Alalettre
A+ A-

Intro   Biographie   Œuvres   Liens

La Peau de chagrin d'Honoré de Balzac

Balzac publie la Peau de chagrin en 1831.

Résumé du roman de Balzac

Première partie : Le Talisman

Un après-midi d'octobre 1830, un jeune inconnu pénètre dans une maison de jeu, située dans les jardins du Palais Royal, à Paris. Le jeune homme vient jouer sa dernière pièce d'or. Il perd et décide d’en finir avec la vie. Il longe la Seine . Se noyer en plein jour le rebute. Il préfère attendre la nuit pour rendre son suicide plus mystérieux. Il admire une jeune femme, riche et belle, qui disparaît dans son superbe équipage. Il souhaite conserver « cette dernière image du luxe et de l'élégance » .

L'inconnu marche  quai Voltaire et entre dans un magasin d'antiquités. Il souhaite attendre  la nuit et décide pour passer le temps de marchander quelque objet d'art. Lorsque surgit l’antiquaire, personnage énigmatique, le jeune homme finit par avouer ses intentions et sa volonté d'en finir avec la vie. Le vieil homme lui montre alors « une peau de chagrin »  ayant le pouvoir d’exaucer tous les vœux de son propriétaire : «  Si tu me possèdes, tu possèderas tout, mais ta vie m'appartiendra ». Le vieillard met en garde le jeune homme : chaque désir exaucé fera diminuer la taille de cette peau, symbole de sa vie  : « Le cercle de vos jours, figuré par cette Peau, se resserrera suivant la force et le nombre de vos souhaits, depuis le plus léger jusqu'au plus exorbitant ». Le jeune homme accepte ce pacte diabolique, sans bien mesurer les mises en garde de l'antiquaire.

En sortant de chez l'antiquaire, le jeune inconnu rencontre par hasard trois de ses amis qui justement étaient à sa recherche. Nous découvrons l’identité du jeune homme qui a pour nom Raphaël de Valentin. Ses amis lui indiquent qu’ils  se rendent chez un banquier qui a décidé de fonder un nouveau journal. Suite à la révolution de juillet 1830, ils souhaitent que ce journal puisse  tout à la fois satisfaire les mécontents tout en préservant les intérêts de la grande bourgeoisie. Les jeunes gens ont bien conscience de perdre leurs illusions. Mais ils évoquent cette compromission avec ironie et cynisme.  Raphaël de Valentin se verrait bien diriger ce journal.

Lors du banquet chez le banquier Taillefer, qui habite un hôtel particulier luxueux , le vin coule à flot. Grisés par l’alcool, les convives échangent des propos d’une rare vacuité. Raphaël côtoie un groupe de courtisanes et engage la conversation avec deux d’entre elles : Aquilina et Euphrasia. Ces deux courtisanes dénoncent l’asservissement auquel la femme est soumise dans la société moderne. Elles indiquent toutes deux à  Raphaël leur volonté de s'imposer dans la société par leur beauté. Après ce repas luxueux , l’orgie bat son plein parmi les convives. A la fin de la soirée, Emile Blondet, l’un de ses amis presse Raphaël d’exposer les raisons qui l’ont poussé à vouloir  se suicider. Raphaël entreprend alors de raconter sa vie.

Deuxième partie : La femme sans cœur

Raphaël commence alors  le récit de ses années d’enfance et  de collège. Sa mère est morte alors qu’il était très jeune. Il présente son père  comme un être autoritaire et froid qui a pour ambition que son fils fasse son droit, devienne un homme d'État afin de défendre l'honneur de la famille. Il souhaite aussi que son fils  puisse racheter des terres qu’il avait acquises à l'étranger sous l'Empire et que contestent maintenant ces pays redevenus souverains. Mais les créanciers exercent une sinistre pression. Ils obligent Raphaël à vendre les biens qu’il avait hérités de sa mère . Il ne peut sauver que l’île sur la Loire où est enterrée sa mère. En 1826  son père meurt «  de chagrin ».

Raphaël rêve alors d’une grande destinée. Persuadé de son génie, il décide de vivre pauvrement et de se consacrer à écrire l’œuvre dont il rêve. Il s’installe dès l’automne 1826 dans une modeste chambre d’un humble hôtel du quartier latin . Il se lie d’amitié avec Mme Gaudin , la gérante de l’hôtel, et Pauline , sa fille.

Fin 1829, il rencontre Rastignac . Celui ci lui fait découvrir la luxueuse société parisienne et le dissuade de travailler . Ce n’est pas ainsi lui dit-il qu’il réussira . Mieux vaut au contraire intriguer et bénéficier de protecteurs fortunés. Rastignac lui  présente la comtesse Foedora, une jeune femme qui fascine le tout Paris tant elle est riche et belle.  Elle a un parfum mystérieux car nul ne connaît vraiment son histoire . Elle a également la réputation de n’avoir aucun amant.

Raphaël est fasciné par la beauté et l’élégance de Foedora. Malgré la précarité de sa situation,  il tente de la séduire et en tombe follement amoureux. Mais Foedora ne lui témoigne que de l’indifférence. Elle a à son égard une attitude glaciale. Terriblement affecté par cet échec sentimental, Raphaël mène alors  une vie de débauche. Il est très vite criblé de dettes et menacé par des huissiers.

Ici s’interrompt son récit. Raphaël songe à « la peau de chagrin » et fait le vœu de disposer d’une énorme somme d’argent. Il apprend le lendemain qu’il hérite d’un riche oncle. Mais la peau de chagrin rétrécit.

Troisième partie : L’agonie

Fin 1830. Raphaël , devenu très riche, habite dans un superbe hôtel particuliers rue de Varenne. Conscient de la fragilité de sa situation, il vit reclus et s’arrange pour ne plus rien désirer. Un jour, pourtant, il accepte de recevoir Porriquet , l’un de ses anciens professeurs. Ce dernier vient de perdre sa chaire de professeur et sollicite l’aide de son ancien élève. Spontanément, sans y prêter attention, Raphaël émet le vœu que son ancien professeur retrouve vite un emploi. De nouveau « la peau de chagrin » rétrécit.  

Ce soir-là , Raphaël se rend au théâtre des Italiens. Il aperçoit Pauline  qui est devenue immensément riche. Les deux jeunes gens expriment leur amour mutuel et font le vœu de se marier. « La peau de chagrin »  diminue inexorablement . Pour échapper au sortilège de ce talisman, Raphaël le jette d’abord au fond d'un puits. Mais, en février 1831,  l’un des jardiniers retrouve la peau et l’apporte à Raphaël . Elle ne mesure plus que «  six pouces carrés de superficie ». Raphaël, essaye alors de s’adresser à des savants pour stopper l’inexorable rétrécissement de cette Peau. En vain. Le jeune homme se réfugie alors à Aix puis au Mont d’Or. Il est très affaibli et mène une vie végétative. De retour à Paris,   il retrouve Pauline et lui confie le terrible secret de « la peau de chagrin ». Il est pris d’un dernier désir de posséder la jeune fille. Pauline comprend que cette ultime tentation va tuer Raphaël. Elle souhaite alors se suicider pour permttre au jeune homme d'en réchapper. Mais Raphaël la rattrape, l’étreint et meurt sur son sein.

Source bibliographique

Pierre Aurégan, Balzac (Nathan)
La Peau de Chagrin d'Honoré de Balzac, étude de Lucien Giraudo ( Nathan)
Kléber Haedens  Une Histoire de la Littérature française, Grasset 1970


Achetez des livres à propos de « balzac peau de chagrin » chez l'un de nos partenaires


Rechercher: