Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

Lorenzaccio

Lorenzaccio par Jean-Pierre Vincent

Théâtre des Amandiers à Nanterre,
du 12 octobre  au 18 Novembre 2000

Aborder Lorenzaccio est un redoutable privilège, un pari devant lequel on demeure longtemps songeur, avant de s'y lancer. Quand on s'y lance, c'est une aventure sur tous les plans.

Alfred de Musset a rêvé en 1833 une pièce excédant toutes les normes et tous les codes de son temps, y compris ceux de la génération romantique en pleine ébullition. Il a plongé dans une histoire de l'Histoire, celle de l'assassinat en 1536 du tyrannique Alexandre de Médicis par son cousin Lorenzo. Il a suivi pas à pas les détails fourmillants des chroniques historiques. Cependant il a produit l'œuvre la plus personnelle et la plus véritablement déchirée de notre romantisme.

Le Léviathan politique que nous présente Lorenzaccio est un monde luxuriant et noir. Ici, pas d'heureux dénouement qui, malgré la mort du héros, nous réconcilierait. Du fond de sa solitude Musset nous adresse à tous, encore aujourd'hui, une série d'avertissements, et nous tend des miroirs. A nous de nous Y regarder, si nous voulons, nous qui vivons au même titre que lui, en une époque où le passé est en ruines et l'avenir en gestation bien incertaine.

La Florence imaginaire de Musset ressemble en bien des points à la France des années 1830, telle qu'il l'a vécue : cette invasion ecclésiastique, cet étalement de la corruption, cette humiliation après les gloires napoléoniennes, ce sentiment d'étouffement de la jeunesse. Mais c'est aussi par là, qu'elle se projette vers l'avenir et nous rejoint.

Lorenzo, ange et pourriture, concentre en lui la tension centrale qui traverse toute la pièce et les autres personnages : d'un coté la corruption omniprésente, de l'autre l'angélisme étouffé qui anime tous ceux qui voudraient ' faire quelque chose". la réponse finale de Musset n'est pas optimiste, mais avons-nous besoin d'optimisme, ou bien de franchise ? Et avons-nous besoin de théâtre bien ficelé, ou de ce genre de monstre qui file dans plusieurs directions à la fois, qui se fiche pas mal des unités de temps, de lieu, qui fonce tête baissée dans les sécurités de l'écriture classique. Peu importe à Musset ce qui en résultera : son théâtre est irrecevable en son temps. C'est à l'avenir qu'il prétend s'adresser. son imprudence/impudence s'est donné quelque chance de vibrer encore longtemps.

Jean-Pierre Vincent
(In Programme Festival d'Avignon.)

Résumé de Lorenzaccio

L'action se passe à Florence en janvier 1537. Depuis peu, la ville a signé la paix avec Charles Quint, empereur d'Allemagne. Ce dernier avec la complicité du pape, a remis le pouvoir entre les mains du duc Alexandre de Médicis, issu d'une des vieilles familles de la cité.

Le duc est jeune et mène une vie débauche. Il règne sur la ville par la terreur, ne tenant compte ni du peuple, ni des autres grandes familles de Florence. On le déteste, mais pas autant que son cousin, son âme damnée : Lorenzo de Médicis, méchamment surnommé Lorenzaccio.

Acte I

Scène 1

Florence est en plein carnaval. La Lune éclaire un jardin. Le duc Alexandre de Médicis en compagnie de Lorenzo de Médicis attend avec impatience l'arrivée d'une jeune adolescente de quinze ans; une jeune fille dont Lorenzo vient d'acheter la vertu à sa propre mère afin de l'amener dans le lit du duc. Emporté par son désir, le duc s'approche du pavillon où se trouve la jeune fille.

Scène 2

Dans la rue, au lever du jour.

Plusieurs commerçants et bourgeois masqués sortent d'une maison illuminée. Ils commentent la situation politique de la ville. Il y a le père Mondella, un orfèvre qui déplore la décadence régnant dans la cité et qui critique Alexandre de Médicis, un bâtard dépravé et cruel dont les proches multiplient cynisme et outrages. Une femme, admirative devant les fenêtres éclairées, évoque avec envie le bal magnifique donné par Nicolo Nasi pour le mariage de sa fille. Déguisé en religieuse, le duc Alexandre sort du bal en compagnie de son fidèle Salviati. Ce dernier provoque la belle Louise Strozzi. Il tente de la séduire, mais celle-ci l'éconduit fermement.

Scène 3

Chez le marquis Cibo

Le marquis Cibo quitte Florence pour se rendre sur ses terres, à la campagne. Il fait des adieux émus à sa femme. Après son départ, le cardinal Cibo, le beau-frère de la marquise évoque le mariage de la fille Nasi. La marquise regrette que le duc se soit déguisé en religieuse, ridiculisant ainsi l'église. Elle avoue également au cardinal ses convictions républicaines, et ceci, bien qu'elle reçoive de la part du duc Alexandre, des lettres enflammées; lettres auxquelles elle ne donne d'ailleurs pas suite.

Scène 4

Dans une cour du palais du duc

Le duc reçoit le cardinal Valori, de retour de Rome : ce dernier l'informe que le pape Paul III est irrité des désordres auxquels se livre Lorenzo, que le peuple surnomme. Sire Maurice, un chancelier abonde en ce sens Lorenzaccio. Le duc Alexandre prend la défense de son cousin. C'est à ce moment qu'apparaît Lorenzo. Il se moque du chancelier, qui le provoque en duel. Ce duel amuse Alexandre. Lorenzo s'évanouit à la vue de l'épée.

Scène 5

Devant l'église de Saint-Miniato. La foule sort de l'église.

Les belles dames de la Cour discutent, avec les bourgeois et les favoris du duc, des fêtes du carnaval. Apparaît alors Julien Salviati. Après avoir scandalisé plusieurs dames, il se vante d'une promesse que lui aurait faite Louise Strozzi, celle de coucher avec lui.

Scène 6

Le soir, sur les bords de l'Arno.

Marie Soderini, la mère de Lorenzo, est en compagnie de Catherine, la tante du jeune homme. Elle s'interroge sur l'évolution de son enfant dont elle regrette la lâcheté ; lui qui tout jeune avait un idéal de vérité et manifestait une grande générosité pour les pauvres. A présent, son visage semble même enlaidi par ce cynisme qui l'habite. Catherine, la tante de Lorenzo, prend la défense du jeune homme, tandis que sa mère, qui imaginait un autre destin pour son fils, souffre de voir ce rêve s'évanouir. C'est alors que les exilés Florence, au nombre desquels Maffio, qui vit très mal la débauche de sa sœur, partent pour les grandes villes italiennes, en maudissant une dernière fois, cette ville maudite.

Acte II

Scène 1

Chez les Strozzi

Philippe Strozzi, le père, déplore la déchéance du peuple et regrette la corruption qui gangrène Florence. Il est également attristé par la complaisance de la population face à la débauche. Pierre et Thomas, ses deux fils, apprennent que leur sœur Louise a été insultée par Julien Salviati, l'un des fidèles du duc Alexandre de Médicis. Ils décident, malgré l'opposition de leur père, de la venger.

Scène 2

Le portail d'une église

Lorenzo est en compagnie du cardinal Valori. Un jeune peintre enthousiaste, Tebaldeo, montre aux deux hommes une toile représentant le portrait de ses rêves. Lorenzo le met face à ses contradictions puis finalement lui propose un travail : "Qu'il vienne demain au palais pour un tableau d'importance".

Scène 3

Chez la Marquise de Cibo

Le Cardinal Cibo est persuadé que le pape Paul III attend de lui qu'il influence le duc Alexandre. Il tente de pousser sa belle-sœur, la marquise de Cibo, qu'il entend en confession, à devenir l'amante du duc. Il pourrait ainsi profiter de l'influence de la Marquise sur Alexandre, pour orienter la politique de Florence.

