Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

Biographie de Gustave Flaubert

1821 Naissance de Gustave Flaubert, le 12 Décembre à l'Hôtel Dieu, l'hôpital de Rouen. Son père, Achille-Cléophas, est chirurgien en chef de cet hôpital. Sa mère, Justine-Caroline, est elle aussi, fille de médecin. Gustave a un frère aîné né en 1813. Il aura également une sœur, Caroline, qui naîtra en 1824.
Ses parents habitent un pavillon rattaché à l'hôpital. Le petit Gustave passe une enfance assez triste dans l'atmosphère austère de l'hôpital; délaissé par rapport à son frère aîné, brillant élève, porteur de toutes les ambitions de la famille, il se sent lui-même passif, instable, différent, et se réfugie dans la littérature.
1824 Naissance de Caroline, sa sœur
1825 Julie entre au service de la famille Flaubert, comme nourrice, puis comme domestique. Elle y restera jusqu'à la mort de Gustave, à qui elle survivra trois ans. Gustave Flaubert la dépeindra sous les traits de Félicité dans Un cœur simple
1829 Début de l'amitié avec Ernest Chevalier, à qui il écrira la première lettre de la Correspondance le 31 Décembre 1830
1830 Premiers textes : Louis XIII, Eloge de Corneille, bientôt suivis d'une Belle explication de la fameuse constipation.
1832 En février Gustave entre au collège royal de Rouen.
Avec ses camarades de collège, il crée le personnage rabelaisien du Garçon, au travers duquel les adolescents se moquent des bourgeois
1833 Voyages familiaux en Normandie, à Nogent-sur-Seine, à Versailles, Fontainebleau, Paris
1834 Chaque été, la famille Flaubert passe ses vacances à Trouville
Au collège, rédaction, avec Ernest Chevalier, de Art et Progrès, journal manuscrit contenant des nouvelles et une rubrique Théâtre.
1835 Deuxième (et dernier) numéro d'Art et Progrès où Gustave publie un Voyage en enfer
1836 Lors de se vacances à Trouville, Gustave rencontre Elisa Schlésinger, épouse de Maurice Schlésinger, directeur de la Gazette et revue musicale de Paris. Début d'une longue passion impossible. Gustave Flaubert évoquera cette rencontre déterminante dans les Mémoires d'un fou et les deux versions de l'Education sentimentale. Elisa Schlésinger, " le fantôme de Trouville", incarnera la femme inaccessible.
Il travaille à une première œuvre : Bibliomanie
1837 Gustave Flaubert rencontre Alfred Le Poittevin qui deviendra l'un de ses grands amis.
Sa vocation littéraire se précise. Il publie ses premières œuvres dans le Colibri, une revue littéraire de Rouen : Bibliomanie, Une leçon d'histoire naturelle.
1838 Gustave Flaubert entre en classe de rhétorique.
Rédaction de textes autobiographiques : Agonies, pensées sceptiques et Mémoires d'un fou, dédiées à Alfred Le Poittevin.
1839 Gustave Flaubert entre en classe de philosophie en octobre et en est exclu en décembre.
Il écrit Smarh.
1840 Il est reçu au baccalauréat, il part en voyage dans les Pyrénées et en Corse.
De passage à Marseille, il rencontre Eulalie Foucaud de Langlade et aura une brève idylle avec elle. Il évoquera cette rencontre dans Souvenirs, notes et pensées intimes et dans Novembre.
1841 Son père l'oblige à faire son droit à Paris. Il s'inscrit à la Faculté de Droit de Paris. Il n'y rentrera qu'en décembre.
1842 " Je me fous pas mal du Droit, pourvu que j'ai celui de fumer ma pipe et de regarder les nuages rouler au ciel, couché sur le dos en fermant à demi les yeux. C'est tout ce que je veux. "
Il poursuit ses études sans enthousiasme. Il sera toutefois reçu en seconde année.
Il rédige Novembre.
1843 Il commence la rédaction de la première version de l'Education sentimentale.
Il rencontre Maxime Du Camp, homme de lettres mondain.
Il mène une vie agitée. Il fréquente l'atelier du sculpteur Pradier, atelier où il fera la connaissance de Victor Hugo.
Il échoue à son examen de deuxième année de Droit.
1844 En Janvier, il est victime d'une crise nerveuse d'une extrême violence, la première d'une longue série. " Je me suis senti tout à coup emporté par un torrent de flammes."
Cette grave crise oblige sa famille à accepter qu'il arrête ses études. La famille Flaubert achète, en avril, une grande maison, au bord de la Seine, à Croisset, près de Rouen. Gustave y passera sa longue convalescence.
1845 Sa sœur Caroline épouse Emile Hamard. Gustave Flaubert les accompagne lors de leur voyage de noces en Italie.
A Gênes, il admire un tableau de Bruegel, la Tentation de Saint- Antoine, qui lui inspirera le récit éponyme
1846 Le 15 Janvier, mort du Docteur Flaubert.
En Mars, mort de sa sœur Caroline, après avoir mis au monde une petite fille, prénommée elle aussi Caroline
En Mai, mariage d'Alfred Le Poittevin.
En Juin, il rencontre Louise Colet, femme de lettres en vogue, dans l'atelier du sculpteur Pradier. Ils auront une liaison orageuse jusqu'en 1848, puis à nouveau de 1851 à 1854.
Début de l'amitié avec Louis Bouilhet
1847 Trois mois de voyage à pied en Anjou, Bretagne et Normandie avec Maxime Du Camp
Ils en rapporteront Par les champs et par les grèves : Flaubert écrit les chapitres impairs, Du Camp les chapitres pairs. Ils renonceront à publier ce journal de leur randonnée.
Flaubert commence à travailler à la rédaction de La tentation de Saint Antoine
1848 Mort d'Alfred Le Poittevin
Flaubert et Du Camp vont voir l'émeute à Paris, qui sera décrite dans L'Education sentimentale
Première rupture avec Louise Colet.
1849 Le premier septembre, Flaubert achève la rédaction de La tentation de Saint Antoine
Il en fait la lecture à Bouilhet et Du Camp qui jugent "qu'il faut jeter cela au feu et n'en jamais reparler"
Le 29 octobre, il par pour l'Orient avec Du Camp. Il commence par l'Egypte
1850 Suite de son voyage en Orient ( Palestine, Syrie, Liban, Turquie)
1851 Il rentre de son voyage d'Orient par l'Italie : Naples, Rome, Florence, Venise, Milan.
Il renoue avec Louise Colet
Il commence Madame Bovary le 19 Septembre. Il y travaillera jusqu'en mai 1856 : 56 mois d'un travail acharné.
1854 Seconde rupture avec Louise Colet
1855 Flaubert s'installe à Paris, 42 boulevard du Temple. Il se partagera désormais entre Croisset et Paris.
Rupture définitive avec Louise Colet
1856 Il termine Madame Bovary en avril
Parution en feuilleton dans la Revue de Paris de Du Camp. Flaubert découvrira, après coup, que certains passages ont été coupés (notamment la scène du fiacre). Il proteste.
Seconde version de la Tentation de Saint Antoine, dont des fragments paraissent dans l'Artiste
1857 Madame Bovary sort en librairie. Le procès pour "atteinte aux bonnes mœurs et à la religion" vaut au roman un grand succès.
Flaubert est finalement acquitté, mais ce procès le rend célèbre.
En septembre Flaubert se lance dans la rédaction de Salammbô.
1858 Il interrompt l'écriture de Salammbô d'avril à juin pour un voyage en Algérie et Tunisie.
De retour à Paris, il commence à fréquenter les milieux littéraires : les Goncourt, Sainte-Beuve, Baudelaire, Gautier…
1862 Publication de Salammbô le 24 Novembre 1862. Le "solitaire de Croisset" passe l'hiver à Paris et mène une vie mondaine : diners littéraires chez Magny. Il y retrouve Les Goncourt, Sainte-Beuve, Théophile Gautier... C'est lors de l'un de ces dîners qu'il rencontre George Sand. Début d'une amitié profonde entre l'auteur de Madame Bovary et l'auteur de Consuelo.
1863 Il rencontre Tourgueniev et la Princesse Mathilde
1864 Il commence L'Education sentimentale et prépare le plan avec son ami Bouilhet. Il travaillera à la rédaction de L'Education sentimentale jusqu'en 1869.
Flaubert est invité à Compiègne chez l'Empereur Napoléon III
1865 Plusieurs voyages : Londres, Baden-Baden, où séjourne Maxime Du Camp
1866 Durant l'été, il retrouve secrètement à Londres, Juliet Herbert, l'ancienne gouvernante des Flaubert.
Il reçoit la Légion d'honneur
Séjour de George Sand à Croisset
1867 Le 10 juin, il est invité à la réception donnée par l'empereur aux Tuileries, en l'honneur du tsar Alexandre II.
1868 Séjour à Croisset de George Sand.
Durant l'automne, Flaubert reçoit à Croisset le grand écrivain russe, Tourgueniev.
1869 Fin de la rédaction de L'Education sentimentale et lecture publique chez la Princesse Mathilde
Mort de son ami Louis Bouilhet en Juillet : "La moitié de mon cerveau est resté à jamais au Cimetière monumental ( de Rouen) " écrit Flaubert suite au décès de son ami.
Publication de L'Education sentimentale qui fut très mal accueilli par la critique. Seuls Théodore de Banville, Emile Zola et George Sand prirent la défense de Flaubert. Le livre se vendit très mal. En 1873, soit quatre ans après sa parution, le tirage initial de 3000 exemplaires n'était toujours pas écoulé.
Flaubert passe les fêtes de Noël à Nohant, chez George Sand
1870 En hommage à son ami Bouilhet, dont il est l'executeur testamentaire, Flaubert commence à retravailler sa pièce Le Sexe faible, et écrit une préface aux Dernières chansons.
Mort de Jules de Goncourt en Juin
Croisset occupé par les Prussiens, Flaubert et sa mère se réfugient à Rouen, chez les Commanville
1871 Visite à la Princesse Mathilde à Bruxelles, et à Juliet Herbert à Londres
Flaubert se réinstalle à Croisset en avril et retravaille La tentation de Saint Antoine
En novembre, il reçoit la visite d'Elisa Schlesinger, veuve depuis mai
1872 Publication des Dernières chansons de Bouilhet, avec une préface de Flaubert, et d'une cinglante Lettre à la municipalité de Rouen pour son refus d'ériger une statue en l'honneur de son ami.
Mort de sa mère le 6 avril
Achèvement de la troisième version de La tentation de Saint Antoine, qui sera publiée en 1874.
Mort de Théophile Gautier en octobre
Séjour à Luchon
Il commence la rédaction de Bouvard et Pécuchet
1873 Séjour à Nohant, chez George Sand, avec Tourgueniev
Rédaction d'une "grande comédie politique", Le candidat qui n'aura que quatre représentations début 1874
Mort de Feydau en octobre
1874 Publication de la version définitive de La tentation de Saint Antoine.
A nouveau l'œuvre doit affronter l'incompréhension de la critique : " Les injures s'accumulent! C'est un concerto, une symphonie, où tous s'acharnent dans leurs instruments… ce qui m'étonne, c'est qu'il y a sous plusieurs de ces critiques, une haine contre moi, contre mon individu, un parti pris de dénigrement, dont je cherche la cause." écrit-il dans une lettre à George Sand, datée du 1er mai.
Voyage en Normandie, où il trouve le décor de Bouvard et Pécuchet :
" Je placerai Bouvard et Pécuchet entre la vallée de l'Orne et la vallée d'Auge, sur un plateau stupide, entre Caen et Falaise. "
Séjour en Suisse, sur ordre de son médecin
1875 Rédaction de Bouvard et Pécuchet.
Ruine de son neveu Commanville, l'époux de Caroline, à qui Flaubert avait confié sa fortune : pour éviter la faillite, il vend une de ses fermes et quitte son appartement parisien
Abandon, qu'il pense définitif, de la rédaction de Bouvard et Pécuchet Séjour à Concarneau en septembre, où il commence La Légende de Saint Julien l'Hospitalier qu'il termine en cinq mois
1876 Début de la rédaction d'Un cœur simple
Mort de Louise Colet en mars
Mort George Sand en Juin
Fin de la rédaction d'Un cœur simple et commencement d'Hérodias
1877 Fin de la rédaction d'Hérodias en février.
Publication en avril de : Les trois contes. Ils sont bien accueillis par la critique. "Trois chefs d'œuvre absolus et parfaits" dira Théodore de Banville.
Reprise de Bouvard et Pécuchet
1878 Poursuite de la rédaction de Bouvard et Pécuchet
1879 Flaubert se fracture la péroné
Les difficultés financières continuent. Il obtient, de Jules Ferry, un poste de conservateur et une pension de 3000 F
1880 Il commence le chapitre X de Bouvard et Pécuchet. Il se sent épuisé, dégoûté de tout, harcelé par les nouvelles traites à payer. Il meurt subitement au milieu de ses manuscrits le 8 mai, foudroyé par une hémorragie cérébrale.
Enterrement le 11 Mai, en présence de Zola, Goncourt, Daudet, Banville, Maupassant…
Flaubert est inhumé au Cimetière monumental de Rouen, comme son ami Bouilhet.
1890 Inauguration d'un monument à Flaubert à l'Hôtel Dieu de Rouen

Achetez des livres à propos de « gustave flaubert » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: