Alalettre
A+ A-

Les auteurs français contemporains (D à F)

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Didier Daeninckx

Didier Daeninckx est né en 1949, à Saint-Denis. Il a exercé de 1966 à 1977 le métier d'ouvrier imprimeur. En 1977, le imprimeries ferment les unes après les autres. C'est la crise. Didier Daeninckx se retrouve plusieurs fois au chômage. Il profite du temps qu'il a pour écrire. Pourquoi cette envie d'écrire ? " Je crois que la raison profonde, c'est que lors de ma dernière année de travail en tant qu'ouvrier imprimeur, j'ai imprimé pendant un an à des centaines de milliers d'exemplaires le même formulaire de réparation des voitures Renault. J'étais alors dans la position de Charlot dans le film Les Temps modernes, qui fait un travail répétitif dépourvu de sens. D'un seul coup, il n'y avait plus du tout de créativité dans mon travail alors que jusque-là, le métier d'ouvrier imprimeur s'était révélé vraiment passionnant. Il me semble que quand je me suis retrouvé au chômage, j'ai écrit un roman pour affirmer que je n'étais pas réductible à un morceau de machine à produire du papier publicitaire. "

En 1977 Didier Daeninckx publie donc son premier roman noir. Il s'agit de Mort au premier tour qui annonce déjà ses œuvres ultérieures. La première enquête de l'inspecteur Cadin se déroule dans la banlieue de Strasbourg. Le corps d'un conseiller municipal écologiste opposé à la construction d'une centrale nucléaire est découvert sur le chantier. Si le héros parvient à connaître la vérité, il ne pourra malheureusement pas la faire éclater au grand jour.
Puis sept ans de silence. Sept ans pendant lesquels Didier Daeninckx mûrit son projet d'écriture. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la " Série Noire " de Gallimard. Didier Daeninckx y dénonce l'amnésie collective qui frappe la société française en rappelant un épisode de la guerre d'Algérie : la manifestation du 17 juin 1961 à Paris. La répression policière avait fait ce jour là des centaines de morts parmi les Français-Musulmans venus protester pacifiquement contre le couvre-feu imposé par le gouvernement.

Dans Le Der des ders (1984) Didier Daeninckx fait le procès du militarisme assassin et met en scène un groupe d'anarchistes. Cette histoire a été adaptée en BD par Tardi. Pour La Mort n'oublie personne (1989), il s'attaque au sujet de l'épuration.

Didier Daeninckx a publié une trentaine de titres qui confirment une volonté d’ancrer les intrigues du roman noir dans la réalité sociale et politique.

Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse...), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l’ensemble de son œuvre.

Parmi les derniers livres publiés par Didier Daeninckx , notons Zapping (1992), Nazis dans le métro (1996), Mort au premier tour (1997).

Jean Daniel

Jean Daniel est né en 1920 à Blida (Algérie). En 1942, il participe à la libération d'Alger. Puis s'engage dans la division Leclerc. En 1946 Jean Daniel est attaché à la présidence du Conseil des Ministres, auprès de Félix Gouin.

Il entre en 1954 à L'Express, fondé par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud, et en sera le rédacteur en chef. En 1964, il quitte L'Express pour créer et diriger Le Nouvel Observateur.

Il a publié une douzaine d'ouvrages, dont un roman (L'erreur), des essais, des nouvelles et des récits, notamment Le refuge et la source, L'ère des ruptures, L'ami anglais, Le temps qui reste, La blessure. En 1991, il publie Les Religions d'un Président, en 1996, Dieu est-il fanatique ? ( essai sur "une religieuse incapacité de croire") et en 1998 Avec le temps, carnets 1970-1998.

Il vient de publier en octobre 2000 Soleil d'hiver, carnets 1998-2000.

Maurice Dantec

Maurice Dantec est né en 1959. Il a passé son enfance à Ivry-sur-Seine. Son père était journaliste scientifique et sa mère couturière.

Enfant, Maurice s'imaginait cosmonaute en jouant avec la figurine de Gagarine ramenée par papa d'URSS.

Dans les années 80, il fait ses premières armes dans la contre-culture technoïde avec son groupe Artefact. Puis il s'essaye à différents métiers, dont celui de la publicité. Au début des années 90, il décide de se consacrer à l’écriture.

Il publie son premier roman La Sirène Rouge chez Gallimard (Série Noire) en 1993

En 1995, il écrit et publie Les Racines du Mal, toujours chez Gallimard (Série Noire).

L'été suivant, Maurice Dantec signe le premier texte du feuilleton du Monde, à l'occasion des 50 bougies de la collection Série Noire : Là où tombent les Anges, un texte marqué par l'influence de William Gibson.

Il a publié son troisième roman, Babylon Babies, en mars 1999.

Maurice Dantec vit à Montréal, depuis 1997.

Maurice Dantec sur le site de Cafard Cosmique

Marie Darrieussecq

Marie Darrieussecq est née le 3 janvier 1969 à Wiiurtennsee (Pays-Bas).

Sa biographie (succincte), telle que présentée sur le site de l'éditeur P.O.L est la suivante :

  • 1971 : L'entreprise familiale de gouda fait faillite. Déménagement et traumatisme.
  • 1972 : Ecole maternelle.
  • 1973 : Premier coup de foudre.
  • 1974 : Après un an de lutte acharnée auprès du rectorat, ses parents réussissent à la faire entrer " avec un an d'avance " à l'école primaire.
  • 1975 : Redoublement.
  • 1976 : Elle fait du vélo sans petites roues.
  • 1977 : Episode dit du " fromage blanc ".
  • 1980 : Apprentissage difficile des verbes irréguliers (to sing I sang sung).
  • 1982 : Lauréate du grand concours de nouvelles de la ville de Bayonne (sa ville d'adoption).
  • 1984 : Grande année initiatique. Elle se met à fumer.
  • 1985 : Elle devient l'égérie des " Suppositoires " (véridique).
  • 1986 : Baccalauréat de mathématiques.
  • 1987 : Elle arrête de fumer.
  • 1988 : Brouille définitive avec Géraldine.
  • 1990 : Voyage aux Etats-Unis. A Boston, elle quitte Nicolas.
  • 1991 : Deuxième coup de foudre.
  • 1996 : Truismes, éditions P.O.L. Elle se remet à fumer.
  • 1998 : Naissance des fantômes, éditions P.O.L.
  • 1999 : Le Mal de mer, éditions P.O.L.Précisions sur les vagues, éditions P.O.L.

Marie Darrieussecq sur le site de l'éditeur P.O.L

Régis Debray

Régis Debray est né le 2 septembre 1940 à Paris.

Après l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm et une agrégation de philosophie, il adhère au Parti communiste. Il s'installe à La Havane et suit Che Guevara en Bolivie où il est arrêté (1967-1970). Libéré et rentré en France, il analyse l'impact des médias, de la communication et fonde les Cahiers de médiologie. Il a été conseillé du président François Mitterrand de 1981 à 1984.

Il a publié, entre autres, La Critique des Armes (1973), la Guerre du Che (1974) , l'Indésirable (1975), La Neige brûle (1977, prix Fémina), Le Pouvoir I,tellectuel en France (1979), Les Empires contre l'Europe ( 195), Eloges (1986), Les Masques ( 1987), Que Vive la République ( 1988), Christophe Colomb ( 1992) .

Alain Decaux

Alain Decaux est né en 1925 à Lille.

Il fait ses études à Lille, au lycée Faidherbe, puis à Paris, au lycée Janson de Sailly.

Puis il vient à Paris pour et suit , pour son plaisir, des cours d’histoire à la Sorbonne.

Son premier livre, Louis XVII retrouvé, est publié en 1947. En 1949, il est couronné par l’Académie française à vingt-cinq ans, pour son second ouvrage, Letizia.

Attiré très tôt par l’audiovisuel, Alain Decaux fonde à la Radiodiffusion française, en 1951 (avec André Castelot et Jean-Claude Colin-Simard, puis Jean-François Chiappe) La Tribune de l’Histoire. Cette émission hebdomadaire qui sera diffusée sans interruption jusqu'en 1997.

En 1957, il crée (avec Stellio Lorenzi et André Castelot) La camera explore le temps à la Télévision française. Cette émission se poursuivra jusqu’en 1966. De 1969 à 1988, il a donné, sur la deuxième channe de télévision, sur Antenne 2, puis sur TF1, Alain Decaux raconte, émission devenue Alain Decaux face à l’Histoire, où, chaque mois, seul à l’image pendant une heure, il traitait d’un personnage ou d’un événement de l’Histoire. parallèlement, il poursuit la publication de ses ouvrages. De juin 1988 à mai 1991, il a été ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, chargé de la Francophonie.

Alain Decaux a été élu à l'Académie française le 15 février 1979, au fauteuil de Jean Guéhenno

Alain Decaux est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages , dont notamment :

  • 1947 Louis XVII retrouvé.
  • 1949 Letizia. Napoléon et sa mère.
  • 1952 La Conspiration du général Malet. La Médaille militaire.
  • 1953 La Castiglione, dame de cœur de l’Europe, d’après sa correspondance et son journal inédits.
  • 1954 Les Grandes Heures de Versailles. De l’Atlantide à Mayerling.
  • 1957 Cet autre Aiglon, le Prince impérial.
  • 1958 Offenbach, roi du Second Empire. L’Empire, l’amour et l’argent.
  • 1960 L’Énigme Anastasia, enquête.
  • 1964 Les Heures brillantes de la Côte d’Azur. Grands Mystères du passé.
  • 1966 Dossiers secrets de l’Histoire. Grands secrets, grandes énigmes.
  • 1967 Nouveaux dossiers secrets.
  • 1968 Les Rosenberg ne doivent pas mourir, pièce. Grandes aventures de l’Histoire.
  • 1969 Le Livre de la famille impériale (en collaboration avec André Castelot et le général Kœnig).
  • 1971 La Belle Histoire des marchands de Paris.
  • 1972 Histoire des Françaises (2 vol.).
  • 1976 Blanqui l’Insurgé.
  • 1976-1977 Histoire de la France et des Français au jour le jour,(8 vol. en collaboration avec André Castelot, Jacques Levron et Marcel Jullian).
  • 1977 Les Face à Face de l’Histoire.
  • 1978 Alain Decaux raconte.
  • 1979 Alain Decaux raconte (tome II).
  • 1980 Alain Decaux raconte (tome III).
  • 1981 Alain Decaux raconte (tome IV).
  • 1982 L’Histoire en question.
  • 1983 L’Histoire en question (tome II).
  • 1984 Victor Hugo.
  • 1986 Les Assassins.
  • 1987 Destins fabuleux. Alain Decaux raconte l’Histoire de France aux enfants.
  • 1988 Alain Decaux raconte la Révolution française aux enfants.
  • 1991 Alain Decaux raconte Jésus aux enfants.
  • 1992 Le Tapis rouge.
  • 1993 Histoires extraordinaires. Mille neuf cent quarante-quatre.
  • 1994 Nouvelles histoires extraordinaires.
  • 1995 L’Abdication.
  • 1996 C’était le XXe siècle. Alain Decaux raconte la Bible aux enfants.
  • 1997 Monaco et ses princes. La Course à l'abîme.
  • 1998 La Guerre absolue.
  • 1999 Histoire des Françaises : Le Combat.
  • 2000 Morts pour Vichy.

Alain Decaux sur le site de l'Académie française.

Michel de Decker

Michel de Decker, écrivain historien se situe dans la foulée de son ami André Castelot et celle d'Alain Decaux, avec lesquels il a participé à de nombreuses Tribunes de l'Histoire (France-Inter).

Auteur d'une vingtaine de titres (publiés chez Perrin, Belfond, Pygmalion, Lafon etc) il est aussi producteur d'émissions TV (Fr3 Normandie) chroniqueur historique sur France Bleu et conférencier (conteur) fort apprécié.

Tant sur terre que sur mer (Grande conférences du Figaro, de Vichy, Biarritz etc), il anime aussi les après-midi de diverses universités du temps libres et sème la bonne parole de l'histoire auprès de nombreux croisiéristes (à bord du France-Norway, du World Renaissance, du Mistral etc).

Président de la Société des Auteurs de Normandie il organise de nombreux Salons du Livre et participe à toutes les grandes manifestations littéraires de France et de Navarre. Il est également l'auteur de quelques spectacles du genre son et lumière ou comédies musicales.

www.michel-de-decker.com

Didier Decoin

Didier Decoin est né le 13 mars 1945 à Boulogne-Billancourt. Il est le fils du cinéaste Henry Decoin. Après des études secondaires au collège Sainte-Croix de Neuilly, Didier Decoin entre comme journaliste à France-Soir. Puis il collabore au Figaro, aux Nouvelles Littéraires, à Europe I, et participe à la création de V.S.D.

Parallèlement au journalisme, il entame une carrière de romancier. Il a vingt ans lorsqu'il publie son premier livre, Le Procès à l'amour. Celui-ci sera suivi d'une vingtaine de titres, dont John L'Enfer pour lequel, en 1977, il reçoit le prix Goncourt.

Pour sauvegarder sa liberté d'écrivain, Didier Decoin se dote d'un second métier garant de son indépendance, celui de scénariste. Il travaille au cinéma pour plusieurs réalisateurs dont notamment Marcel Carné, Robert Enrico, Henri Verneuil, et Maroun Bagdadi avec qui il recevra, pour le film Hors-la-vie, le prix spécial du jury au festival de Cannes. Mais c'est à la télévision que Didier Decoin consacre l'essentiel de ses activités. Auteur de très nombreux scripts originaux et d'adaptations, et après avoir dirigé pendant trois ans et demi la fiction de France 2, il reçoit en 1999 le Sept d'Or du meilleur scénario pour Le Comte de Monte-Cristo.

Didier Decoin est marié et père de trois enfants. Il vit en Normandie.

Il a été élu à l'Académie Goncourt en 1995.

Didier Decoin sur le site de l'Académie Goncourt.

Régine Deforges

Régine Deforges est née en 1935 à Montmorillon dans la Vienne.

Elle a suivi ses études au Collège Saint-Martial à Montmorillon . D’abord libraire (1960-1976) puis éditeur, elle s'est ensuite spécialisée dans la littérature érotique au cours des années 60, ce qui lui a valu quelques soucis. Puis elle s’est consacrée au roman populaire à travers son célèbre cycle romanesque entamé avec La Bicyclette bleue (Prix des Maisons de la Presse 1983), dont les héros, Léa et François, poursuivent leurs aventures dans six autres volumes : 101, avenue Henri-Martin (1984), Le Diable en rit encore (1985), Noir Tango (1991), Rue de la Soie , La Dernière Colline et Cuba libre !.

Cette épopée romanesque, s'est vendue à près de10 millions d’exemplaires.

Régine Deforges a été chargée de mission au près du Ministère de la Culture en 1982 et 1983. Elle est membre du jury du prix fémina depuis 1984

Michel Deguy

Michel Deguy est né en 1930. Poète, essayiste, agrégé de philosophie et professeur de littérature, Il a traduit les œuvres de Hölderlin, Celan, Heidegger. Son œuvre poétique est composée, entre autres, de Fragments du cadastre (prix Félix-Fénéon, 1960), Poèmes de la Presqu'île (prix Max-Jacob, 1961), Biefs (1964), Jumelages (1978), Gisants (1985). Son œuvre en prose comprend aussi des essais, comme Tombeau de Du Bellay (1973), La Machine matrimoniale ou Marivaux (1982), La Poésie n'est pas seule (1988) ou Aux heures d'affluence (1993).

Michel Deguy a également fondé plusieurs revues : Revue de poésie (1964-1971), Poésie (créée en 1977) et a collaboré à d'autres (La NRF, Les Cahiers du chemin, Critique, Tel Quel, Les Temps modernes…).

Il a été président du Collège international de philosophie de 1989 à 1992 et de la Maison des Écrivains de 1992 à 1998.

Florence Delay

Florence Delay est née le 19 mars 1941 à Paris. Elle est la fille de Marie-Madeleine Carrez et de Jean Delay. Elle a fait ses études au lycée Jean de la Fontaine puis à la Sorbonne. Agrégée d'espagnol, elle s'oriente vers la littérature générale et comparée qu'elle enseigne depuis 1967 — et depuis 1972 à l'université de la Sorbonne-Nouvelle.

À vingt ans, Florence Delay a interprété le rôle de Jeanne d'Arc dans Procès de Jeanne d'Arc de Robert Bresson.

Elle a publié son premier roman d'éducation, Minuit sur les jeux, en 1973. Elle a obtenu le prix Femina en 1983 pour Riche et légère, le prix François Mauriac en 1990 pour Extremendi, le grand prix du roman de la Ville de Paris en 1999, le prix de l'essai de l'Académie française pour Dit Nerval.

À partir de Petites formes en prose après Edison (1987), elle a alterné romans et essais. Parallèlement, elle est restée fidèle au théâtre et à l'Espagne. Élève à l'École du Vieux-Colombier, assistante de Raymond Rouleau, régisseur-stagiaire de Jean Vilar au Festival d'Avignon, assistante de Georges Wilson au TNP (1963-1964), elle a traduit le dernier spectacle de Victor Garcia, Acte sacramentel de Calderón (1981), La Célestine de Fernando de Rojas, mise en scène par Antoine Vitez au Festival d'Avignon puis au théâtre de l'Odéon (1989). En cours, avec Jacques Roubaud, un cycle de dix pièces : Graal théâtre, sur la matière de Bretagne.

Florence Delay a été élue à l'Académie française, le 14 décembre 2000.

Patrice Delbourg

Patrice Delbourg est né à Paris en 1949. Il est chroniqueur à "L'Evénement" et collabore aux "Papous dans la tête" sur France-Culture. Il est membre du comité directeur de la Société des gens de Lettres.

Patrice Delbourg est notamment l'auteur de :

  • Cadastres. - Le castor astral, 1978
  • La martingale de d’Alembert, 1981
  • Génériques, 1982
  • Embargo sur tendressel, 1984
  • Absence de pedigree, 1984
  • Un certain Blatte, 1989
  • Bureau des latitudes, 1993
  • Vivre surprend toujours : journal d’un hypocondriaque, 1994
  • Mélodies chroniques : la chanson française sur le grill, 1994
  • L’ampleur du désastre, 1995
  • Les désemparés : 53 portraits d’écrivains, 1996
  • Exercices de stèles, 1996
  • Demandez nos esquimaux, demandez nos calembours, 1997

Philippe Delerm

Philippe Delerm est né le 27 novembre 1950. Il est professeur de Lettres au Collège Marie Curie à Bernay.

Il est notamment l'auteur de :

La cinquième saison , Un été pour mémoire , Le buveur de temps , Autumn , Les amoureux de l'Hôtel de Ville ,Mister Mouse ,Sundborn ou les jours de lumière , L'envol , Le bonheur - Tableaux et bavardages , Le miroir de ma mère (en collaboration avec Marthe Delerm ), Le bruit de la dynamo , La sieste assassinée , Plaisirs minuscules , La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, Il avait plu tout le dimanche, Les chemins nous inventent ...

Jacques Delors

Jacques Delors est né en 1925. Economiste et homme politique français dont le nom est surtout attaché à la  construction européenne dans les années 1980 et 1990. Il a été président de la Commission européenne

Il est l'auteur de :

  • Le nouveau concert européen, recueil de discours,1992, Odile Jacob
  • Combats pour l'Europe, 1996, Economica

Jean-François Deniau

Jean-François Deniau est né à Paris, le 31 octobre 1928.

Il effectue ses études au Lycée pasteur de Neuilly sur Seine puis à l'école Sainte-Geneviève à Versailles. Il a été deux fois lauréat du Concours général. Il est docteur en droit, licencié ès lettres (ethnologie et sociologie), et diplômé de Institut d’études politiques de Paris. Il part en 1949 pour l’Indochine où il sert dans une unité de partisans montagnards et passe l’écrit de l’ENA à Saigon. Elève à l'ENA de 1950 à 1952, il devient Inspecteur des Finances en 1952.

Très tôt Jean-François Deniau s’intéresse à l’Europe. Chargé de mission en 1955 au Secrétariat général du Comité interministériel auprès du président du Conseil, il est l’un des responsables du traité de Rome fondant le Marché commun.

Jean-François Deniau est ensuite chargé de l’aide au développement, puis des relations extérieures à la Commission européenne à Bruxelles. C'est lui qui crée les principaux mécanismes d’aide en faveur des pays associés du tiers monde et conduit les négociations européennes et internationales.

Jean-François Deniau est nommé par le général de Gaulle ambassadeur en Mauritanie la veille de ses trente-cinq ans, puis ambassadeur auprès du roi d’Espagne en 1976 pour la période de la transition démocratique. Il a été six fois ministre de 1973 à 1980, notamment à

la Coopération, aux Affaires européennes, au Commerce extérieur. Il a été élu député du Cher en 1978 et président du Conseil général depuis 1980.

À partir de 1982, Jean-François Deniau se consacre au combat des peuples qui, du Cambodge à l’Érythrée et du Liban à l’Afghanistan, sont victimes d’une dictature ou d’une occupation étrangère et luttent pour leur liberté.

Jean-François Deniau mène ces activités sans jamais abandonner deux autres passions, celle d’écrire qui lui a valu en 1990 le grand prix Paul Morand de l'Académie française, et celle de la mer.

Il a été élu à l’Académie française, le 9 avril 1992.

Ses principaux ouvrages

  • 1955 Le Bord des larmes
  • 1958 Le Marché commun
  • 1975 La mer est ronde
  • 1977 L’Europe interdite
  • 1985 Deux heures après minuit
  • 1988 La Désirade
  • 1989 Un héros très discret
  • 1990 L’Empire nocturne
  • 1992 Ce que je crois
  • 1993 Le Secret du Roi des serpents
  • 1994 Mémoires de sept vies. Tome1 : Les temps aventureux
  • 1996 L’Atlantique est mon désert
  • 1997 Mémoires de sept vies. Tome 2 : Croire et oser
  • 1998 Le Bureau des secrets perdus
  • 1999 Tadjoura
  • 2000 Histoires de courage
  • 2000 La bande à Suzanne
  • Jean-François Deniau sur le site de l’Académie française

Jean-François Deniau sur le site de l'Académie française.

Michel Deon

Michel Deon est né le 4 août 1919, à Paris.

Il suit ses études à Janson de Sailly, puis aux lycées de Monaco et de Nice.

En 1937, il s'inscrit en faculté de droit à Paris, puis il est mobilisé jusqu’en novembre 1942.

De 1942 à 1956,  il se consacre au journalisme puis, uniquement à la littérature.

Fin 1942, Michel Deon reste en zone sud, comme secrétaire de rédaction à l’Action française, puis regagne Paris à l’automne 1944. Il travaille alors dans différents journaux.

En 1946, Michel Deon quitte Paris, il est alors correspondant de presse en Suisse et en Italie. En 1950, Michel Deon part pour les États-Unis grâce à une bourse de l’Institute of International Education, relayée par une bourse de la Fondation Rockefeller, qui lui permet de visiter le Canada français et d’étudier les mœurs et la langue des Acadiens de Louisiane

Fin 1951, Michel Deon rentre en France et se consacre de nouveau au journalisme. Il commence de publier régulièrement des romans.

En 1956, Michel Deon entre comme conseiller littéraire aux éditions Plon qu’il quitte, en 1958, pour séjourner dans différentes villes européeenes ( Portugal, Grèce...).

Michel Deon revient à Paris en 1961. Il collabore alors aux éditions de La Table ronde et tient la chronique dramatique des Nouvelles littéraires où il prend la succession de Gabriel Marcel.

En 1963, Michel Deon repart pour la Grèce et s’installe pour cinq ans à Spetsai. En 1968, il effectue un long séjour au Portugal, puis à partir de 1969, partage son année entre l’Irlande, la Grèce et Paris.

Michel Deon a reçu de nombreux prix littéraires :

Je ne veux jamais l’oublier (1951, le prix de la ville de Nice), lLe dieu pâle (1954, prix des Sept), Le balcon de Spetsai (1961, prix Kauffmann), Les poneys sauvages (1970, prix Interallié), Un taxi mauve (1973, le grand prix du roman de l’Académie française), Thomas et l’infini (1976, grand prix européen de littérature pour albums d’enfants ), Le Jeune Homme vert (1977, Glenfiddich Award), Je vous écris d’Italie (1984, le prix des Maisons de la presse)

Michel Deon a également reçu, en 1996, le prix Giono pour l’ensemble de son œuvre.

Michel Deon a été élu à l’Académie française, le 8 juin 1978.

Ses principaux ouvrages

  • 1950 Je ne veux jamais l’oublier, roman
  • 1952 La Corrida, roman
  • 1954 Le Dieu pâle, roman
  • 1955 Tout l’amour du monde, récits
  • 1956 Lettre à un jeune Rastignac, pamphlet
  • 1956 Les Trompeuses Espérances, roman
  • 1958 Les Gens de la nuit, roman
  • 1960 Tout l’amour du monde II, récits
  • 1960 La Carotte et le Bâton, roman (La Table ronde).
  • 1961 Le Balcon de Spetsai, récit
  • 1964 Louis XIV par lui-même
  • 1965 Le Rendez-vous de Patmos, récits
  • 1967 Un parfum de jasmin, nouvelles
  • 1967 Mégalonose, pamphlet
  • 1970 Les Poneys sauvages, roman
  • 1973 Un taxi mauve, roman
  • 1975 Le Jeune Homme vert, roman
  • 1975 Thomas et l’infini, récit pour enfants,
    illustré par Étienne Delessert
  • 1977 Les vingt ans du jeune homme vert, roman
  • 1978 Mes arches de Noé, souvenirs (La Table ronde).
  • 1981 Un déjeuner de soleil
  • 1984 Je vous écris d’Italie.
  • 1985 Bagages pour Vancouver (La Table ronde).
  • 1987 La Montée du soir. Ma vie n’est plus un roman, théâtre
  • 1990 Un souvenir
  • 1992 Le Prix de l’amour, nouvelles Ariane ou l’oubli, théâtre.
  • 1993 Pages grecques. Parlons-en …
    (en collaboration avec Alice Déon)
  • 1993 Je me suis beaucoup promené.
  • 1995 Une longue amitié,
    Lettres d’André Fraigneau et Michel Déon.
  • 1995 Le Flâneur de Londres
  • 1996 La Cour des grands
  • 1998 Madame Rose 

Michel Deon sur le site de l'Académie française.

Agnès Desarthe

Agnès Desarthe est née à Paris en 1966. Elle a suivi les cours de l'Ecole Normale Supérieure. Agrégée d’anglais, elle est traductrice de littérature anglaise et américaine, auteur pour la jeunesse et romancière.

Agnès Desarthe a obtenu le prix Inter 1996 pour son roman Un secret sans importance.

Ses principaux ouvrages

  • Les peurs de Conception, L'Ecole des Loisirs, 1992.
  • Je ne l'aime pas Paulus, L'Ecole des Loisirs, 1992.
  • Quelques minutes de bonheur absolu. - Editions de l'Olivier, 1993,
  • Poète maudit, L'Ecole des Loisirs, 1995.
  • Un secret sans importance - Editions de l'Olivier, 1996 - Prix du Livre Inter
  • Tout ce qu'on ne dit pas, L'Ecole des Loisirs, 1996.
  • Je manque d'assurance, L'Ecole des Loisirs, 1997.
  • Cinq photos de ma femme. - Editions de l'Olivier, 1998.

Maryline Desbiolles

Maryline Desbiolles, originaire de Savoie, a passé toute son enfance à Levens et partage sa vie avec le sculpteur Bernard Pagès, à " La Fontaine de Jarrier ", lieu-dit de la Pointe de Contes, dans le haut pays niçois.

C’est dans ce paysage aride aux vagues de marne grise, où Pagès manie depuis trente ans le bois, le fer où le béton, qu’elle écrit, tous les après-midi, dans un bureau minuscule à l’écart de la " ferme ".

Le parcours littéraire de Maryline Desbiolles qui a quarante ans est déjà long, mais plutôt discret jusqu’à la publication, en 1998, de la " Seiche ", un livre étonnant, obsessionnel, centré autour de la préparation d’une recette de seiches farcies !

Mais loin de jouer les " mamma " aux fourneaux, elle réussissait un beau roman, baroque, rythmé par la progression, presque clinique, de la recette et les digressions sur les choses de la vie.

En 1999, son roman " Anchise " a obtenu le prix Fémina. Elle écrit avec une sensualité furtive mais évocatrice. Qu’elle évoque une anguille prisonnière d’un puits, une ablette aux mille scintillements, le cri mélancolique de l’âne ou les gaspillages séminaux de la fleur de l’echallium, la romancière chante la vie et le vivant. La douceur apparente est porteuse d’une violence prête à exploser pour donner libre cours à la crudité de la vérité. Elle découpe, elle effiloche, arrache. Elle transcende son sujet, amène ses personnages gris à la lumière de la poésie. C’est un livre écrit, riche d’échos comme un chant rigoureusement modulé. Elle fait scintiller son histoire comme le soleil irradie un paysage. De chacun d’eux sourd la beauté tragique des vies ensablées dans la solitude. Avec une écriture qui bruit et froisse pour mieux faire entendre les variations du silence. Elle écrit en peintre, sans mièvrerie, sans trait lourd. " Qu’a-t-on franchi pour qu’il nous semble avoir versé si vite dans le désastre de la mémoire ? ". C’est sur les routes sinueuses de cette mémoire dévoreuse de vie que nous entraîne Maryline Desbiolles.

Après ses études à Nice et Cannes, Maryline Desbiolles a crée deux revues de poésie et de littérature, " Offset " en 1980 et " La Métis " en 1990, réunissant autour d’elle plusieurs auteurs méditerranéens.

Auteur de poèmes et d’ouvrages de fiction, est notamment l’auteur de Une femme de rien (roman, Mazarine, 1987), Les Bâteaux-feux (récits, Alinéa, 1988), Les Chambres (nouvelles, Blandin, 1992) Quelques écarts (poèmes, Tarabuste, 1996), Les tentations du paysage (poèmes, Tarabuste, 1997), La Seiche (Ed. du Seuil, 1998) et Anchise (roman, Seuil, 1999).

Michèle Desbordes

Originaire d'un village de Sologne, Michèle Desbordes grandit à Orléans. À l'issue d'études littéraires en Sorbonne, elle devient conservateur de bibliothèques. Elle exerce d'abord dans des universités parisiennes, puis en Guadeloupe en lecture publique.
En 1994, elle est nommée directrice de la Bibliothèque de l'université d'Orléans. Elle vit à Beaugency en Sologne.

La Demande a reçu le Prix du roman France-Télévision, le prix du jury Jean Giono ainsi que le Prix des auditeurs de la RTBF.

Elle est aussi l'auteur de :

  • Le commandement (2001) Gallimard
  • Le Lit de la Mer (2002) Gallimard

Une étude de la Demande sur le site du Lycée Bossuet à Lannion

Virginie Despentes

Virginie Despentes est née le 13 juin 1969 à Nancy.

Elle s'est essayée à plusieurs métiers : femme de ménage à Longwy, hôtesse d'accueil dans un salon de massage, rédactrice freelance pour des journaux rock et pornographiques, vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore à Paris.
Elle a notamment publié deux romans : Baise-moi (1993, Florent Massot), et Les Chiennes savantes (1995).

Virginie Despentes sur le site des Editions Grasset

Diastème

Diastème a commencé en tant que journaliste.

Il a débuté en tant que rédacteur à 7 à Paris (1988-1991) puis à L'Autre Journal (1991-1993). Il a ensuite été critique de cinéma à Première (1994-1998).
Il a été le créateur des journaux Info du Monde et Personnalité.
Il est chroniqueur à 20 ANS depuis 1994.

Diastème a publié : 

  • 1994-  Le Dictionnaire Superflu du Cinema
  • 1996- Chienne de Vie
  • 1997- Les Papas et les Mamans
  • 1999- In Paradisum
  • 2001- Même Pas Mal
  • 2003- 107 ans 

Eyet-Chékib Djaziri

Eyet-Chékib Djaziri est né à Tunis en 1957 d'une mère Française et d'un père Turco-Tunisien. Après le divorce de ses parents, il suit sa mère en France, à l'âge de seize ans. À vingt-deux ans, il interrompt ses études pour entrer dans une compagnie aérienne où il lui sera loisible de faire plusieurs fois le tour du monde.
Au bout de seize années, il pose les valises et c'est à la faveur d'un long congé sabbatique qu'il entreprend d'écrire.

Il est l'auteur de :

  • Un poisson sur la balançoire
  • Une promesse de douleur et de sang
  • L'innocence du diable
  • L'ange maudit

Le site officiel d' Eyet-Chékib Djaziri

Philippe Djian

Philippe Djian est né en 1949 à Paris.

Il commence par travailler, entre autres, comme magasinier chez un éditeur, retapeur de bergeries, et rewriter. Puis il décide de se consacrer à l'écriture,

Marqué par les écrivains américains de la Beat Generation, il publie son premier ouvrage, 50 contre 1, un recueil de nouvelles, en 1981 et un premier roman, Bleu comme l'Enfer, en 1982.

Il commence alors une saga avec Zone Erogène (1984), 37°2 le matin (1985) et Maudit manège (1986)

37°2 le matin lui apporte une grande notoriété grâce notamment à l'adaptation cinématographique qu'en fait Jean-Jacques Beineix (1986); film qui connaît un large succès, ce qui permet à Philippe Djian de toucher un public jeune.

Philippe Djian a aussi publié Echine ( 1998) Lent Dehors (1991), Vers chez les Blancs, Sotos (1993) la trilogie Assassins, Criminels, Sainte-Bob, et Entre nous soit dit, (livre d'entretiens avec Jean-Louis Ezine).

Philippe Djian est également parolier de Stephan Eicher.

Le site de Laurence Carbonneaux totalement dédié à l'auteur de 37,2° le matin

Christophe Donner

Né en 1956, Christophe Donner est l'auteur , chez Grasset, de : L'Esprit de vengeance (1992), Les Maisons (1993), Mon oncle (1995), Retour à Eden (1996), Forme d'amour n° 3 ou 4 (1997), Ma vie tropicale (1999), L'Empire de la Morale ( 2001).

Geneviève Dormann

Geneviève Dormann est née le 24 septembre 1933 à Paris.

Elle est romancière et journaliste. Elle a toujours vécu dans l'encre et le papier, son père, parlementaire, étant aussi imprimeur et journaliste.

Elle a fait partie des jeunes écrivains détectés par Jean Cayrol (Seuil) dans les années 60.

Elle est l'auteur de : La fanfaronne (1959), Le Chemin des dames (1964), La Passion selon Saint Jules (1967), Je t'apporterai des orages (1967), Le Bateau du Courrier (1974), Mickey l'Ange (1977), Fleur de péché (1980), Le Roman de Sophie Trébuchet (1982), Amoureuse Colette (1985).

Maurice Druon

Maurice Druon est né à Paris en 1918 . Il est l'arrière-neveu du poète Charles Cros et le neveu de Joseph Kessel.

Maurice Druon passe son enfance en Normandie et fait ses études secondaires au lycée Michelet. Il est lauréat du Concours général en 1936.

Il commence à publier ses premiers écrits, à l’âge de dix-huit ans, dans des revues et journaux littéraires.

De 1937 à 1939, Maurice Druon est élève des Sciences politiques. Pendant la guerre, il participe à la Résistance. Il s'évade de France en 1942, traverse clandestinement l’Espagne et le Portugal pour s’engager dans les rangs de la France libre, à Londres.

En 1943, il compose, avec son oncle Joseph Kessel, les paroles du Chant des Partisans . Il est correspondant de guerre auprès des armées françaises et alliées jusqu’à la fin de la guerre.

À partir de 1946, il se consacre à l'écriture. En 1948, il reçoit le prix Goncourt pour son roman Les Grandes Familles, et en 1966, le prix Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son œuvre. En 1998, il obtient le prix Saint-Simon.

Le 8 décembre 1966 Maurice Druon est élu à l'Académie française, il en deviendra le secrétaire perpétuel le 7 novembre 1985.

Il a été Ministre des Affaires culturelles en 1973 et 1974 et député de Paris de 1978 à 1981.

Ses principales oeuvres

  • 1942 Mégarée, pièce de théâtre
  • 1943 Le Sonneur de bien-aller, nouvelle
  • 1944 Lettres d’un Européen, essai
  • 1946 La Dernière Brigade, roman
  • 1948 Les Grandes Familles, roman
  • 1950 La Chute des corps (Les Grandes Familles, II), roman
  • 1951 Rendez-vous aux enfers (Les Grandes Familles, III), roman
  • 1952 Remarques
  • 1953 Le Coup de grâce, mélodrame en trois actes. En collaboration avec Joseph Kessel
    Un voyageur, comédie en un acte
  • 1954 La Volupté d’être, roman
  • 1955 Le Roi de fer (Les Rois maudits, I), roman historique
  • La Reine étranglée (Les Rois maudits, II)
  • 1956 Les Poisons de la couronne (Les Rois maudits, III)
    L’Hôtel de Mondez, nouvelle
  • 1957 La Loi des mâles (Les Rois maudits, IV), roman historique
    Tistou les pouces verts, récit pour enfants
  • 1958 Alexandre le Grand, roman mythologique
  • 1959 La Louve de France (Les Rois maudits, V)
  • 1960 Le Lis et le Lion (Les Rois maudits, VI)
  • 1962 Des Seigneurs de la plaine à l’hôtel de Mondez, nouvelles
    1963 Les Mémoires de Zeus, roman mythologique
  • 1964 Paris, de César à Saint Louis, essai historique
    Bernard Buffet, essai
  • 1965 Le Pouvoir, notes et maximes
    1966 Les Rois maudits, roman historique, 6 vol., nouvelle édition
  • 1967 Les Mémoires de Zeus, II, roman mythologique
    Le Bonheur des uns, nouvelles
  • 1968 Vézelay, colline éternelle
    L’Avenir en désarroi, essai
    Grandeur et signification de Léningrad
  • 1970 Lettres d’un Européen et Nouvelles Lettres d’un Européen,
  • 1943-1970, essai
    Splendeur provençale
  • 1972 Une Église qui se trompe de siècle, essai
  • 1974 La Parole et le Pouvoir
  • 1973-1977 Œuvres complètes, 25 volumes comprenant 5 recueils d’inédits Au pas de la vie (4 vol.), Politique et Civilisation, Discours (1 vol.)
  • 1977 Quand un Roi perd la France (Les Rois maudits, VII), roman historique
  • 1981 Attention la France !
  • 1982 Réformer la démocratie
  • 1985 La Culture et l’État
  • 1987 Vézelay, colline éternelle, nouvelle édition
  • 1994 Lettre aux Français sur leur langue et leur âme
  • 1997 Circonstances
  • 1998 Circonstances. II : Circonstances politiques, 1954-1974
  • 1999 Le bon français
  • 2000 La France aux ordres d'un cadavre

Maurice Druon sur le site de l'Académie française.

Roland Dubillard

Roland Dubillard est né en 1923. Poète, dramaturge, traducteur, essayiste, comédien et metteur en scène, Roland Dubillard a commencé sa carrière comme auteur dramatique au Club d'essai de la Radio-diffusion française. En 1953, il monte un numéro de duettistes : Grégoire et Amédée, une série de sketches où l'humour et l'absurde se mélangent à la poésie.

Ses principaux écrits :

  • Naïves Hirondelles, théâtre, 1961
  • La Maison d'os, théâtre,1962
  • Le Jardin aux betteraves, théâtre,1969
  • Les Diablogues, théâtre,1976
  • Je dirai que je suis tombé, poésie,1966
  • Méditations sur la difficulté d'être en bronze, Nouvelles,1972
  • Olga ma vache, Nouvelles,1974
  • Sous le titre Carnets en marge, il a publié en 1988, des extraits importants de son journal.

Roland Dubillard sur le site de l'Imec ( Institut Mémoires de l'édition contemporaine)

Jean-Pierre Dufreigne

Jean-Pierre Dufreigne est né en 1942.

Il est rédacteur en chef à L'Express. Il est l'auteur de plusieurs romans dont Mémoires d'un homme amoureux, Le Dernier Amour d'Aramis (prix Interallié 1993), Le Génie des orifices, esthétique des plaisirs de la table et du lit.

Jacques Dupin

Jacques Dupin est né le 4 mars 1927 à Privas en Ardèche. Son père meurt en 1931. Sa mère retourne avec lui dans sa Picardie natale et s'installe à Saint-Quentin.

En 1939, les menaces de guerre poussent sa mère à revenir en Ardèche. Jacques Dupin fait ses études secondaires au collège de Privas. Ce sont les années de guerre et l'occupation allemande dès 1942. Jacques Dupin découvre dans la bibliothèque paternelle Baudelaire, Rimbaud, Verlaine et Mallarmé, mais aussi Balzac, Proust et les premiers livres de Freud traduits en français.

En 1947, Jacques Dupin envoie ses poèmes à René Char, qui apprécie sa poésie. De cette rencontre naît une grande amitié, et René Char lui apportera un soutien constant. Grâce à lui, il pourra publier ses premiers poèmes.

En 1949 Jacques Dupin devient secrétaire de rédaction de la revue Empédocle, dirigée par Albert Béguin, Albert Camus et René Char. Il y publie Comment dire ? Cette activité lui permet de côtoyer Francis Ponge, d'André Frénaud, de Georges Braque, d'Albert Camus et de Georges Bataille.

En 1950, Jacques Dupin devient secrétaire de la revue et des éditions Cahiers d'Art . Il y apprend le métier d'éditeur d'art et approche Brancusi, Laurens, Léger, Brauner, Lam, Hélion, Nicolas de Staël, Fernandez, Picasso.

Il publie son premier livre de poèmes Cendrier du voyage avec un avant-propos de René Char.

Jacques Dupin se marie en 1951 avec Christine Rousset. Le couple s'installe à Vanves.

En 1954, Jacques Dupin rencontre Yves Bonnefoi, Philippe Jaccottet, et Joan Miro. La rencontre avec ce dernier donnera naissance à une longue collaboration qui se traduira par des livres, des expositions, et plusieurs voyages... En 1954, Jacques Dupin rencontre également Alberto Giacometti, dans son atelier, pour un article dans Cahiers d'Art.

En 1955 il devient libraire à la Galerie Maeght puis sera nommé responsable des éditions, jusqu'en 1981. Il publie des poèmes et des textes sur l'art dans différentes revues et catalogues, ainsi que ses premiers livres d'artiste avec Miro et Giacometti.

En 1956, il commence un long travail sur Miro. L'année suivante, il réalise La Liberté des mers, un livre avec Reverdy et Braque. En 1961, il publie un livre sur Joan Miro, et l'année suivante un livre sur Alberto Giacometti.

En 1963, il publie Gravir .Il réalise également avec Bernard Pingaud un numéro de la revue L'Arc consacré à René Char.

En 1965, il rencontre Francis Bacon avec qui il organisera quatre expositions. Francis Bacon fera un portrait de Jacques Dupin.

En 1966 il fonde avec André du Bouchet, Yves Bonnefoi, Gaëtan Picon et Louis René des Forêts la revue l'Ephémère. Une expérience décisive et des liens resserrés avec Paul Celan (qui traduit en allemand La nuit grandissante) comme avec Louis René des Forêts. Premier voyage au Japon, pour l'installation d'une rétrospective des peintures de Miro, il y retournera à cinq reprises. Emu par les événements de mai 68, il écrit L'irréversible , un texte publié dans l'Ephémère. Il fait également jouer avec Jacques Guimet , dans les usines en grève de la banlieue parisienne , une "approche de Rimbaud".

En 1969, il accueille, à Paris, Paul Auster Il écrit le texte de présentation de l'ensemble des poèmes de Paul Auster traduits en français et ils font ensemble des lectures bilingues à New York et à Londres. L'année suivante, il organise, à la Fondation Maeght et au Musée d'Art moderne de Paris, une exposition de Reverdy et de plusieurs amis peintres. En 1971, il organise une exposition en l'honneur de René Char.

En 1977, Jacques Dupin organise une rétrospective de l'oeuvre dessinée et peinte d'Henri Michaux, à la Fondation Maeght. La même année est jouée sa seule pièce de théâtre L'Eboulement, pièce publiée aux éditions Galilée. En 1978, il organise une rétrospective de l'oeuvre d'Alberto Giacometti, à la Fondation Maeght.

En 1982, Jacques Dupin publie L'Espace autrement dit, un livre réunissant ses principaux écrits sur l'art. En 1984, il écrit un premier texte sur Francis Bacon, et deux ans plus tard, Contumace, un recueil de poèmes refusé par Gallimard et publié par P.O.L. Ce dernier éditera également Echancré et Le grésil.

En 1996 parait chez P.O.L. Le Grésil , un nouveau recueil de poèmes

Jacques Dupin sur le site de l'éditeur P.O.L

Jacques Duquesne

Jacques Duquesne est né en 1930

"Raconter des histoires réelles ou imaginaires, écrit Jacques Duquesne, me passionnait. C'est pourquoi j'ai toujours voulu être journaliste".

Puis après avoir écrit des essais, notamment sur l'évolution des problèmes religieux, avec Les Catholiques français sous l'Occupation (1966), Jacques Duquesne se dirige vers le roman.

Son plus grand succès est Maria Vandamme (1983), qui se situe à la même époque et dans la même région que le Germinal de Zola. Maria Vandamme a été plusieurs fois adapté pour le cinéma et la télévision.

Jacques Duquesne est l'auteur de :

Les Prêtres (1955), Les catholiques français sous l'Occupation (1966), Demain une église sans prêtre ? (1968), Dieu pour l'Homme aujourd'hui (1970), La gauche du Christ (1972), Les Treize-Seize ans (1973), Le Cas Jean-Pierre, L'Affaire de Bruay (1976), La Grande Triche (1977), Une Voix, la nuit (1979), La Rumeur de la Ville (1981), Maria Vandamme (1983) Alice Van Meulen (1985), Saint-Eloi (1985), Au début d'un bel été (1988)

Benoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est né près du Havre.

publie en 1982 son premier texte dans la revue Minuit, puis accomplit divers métiers entre musique et journalisme.

Il est notamment l'auteur de :

  • L'amoureux malgré lui, 1989
  • Tout doit disparaître, 1992
  • Gaîté parisienne, 1996
  • Drôle de temps, 1997
  • Les malentendus,. 1998

Jean Dutourd

Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920. Sa mère meurt alors qu'il a sept ans. Il commence des études de lettres. En 1939, alors qu'il a vingt ans, Jean Dutourd est mobilisé et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s'évade six semaines plus tard, et revient à Paris.

Il passe sa licence de philosophie à la Sorbonne. Il se marie en 1942 avec Camille Lemercier. Le philosophe Gaston Bachelard est leur témoin. Il entre ensuite dans la Résistance et est arrété au début de 1944. Il s'évade à temps pour participer à la libération de Paris.

Jean Dutourd publie, en 1946, son premier ouvrage, Le Complexe de César, et obtient le prix Stendhal. En 1950, il obtient le prix Courteline pour Une tête de chien et, en 1952, le prix Interallié pour Au bon beurre, scènes de la vie sous l'Occupation.

Le prix Prince Pierre de Monaco lui est décerné, en 1961, pour l'ensemble de son œuvre.

il travaille pour la radio, et différents journaux et magazines, notamment Libération et France-Soir. Il est ensuite conseiller littéraire aux éditions Gallimard.

Jean Dutourd, réputé pour son ironie parfois sarcastique, a été élu à l'Académie française en 1978.

Ses principaux ouvrages

  • 1946 Le Complexe de César, essai
  • 1947 Le Déjeuner du lundi, roman
    Galère, poèmes
  • 1948 L'Arbre, théâtre
  • 1950 Le Petit Don Juan, traité de la séduction
    Une tête de chien, roman
  • 1952 Au bon beurre, scènes de la vie sous l'Occupation, roman
  • 1955 Doucin, roman
  • 1956 Les Taxis de la Marne, essai
  • 1958 Le Fond et la Forme, essai alphabétique sur la morale et sur le style
  • 1959 Les Dupes, nouvelles
    L'âme sensible, essai
  • 1960 Le Fond et la Forme, tome II
  • 1963 Rivarol, essai et choix de textes
    Les Horreurs de l'amour, roman
  • 1964 La Fin des Peaux-Rouges, moralités
  • 1965 Le Fond et la Forme, tome III .
    Le Demi-Solde
  • 1967 Pluche ou l'Amour de l'art, roman
  • 1969 Petit Journal 1965-1966
  • 1970 L'École des jocrisses, essai
  • 1971 Le Crépuscule des loups, moralités .
    Le Paradoxe du critique, essai
  • 1972 Le Paradoxe du critique, suivi de Sept Saisons, critique dramatique .
    Le Printemps de la vie, roman
  • 1973 Carnet d'un émigré
  • 1976 2024, roman
  • 1977 Mascareigne, roman
    Cinq ans chez les sauvages, essai
  • 1978 Les Matinées de Chaillot, essai.
    Les Choses comme elles sont, entretiens
  • 1979 Œuvres complètes, tome I
  • 1980 Le Bonheur et autres idées, essai .
    Mémoires de Mary Watson, roman
  • 1981 Un ami qui vous veut du bien
  • 1982 De la France considérée comme une maladie
  • 1983 Henri ou l'Éducation nationale, roman
    Le Socialisme à tête de linotte
  • 1984 Œuvres complètes, tome II .
    Le Septennat des vaches maigres
  • 1985 Le Mauvais Esprit, entretiens avec J. É. Hallier
    La Gauche la plus bête du monde
  • 1986 Conversation avec le Général.
    Contre les dégoûts de la vie .
    Le Spectre de la rose
  • 1987 Le Séminaire de Bordeaux
  • 1989 Ça bouge dans le prêt à porter
  • 1990 Conversation avec le Général
    Loin d'Édimbourg
    Les Pensées
  • 1991 Portraits de femmes, roman
  • 1992 Vers de circonstances
  • 1993 L'Assassin, roman
  • 1994 Domaine public .
    Le Vieil Homme et la France
  • 1995 Le Septième Jour, récits des temps bibliques
  • 1996 Le Feld Marechal von Bonaparte
    Scènes de genre et tableaux d'époque
  • 1997 Scandale de la vertu
  • Journal des années de peste : 1986-1991
  • 1998 Grand chelem à cœur
  • 1999 À la recherche du français perdu
  • 2000 Jeannot : mémoires d'un enfant

Jean Dutourd sur le site de l'Académie française.

Jean Echenoz

Jean Echenoz est né en 1947 à Orange, dans le Vaucluse. Son père était médecin.

Jean Echenoz passe sa jeunesse à Aix-en-Provence. La vocation d'écrivain le touche dès l'enfance, peut-être après avoir lu à sept ans Ubu Roi

Après des études de sociologie à Paris, il travaille dans des institutions thérapeutiques, collabore épisodiquement au quotidien L'Humanité et se lance dans l'écriture.

Il publie son premier roman, Le méridien de Greenwich en 1979 (Editions de Minuit); roman qui le fait connaître. Il obtient le Prix Médicis en 1983 pour son deuxième roman Cherokee. A propos de Cherokee, il a dit : " je ne veux pas qu'on le réduise à un roman policier".

Jean Echenoz a obtenu le Prix Novembre en 1995, pour Les grandes blondes et le Prix Goncourt, en 1999, pour Je m'en vais .

Les maîtres de Jean Echenoz sont nombreux. Il déroula la liste au journaliste de Libération les écrivains qui le marquaient au moment de la rédaction de Lac : Roussel, James, Racine, Ambler, Conrad, Brecht, Manchette, Wolfson, Stevenson, Nabokov, Segalen, Littell, Robbe-Grillet, Chesterton, Audiberti, Tutuola, Stark, Sachs, Schwob. Journaliste qui concluait son article ainsi : "Jean Echenoz aime à penser que Nous trois est une manière de premier roman, comme si les quatre précédents représentaient ses gammes, des livres de genre, ces "chefs-d'œuvre" que les compagnons de jadis réalisaient d'excellence pour pouvoir regarder leurs maîtres dans les yeux. Le Méridien de Greenwich serait alors un hommage aux premiers romans, Cherokee au roman policier, l'Equipée malaise au livre d'aventures et Lac au roman d'espionnage."

Principaux ouvrages

  • Le méridien de Greenwich. - Editions de Minuit, 1979.
  • Cherokee. - Editions de Minuit, 1983.
  • L'équipée malaise. - Editions de Minuit, 1986.
  • L'occupation des sols. - Editions de Minuit, 1988.
  • Lac. - Editions de Minuit, 1989.
  • J'arrive, dans Le serpent à plumes, no. 3, 1992.
  • Nous trois. - Editions de Minuit, 1992.
  • Les grandes blondes. - Editions de Minuit, 1995.
  • Je m'en vais. Editions de Minuit, 1999. Prix Goncourt

Jean-Paul Enthoven

Jean-Paul Enthoven est éditeur et critique littéraire. Il a publié en 1997 Les enfants de Saturne, Prix Valéry Larbaud .

Il a publié, début 2001, Aurore.

Annie Ernaux

Annie Ernaux naît le 1er septembre 1940, à Lillebonne, à 20 kilomètres du Havre. Elle grandit en Seine-Maritime où ses parents tenaient un café-épicerie. Elle suit sa scolarité à Yvetot , puis au lycée Jeanne-d'Arc de Rouen. Elle songe à cette époque-là à devenir institutrice. Elle s'inscrit en faculté de philosophie puis part, en 1960, en Grande-Bretagne comme jeune fille au pair.

Elle y commence un récit "très marqué par le nouveau roman, poétique, déconstruit, illisible", l'envoie à deux éditeurs en 1963 qui le refusent. Ce récit n'a jamais été publié.

Elle obtient ensuite sa licence de lettres à l'université de Rouen puis s'inscrit à Bordeaux pour préparer le CAPES et l'agrégation. lEntre 1965 et 1975, elle vit à Annecy avec son mari, obtient le Capes, l'agrégation, et publie Les armoires vides ("écrit entre 14 heures et 16h30 dans le plus grand secret").

En 1975, la famille déménage en région parisienne. En 1977, Annie Ernaux commence l'enseignement par correspondance et emménage dans la maison où elle vit aujourd'hui. Elle se fait connaître du grand public en obtenant le Prix Renaudot (1984) pour La Place, où elle rend hommage à son père récemment disparu. Dans le même esprit, elle a ensuite écrit Une femme, en hommage à sa mère.

Elle a - entre autres - publié chez Gallimard: la Place, (prix Renaudot 1984), une Femme (1988), Passion simple (1992), Journal du dehors (1993), la Honte (1997), Je ne suis pas sortie de ma nuit (1997).
Elle vient de publier : l'Evénement et la Vie extérieure.

Eric Faye

Eric Faye est né en 1963. Il est l'auteur de cinq essais sur Ismaïl Kadaré et les contre-utopies publiés chez José Corti. En 1995, il s'est tourné vers la fiction avec Le Général Solitude (Le Serpent à Plumes), son premier roman.

Il est aussi l'auteur de :

  • Parij (1999)
  • Croisière en mer des pluies (2000)
  • Le Mystère des trois frontières (2001)
  • Quelques nobles causes pour rébellions en panne (2002)

Un article concernant Eric Faye sur le site Le Matricule des Anges

Colette Fellous

Colette Fellous est l'auteur, entre autres, de Rosa Gallica, Amor et Le Petit Casino. Elle est également productrice du Carnet nomade sur France Culture.

Dominique Fernandez

Dominique Fernandez est né le 25 Août 1929 à Neuilly sur Seine. Il est diplômé de l'Ecole Normale Supérieure, et agrégé d'Italien en 1955. Il enseigne ensuite à l'Institut français de Naples et entre au comité de lecture des éditions Grasset. Il collabore régulièrement au Nouvel Observateur. En 1968 ; il obtient son doctorat d'Etat avec une thèse sur l'échec de Pavèse et devient Docteur-és-lettres.

Il publie son premier roman Les Enfants de Gogol, en 1971.

Il a obtenu de nombreux prix littéraires, notamment le Prix Médicis 1974 pour Porporino ou les mystères de Naples et le Prix Goncourt 1982 pour Dans la main de l'ange . L'Ecole du Sud a été un des grands succès de l'année 1991.

Derniers livres parus : Tribunal d'honneur (Grasset, 1996), Rhapsodie roumaine (Grasset, 1998), Le loup et le chien en 1999

Principaux ouvrages

  • L’Echec de Pavese (Thèse). – Aubin, 1967
  • Les Enfants de Gogol, roman. – Grasset, 1971
  • Porporino ou les Mystères de Naples. – Grasset, 1974
  • La Rose des Tudors. – Julliard, 1976
  • L’Etoile rose, roman. – Grasset, 1978
  • Une Fleur de jasmin à l’oreille, roman. – Grasset, 1979
  • Le Promeneur amoureux : de Venise à Syracuse. – Plon, 1980
  • Signor Giovanni. – Balland, 1981
  • Dans la main de l’ange, roman. – Grasset, 1982
  • Le Volcan sous la ville : promenades dans Naples ; photographies de Jean-Noël Schifano. – Plon, 1983
  • Le Banquet des anges : l’Europe baroque de Rome à Prague ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1984
  • L’Amour, roman. – Grasset, 1985
  • La Gloire du paria, roman. – Grasset, 1987
  • Le Rapt de Perséphone : mythe sicilien. - D. Bedou, 1987
  • Le Radeau de la Gorgone : promenades en Sicile ; photographies de Ferrante Ferranti. – Grasset, 1988
  • Le Rapt de Ganymède. – Grasset, 1989.
  • L’école du sud, roman. – Grasset, 1991
  • Porfirio et Constance, roman. – Grasset, 1991
  • Séville ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1992
  • L’or des tropiques : promenades dans le Portugal et le Brésil baroques ; photographies de Ferrante Ferranti. – Grasset, 1993
  • Prague et la Bohême ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1994
  • La perle et le croissant : l’Europe baroque de Naples à Saint-Pétersbourg ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1995
  • Saint-Pétersbourg ; photographies de Ferrante Ferranti. – Stock, 1996
  • Tribunal d’honneur, roman. – Grasset, 1996
  • Le Voyage d’Italie : dictionnaire amoureux ; photographies de Ferrante Ferranti. – Plon, 1998

Maxence Fermine

Maxence Fermine est né à Albertville en 1968. Il a passé son enfance à Grenoble, avant de partir à Paris . Il a suivi pendant un an des cours dans une faculté de Lettres, puis a décidé de voyager en Afrique. Il part avec des livres plein les valises, s'éprend du désert, travaille dans un Bureau d'Etudes en Tunisie. Il se marie et vit maintenant en Savoie avec sa femme et sa fille.

Il a déjà publié Neige en janvier 1999 et Le violon noir chez en septembre 1999. L'apiculteur est son troisième livre.

Alice Ferney

Alice Ferney est docteur en Sciences économiques et enseigne à l’Université d’Orléans.

Alice Ferney a déjà publié chez Actes Sud Le Ventre de la fée (1993), L'Elégance des veuves (1995) et Grâce et dénuement (1997, prix Culture et bibliothèques pour tous. Elle vient de publier La Conversation amoureuse (2000).

Alice Ferney sur le site de l'éditeur Actes Sud 

Alain Finkelkraut

Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949. Il est le fils unique d'un maroquinier juif d'origine polonaise déporté à Auschwitz. Ancien élève de l'école normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de Lettres modernes, Alain Finkielkraut est professeur au département Humanités et sciences sociales de l'École polytechnique. Il se fait connaître, en 1987, par La critique de la pensée, une critique acerbe du monde moderne. Il est "également l’auteur de :

La sagesse de l'amour (Gallimard, 1984) , Le Mécontemporain, Charles Péguy, Lecteur du Monde Moderne (1992) , Comment peut-on être Croate ? (Gallimard, 1992) , L'ingratitude, Conversation sur notre temps (Gallimard, 1999), Une voix vient de l'autre rive (Gallimard, 2000), Internet, l’inquiétante extase (Mille et une nuits, 2001), L'Imparfait du présent (Gallimard, 2002)

Michel Folco

Michel Folco est né en 1943 à Albi. Il a travaillé comme photographe pour l'agence new-yorkaise Black-Star, les éditions du Pacifique à Papeete, puis les agences Gamma et Sipa à Paris.

Il a reçu le prix Jean d'Heurs du roman historique en 1995.

Ses 3 romans, plein de verve , d'humour noir , et fourmillants de détails :

  • Dieu et nous seuls pouvons
  • Un loup est un loup
  • En avant comme avant

Louis-René des Forets

Louis-René des Forêts (1918-2000) est l'auteur, notamment, des Mendiants (1943), du Bavard (1946), d'un silence de vingt ans que rompt, à partir de 1984, la parution de fragments qui deviennent Ostinato (1997) qui bouleversa ses lecteurs et le genre autobiographique.

Irène Frain

Une personnalité aux facettes multiples. De l'écriture classique àl'écriture interactive, Irène Frain fait son entrée on-line et nous fait partager sa vie, son oeuvre, son roman interactif, ses péchés mignons, des photos et des vidéos... ainsi qu'une interview exclusive!

Le site officiel d'Irène Frain réalisé par Figures de Style

Geneviève Fraisse

Geneviève Fraisseest née en 1948. Elle est philosophe, directrice de recherche au CNRS et députée européenne. Elle a publié notamment La Raison des femmes (Plon, 1992), La Différence des sexes (PUF, 1996) et Les Femmes et leur histoire (Gallimard, 1998).

En 1997, Geneviève Fraisse a soutenu son doctorat d'Etat sur le sujet Penser la différence des sexes.

Elle a occupé, de novembre 1997 à novembre 1998, la fonction de déléguée interministérielle aux Droits des femmes.

Historienne de la pensée féministe et philosophe, ses travaux portent sur l'histoire des représentations de la différences des sexes et sur la question politique de leur égalité.

Dan Franck

Dan Franck est né le 17 octobre 1952 à Paris. Il obtient son Baccalauréat en 1971. En 1980, il publie Calendes grecques, et obtient le prix du premier roman.

En 1986, il rencontre Jean Vautrin. Il vont écrire à quatre mains, les aventures de Boro reporter photographe. En 1987, et 1990, publication des deux premiers épisodes de la saga "Boro" : La dame de Berlin, et Le temps des cerises.

En 1991, Dan Franck reçoit le prix Renaudot pour La Séparation.

En 1994, publication des Noces de Guernica (troisième volet des aventures de Boro) .

Dan Franck a également publié Mademoiselle Chat en 1996.

Dan Franck est aussi l'un de ces citoyens qui n'ont eu de cesse d'agir, depuis plus le milieu des années quatre-vingt-dix , pour les "sans-papiers".

Bernard Frank

Bernard Frank est né le 11 octobre 1929 à Neuilly sur Seine. Après le baccalauréat, il commence une Hypokhâgne au Lycée pasteur, d'où il est renvoyé pour mauvaise conduite. Il s'arrange pour poursuivre cette classe au lycée Condorcet qu'il quitte, par ennui, pendant le deuxième trimestre.

Il rencontre Jean-Paul Sartre en 1949, alors au sommet de sa gloire. Il lui fera lire le Manuscrit de Géographie universelle (écrit en 1950 et 1951) et la double page qu'il a écrit sur Drieu la Rochelle dans l'Observateur.

En 1951 Jean-Paul Sartre lui confie, à titre d'essai, le portefeuille de la littérature dans sa revue, Les Temps Modernes.

Son roman les Rats (1953), le brouille avec les dirigeants de la Revue et le fait ranger dans le groupe dit des "hussards" avec Nimier et Blondin.

Bernard Frank est l'auteur de : Grognards et hussards (1952), Géographie Universelle (1953), Les Rats (1953), Israël (1955), L'illusion Comique (1955), Le dernier des Mohicans (1956), La panoplie Littéraire (1958), Un Siècle débordé (1970), Solde (1980).

Marc Fumaroli

Marc Fumaroli est né en 1932 à Marseille.

Il a passé son enfance et son adolescence à Fès. Sa mère fut sa première institutrice. Il a suivi ses études secondaires au lycée Poeymirau à Fès . il a passé et réussi son baccalauréat de Lettres à Fès.

Marc Fumaroli a suivi ses études supérieures au lycée Thiers à Marseille, à l’Université d’Aix-en-Provence et à la Sorbonne. Il a obtenu son Agrégation de Lettres classiques en 1958.

Marc Fumaroli a commencé à enseigner à l'Université de Lille puis à Paris.

Marc Fumaroli est professeur au Collège de France depuis 1986 (chaire de Rhétorique et Société en Europe, XVIe-XVIIe siècles), il préside le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale

Il a été élu à l'Académie française en 1995.

Il est notamment l'auteur de :

  • 1980 L’Âge de l’éloquence : rhétorique et " res literaria " de la Renaissance au seuil de l’époque classique .
  • 1985 Présentation et commentaire de La Fontaine, Fables, Lettres françaises
  • 1989 Catalogue de l’Exposition L’inspiration du poète de Poussin. Essai sur l’allégorie du Parnasse
  • 1990 Héros et orateurs, Rhétorique et dramaturgie cornéliennes,
  • 1990 " La période 1600-1630 ", dans Précis de littérature française du XVIIe siècle, sous la direction de Jean Mesnard .
  • 1991 L’État culturel, essai sur une religion moderne
  • 1994 L’école du silence
  • 1994 Trois institutions littéraires
  • 1994 La diplomatie de l’esprit, de Montaigne à La Fontaine
  • 1996 Le Loisir lettré à l’âge classique
  • 1997 Le Poète et le Roi : Jean de La Fontaine en son siècle