Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

L'Etranger de Albert Camus (suite)

Albert Camus évoque l'Etranger

"...J'ai résumé L'Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu'elle est très paradoxale : 'Dans notre sociéte tout homme qui ne pleure pas à l'enterrement de sa mère risque d'être condamné à mort.' Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu'il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société ou il vit, il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Et c'est pourquoi des lecteurs ont été tenté de le considérer comme une épave. Meursault ne joue pas le jeu. La réponse est simple : il refuse de mentir."

"...On ne se tromperait donc pas beaucoup en lisant dans L'Étranger l'histoired'un homme qui, sans aucune attitude héroïque, accepte de mourir pour la vérité. Meursault pour moi n'est donc pas une épave, mais un homme pauvre et nu, amoureux du soleil qui ne laisse pas d'ombres. Loin qu'il soit privé de toute sensibilité, une passion profonde, parce que tenace l'anime, la passion de l'absolu et de la vérité. Il m'est arrivé de dire aussi, et toujours paradoxalement, que j'avais essayé de figurer dans mon personnage le seul christ que nous méritions. On comprendra, après mes explications, que je l'aie dit sans aucune intention de blasphème et seulement avec l'affection un peu ironique qu'un artiste a le droit d'éprouver a l'égard des personnages de sa création."

Albert Camus, Editions de la Pléiade

Maurice Blanchot, Jean-Claude Brisville, Jean Grenier évoquent Albert Camus

Cet Etranger est, par rapport à lui-même comme si un autre le voyait et parlait de lui... Il est tout à fait en dehors. Il est d'autant plus soi qu'il semble moins penser , moins sentir, être d'autant moins intime avec soi. L'image même de la réalité humaine, lorsqu'on la dépouille de toutes les conventions psychologiques , lorsqu'on prétend la saisir par une description faite uniquement du dehors, privée de toutes les fausses explications subjectives.

Maurice Blanchot, Faux pas, Gallimard 1943

 

Penseur morose, Albert Camus... Il faut ne l'avoir jamais lu, ne l'avoir jamais vu sourire , pour continuer à le croire. On imagine très bien Ulysse avec le regard de Camus.

Jean-Claude Brisville, Le Figaro littéraire , 1957

 

Il est important de connaître son enfance . Le langage a été pour lui une conquête : son oncle quasi muet, sa mère qui ne parle pas, la grand-mère au langage utilitaire... Albert Camus a voulu parler pour eux. Les lectures, les études ont été pour lui une révolution : il a eu pour le langage le respect et l'amour dus au sacré.

Jean Grenier, Carnets, 1991

Quelques citations de l'Etranger

Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile : "Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués." Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier.

L'absurdité est surtout le divorce de l'homme et du monde.

Tout refus de communiquer est une tentative de communication ; tout geste d'indifférence ou d'hostilité est appel déguisé.

Devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l’éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j’ai senti que j’avais été heureux, et que je l’étais encore. Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu’il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu’ils m’accueillent avec des cris de haine.

Source bibliographique

Pierre-Louis Rey, l'Etranger (Hatier)
Pierre Sauvage, l'Etranger (Nathan)
Kléber Haedens  Une Histoire de la Littérature française, Grasset 1970


Achetez des livres à propos de « camus etranger » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: