Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

Principales oeuvres de Georges Courteline

1881  (1er mars) sous le pseudonyme de Georges Courteline, fonde avec Jacques Madeleine et Georges Millet la revue Paris moderne (Vanier, éditeur), revue de poètes. Pendant deux ans, Courteline y publie des poèmes et des contes dans le genre érotique de son Maître et ami Catulle Mendès.
1883-1885 Courteline entre comme chroniqueur aux Petites Nouvelles quotidiennes.
1884 (fin mai) Les Chroniques de Georges Courteline, premier ouvrage édité àla librairie des Petites Nouvelles quotidiennes. 19 juin  : vif succès d’une chronique " militaire " La Soupe. Point de départ de toute une série de " Souvenirs de l’escadron " (jusqu’à juin 1885).
1886 Les Gaîtés de l’escadron, chez Marpon-Flammarion.
1887 Le 51e Chasseurs,chezMarpon-Flammarion
1885-1887 Les Femmes d’amis, série de chroniques aux Petites Nouvelles, puis à La Vie moderne.
1888  Les Femmes d’amis (Marpon-Flammarion). Le Train de 8h47 paraît dans La Vie moderne, puis chez Marpon-Flammarion.
1890-1894 Chroniques régulières à L’Echo de Paris (Ombres Parisiennes), signées Jean de la Butte. d’août 1891 à mars 1892  : Messieurs les ronds-de-cuir, du 26 juillet au 2 septembre 1893 : Les Hannetons (qui deviendront, vingt ans plus tard Les Linottes).
1890 Madelon, Margot et Cie et Potiron (Marpon-Flammarion).
1891 (8-9 juin) : Débuts de Courteline au théâtre Lidoire, un acte joué à la fin du septième spectacle (saison 1890-1891) du Théâtre Libre d’Antoine.
1892 (7-11 juillet) : Boubouroche paraît sous forme de nouvelle dans L’Echo de Paris. Lidoire et la Biscotte, nouvelles (Flammarion).
1892 (16 avril) : Les Joyeuses Commères de Paris, création au Nouveau Théâtre d’une revue en quinze tableaux, signée de Catulle Mendès et Georges Courteline.
1893  Messieurs les ronds-de-cuir, préface de Marcel Schwob (Flammarion). (27-28 avril) : Création de Boubouroche, pièce en deux actes au Théâtre Libre.
1894 Ah! Jeunesse !... (Flammarion). première de La Peur des coups, au Théâtre d’Application.
1895 (18 février) Première des Gaîtés de l’escadron, " revue militaire en trois actes et 9 tableaux " (écrite en collaboration avec Edouard Norès), au théâtre de l’Ambigu.
1895-1896 Chroniques de Courteline au Journal.
1896 (24 août) Création au Carillon d’Un client sérieux.
1897 Au théâtre du Grand-Guignol Hortense, couche-toi ! " saynète mêlée de chœurs " Ouverture du théâtre Antoine avec Boubouroche. Au Grand-Guignol :Théodore cherche des allumettes.
1898 (7février) Au Grand-Guignol , Les Boulingrin
1899 (27 janvier) : Au théâtre Antoine Le Gendarme est sans pitié. (16 décembre) Au Gymnase ;Le Commissaire est bon enfant.
1900 (12 décembre) : L’Article 330, au théâtre Antoine.
1901 Première édition collective du Théâtre de Courteline sous le titre Les Marionnettes de la vie (1 volume, Flammarion). (26 novembre) :Les Balances, au théâtre Antoine.
1903 La Paix chez soi, au théâtre Antoine.
1905 A la Comédie-Française  La Conversion d’Alceste, pièce en un acte et en vers, écrite à la fin de 1902.
1906 (1er janvier) Représentée à la Boite à Fursy  Mentons bleus, scène de la vie de cabots (pièce écrite en collaboration avec Dominique Bonnaud) (5 juillet)  Entrée de La Paix chez soi au répertoire de la Comédie-Française.
1909 (27 février) : Théâtre de la Renaissance (directeur Lucien Guitry) première de La Cruche ou J’en ai plein le dos de Margot, pièce endeux actes écrite en collaboration avec Pierre Wolff.
1910 (21 février) : Boubouroche entre au répertoire de la Comédie-Française.
1912 (octobre) : Les Linottes paraissent chez Flammarion.
1917  La Philosophie de Courteline (Flammarion)
1918 Deuxième édition collective du Théâtre en deux volumes (Flammarion).
1919 (5 février) : La Cruche, à la Comédie-Française.
1922 Deuxième édition revue et augmentée de La Philosophie de Courteline.
1925-1927 Courteline corrige et annote ses Oeuvres complètes, première édition collective en 13 volumes (Bernouard).
1929 Troisième édition collective du Théâtre en trois volumes, chez Flammarion. Noëlle Benhamou

Noëlle Benhamou

Editions

  • Les Balances, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Le Commissaire est bon enfant, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Du Courteline pour les jeunes, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Les Femmes d’amis, Arléa, 1992.
  • Les Gaîtés de l’escadron, présentation par Francis Pruner, Flammarion, GF, rééd. 2002.
  • Messieurs les Ronds de cuir, présentation par Francis Pruner, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992 ; Flammarion, GF, 1993.
  • Œuvres, Flammarion, " Vieux Fonds ", 2 vol., 1994.
  • La Paix chez soi, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Les Pensées de Courteline, Le Cherche Midi, " Pensées ", 1989.
  • La Philosophie de Georges Courteline, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992 ; Lausanne : Age d’Homme, 2000.
  • Quelques gaîtés de l’escadron, Seine, Poche 1?, 2001.
  • Théâtre, édition établie par Francis Pruner, Flammarion, GF, 1993. (Comprend : Boubouroche, La Peur des coups, Monsieur Badin, Les Boulingrin, Le Gendarme est sans pitié, Le Commissaire est bon enfant, L’Article 330, Les Balances, La Paix chez soi, La Conversion d’Alceste, La Cruche).
  • Théâtre à lire, Ecole des Loisirs, Médium Poche, 1982.
  • Théâtre complet, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Théâtre, contes, romans et nouvelles, philosophie, écrits divers et fragments retrouvés, édition établie par Emmanuel Haymann, R. Laffont, Bouquins, 1990.
  • Le Train de 8h47, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.
  • Un Client sérieux, Flammarion, " Vieux Fonds ", 1992.

Noëlle Benhamou


Achetez des livres à propos de « Georges Courteline » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: