l’université de Tübingen, il échoue à l’agrégation de philosophie en 1950 , ce qui lui ferme les portes de l’université. Il commence son activité professionnelle à la Radiodiffusion Française puis à Europe I. Puis il dirige les services littéraires des éditions Plon, collabore aux Nouvelles littéraires, au Monde, au Figaro, et entre à l’académie Goncourt (1972).
Michel Tournier vit dans la Vallée de Chevreuse à 40km au sud-ouest de Paris dans le presbytère d’un minuscule village où il était le voisin d’Ingrid Bergmann.
Michel Tournier a écrit des essais, des contes (Pierrot ou les Secrets de la nuit) et des romans, notamment Vendredi ou les limbes du Pacifique (Grand Prix du roman de l’Académie Française en 1967), Le Roi des aulnes (Prix Goncourt 1970), Le Vent paraclet, Vendredi ou la vie sauvage, Le Crépuscule des masques, Eléazar ou la Source et le Buisson, Le Miroir des idées.
Vendredi ou la vie sauvage a dépassé en France les 3 millions d’exemplaires.
Michel Tournier sur le site de l’Academie Goncourt
Toussaint Jean-Philippe1957Jean-Philippe Toussaint est né à Bruxelles le 29 novembre 1957.
Il est l’auteur de La Salle de bain (1985), Monsieur (1986), L’Appareil-photo (1989), La Réticence (1991), La Télévision (1997) et Autoportait (à l’étranger) (2000); tous parus aux Éditions de Minuit. Ses livres sont traduits en plus de vingt langues .
Il a réalisé trois films pour le cinéma : Monsieur (1989), La Sévillane (1992), et La Patinoire (1999).
Il vit à Bruxelles.
Troyat Henri1911Ecrivain français, Lev Tarassov est né en 1911 à Moscou et prendra le nom d’Henri Troyat en se consacrant à l’écriture. Lors de la Révolution russe, il fuit avec sa famille et arrive en 1920 ( il a alors 9 ans) à Paris. Élevé par une gouvernante suisse, Henri Troyat, dès son plus jeune âge, parlait indifféremment le français ou le russe. Il fait toutes ses études en France, au Lycée Pasteur, à Neuilly. Après des études de droit, il signe son premier roman en 1935.
Il publie ensuite : Le Vivier, Grandeur nature, La clef de voûte. En 1938, le Prix Max Barthou, décerné par l’Académie française, couronna l’ensemble de son oeuvre. Cette même année, son nouveau roman : L’Araigne, reçut le Prix Goncourt.
Mais déjà, Henri Troyat songeait à une oeuvre plus importante. A peine démobilisé, après la guerre, en 1940, il se mit à écrire une vaste épopée, inspirée par les souvenirs de ses parents et de ses proches, sur la Russie: Tant que la terre durera, Le Sac et la Cendre, Étrangers sur la Terre. Ces trois gros volumes, auxquels l’auteur travaille pendant près de dix ans, racontent l’histoire d’une famille russe, prise au début du siècle et suivie pas à pas, dans ses espoirs et dans ses déceptions, à travers la guerre de 1914, la Révolution et l’exil.
Très rapidement, il alterne biographies et fictions.
Pour faire pendant à Tant que la terre durera , une suite romanesque russe, Henri Troyat publie, de 1953 à 1958, une suite romanesque française, en cinq volumes, intitulée: Les Semailles et les Moissons, Amélie, La Grive, Tendre et violente Elisabeth, La Rencontre. Dans ce cycle, c’est le destin d’une modeste famille française qu’il évoque, d’une génération à l’autre depuis la guerre de 1914 jusqu’à l’Occupation de 1944.
En 1960, Henri Troyat entreprend à nouveau une grandes entreprise romanesque inspirée par son pays d’origine : La Lumière des Justes, en cinq volumes (Les Compagnons du Coquelicot, La Barynia, La Gloire des Vaincus, Les Dames de Sibérie et Sophie ou la fin des combats) .
A partir de 1965, il analyse dans une autre suite romanesque française en trois volumes (Les Eygletière, La faim des Lionceaux, la Malandre) la saga d’une famille bourgeoise .
Il a également publié des romans tels que : Le mort saisit le Vif, La tête sur les épaules, La Neige en deuil, Une extrême amitié; des récits de voyage (La case de l’Oncle Sam, De gratte-ciel en Cocotier) ; des pièces de théâtre ( Les Vivants, Le Vivier, Sébastien); et aussi des études biographiques sur les grandes figures de la littérature russe (Pouchkine, Dostoïevsky, Lermontov, Tolstoï).
Il a été élu à l’Académie française en 1959.
Henri Troyat est l’auteur de :
1935 Faux Jour
         Le Vivier, roman
1936 Grandeur nature, roman
1937 La Clef de voûte, nouvelles
1938 L’Araigne, roman
1939 La Fosse commune, nouvelles
1940 Dostoïevski, biographie
1941 Le Jugement de Dieu, nouvelles
1942 Le mort saisit le vif, roman
1945 Du Philanthrope à la Rouquine, nouvelles
         Le Signe du taureau, roman
1946 Les Ponts de Paris
         Pouchkine, biographie
         Les Vivants, pièce en trois actes (Bonne).
1947 Tant que la terre durera, roman, tome I
1948 La Case de l’oncle Sam, voyage
         Le Sac et la Cendre, roman (Tant que la terre durera, tome II)
1949 Sébastien, pièce en trois actes (Opéra).
1950 Étrangers sur la terre, roman (Tant que la terre durera, tome III)
1951 La Tête sur les épaules, roman
1952 La Neige en deuil, roman
         L’Étrange Destin de Lermontov, biographie
1953 Les Semailles et les Moissons, roman, tome I
1955 Amélie, roman (Les Semailles et les Moissons, tome II)
         De Gratte-ciel en cocotier, voyage
1956 La Maison des bêtes heureuses (Bias).
         La Grive, roman (Les Semailles et les Moissons, tome III, Plon).
1957 Tendre et violente Elisabeth, roman (Les           Semailles et les Moissons, tome IV)
1958 La Rencontre, roman (Les Semailles et les Moissons, tome V)

1959 La vie quotidienne en Russie au temps du dernier tsar
         La Lumière des justes, roman
         Tome I : Les Compagnons du Coquelicot
1960 Tome II : La Barynia.
1961 Tome III : La Gloire des vaincus.
1962 Tome IV : Les Dames de Sibérie.
1963 Tome V : Sophie ou la Fin des combats.
         Une extrême amitié, roman
1964 Le Geste d’Ève, nouvelles
1965 Tolstoï, biographie
         Les Eygletière, roman, tome I
1966 La Faim des lionceaux, roman (Les Eygletière, tome II)
1967 La Malandre, roman (Les Eygletière, tome III)
1968 Les Héritiers de l’avenir, roman
         Tome I : Le Cahier.
1969 Tome II : Cent un coups de canon.
1970 Tome III : L’Éléphant blanc.
1971 Gogol, biographie
1972 La Pierre, la Feuille et les Ciseaux, roman
1973 Anne Prédaille, roman
1974 Le Moscovite, roman, tome I
         Les Désordres secrets, roman (Le Moscovite, tome II)
1975 Les Feux du matin, roman (Le Moscovite, tome III)
1976 Grimbosq, roman
         Le Front dans les nuages, roman
         Un si long chemin, souvenirs
1977 Catherine la Grande, biographie
1978 Le Prisonnier n° I, roman
1979 Pierre le Grand, biographie
1980 Viou, roman
1981 Alexandre Ier, biographie
1982 Le Pain de l’étranger, roman
         Ivan le Terrible, biographie
1983 La Dérision, roman
1984 Marie Karpovna, roman
         Tchekhov, biographie
1985 Le Bruit solitaire du cœur, roman
         Tourgueniev, biographie
1986 À demain, Sylvie, roman
         Gorki, biographie
1987 Le Troisième Bonheur, roman
1988 Toute ma vie sera mensonge, roman
         Flaubert, biographie
1989 La Gouvernante française, roman
         Maupassant, biographie
1990 La Femme de David, roman
         Alexandre II, le tsar libérateur, biographie
1991 Aliocha, roman
         Nicolas II, le dernier tsar, biographie
1992 Youri, roman
         Zola, biographie
1993 Le Chant des Insensés, roman
         Verlaine, biographie
1994 Le Marchand de masques, roman
         Baudelaire, biographie
1995 Le Défi d’Olga, roman
         Balzac, biographie
1996 Votre très humble et très obéissant serviteur, roman
         Raspoutine, biographie
1997 L’Affaire Crémonnière
         Juliette Drouet
1998 Le Fils du satrape
        Terribles Tsarines

1999 Namouna ou la chaleur animale
       Les turbulences d’une grande famille

2000 La Ballerine de Saint-Pétersbourg
        Nicolas 1er
Henri Troyat sur le site de l’Académie française
Tuil Karine1920Après l’obtention d’un DEA de droit à l’Université de Paris II (Panthéon Assas), Karine Tuil exerce la profession de juriste puis décide de se consacrer à l’écriture.

En Août 2000, elle publie son premier roman, Pour le pire, sélectionné parmi les dix meilleurs premiers romans de la rentrée par le Figaro littéraire et parmi les « auteurs qui feront la rentrée littéraire 2000 » (« 20 auteurs à la hauteur ») par le Virgin Mégastore.
« Pour le pire » a également fait partie de la sélection des libraires (Magazine Page).

En Août 2001 paraît Interdit. Salué par la critique, ce roman fut sélectionné pour le prix Goncourt. Il a obtenu le prix Wizo 2002.
En Août 2002, Karine Tuil publie Du sexe féminin, sélectionné par le magazine Lire dans son numéro de Juillet-Août: « 12 extraits de romans de la rentrée » et parmi les 15 coups de cœur du Monde des Livres (Vendredi 30 août 2002).
Le site officiel de Karine Tuil
Vargas Fred1957Fred Vargas est née à Paris en 1957.
Fred est le diminutif de Frédérique.
Vargas est son nom de plume pour les romans policiers, pseudonyme emprunté au nom d’artiste peintre de sa sœur jumelle, Jo, choisi en référence à Maria Vargas, rôle tenu par Ava Gardner dans La Comtesse aux pieds nus. Fred Vargas mère d’un petit garçon vit à Paris.
Bibliographie :
Les Jeux de l’amour et de la mort (Editions Le Masque, 1997). (Prix du festival de Cognac)
Ceux qui vont mourir te saluent (Editions V.Hamy, 1987)
Debout les morts (Editions V. Hamy, 1995. / J’ai lu, 2000. (Prix Mystère de la critique 1996)
Un peu plus loin sur la droite (Editions V. Hamy, 1996)
Sans feu ni lieu (Editions V. Hamy, 1997)
L’Homme à l’envers (Editions V. Hamy, 1999) (Grand Prix du roman noir de Cognac 2000)
Les quatre fleuves (Editions V. Hamy, 2000) (Prix Alph-Art du meilleur scénario au festival d’Angoulême 2001)
Pars vite et reviens tard (Editions V. Hamy, 2001) (Prix des libraires) lien
Petit Traité de toutes vérités sur l’existence  (Editions V. Hamy, 2001)
Coule la Seine (Editions  V. Hamy, 2002 )
Critique de l’anxiété pure, 2003
Salut et liberté, 2003
Les Chemins de la peste. Le rat, la puce et l’homme, 2003
Sous les vents de Neptune, 2004
La Vérité sur Cesare Battisti, 2004
Dans les bois éternels, 2006
Vautrin Jean1933Jean Vautrin est né en 1933 en Lorraine. II a été tour à tour professeur de français, dessinateur, photographe, scénariste, metteur en scène, romancier et nouvelliste. Il est l’auteur de Billy-Ze-Kick (1974), Bloody-Mary, la Vie Ripolin, Un grand pas vers le bon Dieu (Prix Goncourt 1989), Symphonie grabuge (Prix populiste1994) . Il est aussi l’auteur avec Dan Franck, des Aventures de Boro reporter-photographe. Il a publié en 1999 Le Cri du peuple.
Viel Tanguy1973Tanguy Viel est né en 1973 à Brest, et vit désormais à Nantes. Il a publié 3 romans aux Editions de Minuit :
Le Black Note (1998) : ambiance jazzy pour un récit (initialement intitulé My Favourite Things en hommage au quartette de John Coltrane) transmettant les dernières impressions d’un drogué à l’approche de la mort.
Cinéma (1999) : le narrateur y raconte inlassablement le film : Le Limier de Mankiewicz, jusqu’à ce que sa vie finisse par se confondre avec le déroulement du film.
L’absolue perfection du crime (2001) : Marin avait décidé de faire un hold-up au casino. Il avait dit à ses frères,  » ce sera l’absolu perfection du crime « . Marin le Caïd sorti de prison, ses frères obéissaient. Pourtant, ils savaient bien, eux, que le crime ne serait pas parfait…
Vigan (de) Delphine1940Delphine de Vigan est née en 1966 en région parisienne (Boulogne-Billancourt). Son enfance et son adolescence sont notamment marquées par l’internement de sa mère et son hospitalisation pour anorexie alors qu’elle n’avait que 19 ans. De ce dernier épisode, elle tirera en 2001 un roman autobiographique, Jours sans faim, publié sous le pseudonyme de Lou Delvig.
Ancienne directrice d’études, elle a publié plusieurs romans, dont Un soir de décembre (2005) , No et moi, Prix des libraires 2008 et adapté en 2010 au cinéma par Zabou Breitman, Les Heures souterraines ou encore Rien ne s’oppose à la nuit, lauréat en 2011 du Prix du roman Fnac, du Prix du roman France Télévisions, du prix Renaudot des lycéens et du Grand prix des lectrices de Elle. Ses romans sont traduits dans plus d’une vingtaine de langues. D’après une histoire vraie a reçu le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens en 2015.

Source : https://www.leslibraires.fr/ et https://www.lepetitlitteraire.fr/
Vilar Jean-François1947Né en 1947, Jean-François Vilar vit à Paris et à Prague. Il est l’auteur d’une dizaine de romans. Il est régulièrement traduit dans une dizaine de langues. Ses romans sont un peu la mémoire politique et artistique de notre époque. Jean-François Vilar a notamment publié :
Djemila (Calmann-Lévy, 1988)
Les exagérés (Points-Seuil, 1990)
Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués (Le Seuil, 1993)
C’est toujours les autres qui meurent (Actes Sud/Babel noir, 1997)
Vinaver Michel1927Michel Vinaver est né en 1927 à Paris de parents originaires de Russie.
De 1938 à 1943 , il suit ses étude secondaires à Paris, Cusset ( Allier), Annecy et Haute-Savoie, New-York.
De 1944 à 145, il est engagé volontaire dans l’armée française.
Au lendemain de la guerre , il publie deux romans, Lataume et l’Objecteur qui obtient le Prix Fénéon, en 1950.
Puis Michel Vinaver décide d’abandonner le métier d' »écrivain professionnel ». Il a cette particularité d’avoir été pendant 27 ans, jusqu’en 1980 , cadre supérieur, puis directeur général de Gillette. Il mènera son activité de cadre et celle d’écrivain de front. Sa première pièce, les Coréens, est créée en 1956 par Roger Planchon. Il écrit ensuite les Huissiers (1958) et Iphigénie Hôtel (1960) qui évoquent la guerre d’Algérie. Ces pièces ne seront montées que bien plus tard, en 1980 pour la première, par Gilles Chavassieux, la seconde en 1977, par Antoine Vitez.
En 1969, fin de la « longue panne » : une dizaine d’années s’étaient écoulées sans que Michel Vinaver ne puisse écrire. Il revient avec Par-dessus bord, une critique sans concession du monde capitaliste. Cette pièce sera créée par Planchon en 1973.
Suivent la Demande d’emploi, les travaux et les jours, créée par Alain Françon en 1979, A la renverse, créée par Jacques Lassalle en 1980.
Entre 1980 et 1982, Michel Vinaver adapte Le Suicidé d’Erdman et Les Estivants de Gorki pour la Comédie française ( mise en scène de Jean-Pierre Vincent et Jacques Lassalle)
En 1986, il obtient le Prix Ibsen pour les Voisins. En 1990, l’Emission de télévision est présentée au Théâtre de l’Odéon et au Théâtre National de Strasbourg par Jacques Lassalle qui, en octobre 1993, alors qu’il est administrateur général de la Comédie-Française, choisira d’inaugurer avec les Coréens le Théâtre du Vieux-Colombier rénové, deuxième salle de Comédie-Française.
King  la dernière pièce écrite par Vinaver, a été mise en scène , en 1999, au théâtre de la Colline par Alain Françon.
Visage Bertrand1952Bertrand Visage est né le 8 mars 1952 à Chateaudrun (Eure et Loir), Il est professeur de Lettres en France pendant 3 ans. Après avoir publié ses deux premiers romans, il part en Italie, où il enseigne la littérature française, à l’université de Catane (Sicile) durant 2 ans, puis à l’université Orientale de Naples. Après 2 années passées à la villa Médicis, il repart pour la Sicile, à Palerme, comme attaché culturel à l’ambassade de France. De 1987 à 1992, il a enseigné la Littérature Française à l’Université de Rome et de Naples.
C’est en Sicile qu’il situe l’action de Tous les soleils (Prix Femina 1984) et Angelica (Prix Albert Camus 1988).
Bertrand Visage a publié :
Théâtre aux poupées rouges, roman, 1975.
Au pays du nain, roman, 1987
Tous les soleils, roman, Prix Fémina 1984
Angelica, roman, Prix Albert Camus 1988
Rendez-vous sur la terre, roman, 1989.
Bambini, roman, Prix Maurice Genevoix 1993
L’Éducation féline, roman, 1997.
Chercher le monstre, essai, 1997.
Hôtel Atmosphère, 1998.
Volodine Antoine1950Antoine Volodine est né en 1950, à Châlons-sur-Saône. Après des études de lettres et de langue slaves à Lyon ( il y étudie le russe, pour des raisons culturelles et par amour pour sa grand-mère) il enseigne le russe pendant une quinzaine d’années pour ensuite se consacrer à l’écriture et à la traduction. En 1985, suite à plusieurs refus, il publie son premier texte, Biographie comparée de Jorian Murgrave.
Antoine Volodine es l’auteur de : Biographie comparée de Jorian Murgrave, 1985 ; Un Navire de nulle part, 1986 ; Rituel du mépris, 1986 (Grand Prix de la Science-Fiction Française 1987) ; Des enfers fabuleux, 1988 ; Lisbonne dernière marge, 1990 ; Alto Solo, 1991 ; Le Nom des singes, 1994 ; Le Port intérieur, 1996 ; Nuit blanche en Balkhyrie, 1997 ; Vue sur l’Ossuaire, 1998 ; Le Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, 1998 ; Des anges mineurs, 1999.
Vuilliard Eric1968Éric Vuillard est né en 1968 à Lyon. Il est est écrivain et cinéaste. Il a réalisé deux films, L’homme qui marche et Mateo Falcone. Il est l’auteur de Conquistadors (Léo Scheer, 2009, Babel n°1330), récompensé par le Grand prix littéraire du Web – mention spéciale du jury 2009 et le prix Ignatius J. Reilly 2010. Il a reçu le prix Franz-Hessel 2012 et le prix Valery-Larbaud 2013 pour deux récits publiés chez Actes Sud, La bataille d’Occident et Congo ainsi que le prix Joseph-Kessel 2015 pour Tristesse de la terre, le prix Alexandre Viallate pour 14 juillet et le prix Goncourt 2017 pour L’ordre du jour. En 2021, La guerre des pauvres était dans la short list de l’International Booker prize. Et en 2023, Eric Vuillard a reçu le prix international « Milovan Vidaković » pour l’ensemble de son œuvre.
Source : https://www.actes-sud.fr/
Werber Bernard19611961 : naissance de Bernard Werber
1980 : Etudes de criminologie à l’Institut de Criminologie de Toulouse. Monte une troupe de théatre, le STAC.
1983 : Juillet. Journaliste localier à Cambrai (rubriques: chiens écrasés, suicides, méteo, mariages, réparations de clocher).
1984-1990 : Journaliste scientifique au « Nouvel Observateur ».
1991 : Mars: publication des fourmis chez Albin Michel.
1992 : Publication du Jour des fourmis.
1993 : Publication de L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu,
1994 : Publication des Thanatonautes. (mot formé a partir de deux racines grecques thanatos le dieu de la mort et nautis explorateur).
1997 : Publication du Livre du voyage , livre dont le héros est le lecteur.
1998 . Sortie du Père de nos pères. Polar paléontologique.
1999 : Réalisation d’un court métrage la Reine de Nacre.
2000 : Publication de L’Empire des Anges, la suite des Thanatonautes
( d’après les informations du site Internet de Bernard Werber, avec son aimable autorisation)

Weyergans François1941François Weyergans est né le 4 août 1941 Bruxelles (Etterbeek), d’un père belge, tout à la fois écrivain, éditeur, libraire, critique littéraire et cinématographique, et d’une mère native d’Avignon. Entouré de ses quatre sœurs, François reçoit une éducation des plus catholiques. La Provence, Bruxelles, puis Paris. Il y passe brillamment le concours de l’Idhec.
Critique aux Cahiers du Cinéma, réalisateur de courts métrages (notamment sur Jérôme Bosch) et de trois longs métrages (dont Maladie mortelle (1975) et Couleur chair (1978), François Weyergans publie en 1973 son premier roman Le pitre, roman à clefs impertinent inspiré de son analyse avec Lacan. Ce livre a été salué par la critique, et a obtenu le prix Roger Nimier.
En 1981 parait Macaire le copte, qui a une voix au Goncourt ainsi qu’au Renaudot, et qui est consacré par le prix Rossel en Belgique.
La démence du boxeur a obtenu le Prix Renaudot 1992.
François Weyergans a publié Franz et François en 1997
Il a aussi tourné un film de télévision sur Baudelaire et mis en scène l’opéra de Wagner Tristan und Isolde.
Wiazemsky Anne1947Anne Wiazemsky est née en 1947 à Berlin. Elle est la petite-fille de François Mauriac . Anne Wiazemsky a eu une enfance voyageuse (Rome, Montevideo, Genève, Caracas…) avant de s’établir à Paris. Actrice, elle a été dirigée au cinéma par Bresson, Pasolini, Godard, Ferreri, Garrel, au théâtre par Fassbinder et Novarina.
Anne Wiazemsky est l’auteur de plusieurs romans publiés chez Gallimard, dont Mon beau navire (1989), Canines, prix Goncourt des lycéens (1993), et Une poignée de gens (grand prix du roman de l’Académie française 1998).
Elle a également publié un recueil de nouvelles : Des filles bien élevées. Elle est membre du jury du Prix Médicis.
Wiesel Elie1928Elie Wiesel est Né en en 1928 à Szighet, en Hongrie. En 1944, les juifs hongrois sont envoyés dans des camps de concentration. Il verra mourir presque tous les siens. Lui et son père parviennent à survivre jusqu’en avril 1945, date de la libération d’Auschwitz. A la fin de la guerre, il arrive à Paris, étudie à la Sorbonne, se lance dans le journalisme. En 1958, grâce à François Mauriac, il publie l’ouvrage La nuit, un récit poignant relatant l’holocauste. En 1963, il obtient la nationalité américaine et il devient titulaire de la chaire en sciences humaines de l’Université de Boston.
Elie Wiesel dédie sa vie à la lutte contre le racisme et la discrimination. Il a obtenu le Prix Nobel de la paix en 1986.
En 1988, il organise avec le président François Mitterrand une conférence regroupant 76 lauréats du Prix Nobel dont la mission est de réfléchir sur l’avenir de la planète.
Elie Wiesel a écrit des romans et des essais, dont : Le Testament d`un poète juif assassiné, Le Cinquième Fils », Mémoire à deux Voix (rédigé avec François Mitterrand), Les Juges. Elie Wiesel a également publié ses mémoires : Mais la Mer n`est pas remplie.
Winckler Martin1955Martin Winckler, né en 1955 à Alger, arrive en France en 1962. Il étudie la Médecine générale qu’il pratique jusqu’en 1994. En mai 1998, il remporte le prix du Livre Inter pour son roman La Maladie de Sachs, qui est adapté au cinéma par Michel Deville. Ses autres publications : La Vacation (P.O.L, 1989), Le Mystère Marcoeur (L’Amourier, 2001), Touche pas à mes deux seins (Baleine, Le Poulpe, 2001).
Wolkenstein Julie1968Julie Wolkenstein, née en 1968, enseigne la littérature comparée à l’Université de Caen. Colloque sentimental est son troisième roman.
Wursmer Christele1959Christèle Wurmser est une actrice, écrivaine, metteuse en scène, adaptatrice et directrice artistique française, née en 1959 à Nancy et décédée en 2022 à Paris.
Elle a travaillé comme actrice sous la direction de Michel Bouquet, Daniel Mesguich, Claude Régy, Jean-Luc Lagarce.
Elle a écrit les adaptations françaises de films de Jim Jarmusch, Ken Loach, Roman Polanski, Michael Haneke, Lars von Trier.
Elle a mis en scène au théâtre Chagrin d’école de Daniel Pennac ainsi que des textes d’Italo Calvino et d’Alessandro Baricco.
Elle a écrit des fictions pour France-Inter et France-Culture.
Elle a publié Même les anges en 2021.
Source : https://www.babelio.com/
Xenakis Françoise1930Françoise Xenakis est née en 1930. Elle est écrivain et journaliste.
Elle participe à de nombreuses émissions radiophoniques et télévisées. Elle a publié une vingtaine de romans , dont :
Elle lui dirait dans l’île, Moi, j’aime pas la mer, Zut, on a encore oublié Mme Freud, Mouche-toi Cléopâtre, Attends-moi.
Xingjian Gao1920Gao Xingjian est né le 4 janvier 1940 à Ganzhou en Chine orientale Son père est banquier, et sa mère, actrice-amateur. Sa mère éveille tôt l’intérêt de Gao pour le théâtre et l’écriture. Formé dans les écoles de la République populaire, il obtient un diplôme universitaire de français en 1962 à l’Institut des langues étrangères de Pékin.
Pendant la Révolution culturelle (1966–76) il est envoyé dans des camps de rééducation et contraint de brûler une valise pleine de manuscrits. Ce n’est qu’en 1979 qu’il parvient à se faire publier. Il peut aussi cette année-là voyager à l’étranger, notamment en France et en Italie.
De 1980 à 1987 il publie en Chine des nouvelles, des essais, des pièces de théâtre dans des revues littéraires ainsi que quatre livres dont un « Premier essai sur les techniques du roman moderne » (1981) qui provoque une violente polémique sur le modernisme .
Plusieurs de ses pièces inspirées de Brecht, Artaud ou Beckett , sont jouées au Théâtre populaire de Pékin. En 1982, « Arrêt de bus » (1983) est condamné par un membre du parti comme « le texte le plus pernicieux écrit depuis la création de la République populaire ». En 1986, « L’autre rive » est interdite en Chine, où plus aucune de ses pièces ne sera jouée .
En 1987, il quitte la Chine pour s’installer un an plus tard à Paris comme réfugié politique, et démissionne du parti communiste chinois en 1989 après le massacre de la place Tian’anmen. Il est déclaré persona non grata dans son pays par le régime et ses écrits sont interdits.
Durant l’été 1982, Gao Xingjian a commencé sa grande œuvre » La Montagne de l’Ame » (son premier roman traduit en français) où il met en scène la quête d’un homme à la recherche de ses racines, de la paix intérieure et de la liberté au cours d’une odyssée dans le temps et l’espace dans la campagne chinoise.
Désormais citoyen français , Gao Xingjian parle couramment la langue française.
Parmi ses oeuvres en français, on peut citer :
La montagne de l’âme, 1985
Une canne à pêche pour mon grand père, 1997
Le livre d’un homme seul, 1998
Gao Xingjian est également dramaturge, et ses pièces ont été présentées en France, en Suède et dans le monde entier.
Parmi ses dernières pièces, on peut citer :
La fuite, 1992
Au bord de la vie, 1993 (en français)
Le somnambule, 1995 (en français)
Quatre quatuors pour un week-end, 1998 (en français)
Enfin, Gao Xingjian est peintre et a exposé ses oeuvres dans de nombreuses galeries.
Gao Xingjian a obtenu le prix Nobel de littérature en 2000.
Zay Dominique1952Dominique Zay est né le 5 mars 1952 à Paris. Il est écrivain, dramaturge et scénariste.
A côté de ces multiples activités ( théâtre, musique, cinéma… ), Dominique Zay écrit de nombreux polars et quelques romans jeunesse (plusieurs fois réédités). En tant qu’auteur polar, il commence à intervenir auprès de publics dits difficiles et lutte contre l’illettrisme et l’exclusion en générale (interventions dans les quartiers, prisons, hôpitaux psychiatriques, IME, gens du voyage, collectif sans papiers). En l’an 2000, Dominique Zay s’installe dans la campagne picarde. Il écrit huit romans jeunesse, devient nouvelliste pour l’édition du dimanche du Courrier Picard. Le théâtre le rattrape. D’abord en tant qu’auteur, puis en tant que metteur en scène : Nos vies déchaînées – trois solos sur la violence familiale, le sort d’une sans-papier et un détenu longue peine (Festival d’Avignon et Maison de la Culture d’Amiens en 2009) et Le Sens de la marche, de la Vie, de l’Humour et du Rythme – dans un désordre contrôlé, réflexion censée et absurde sur le travail et la paresse (Maison du Théâtre d’Amiens). Aujourd’hui, il continue dans cette voie privilégiant travail axé sur le thème de l’accès à la Culture. Il continue les nouvelles du dimanche pour le Courrier Picard. Côté bande dessinée, il a dans ses jeunes années écrit quelques scénarios pour le dessinateur Got (Le Baron noir).
Il a reçu le Prix polar Jeunesse pour son roman Malice au pays des magouilles, chez Magnard.
Source : bedetheque.com
Zeller Florian1979Florian Zeller, est né en Juin 1979 . A 25 ans il a déjà publié aux  – Editions Flammarion -3 romans : Neiges artificielles en 2002 (Prix de la Fondation Hachette), les Amants du n’importe quoi en 2003 (Prix Prince Pierre de Monaco, traduit en russe et en anglais ) , et la Fascination du pire en 2004 (Prix Interallié). Fils d’une mère psychothérapeute et d’un père industriel dans l’automobile, il a grandi dans la banlieue Ouest de Paris. Très vite il se passionne pour les écrits et pour un auteur en particulier : Milan Kundera dont il dévore l’ouvre,  alors jeune adolescent , en quatre jours et dit de cette époque : « il m’est resté le choc profond de cette lecture ».
Il entame depuis Septembre 2004, en parallèle à son activité de romancier, une carrière de dramaturge avec la création, à Paris, de sa première pièce, L’Autre au théâtre des Mathurins, et en 2005, Le Manège, au Théâtre du Montparnasse.
Son chef d’ouvre méconnu : un poème que Michaux ne voulait pas voir publié,  Nous deux encore (1948).
Il est également professeur de littérature à Sciences Po Paris et chroniqueur dans des émissions de TV littéraires.
Sh.B
Déclic Zellerien,  un article de Shadi  Biglarzadeh
 » Il est jeune, il est beau, il est blond et il est déjà bon écrivain. Il s’appelle Florian Zeller (vingt-deux ans). Son premier livre, Neiges artificielles, est le type même du premier roman prometteur. · la fois intense et émaillé de touchantes naïvetés. De fraîcheur, plutôt. L’avenir dira s’il est parti sur les pas d’autres surdoués du même âge, en leur temps, Philippe Sollers (pour Une curieuse solitude) et J.M.G. Le Clézio (le Procès-Verbal). · moins qu’il ne suive le chemin de Salinger (l’Attrape-Cours), outre-Atlantique. En tout cas, le môme a du talent, de l’humour (un sens certain sens de la dérision) et son livre donne une bonne idée de son époque : Je suis de la génération des assassins , dit son narrateur. Dont l’ami s’appelle Florian. De ceux qui, à l’arrivée du printemps, ont oublié les raisons de s’émouvoir . Déjà revenus de tout, avant d’arriver à rien, en somme. Paul Auster pourrait aussi être évoqué, puisque l’auteur américain s’est distingué – entre autres – pour s’être campé lui-même comme personnage d’un de ses premiers romans ».
Critique de Guillaume Chérel dans l’Humanité ( janvier 2002)
Sinno Neige1977Neige Sinno est née en 1977 dans les Hautes-Alpes
Après une thèse en littérature américaine, elle se consacre à l’écriture et à la traduction.
Elle a d’abord publié un recueil de nouvelles, « La vie des rats » et un essai sur les figures du lecteur « Lectores entre líneas: Roberto Bolaño, Ricardo Piglia y Sergio Pitol », qui a remporté le prix Lya Kostakowsky.
« Le camion » (2018) est son premier roman.
Pendant son enfance et son adolescence dans les Hautes-Alpes, elle subit les viols répétés de son beau-père. Elle porte plainte en 2000 et celui-ci est condamné à neuf années d’incarcération. Elle en tire la substance de son dernier ouvrage : « Triste tigre », référence au poème « The Tyger », de William Blake.
Triste tigre remporte le prix Le monde 2023 et le prix Inrockuptibles 2023. Neige Sinno fait partie des finalistes du prix Goncourt 2023..
Elle vit aujourd’hui avec sa famille au Mexique.
Source :Babelio.com
Koenig Gaspard1982Gaspard Kœnig est né en 1982 à Neuilly-sur-Seine. Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, Gaspard Kœnig a d’abord publié des romans, parmi lesquels Octave avait vingt ans (Grasset, 2004), avant de se rapprocher de la tradition libérale, qu’il défend à travers ses écrits mais aussi au sein de son think tank Génération Libre. Il a signé deux enquêtes aux Éditions de L’Observatoire : Voyages d’un philosophe aux pays des libertés (2018) et La Fin de l’individu (2019), qui portent sur les effets sociaux du libéralisme et de l’intelligence artificielle. En 2021, il fait paraître Notre Vagabonde Liberté, récit de voyage et hommage à Montaigne, pour lequel il a parcouru 2 500 kilomètres à cheval, du Périgord à Rome. En mai 2021, il a lancé le mouvement politique Simple, dont le programme est présenté dans un essai : Simplifions-nous la vie ! (co-écrit avec Nicolas Gardères, Éd. de L’Observatoire, 2021). En 2023, il signe son grand retour au roman avec Humus (Éditions de L’Observatoire), qui figure dans la liste des finalistes au prix Goncourt.
Source : philomag.com
Nelson Jessica1980Jessica Nelson est née en 1980 à Romans-sur-Isère dans la Drome. Elle a été conseillère littéraire pour l’émission Vol de nuit, rédactrice en chef de Au Field de la nuit et chroniqueuse dans Au fil des mots. Elle est aujourd’hui critique littéraire à Point de Vue. Elle est aussi cofondatrice du Prix de la Closerie des Lilas et des éditions des Saints Pères.
Ses derniers romans :
2015 : Tandis que je me dénude, éditions Belfond
2017 : Debout sur mes paupières, roman, éditions Belfond
2020 : Brillant comme une larme, éditions Albin Michel
2023 : L’orageuse, éditions Albin Michel
Source : albin-michel.fr/
Pourchet Maria1980Maria Pourchet est née en 1980 à Épinal .
Maria Pourchet est une romancière française.
Elle est titulaire d’un doctorat en sciences sociales (section sociologie des médias). Elle effectue son post-doctorat à l’Université Paris 12 (Upec) entre 2008 et 2010, en sociologie des médias. Après des études qu’elle poursuit tout en travaillant au « Républicain Lorrain » (presse quotidienne Metz), elle s’installe à Paris.
Elle y dispense des cours (sociologie de la culture) à l’Université de Paris 10 Nanterre, puis travaille comme consultante, notamment auprès d’équipements culturels, à partir de 2006. Elle a été nommée Maître de conférences à l’Université de Paris X (Métiers du Livre) en 2012. Elle n’aurait plus aucune activité universitaire aujourd’hui.
Elle a enquêté, dans le cadre de ses missions, sur les pratiques de lecture, la prescription littéraire et la promotion du livre.
Parallèlement, elle « pige » pour la télévision. En 2009, elle écrit et co-réalise (avec Bernard Faroux) un premier documentaire « Des écrivains sur un plateau : une histoire du livre à la télévision (1950-2008) », diffusé sur France 2. Elle participe depuis au développement de différents projets de fictions ou de documentaires de télévision.
Elle est l’auteure de plusieurs romans publiés aux éditions Gallimard dans la collection Blanche. « Avancer » (2012) est son premier roman. Elle a reçu le prix Prix Erckmann-Chatrian en 2013 pour son deuxième roman « Rome en un jour », le Prix Révélation de la SGDL 2018 pour « Toutes les femmes sauf une » et son cinquième roman, « Les Impatients », a été sélectionné pour le prix Françoise Sagan 2019.
En septembre 2021, son roman « Feu » figure sur la liste des seize livres retenus dans la première sélection du prix Goncourt. Il obtient le Prix Rive Gauche 2021.
En 2023, elle publie « Western » qui est dans la première liste du Goncourt 2023.
Source :Babelio.com
Reverdy Thomas B.1974Thomas B. Reverdy est né en 1974 et a passé une enfance heureuse.
Au cours de ses études de lettres à l’université, il travaille sur Antonin Artaud, Roger Gilbert-Lecomte et Henri Michaux.
Il participe aussi à cette époque à la revue La Femelle du requin, dont il dirige la publication du numéro 4 au numéro 12.
Il obtient l’agrégation de lettres modernes en 2000.
Il enseigne depuis dans un lycée de Seine-Saint-Denis, le lycée Jean Renoir.
Il est l’héritier d’un grand-père ingénieur qui a offert ses services à de grands noms comme Le Corbusier et qui lui a légué des milliers de pages d’une lettre de « souvenirs et réflexions que lui inspiraient la marche du monde » et d’une mère professeur d’économie politique qui l’a quitté trop tôt alors qu’il n’avait que 19 ans. Il s’est révélé en 2003 avec La montée des eaux, auquel ont fait suite Le ciel pour mémoire (2005) et Les derniers feux (2008, prix Valéry Larbaud). Par son souffle et ses dimensions, ce grand roman sur la blessure de l’Amérique annonce une ambition nouvelle.
Source : booknode.com
Musso Guillaume1974Guillaume Musso est né le 6 juin 1974 à Antibes. Il se prend de passion pour la littérature très jeune, consacrant tout son temps libre à dévorer des livres dans la bibliothèque municipale où travaille sa mère. C’est grâce à un concours de nouvelles proposé par son professeur de français qu’il découvre le bonheur de l’écriture. À compter de ce jour, et jusqu’à aujourd’hui, il ne cessera plus de noircir des carnets.
Ses études, son long voyage aux États-Unis, ses rencontres, tout vient enrichir son imagination et ses projets de roman. Diplômé de sciences économiques, il devient professeur dans l’est puis le sud de la France.
En 2001, il publie son premier roman, Skidamarink, mais c’est le suivant, Et Après… qui consacre sa rencontre avec le public. Cette histoire d’amour et de suspense soulignée de surnaturel lui vaut un succès fulgurant qui ne se démentira plus.
Traduits en 47 langues, plusieurs fois adaptés au cinéma, tous ses livres connaissent un immense succès en France et dans le monde. Guillaume Musso est aussi le premier écrivain français à avoir reçu le prestigieux prix Raymond-Chandler, qui récompense les maîtres du suspense à travers le monde.
Source : guillaumemusso.com
Thilliez Franck1973Franck Thilliez est né en 1973 à Annecy; il a passé la plupart de sa vie dans le Nord de la France, ponctuée de séjours aux Antilles ou en Guyane. Ingénieur en Informatique, il s’est orienté vers les technologies d’internet ce qui lui permet en quelque sorte de voyager à travers le monde. L’écriture de polars est pour lui un moyen de véhiculer une émotion brute, une éruption violente de sensations, de peurs d’enfant. De montrer que, malgré la beauté, peut se dissimuler des âmes noires aux aguets prêtes à frapper…
Source : fichesauteurs.canalblog.com/
Bussi Michel1965Michel Bussi est né en 1965 à Louviers. C’est un auteur français, professeur de géographie à l’université de Rouen, où il dirige une UMR du CNRS.
Son premier roman, Code Lupin, s’est vendu à plus de 5 000 exemplaires. Son deuxième roman, Omaha crimes, a obtenu le prix Sang d’Encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l’année. Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l’Armada 2008 de Rouen, et qui s’est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d’exemplaires. Mourir sur Seine a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). Il a publié en 2009 un nouveau roman, Sang famille, destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. En 2010, il participe au recueil de nouvelles Les Couleurs de l’instant, avec une longue nouvelle, T’en souviens-tu mon Anaïs ?, qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la « légende » d’Anaïs Aubert.
Mais c’est Nymphéas noirs, polar le plus primé en 2011, et aujourd’hui presque un classique, qui le fait remarquer par un large public.
Il atteint en quelques années le podium des auteurs préférés des Français, et se hisse à la première place des auteurs de polar. Un genre qu’il a su revisiter à sa façon avec toujours la promesse d’un twist renversant.
Consacré par le prix Maison de la Presse pour Un avion sans elle en 2012, il a reçu depuis de nombreuses récompenses.
Source booknode.com
Levy Marc1961Marc Lévy naît le 16 octobre 1961 à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. Il est le fils de Raymond Lévy, ancien résistant, écrivain et éditeur de livres d’art. Il a une soeur aînée, Lorraine. Il passe une partie de son enfance à Beaulieu-sur-mer dans le sud de la France où son père choisit de s’installer pour des raisons professionnelles. De retour à Paris, il passe son bac et s’inscrit à l’université Paris-Dauphine pour suivre des cours de gestion et d’informatique. Parallèlement à ses études, il s’engage à la Croix-Rouge auprès d’une équipe de secouristes routiers à la fin des années 70, et va y effectuer de nombreuses missions pendant quelques années.
Jeune entrepreneur, il crée sa première société d’informatique Logitec, basé à Paris en 1983. Dès l’année suivante, il s’envole pour les Etats-Unis et fonde deux entreprises spécialisées dans les images de synthèse en Californie. Mais suite à un revers de fortune, il revient en France au début des années 90, et fonde un cabinet d’architecture d’intérieur spécialisé dans l’aménagement de bureaux.
Pour son fils aîné, il commence à raconter des histoires et se met à l’écriture. Sa soeur Lorraine, scénariste pour la télévision, séduite par son écriture, va le convaincre d’envoyer son manuscrit aux éditions Robert Laffont. L’éditeur accepte de publier son premier roman Et si c’était vrai… en janvier 2000. Un mois avant la sortie du manuscrit, le réalisateur américain Steven Spielberg en achète les droits pour une adaptation cinématographique (réalisée en 2005 avec Reese Witherspoon et Mark Ruffalo dans les rôles titres). Le livre rencontre immédiatement un énorme succès et devient un best-seller.
Devant l’engouement suscité Marc Lévy décide de changer de vie, il démissionne du cabinet d’architecture pour se consacrer à l’écriture et quelques mois plus tard s’installe à Londres. Dès l’année suivante, son deuxième roman, Où es-tu ? est publié et réalise à nouveau des records de vente. Depuis, l’auteur prolifique, qui s’est exilé à New York, publie un livre par an, et ne quitte pas le classement des meilleures ventes en France. En 2007, il publie notamment Les enfants de la liberté dans lequel il évoque l’histoire de son père et de son oncle, résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale. En février 2016, il publie son 17ème roman, L’horizon à l’envers.
Source : fr-academic.com
Minier Bernard1960Bernard Minier est né en 1960. Originaire de Béziers, il a grandi au pied des Pyrénées.
Glacé (2011), son premier roman, a reçu le prix du meilleur roman francophone du Festival Polar de Cognac. Son adaptation en série télévisée par Gaumont Télévision et M6 a été diffusée en 2017.
Après Le Cercle (2012) et N’éteins pas la lumière (2014), Une putain d’histoire (2015) a également reçu le prix du meilleur roman francophone du Festival Polar de Cognac. En 2017, Bernard Minier publie Nuit, suivi en 2018 de Soeurs, deux titres qui mettent à nouveau en scène son héros fétiche, Martin Servaz.
Ses livres, traduits en dix-huit langues, sont tous publiés aux Éditions XO et repris chez Pocket.
Source : eyrolles.com
Dupuy Marie-Bernadette1952Marie-Bernadette Dupuy est née à Angoulême en 1952.
Elle détient un brevet supérieur d’enseignement commercial, option secrétariat, de l’École d’Hôtesses et de Secrétariat. Elle a mérité le prix d’excellence en secrétariat en 1972 et la médaille d’or de la Société d’encouragement au bien de la Charente.
Au décès de sa mère, elle décide de se consacrer à l’écriture d’un ouvrage concernant Élisabeth d’Autriche, l’impératrice Sissi, qui était leur idole à toutes les deux. Elle se rend en Bavière et rencontre par hasard des descendants de la célèbre famille des Habsburg. Se liant d’amitié avec eux, elle publie « Femmes impériales » en 1985.
Depuis, cette auteure prolifique a fait paraître de nombreux livres, dont plusieurs portent sur la royauté: « Victoria, Eugénie, Sissi: trois femmes inoubliables » (1998), « Sissi, Diana, un face-à-face au-delà du temps » (1993), « Alexandre II – Katia Dolgorouky: Leur véritable histoire » (1991), « Sur les traces de Sissi: L’ange de Wallsee » (1988).
Elle a aussi publié plusieurs polars: « Angoulême, du sang sous les collines » (1994), »Les Croix de la pleine lune » (1995), « Quand l’histoire assassine au pays des vignes » (1995), « Cognac, un festival meurtrier » (1996),  » Vent de terreur sur Baignes » (1996), pour n’en nommer que quelques-uns.
En 2020, elle entre dans le top 10 des écrivains français les plus vendus.
Source : Decitre
Valognes Aurélie1983Aurélie Valognes est née en 1983 à Chatenay-Malabry.
Elle publie son premier roman, Mémé dans les orties, en juillet 2014 en auto-édition puis chez Michel Lafon. Son livre se vend à plus de 300 000 exemplaires et est traduit dans plusieurs pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Corée, Chine, Slovénie…). En 2016, la version éditée au Livre de poche est également un best-seller.
Depuis, elle publie chaque année un nouveau roman, dont Au petit bonheur la chance, Né sous une bonne étoile ou Le Tourbillon de la vie. Tous ses livres sont d’immenses succès de librairie, elle fait d’ailleurs partie des auteurs les plus lus en France.
Ses romans sont traduits dans plus de 15 langues à travers le monde et sont en cours d’adaptation au cinéma.
Source : Decitre
Giraud Brigitte1960Brigitte Giraud est née en 1960 à Sidi-bel-Abbès en Algérie et vit actuellement à Lyon. Après avoir étudié l’allemand et l’anglais, elle se dirige vers les métiers de libraire, journaliste, critique littéraire puis devient programmatrice pour la Fête du Livre de Bron, importante manifestation littéraire de la région lyonnaise dont elle est aujourd’hui encore conseillère littéraire.
En 1997, elle publie son premier roman, La Chambre des parents. Plusieurs livres suivront, romans, récits ou recueils de nouvelles. Elle obtient le prix Goncourt de la nouvelle pour L’amour est très surestimé (Stock 2007), le prix du jury Giono pour Une année étrangère (Stock 2009) et la mention du prix Wepler pour À présent (Stock 2001). En 2013, elle publie Avoir un corps et en 2015, Nous serons des héros. Ses livres sont traduits dans une quinzaine de langues, et son roman Pas d’inquiétude (Stock 2011) a été adapté par France Télévision.
Depuis 2009, elle dirige la collection de littérature « La Forêt », aux éditions Stock, qui publie des auteurs contemporains comme Fabio Viscogliosi, Mona Thomas, Dominique A ou Carole Allamand.
Le 3 novembre 2022, elle obtient le prix Goncourt 2022, avec son récit Vivre vite, qui revient sur l’accident de moto qui a emporté son mari en 1999, à l’âge de 41 ans. Elle est la treizième femme à recevoir ce prix en cent vingt ans (depuis 1903).
Source : confluences.org
Sarr Mohamed Mbougar1990Mohamed Mbougar Sarr est un romancier sénégalais d’expression française, né le 20 juin 1990 à Dakar. En novembre 2021, il reçoit le Prix Goncourt pour son quatrième roman “La plus secrète mémoire des hommes” qui s’inspire du destin de l’écrivain malien Yambo Ouologuem. Il devient alors le plus jeune lauréat, et le premier auteur d’Afrique subsaharienne à remporter ce prix.
Source : ela-asso.com/
Mathieu Nicolas1978Nicolas Mathieu est né en 1978, à Épinal. Après des études d’histoire et de cinéma, il s’installe à Paris où il exerce une multitude de métiers (scénariste, stagiaire dans l’audiovisuel, rédacteur dans une société de reporting, professeur à domicile, contractuel à la Mairie de Paris…).
En 2014, il publie son premier roman, Aux animaux la guerre, dans la collection Actes noirs, et reçoit le prix Erckmann-Chatrian, le prix Transfuge du meilleur espoir Polar et le prix Mystère de la critique. Il participe à l’adaptation du roman qui devient une série diffusée sur France 3, avec Roschdy Zem dans le rôle principal.
Son deuxième roman, Leurs enfants après eux, parait pour la rentrée littéraire 2018. Salué par une critique enthousiaste, il est récompensé par le prix Blù Jean-Marc Roberts, la Feuille d’or de Nancy, le prix des Médias France Bleu-France 3-L’Est Républicain, le prix du deuxième roman Alain Spiess-Le Central et le prix Goncourt.
Nicolas Mathieu vit aujourd’hui à Nancy.
Source : actes-sud.fr
Ferrari Jérôme1968Jérôme Ferrari est né en 1968 à Paris
C’est un écrivain et traducteur français.
Né de parents corses, il est agrégé de philosophie et titulaire d’un DEA d’ethnologie.
Il a vécu en Corse et enseigné la philosophie au lycée de Porto-Vecchio. Durant cette période, il a organisé notamment des « cafés philosophies » à Bastia, puis enseigné au lycée international Alexandre-Dumas d’Alger, au lycée Fesch d’Ajaccio jusqu’en 2012, et au lycée français Louis Massignon d’Abou Dabi jusqu’en 2015.
Source : babelio.com