Alalettre
A+ A-

En partenariat avec la rédaction Livres de

Fluctuat.net

Le Top 10 des prix littéraires


1. André Gide, Prix Nobel 1947
Le scandaleux Gide, que certains ont trouvé aussi Immoraliste que le titre de son roman, a cherché à affranchir son écriture de toute contrainte puritaine et littéraire. Connu pour sa pédérastie, il doit tout autant l'être pour la fabuleuse modernité que représente son œuvre, notamment Les Faux-Monnayeurs.

2. Samuel Beckett, Prix Nobel 1969
Regard pessimiste, humour grinçant, Beckett invite à une exploration des bas-fonds de la condition humaine… dont on ne sort pas indemne. Depuis le succès de En attendant Godot, le nom de Beckett est définitivement associé au théâtre de l'absurde.

3. Julien Gracq, Prix Goncourt 1951 pour Le Rivage des Syrtes
Conduite par une stylistique prodigieuse, empreinte de symbolisme fantastique, l'œuvre de Julien Gracq pose des questions essentielles sur la littérature, donc sur la vie.

4. Emile Ajar (Romain Gary), Prix Goncourt 1975 pour La Vie devant soi
Deux prix Goncourt pour un seul homme. Romain Gary avait déjà reçu le Goncourt pour Les Racines du ciel. Ode à l'amour et à la la tolérance, La Vie devant soi, signé Ajar, prouve que le gaulliste Gary n'était l'auteur réac qu'on voyait en lui.

5. Georges Perec, Prix Renaudot 1965 pour Les Choses
Est-ce possible de dire le bonheur que procure Georges Perec cet incroyable génie des contraintes littéraires en une phrase composée exclusivement de termes comprenant une, voire deux lettres E ?

6. Saint-Exupéry, Prix Fémina 1931 pour Vol de Nuit
Dessine-moi un avion, aurait-il fallu demander à l'auteur du Petit Prince. Saint-Exupéry a consacré sa vie à l'aviation (une grande partie de son œuvre y fait référence), il y a trouvé la mort.

7. Claude Simon, Prix Médicis 1967 pour Histoire
Disciple à la fois de Proust et de Faulkner, cet écrivain qui a marqué la mouvance du Nouveau Roman a cependant développé un style inimitable, un "magma de mots et d'émotions", pour reprendre sa propre expression.

8. Amélie Nothomb, Prix de Flore 2007 pour Ni d'Eve ni d'Adam
Un livre par an environ. Beaucoup de bruit à chaque fois. Ses histoires sont tour à tour drôles, cruelles, attachantes ou inquiétantes. Toujours, humaines.

9. Paul Nizan, Prix Interallié 1938 pour La Conspiration
Cet autre jeune engagé de la bande à Sartre sait réveiller les esprits à l'époque où les jeunes rêvaient encore de changement et d'égalité, en signant des romans dans lesquels la critique voit le début du "réalisme socialiste".

10. François Mauriac, Prix de l'Académie française 1926 pour Le Désert de l'amour
A la vie politique mouvementée de l'académicien s'oppose une certaine cohérence dans son œuvre littéraire. Dans ses romans, il semble que ce sont toujours les passions de l'âme que Mauriac cherche à explorer, en les déclinant sous toute leurs formes.

En savoir plus :