Scène 4

Au palais des Soderini

Marie Soderini, la mère de Lorenzo, et Catherine, la tante du jeune homme, évoquent avec nostalgie le passé, lorsqu'arrive Lorenzo. Marie, raconte à son fils son rêve de la nuit dernière. Elle l'a aperçu, semblable au jeune enfant pur qu'il était autrefois. Lorenzo se montre troublé et demande à sa tante de lui lire l'histoire de Brutus. Arrivent alors son Oncle, Bindo, accompagné d'un ami. Tous deux souhaitent savoir dans quel camp se situe Lorenzo. Soutient-il les Médicis ou se range-t-il du côté des anciennes familles de Florence ? Lorenzo se met du côté des républicains. Arrive alors le duc Alexandre, qui passe lui faire une visite. Lorenzo en profite pour solliciter des privilèges pour son oncle et son ami. Les deux hommes, piégés, se confondent en remerciement. Le duc reste seul avec Lorenzo. Il lui avoue qu'il a séduit la marquise Cibo et qu'il souhaiterait maintenant que Lorenzo lui serve d'entremetteur auprès de sa tante Catherine, une belle femme qui ne le laisse pas insensible.

Scène 5

Une salle du palais des Strozzi

Le vieux Philippe Strozzi observe de sa fenêtre les rues sombres de Florence. Il a peur pour son fils Pierre qui s'est promis de venger l'honneur de sa sœur Louise. Pierre , justement arrive avec ses deux compagnons. Ils viennent de tuer Julien Salviati. Louise repousse son frère , couvert de sang. Ce dernier , malgré les conseils , refuse de se cacher.

Scène 6

Au palais du Duc

Tebaldeo réalise le portrait du Duc Alexandre. Il est à demi-nu, et a enlevé sa côte de mailles. Lorenzo profite de la situation pour s'en empare discrètement et la jette dans un puits. Malgré les soupçons de Giomo, l'un de ses conseillers, le duc Alexandre ne croit pas que ce soit Lorenzo qui ait commis un tel acte.

Scène 7

Devant le palais

Salviati, en train de mourir, se traîne auprès du duc et dénonce ses assassins. Alexandre promet de le venger et demande à ce qu'on les jette en prison.

Acte III

Scène 1

La chambre à coucher de Lorenzo

Dans sa chambre, Lorenzo s'entraîne avec son maître, Scoroncolo, au maniement des armes. Lorenzo ne révèle pas l'identité de son ennemi, mais il semble décidé à l'affronter seul. Il s'essaye à la pratique des armes , en faisant beaucoup de bruit et en criant, afin que ses voisins puissent s'habituer et ne donnent pas l'alerte le jour, où il se battra.

Scène 2

Chez les Strozzi

Pierre Strozzi regrette de ne pas avoir réussi à tuer Salviati. Il décide de préparer un complot, avec ses amis, contre l'ignoble Alexandre de Médicis. Puis il réussit à convaincre son père de l'accompagner chez les Pazzi, où a lieu un banquet républicain.

Scène 3

une rue

Alors qu'ils se rendent chez les Pazzi, Pierre et Thomas sont arrêtés par un officier allemand et conduits en prison. Alexandre de Médicis a décidé de faire comparaître devant le tribunal les deux fils Strozzi. Leur père se lamente de l'iniquité de la justice qui va condamner les fils d'une honorable famille. Lorenzo arrive. Et a une longue discussion avec Philippe Strozzi. Le vieil demande à Lorenzo de délivrer Florence d'Alexandre de Médicis. Lorenzo évoque alors son destin. Lorsqu'il était jeune , il était bon et pur, puis un jour fatal, il a promis de libérer la patrie de ses despotes. Investi de cette mission, il a souhaité tuer le pape, mais il n'en a pas eu le temps. Il s'est alors infiltré dans l'entourage d'Alexandre de Médicis, c'est pour cela qu'il fut obligé de devenir son complice de débauche. Nul ne peut agir sans se compromettre et se salir le mains. Philippe Strozzi loue le courage du Jeune homme. Bientôt Lorenzo va donc tuer le duc, mais il ne croit pas que les républicains seront capables de profiter de cette situation pour libérer Florence de la tyrannie. Son crime sera peut-être inutile, mais il servira au moins, à le venger, lui , qui ne peut retrouver sa pureté perdue.

Scène 4

Au palais Soderini

Catherine, la tante de Lorenzo, vient de recevoir la déclaration d'amour que lui a fait parvenir Alexandre. Il lui demande un rendez-vous et insinue que Lorenzo cautionne cette rencontre. Marie, la mère de Lorenzo est désespérée. Elle annonce qu'elle va mourir de chagrin.

Scène 5

Chez la marquise

La marquise est chez elle et attend Alexandre. Elle éconduit le cardinal qui annonce qu'il reviendra lors d'un moment plus favorable.

Scène 6

Le boudoir de la marquise

La marquise reçoit le duc et essaie de le convaincre de prendre la tête des républicains . Il pourrait ainsi libérer Florence de la domination allemande. Elle lui conseille de s'affranchir de ses mauvais conseillers et essaie de l'émouvoir en évoquant la postérité. Alexandre n'est guère réceptif aux discours vertueux de sa maîtresse , et il préfère prendre congé. Tandis que la marquise aide son amant à remettre son habit, apparaît le cardinal.

Scène 7

Chez les Strozzi

Philippe a invité les quarante Strozzi à souper. Ses deux fils, emprisonnés, sont absents. Le vieil homme demande aux convives de l'aider à les libérer. Durant le dîner, Louise Strozzi meurt empoisonnée. C'est un émissaire des Salviati qui a commis ce forfait. Les convives crient vengeance. Désespéré, Philippe, annonce qu'il renonce à la lutte et qu'il quittera Florence dès le lendemain.

Acte IV

Scène 1

Au palais du duc

Le duc Alexandre indique ignorer qui a empoisonné Louise Strozzi. Lorenzo vérifie une dernière fois que le duc ne porte pas sa cote de mailles et lui annonce que sa tante Catherine accepte de le recevoir. Il souhaite attirer le duc dans la chambre de Catherine et ainsi mettre en œuvre son projet.

Scène 2

Une rue

Relaxés par le Tribunal de Florence, les deux fils Strozzi reviennent chez eux. Ils apprennent que leur sœur a été empoisonnée et que leur père a quitté Florence. Pierre jure de se venger

Scène 3

Une rue

Lorenzo donne rendez-vous à Scoroncolo pour le soir même. Il lui demande juste d'être présent et de n'intervenir que si l'ennemi se défend. Resté seul, Lorenzo médite sur son destin. Faut-il vraiment tuer Alexandre ? est-il si mauvais ce duc qui s'est montré généreux envers lui? Doit-il aller au bout de ce dessein qui a ruiné toute sa vie ?

Scène 4

Chez le marquis de Cibo

Le cardinal menace sa belle-sœur de révéler à son mari sa liaison avec le duc. Il lui reproche d'avoir irrité Alexandre en lui tenant des discours républicains. Sarcastique, elle lui indique qu'elle aimerait bien voir comment un prête se comporte en de telles circonstances. Le cardinal souhaite qu'elle reprenne ses relations avec le duc. La marquise juge indécent cette incitation à la débauche . Le cardinal menace de mettre sa menace à exécution. C'est à ce moment qu'apparaît le marquis qui rentre de la campagne. La marquise se jette à ses pieds et lui avoue tout.

Scène 5

La chambre de Lorenzo

Marie, la mère de Lorenzo qui ne peut supporter les avances du duc à la jeune Catherine, est tombée malade. Lorenzo est en discussion avec Catherine sur les avances du Duc. Il se rend compte qu'il ne peut encourager la débauche de sa tante. Resté seul, il pleure la mort de Louise Strozzi et le sort que pourrait connaître sa tante.

Scène 6

Une vallée avec un couvent dans le fonds

Pierre Strozzi rejoint son père dans le couvent où il s'est retiré. Il tente de le convaincre de se joindre aux conspirateurs qui ont obtenu le soutien de François 1er et qui sont maintenant aux portes de Florence. Le vieil homme refuse de prendre les armes contre sa propre patrie.

Scène 7

Un quai sur le bord de l'Arno

Lorenzo avertit les républicains qu'il va bientôt tuer Alexandre. Personne ne veut le croire.

Scène 8

Dans la plaine

Pierre Strozzi rejoint les conspirateurs . mais Philippe , son père , ne s'étant pas joints à eux, ils renoncent à marcher sur Florence.

Scène 9

Une place, la nuit

Seul dans la nuit, Lorenzo prépare une dernière fois, dans les moindres détails, le crime qu'il s'apprête à commettre.

Scène 10

Chez le duc

Le cardinal Cibo, et Giomo, l'un des favoris du duc, préviennent ce dernier que Lorenzo prépare un complot contre lui. Alexandre refuse de les croire.

Scène 11

La chambre de Lorenzo

Le duc a suivi Lorenzo , persuadé que celui-ci le conduit vers Catherine. Il arrivé dans la chambre de Lorenzo et se prépare à accueillir sa nouvelle maîtresse. Lorenzo tue alors le duc et son maître d'armes, Scoroncolo, découvre l'identité de la victime. Lorenzo savoure ce bonheur , puis il s'enfuit après avoir caché le cadavre d'Alexandre dans sa chambre.

Acte V

Scène 1

Au palais du duc

Le cadavre d'Alexandre vient d'être découvert dans la chambre de Lorenzo. Le cardinal Cibo propose qu'on nomme très rapidement un successeur. Le conseil des Huit ne sait quel homme désigner. Le cardinal Cibo propose le nom de Côme de Médicis.

Scène 2

A Venise

Lorenzo rejoint Philippe Strozzi et lui apprend qu'il a tué le duc de Florence. Le vieil homme se réjouit de cette chance qui est donnée à Florence, mais Lorenzo doute du sursaut des républicains. Puis Lorenzo découvre que son sa tête est mise à prix par le conseil des Huit. Il est accusé d'être un traître à la patrie.

Scène 3

Une rue, à Florence

Une conversation de rue nous apprend que le marquis Cibo a pardonné à sa femme son infidélité.

Scène 4

Une auberge

Pierre Strozzi, reçoit d'un messager le soutien du roi de France. Il souhaite encore organiser un coup de force , mais sans trop savoir comment.

Scène 5

Une place à Florence

Le marchand et l'orfèvre que nous avions lors du premier acte évoquent la mort du duc. Ils annoncent que Côme de Médicis a été désigné comme nouveau du de Florence.

Scène 6

Une rue, à Florence

Des étudiants appellent les citoyens de Florence à ne pas laisser désigner un duc sans voter.

Scène 7

Venise, le cabinet de Strozzi

Lorenzo apprend la mort de sa mère. Ils déplorent tous deux, la nomination de Côme de Médicis en remplacement d'Alexandre. Malgré les mises en garde de Philippe, Lorenzo décide de braver le danger et de se promener dans Venise. A peine est-il sorti , qu'un domestique annonce sa mort. Un homme, caché derrière la porte l'a assommé et la foule a jeté son corps dans la lagune.

Scène 8

Florence, la grande Place

Le peuple acclame Côme de Médicis tandis que le cardinal Cibo lui fait prêter serment . Le nouveau duc promet au cardinal de toujours respecter ses conseils.


Achetez des livres à propos de « musset lorenzaccio » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: