Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

Le vieil homme et la mer de Ernest Hemingway

Ce roman d'Ernest Hemingway a été publié en 1952 sous le titre The Old Man and the Sea.

Ernest Hemingway obtiendra, en 1954, le prix Nobel de littérature.

Résumé du roman

Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux et pauvre pêcheur cubain, et Manolin, un jeune garçon , qui malgré les événements récents croit toujours au vieil homme.

Santiago n'a attrapé aucun gros poisson depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est malchanceux, interdisent à leur fils d'embarquer avec le vieil homme et le forcent à aller pêcher sur un autre bateau. En effet ce dernier ramène trois grosses prises en une semaine!

Laissant son jeune ami Manolin, le seul qui pourtant croit toujours en lui, le vieil homme décide de partir en mer, en quête de la prise qui lui vaudra à nouveau l'estime de ses pairs.

Loin des côtes, sa ligne se tend enfin. La chance semble tourner.  Fort de son expérience, Santiago réalise très vite qu'il s'agit là d'une prise hors du commun. Quel est donc ce poisson qu'il n'a pas encore vu ? Toute la nuit, il se laisse entraîner dans l'espoir de l'épuiser.

Le lendemain matin, le poisson remonte enfin à la surface.  Il s'agit d'un gigantesque espadon, tel qu'il n'en a jamais vu. Celui-ci, comme pour le provoquer jaillit devant lui dans toute sa splendeur. Puis il replonge aussitôt comme s'il n'était venu que pour le défier.

L'espadon est tellement fort qu'il entraîne la chaloupe du vieil homme loin des côtes et le pêcheur ne peut qu'attendre et espérer.

La bataille sera longue. Santiago sortira vainqueur de cette lutte épuisante, mais constatera, hélas à son retour à terre que les requins ne lui ont laissé que la carcasse de sa magnifique prise.

Leçon d'humilité devant le fait que l'homme qui a gagné peut aussi tout perdre.

Ce court récit a valeur de symbole. Il décrit le courage et la dignité d'un vieil homme et sa lutte acharnée contre le sort, contre son âge, contre son corps, contre la mort.  Il conte le respect du vieux pêcheur pour son adversaire :

«  Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C'est ton droit. Camarade, j'ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ca m'est égal lequel de nous deux tue l'autre ».    

Il évoque aussi l'amitié désintéressée et admirative et la fidélité du jeune garçon pour le vieil homme.


Source bibliographique


En savoir plus :


Achetez des livres à propos de « Ernest Hemingway Le vieil homme et la mer » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: