Alalettre
A+ A-

Les auteurs français contemporains (O à R)

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

René de Obaldia

René de Obaldia est né le 22 octobre 1918 à Hong-Kong d'un père panaméen et d'une mère française. Son père est alors consul du Panama dans cette ancienne colonie britannique.

René de Obaldia passe son enfance en France. Il fait ses études au lycée Condorcet. Survient la Seconde Guerre mondiale; il est mobilisé en 1940, et fait prisonnier. Il est envoyé dans un camp en Pologne (Silésie), il y demeurera quatre ans . Il esr rapatrié comme grand malade au Val-de-Grâce en 1944.

Il se consacre alors à la littérature : il collabore à de nombreuses revues littéraires avant de publier, en 1952, Les Richesses naturelles, suite de "récits éclairs" dont la singularité attire sur lui l'attention de la critique.

Puis, après un court passage comme directeur littéraire aux Éditions Pierre Horay, René de Obaldia publie, en 1956, son premier roman Tamerlan des cœurs.

Suivront deux récits : Fugue à Waterloo et La Passion d’Émile (1956, Grand Prix de l'Humour Noir) et un second roman, Le Centenaire, "épopée de la mémoire" (1960, Prix Combat).
René de Obaldia se tourne alors vers le théâtre. Sa première grande pièce, Genousie, sera jouée en 1960 au T.N.P. que dirige alors Jean Vilar. Suivront de nombreuses œuvres dramatiques (Michel Simon fit une entrée fracassante sur scène dans Du vent dans les branches de Sassafras), lesquelles, traduites en une vingtaines de langues, lui assureront une audience internationale.

René de Obaldia a été invité d'honneur de l'Atelier Imaginaire en 1997. Il a été reçu à l'Académie Française en 1999.

Œuvres littéraires

  • 1949 Midi, poème.
  • 1952 Les richesses naturelles, récits-éclairs.
  • 1955 Tamerlan des cœurs, roman.
  • 1956 Fugue à Waterloo, récit.
  • Le Graf Zeppelin ou La passion d’Émile, récit.
  • 1959 Le Centenaire, roman.
  • 1966 Obaldia, " Humour secret ", choix de textes. Préface de Jean-Louis Bory.
  • 1969 Les Innocentines, poèmes pour enfants et quelques adultes.
  • 1993 Exobiographie, mémoires.
  • 1996 Sur le ventre des veuves, recueil de poèmes.

Œuvres théâtrales

  • 1960 Génousie - T.N.P.
  • 1961 Impromptus à loisir - Théâtre de Poche Montparnasse.
  • (L'Azote, Le Défunt, Poivre de Cayenne, Le grand vizir)
  • 1963 Le Satyre de la Villette - Théâtre de l'Atelier.
  • 1964 Le Général inconnu - Théâtre de Lutèce.
  • 1965 Le Cosmonaute agricole - Biennale de Paris.
  • Du vent dans les branches de sassafras - Théâtre Gramont.
  • 1966 L’Air du large - Studio des Champs-Élysées.
  • 1968 ....Et la fin était le bang - Théâtre des Célestins à Lyon.
  • La rue Obaldia - Théâtre de la Gaîté Montparnasse.
  • 1971 La Baby-sitter et Deux femmes pour un fantôme - Théâtre de l'Œuvre.
  • 1972 Petite suite poétique résolument optimiste - Comédie française.
  • 1973 Underground établissement : Le Damné et Classe Terminale - Théâtre Saint-Roch (Chapelle du Calvaire).
  • 1975 Monsieur Klebs et Rozalie - Théâtre de l’Œuvre.
  • 1977 Spectacle Obaldia : Le Grand Vizir et Le Cosmonaute agricole - Théâtre du Marais.
  • 1979 Le Banquet des méduses - Théâtre Montansier (Versailles).
  • 1980 Les Bons Bourgeois - Théâtre Hébertot.
  • 1981 Visages d’Obaldia (T.F.1).
  • 1986 Endives et miséricorde - Théâtre Mouffetard.
  • 1991 Grasse matinée - Théâtre du Marais.
  • Les Larmes de l’aveugle,
  • Richesses naturelles - Théâtre Espace Acteur.
  • 1993 Les Innocentines - Théâtre 14.
  • 1996 Soirée Obaldia - Théâtre Molière
  • 1999 Obaldiableries : Rappening, Pour ses beaux yeux, Entre chienne et loup - Théâtre 14.

René de Obaldia sur le site de l'Académie française

Claude Ollier

1922 Naissance à Paris de Claude, premier enfant de Marguerite Valent et Maurice Ollier, assureur. La famille habite dans le XVIIe, rue de Chéroy, là où André Breton voit disparaître Nadja le soir.
1925 Naissance d’une sœur, Christiane.
1926-30 Vacances à la mer, puis à la montagne, où il respire mieux.
1927 Apprend le piano, abandonne en 6e, reprend 40 ans plus tard.
1931 Naissance d’une seconde sœur, Jacqueline.
1930-1935 Lit Jules Verne et des bandes dessinées. Se passionne pour les courses d’automobiles.
1932 Apprend le tennis, brille à la volée.
1934 Entre au lycée Carnot, dont le hall à verrière lui semble plus tenir de Sing-Sing que d’un établissement scolaire.
1935-36 Malade, passe l’hiver avec sa grand-mère dans la maison familiale de Boissy-l’Aillerie, Seine-et-Oise.
1936 Lit Le Mystère de la chambre jaune.
1938 Est traversé par la musique.
1940 Découvre qu’il a une aïeule andalouse.
1940 Passe le bac philo à Montluçon, à bicyclette, l’armée allemande à ses trousses.
1941-43 Études de droit et de commerce à l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales.
1943-44 Requis par le Service du travail obligatoire, se retrouve à Nuremberg dans une usine. Tient un journal, qui sera perdu dans les bombardements de la ville.
1945 Fuit Nuremberg et tente de passer en Suisse. Est repris près du lac de Constance et expédié dans la Reichsbahn en Souabe.
1945-46 Achève ses études à H.E.C. Fréquente assidûment les galeries de peinture, les concerts, la Cinémathèque française et les courts de tennis.
1946-50 Travaille dans les assurances. Ecrit de petits récits inaboutis.
1947 Participe au Congrès mondial de la Jeunesse démocratique à Prague, à la construction d’une ligne de chemin de fer en Bulgarie.
1950 Saisit une occasion de quitter l’Europe et se retrouve au Maroc, fonctionnaire de l’administration chérifienne dans le Haut-Atlas d’abord, puis à Casablanca. Tient un journal à nouveau. Ecrit de petits récits presque aboutis.
1955 Obtient une mise en disponibilité et s’installe à Paris pour écrire un premier livre.
1958 Publie La Mise en scène aux Editions de Minuit, bientôt couronné par le prix Médicis qui vient d’être créé.
1958-59 Reprend du service à l’éphémère ministère du Sahara, puis quitte définitivement la fonction publique pour se consacrer à l’écriture.
1959-60 Séjour de six mois aux USA, invité par la Fondation Ford en compagnie de Fernando Arrabal, Robert Pinget, Hugo Clauss, Italo Calvino, Charles Tomlinson et Matti Meged. Traverse le continent l’hiver en train, puis visite le Mexique et Cuba.
1960 Refusé par Minuit, Le Maintien de l’ordre sera publié l’année suivante chez Gallimard.
1963 Participe à la décade Tel Quel à Cerisy-la-Salle. Publie Eté indien chez Minuit.
1963 Mort de son père.
1964 Compose une 1ère oeuvre radiophonique, La Mort du personnage, à l’instigation de Radio-Stuttgart, pour qui il écrira de nombreuses pièces par la suite.
1965 Ecrit pour l’ORTF L’Attentat en direct (prix de la RAI 1969), puis à la demande de Michel Foucault, Régression.
1966 Séjour hivernal à Berlin, invité par le cercle culturel de l’Industrie allemande, puis printanier en Tunisie, invité par le Centre culturel de Hammame.
1966-74 Ecrit les quatre livres du second cycle du Jeu d’enfant, qui seront publiés de 1972 à 1975.
1967 Publie chez Gallimard L’Echec de Nolan et Navettes.
1967-70 Voyage en Allemagne, invité par les stations radiophoniques des différents Länder.
1969 Rencontre Marie-Odette.
1969 Mime l’enseignement de la littérature durant un trimestre à l’université Laval de Québec.
1970 Série de conférences dans le Middle-West.
1970 Épouse Marie-Odette.
1971 Participe au colloque de Cerisy-la-Salle sur le Nouveau Roman.
1971 Voyage de noces au Moyen-Orient, Paris-Shiraz-Téhéran etretour en coccinelle.
1971-73 Habite Aix-en-Provence, où Marie-Odette est enseignante.
1972 Naissance de leur fille Ariane-Naïma.
1973 Mort de sa mère.
1973-75 Séjour à Marrakech, où Marie-Odette est coopérante.
1975 Retour en France, à Maule en Yvelines. Achète un piano.
1977 Voyage en Thaïlande, Singapour et Malaisie, où il rencontre son double sous les cocotiers.
1977-78 Ecrit Marrakech Médine, qui sera publié par Bernard Noël dans sa collection « Textes » chez Flammarion. Prix France Culture 79.
1979-81 Ecrit Mon Double à Malacca. Divers voyages en Europe et au Maroc dans les années quatre-vingt.
1980 Divorce de Marie-Odette.
1983-89 Ecrit une Histoire illisible, puis Truquage en amont, Obscuration (publié sous le titre Déconnection, l’éditrice ayant refusé le premier titre) et Feuilleton.
1985 Remporte le simple Vétérans au Tennis-Club de Maule
1990 Voyage en Australie et Nouvelle-Zélande avec sa fille, invité par plusieurs universités.
1990-93 Ecrit Outback ou l’Arrière-monde.
1991 Voyage en Jordanie, invité par l’attaché culturel de France à Ammam pour participer à son projet de livre sur Pétra. Visite Jérusalem.
1993-95 Ecrit Aberration en hommage à l’aïeule andalouse.
1994 Janvier : traverse le Sahara ex-espagnol.
1994 Avril : second séjour aux Antipodes. Balade en auto de Sidney à Ayers Rock et retour. Nuits dans le bush sous le ciel austral.
1994 Septembre : séjour au Canada, invité par l’université de Kingston, Ontario. Conférences au Québec et en Colombie-Britannique.
1995 Refusé par Flammarion, Outback ou l’Arrière-monde est publié chez P.O.L.
1996 Avril : opération réussie du coeur, cependant que P.O.L publie Cité de mémoire, entretiens avec Alexis Pelletier.
1997 Novembre : publication d’Aberration chez P.O.L.
1997 Décembre : colloque Claude Ollier à la maison des Ecrivains, Paris, sous la direction de Mireille Calle-Gruber.
1998 Févier : découvre l’Egypte à l’invite de Abdelwahab et Amina Meddeb.
1998 Juillet : découvre l’Angleterre à l’invite de sa fille.
Publication chez P.O.L. de Missing.
1998-2002 : entreprend la composition de quatre récits de couleur mythologique. Les deux premiers ont été publiés chez P.O.L ; en 2000 : Wanderlust et les Oxycèdres ; en 2001 : Préhistoire. Les deux suivants sont en préparation.

Notice biographique provenant du site des Editions POL

Christine Orban

Christine Orban est critique littéraire et romancière

Elle est l'auteur de :

Les Petites filles ne meurent jamais sous le nom de Christine Rheims (éd. Jean-Claude Lattès, 1986).
Le Fil de soi, (éd. Olivier Orban, 1988)
Une année amoureuse de Virginia Woolf, sous le nom de Christine Duhon (éd. Olivier Orban, 1990.
La Femme adultère, (éd. Flammarion, 1991)
Le Collectionneur (éd. Albin Michel, 1993)
Une folie amoureuse en collaboration avec Olivier Orban, (éd. Grasset, 1997)
L'Âme sœur (éd. Albin Michel, 1998)
Ungaro, (éd. Assouline, 1999).
L'Attente (éd. Albin Michel, 1999)
J'étais l'origine du monde" ( Albin Michel, 2000)

Jean Orizet

À l'ombre douce du temps et de la poésie, Jean Orizet fait son entrée sur Internet. Rejoignez l'un des premiers poètes contemporains sur le Net, à travers sa biographie, sa bibliographie intégrale, son questionnaire de Proust, une galerie de photo originale, une interview vidéo, quelques analyses thématiques, ainsi qu'un panorama complet de sept siècles de poésie...

Jean d' Ormesson

Jean Lefèvre d'Ormesson est né en 1925 à Paris. Il est issu d’une illustre famille qui compte plusieurs diplomates, dont son père, qui lui fit découvrir l’Allemagne, le Brésil, la Roumanie.

Jean d’Ormesson suit de brillantes études et devient haut fonctionnaire. Il participera à plusieurs cabinets ministériels puis sera nommé à l’Unesco.

Un premier roman publié en 1956, l’Amour est un plaisir, puis Du côté de chez Jean (1959) et Au revoir et merci (1966) "traduisent le plaisir de vivre et l’insouciance de Jean d’Ormesson" . En 1971, il publie la Gloire de l’Empire qui le consacre vraiment comme écrivain.

En 1974, année de sa nomination au poste de directeur du Figaro, Jean d’Ormesson est reçu à l’Académie française; la même année, il publie Au plaisir de Dieu, une fresque sociale et familiale ayant pour toile de fond l’histoire du siècle et ses péripéties tragiques.

Jean d'Ormesson est également l'auteur de : le Vent du soir (1985), Tous les hommes en sont fous (1986), le Bonheur à San Miniato (1987), Histoire du Juif errant (1990), Au plaisir de Dieu, Jean qui grogne et Jean qui rit, La Douane de mer (1993), Presque rien sur presque tout, Casimir mène la grande vie, Une autre histoire de la littérature française, Le rapport Gabriel....

Jean d'Ormesson sur le site de l'Académie française.

Erik Orsenna

Erik Orsenna (pseudo d'Erik Arnoult) est né en 1947. Après des études à l'Institut des sciences politiques de Paris et de sciences économiques, il enseigne à l'Ecole Normale Supérieure.

Dans la Vie comme à Lausanne (1977), il évoque ses souvenirs d’étudiant et dépeint avec une grand ironie les milieux politiques.

Erik Orsenna reçoit en 1988 le prix Goncourt pour l’Exposition coloniale.

Erik Orsenna sera conseiller ministériel puis, durant trois ans, le conseiller spécial de François Mitterrand, dont il écrira les discours. Cette expérience, il la raconte avec beaucoup d’humour dans Grand Amour (1993).

Erik Orsenna est ensuite nommé maître des requêtes au Conseil d’État. Il a été élu à l'Académie française en 1998.

Il est également l'auteur de : Comédie française (1980), Loyola's Blues, Longtemps et Portrait d'un homme heureux.

Erik Orsenna sur le site de l'Académie française.

Christian Oster

Christian Oster est né en 1949. Il a commencé par exercer divers métiers dont vendeur en librairie et correcteur.

En 1989, Christian Oster publie Volley-ball aux Éditions de Minuit. Suivront L’Aventure, Le Pont d’Arcueil, Paul au téléphone, Le Pique-nique, Loin d’Odile, Mon Grand Appartement et aujourd’hui Une Femme de ménage. Christian Oster écrit également pour la jeunesse.

Il est l'auteur de :

Volley-ball, 1989
L’Aventure, 1993
Le pont d’Arcueil, 1994
Paul au téléphone, 1996
Le Pique-nique, 1997
Loin d’Odile, 1998
Mon Grand Appartement, 1999
Une Femme de Ménage, 2001

Katherine Pancol

Katherine Pancol est née au Maroc, à Casablanca, et a grandi sous les palmiers de Media...

Puis Katherine Pancol revient en France. Elle suit des études littéraires (maîtrise et deux ans de doctorat de lettres modernes). Elle devient prof de français-latin, exerce divers petits boulots, puis décide d'être journaliste. Elle écrit alors pour Paris-Match puis Cosmopolitan.

L'éditeur Robert laffont la remarque et lui demande d'écrire un roman : ce sera Moi d’abord qui sera couronné de succès. Comme l'indique Katherine Pancol : " Le ciel me tombe sur la tête et le succès aussi. Je file à New York oublier tout ça. Mais la littérature me rattrape et c'est La Barbare en 1981. Puis, toujours à New York, j'écris Scarlett, si possible; et Les hommes cruels ne courent pas les rues ".

Puis elle publie Vu de l’extérieur, Encore une danse, et un remarquable essai consacré à Jackie Kennedy, Une si belle image. Avec J’étais là avant, son huitième roman, Katherine Pancol signe un récit tonique, d’une femme qui regarde son passé et essaie de comprendre les raisons de ses échecs amoureux répétés.

Le site officiel de katherine Pancol

Daniel Pennac

Daniel Pennac est né en 1944, à Casablanca, au Maroc, dans une famille de fonctionnaires aimant le voyage. Il passe son enfance en Afrique, en Asie du Sud-Est, en Europe et dans le sud de la France....

Il obtient , à Nice, sa maîtrise de lettres. Il sera à la fois enseignant et écrivain.

Il publie son premier essai en 1973, Le service militaire au service de qui ?, à l'âge de vingt neuf ans. A la suite d'un pari, il propose à la collection Série Noire Au bonheur des ogres (1985), où apparaissent pour la première fois la tribu Malaussène.

Suivront la Fée Carabine, La Petite marchande de prose, saga de la famille Malaussène qui mène une vie joyeuse et qui vaudra çà Daniel Pennac de nombreux prix , dont celui du prix Livre Inter 1990.

En 1992, Daniel Pennac rencontre un immense succès avec Comme un roman, un plaidoyer passionnant pour la défense de la lecture.

Daniel Pennac est l'auteur de :

  • Le service militaire au service de qui ? 1973 (essai)
  • Les enfants de Yalta, 1977 (roman)
  • Père Noël, 1979 (roman)
  • Cabot Caboche, (roman jeunesse)
  • L'oeil du loup, (roman jeunesse)
  • La vie à l'envers, (roman jeunesse)
  • Au bonheur des ogres (1985)
  • La fée carabine (1987)
  • la petite marchande de prose, 1990 (prix Livre Inter 1990)
  • Comme un roman, 1992
  • Monsieur Malaussène, 1995
  • Messieurs les enfants, 1997

 Pierre Perrin de Chassagne

Poète né en 1950, Pierre Perrin de Chassagne habite le pays de Courbet.

Il publie quatre recueils entre 1972 et 1980. Presque durant la même période, à partir de 1975, le poète devient “l’artisan-directeur général” de la revue Possibles, dont paraissent 22 numéros. Dans un bref panorama que dresse alors Le Monde, celle-ci est citée comme « une des trois meilleures revues de l’année 1979 ». Elle s’augmente d’une petite maison d’édition qui publie alors une douzaine de titres

En 1985, Pierre Perrin de Chassagne choisit dans ses quatre recueils épuisés les poèmes qui vont former la première moitié de Manque à vivre. Le volume de 256 pages suscite une trentaine d’échos. À partir de 1988, Pierre Perrin de Chassagne va réaliser deux anthologies de poèmes de Victor Hugo chez France Loisirs pour le compte du Cherche midi éditeur.

En 1996, Pierre Perrin de Chassagne est lauréat du prix Kowalski de la ville de Lyon, pour son recueil La Vie crépusculaire. Ce dernier paraît chez Cheyne, sous la couverture grise. À partir de 1997, à la demande de Jean Orizet, Pierre Perrin de Chassagne figure au comité de rédaction du magazine Poésie 1 / Vagabondages. En 1998, il publie au Rocher un bref essai critique : Les Caresses de l’absence chez Françoise Lefèvre.

Il collabore par des études et de nombreuses notes de lecture à La Nouvelle Revue Française. Plus de trente contributions, depuis janvier 1999, traitent aussi bien de la littérature française qu’étrangère, et de la poésie que du roman, voire des essais littéraires. Cette même année il écrit Franche-Comté pour accompagner un album de photographies signées Marc Paygnard. Il donnera de même une nouvelle à Éric Toulot pour Histoires de famille, en 2001.

Le Cri retenu (Cherche Midi, éd. 2001) explore l’existence d’une mère à travers son enfance, sa jeunesse, ses amours, son mariage, sa maternité, son labeur incessant, son veuvage, ses silences, ses vraisemblables regrets. Il s’agit d’un travail de mémoire qui engage un dialogue par-delà la mort, sans illusion. Le récit recommandé par Bernard Pivot à la fin de son émission Apostrophes a valu à son auteur de figurer dans La Mémoire de l’encre de Jacques Chancel.

Pierre Perrin de Chassagne est l’actuel président de l’association du livre et des auteurs comtois qui organise et décerne, avec l’aide de la Région, les prix Marcel Aymé et Lucien Febvre d’un montant de 3000 € chacun.

Le site de Pierre Perrin de Chassagne

Daniel Picouly

Daniel Picouly est né en 1948. Il enseigne l'économie à Paris.

Il est l'auteur du Champ de personne. Ce livre connaît, en 1995, un immense succès avec plus de 400 000 exemplaires vendus. Daniel Picouly y raconte sa jeunesse, celle d'un gamin de la banlieue parisienne élevé dans une famille de treize enfants.

Daniel Picouly est également l'auteur de Fort de l'eau (1998) et L'enfant-léopard (Prix Renaudot 1999).

René-Victor Pilhes

René-Victor Pilhes est né à Paris en 1934.

Il commence son activité professionnelle comme rédacteur publicitaire chez Air France, puis chez travaille chez Publicis.

Il est l'auteur de la Rhubarbe (1965, prix Médicis), le Loum (1969), l'Imprécateur (1974, Prix Fémina), la Bête (1976), la Pompéi (1985), l'Hitlérien (1988), la position de la Médiatrice, la Faux (1993), le Fakir (1995).

René-Victor Pilhes, tout au long de ses romans, se consacre à la dénonciation des travers de notre société aveuglée par le progrès et la logique du cash-flow

Jacques-François Piquet

Jacques-François Piquet est né le 2 juin 1953 à Nantes. Après avoir longtemps vécu à Londres, il s'installe en région parisienne (Essonne). En plus d'écrire, il anime des ateliers d'écriture et participe à des lectures-rencontres. Un site Internet (www.jfpiquet.com) rend compte en détail de ses diverses activités.

Principales publications à ce jour :

  • L'œil-de-bœuf, roman, Ed. de la Différence, 1983
  • Rue Stern, roman, Ed. de la Différence, 1993
  • Rupture de rêve, roman, Ed. Le dé bleu, 1995
  • Une histoire d'Alibelle, conte, Ed. Le dé bleu, 1996 (Illustrations de Philippe. Merlevède)
  • Fenêtres, petites proses, Ed. Métaphore A3, 1998 (Gravures de Michel Ménard)
  • Gif-sur-Ecrits, expérience d'écrivain en résidence, Ed. Métaphore A3, 1999
  • En pièces, trilogie théâtrale, Ed. Le bruit des autres, 2000
  • Noms de Nantes, petites proses, Ed. Joca Seria, 2002 (Postface de François Bon)

le site personnel de Jacques-François Piquet

Robert Pinget

Robert Pinget est né le 19 juillet 1919 à Genève. En 1930, il commence à jouer du violoncelle. Après des études de droit, il exerce la profession d'avocat pendant un an puis quitte Genève et s'inscrit aux Beaux- Arts à Paris où il est l'élève de Souverbie. En 1950 il expose dans une galerie de Saint-Germain-des-Prés. L'année suivante, il publie un recueil de nouvelles, Entre fantoine et Agapa. Il se tourne définitivement vers l'écriture à partir de 1952 avec son premier roman : Mahu ou le matériau. Il entre en 1956 aux éditions de Minuit avec la publication Graal Flibuste. Robert Pinget a obtenu le Prix des Critiques pour L'Inquisitoire (1962), le Prix Femina pour Quelqu'un (1965). En 1987, Pinget est tête d'affiche du Festival d'Avignon où sont jouées toutes ses pièces. Robert Pinget est décoré de la Légion d'honneur (1982) et de l'Ordre National du Mérite (1989). En 1990, le Grand Prix National des Lettres lui est décerné pour l'ensemble de son oeuvre. Robert Pinget est mort le 25 août 1997 à Tours, quelques semaines après l'exposition et le colloque international qui lui furent consacrés.

Une Notice biographique de Robert Pinget provenant du site Marincazaou.

Robert Pinget a publié aux Editions de Minuit :

Entre Fantoine et Agapa, nouvelles 1951
Mahu ou le matériau, roman, 1952
Le renard et la boussole, roman, 1953
Graal Flibuste, roman, 1956
Baga, roman, 1958
Le fiston, roman, 1959
Lettre morte, théâtre, 1959
La manivelle, théâtre, 1960
Clope au dossier, roman, 1961
Ici ou ailleurs, théâtre, 1961
Architruc, théâtre, 1961
L’hypothèse, théâtre, 1961
L’inquisitoire, roman, 1962
Autour de Mortin, théâtre, 1965
Quelqu’un, roman, 1965
Le Libera, roman, 1968
Passacaille, roman, 1969
Identité, théâtre, 1971
Abel et Bela, théâtre, 1971
Fable, récit, 1971
Paralchimie, théâtre, 1973
Nuit, théâtre, 1973
Cette voix, roman, 1975
L’apocryphe, roman, 1980
Monsieur Songe, récit, 1982
Le harnais, carnets, 1984
Charrue, carnets, 1985
Un testament bizarre, théâtre, 1986
L’ennemi, roman, 1987
Du nerf, carnets, 1990
Théo ou le temps neuf, roman, 1991
L’affaire Ducreux et autres textes, théâtre, 1995
Taches d’encre, carnets, 1997

 Marincazaou, un très beau site consacré à Robert Pinget.

Bertrand Poirot-Delpech

Bertrand Poirot-Delpech est né le 10 février 1929 à Paris. Il est issu d’une famille de médecins et d’universitaires.

Orphelin de père en 1940, il est élève du collège Stanislas, puis au lycée Louis-le-Grand. Après des études de lettres (khâgne), il entre au journal Le Monde à vingt-deux ans.

Bertrand Poirot-Delpech y travaille de 1951 à 1972 dans différentes rubriques ( rubrique universitaire, chronique des grands procès, théâtre).

En septembre 1972, il succéde à Pierre-Henri Simon comme feuilletoniste du Monde des Livres. Depuis 1989, il tient, au Monde, une libre chronique hebdomadaire. Il a présidé le Syndicat de la critique dramatique (1970-1972) et donné des chroniques théâtrales à la N.R.F. Bertrand Poirot-Delpech est membre du comité de lecture de la Comédie-Française.

Lauréat du prix Interallié, en 1958, pour Le Grand Dadais, il a obtenu, en 1970, le grand prix du roman de l’Académie française, pour La Folle de Lituanie.

Bertrand Poirot-Delpech est élu à l'Académie française en 1986.

Romancier et essayiste, il a notamment publié

  • 1958 Le Grand Dadais
  • 1960 La Grasse Matinée
  • 1962 L’Envers de l’eau
  • 1966 Au soir le soir
  • 1969 Finie la comédie
  • 1970 La Folle de Lituanie
  • 1973 Les Grands de ce monde
  • 1976 La Légende du siècle
  • 1979 Saïd et moi
  • 1980 Marie Duplessis
  • 1981 Feuilletons
  • 1982 Le Couloir du dancing
  • 1985 L’Été 36
  • 1986 Bonjour Sagan
  • 1987 Monsieur Barbie n’a rien à dire
  • 1988 Le Golfe de Gascogne
  • 1989 Traversées
  • 1994 L’Amour de l’humanité
  • 1995 Diagonales
  • 1997 L’Alerte, théâtre
  • 1998 Théâtre d'ombres, Journal
  • 1998 Papon : un crime de bureau
  • 1999 Monsieur le Prince

Bertrand Poirot-Delpech sur le site de l'Académie française.

Patrick Poivre d'Arvor

Patrick Poivre d'Arvor est né en 1947 à Reims. Il est diplômé du Centre de Formation des Journalistes, Ancien élève de l'Institut d'Etudes politiques de Paris et de l'Ecole des langues Orientales (russe et serbo-croate).

De 1971 à 1974, il est présentateur des journaux du matin et de la revue de presse à France Inter, puis il devient grand reporter . De 1979 à 1981, il assure, toujours sur France Inter, la chronique quotidienne "L'humeur du jour".

En 1975, il entre à Antenne 2 comme responsable du service de politique intérieure puis Chef du service politique, économique et social (1975-1976). Il devient rédacteur en chef-adjoint et présentateur du "Journal de 20 heures" (1976-1983).

En 1984, il devient animateur de l'émission "Tous en scène" sur Canal Plus (1984-1985). Puis il est chroniqueur à R.M.C (1986-1987). Depuis le 31 août 1987, Patrick Poivre d'Arvor est présentateur du Journal de 20 heures sur TF1. Il est directeur-adjoint de l'information depuis 1989. Il est également producteur et animateur de l'émission littéraire "Ex-libris" depuis 1988 (TF1) et anime l'émission quotidienne "Place au livre" sur la chaîne Info (LCI) depuis juin 1994.

Patrick Poivre d'Arvor est l'auteur de nombreux livres dont

  • Mai 68, Mai 79, 1978
  • Les Enfants de l'aube, 1982
  • Deux amants, 1984
  • Le Roman de Virginie (avec Olivier Poivre d'Arvor), 1985
  • Rencontres, 1987
  • Les Derniers trains de rêve, 1986
  • La Traversée du miroir, 1986
  • Les Femmes de ma vie, 1988
  • L'Homme d'image, 1992
  • Lettres à l'absente, 1993
  • Les Loups et la bergerie, fiction, 1994
  • Elle n'était pas d'ici, 1995
  • Anthologie des plus beaux poèmes d'amour, 1995
  • Un héros de passage, 1996
  • Une trahison amoureuse, 1997
  • Lettre ouverte aux violeurs de vie privée, 1997
  • La Fin du monde (avec Olivier Poivre d'Arvor), fiction, 1998
  • Petit homme, 1999
  • Les Rats de garde (avec Éric Zeimour), 2000
  • L'Irrésolu, 2000

Il a obtenu en novembre 2000 le prix Interallié pour son roman L'Irrésolu.

Michel Polac

Michel Polac est né en 1930 à Paris. En 1944, il commence à tenir son journal. En 1951, il découvre En attendant Godot, deux ans avant sa création. En 1953, il crée la série d'émissions le Masque et la plume. En 1956, il publie son premier roman, la Vie incertaine .

En 1969, il réalise son premier film, Un fils unique, prix Georges-Sadoul en 1970. De 1969 à 1971, il coanime "le Masque et la Plume". De 1981 à 1987, il produit et anime l'émission Droit de réponse, célèbre pour ses coups d'éclat et ses empoignades en direct.

Michel Polac a publié récemment la Luxure (1999) et son Journal ( 2000).

Il est également chroniqueur à Charlie Hebdo et sur France Inter.

Le Portrait de Michel Polac  sur le site de Libération

Jean Bernard Pouy

Jean-Bernard Pouy est né en 1946. Avec au moins vingt romans publiés depuis 1983, il est devenu un phénomène du roman policier français. Père du célèbre Poulpe, Jean-Bernard Pouy promène de livre en livre de drôles d’obsessions : la SNCF et la politique, le Tour de France et le Rock’n’roll, la lutte armée et le plaisir d’écrire. Il est également directeur de collections de littérature populaire, scénariste, poète, amoureux du vélo et animateur de radio…

Bibliographie

  • La Belle de Fontenay , Série Noire 1992.
  • Le Bienheureux , L'atalante, 1994.
  • RN86, Série Noire, 1995.
  • Spinoza encolure Hegel, Canaille Revolver,1996.
  • J'ai fait l'Aérotrain, coll.tourisme et Polar, Balaine, 1997.

Suzanne Prou

Suzanne Prou est née en Provence en 1920. Elle a situé l'action de tous ses romans dans cette région, dont elle connaît " le climat excessif, la terre dure, la végétation odorante, la lumière aveuglante quand pèse la grande chaleur..."

Suzanne Prou est morte en 1995.

Elle est l'auteur de : les Patapharis (1966), Les demoiselles sous les ébéniers (1967), l'Été jaune (1968), la Ville sur la mer (1970), la Terrasse des Bernardini (Prix Renaudot 1973), les Femmes de la pluie (1978), Mauriac et la jeune fille (1982) la Petite Tonkinoise (1987), Le Temps des innocents (1988), l'Album de famille (1995).

Yann Queffélec

Yann Queffélec est né à Paris le 4 septembre 1949. Il est fils d'écrivain; son père, Henri, romancier maritime est l'auteur de Un recteur de l'île de Sein, 1949; Un homme d'Ouessant, 1953; un Breton bien tranquille, 1978; Saint-Yves, 1987.

Il adore sa mère et c'est parait-il, pour qu'elle admire son fils autant que son mari qu' il commence à écrire dès 7 ans. De son enfance, il "ne garde que le souvenir des odeurs d'été, de la mer et de bonheur en Bretagne"

En 1978, il rencontre une grande prêtresse de l'édition à Belle-Ile :"J'amarrais mon bateau par temps de brume, sur un quai désert. Quelqu'un me tape sur l'épaule. Je me retourne. C'était Françoise Verny : "Chéri! tu as une tête d'écrivain, toi. Je t'invite ce soir à mon anniversaire!"

Et c'est ainsi qu'il décide de se consacrer à l'écriture, enchaînant depuis le début des années quatre-vingt, un roman tous les 2 ans.

Romans publiés par Yann Queffélec :

  • Le charme noir, 1983
  • Les noces barbares, 1985 (Prix Goncourt)
  • La femme sous l'horizon, 1988
  • Le maître des chimères, 1990
  • Prends garde au loup, 1992
  • Disparue dans la nuit, 1994
  • Et la force d'aimer , 1996
  • Happy birthday Sara, 1998
  • Osmose , 2000

Pascal Quignard

Pascal Quignard est né en 1948 à Verneuil-sur-Avre. Après des études de philosophie à la faculté de Nanterre, il entre aux éditions Gallimard . Il y sera successivement lecteur jusqu'en 1977, membre du comité de lecture de 1977à 1994 et secrétaire général pour le développement éditorial de 1988 à 1994.

Pascal Quignard a également été président du Festival international d'opéra et de théâtre baroque au château de Versailles (1990-94), et président aux côtés de Jordi Savall du concert des Nations (1990-93).

Depuis le mois d'avril 1994, où il a démissionné de toutes ses fonctions, Pascal Quignard se consacre uniquement à son travail d'écrivain.

Pascal Quignard est notamment l'auteur de Tous les matins du monde porté au cinéma en 1991.

Son dernier roman, Terrasse de Rome, se déroule au dix-septième siècle. Un jeune graveur est victime de la violence d'un fiancé jaloux qui lui lance de l'eau-forte au visage. Défiguré, il doit renoncer à l'amour de sa belle qu'il aime jusqu'à sa mort.

Les livres publiés par Pascal Quignard :

  • l'Être du balbutiement (1969)
  • Alexandra de Lycophron (1971)
  • la Parole de la Délie (1974)
  • Michel Deguy (1975)
  • Echo (1975)
  • Sang (1976)
  • le Lecteur (1976)
  • Hiems (1977)
  • Sarx (1977)
  • Inter aerias fagos (1977)
  • Sur le défaut de terre (1979)
  • Carus (1979)
  • le Secret du domaine (1980)
  • Petits traités (tome I à VIII, 1990)
  • les Tablettes de buis d'Apronenia Avitia (1984)
  • le Vœu de silence (essai, 1985)
  • Une gêne technique à l'égard des fragments (1986)
  • Ethelrude et Wolframm (1986)
  • le Salon du Wurtemberg (1986)
  • la Leçon de musique (1987)
  • les Escaliers de Chambord (1989)
  • la Raison (1990)
  • Albucius (1990)
  • Tous les matins du monde (1991)
  • Georges de La Tour (1991)
  • la Frontière (1992)
  • le Nom sur le bout de la langue (1993)
  • le Sexe et l'effroi (1994)
  • l'Occupation américaine (1994)
  • Rhétorique spéculative (1995)
  • l'Amour conjugal (1995)
  • les Septante (1995)
  • la Haine de la musique (1996)
  • Vie secrète (1998)
  • Terrasse à Rome (2000)

Pascal Quignard sur le site des éditions P.O.L

Michel Quint

Michel Quint est né fin 1949 dans le Pas-de-Calais, "un jeudi soir, chez ses grands-parents que sa mère se trouvait visiter".

"Il étudia fort correctement jusqu’au baccalauréat, série philosophie, obtint ensuite à Lille une licence de lettres classiques, avec du latin, du grec, de la poussière et des paillettes, puis une maîtrise d’études théâtrales parce que le théâtre le passionnait et qu’il connaissait plein de gens dont certains maintenant bien plus célèbres que lui avec qui il en faisait".

Michel Quint commença par écrire du théâtre pour Théâtre ouvert, puis France Culture (Rue du Temple), A pas comptés. France Culture diffuse aussi ses feuilletons radiophoniques (Les Ethiopiques , Le Loup pendu prix radio 1986 de la Société des auteurs). Puis il s’essaye au roman policier et obtient en 1989 le Grand Prix de Littérature policière pour Billard à l’étage. Michel Quint a publié une vingtaine d'ouvrages ( romans noirs et nouvelles), dont Le bélier noir, La belle ombre, Cake-walk, Lundi perdu.

Il a publié en 2000 Effroyables Jardins, un "court texte lumineux , émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant et de son père, ancien résistant."

Patrick Rambaud

Patrick Rambaud est né le 21 avril 1946 à Paris.

En 1967, à 21 ans, Patrick Rambaud participe au "Masque et la Plume", sur France Inter, comme critique de cinéma. Premier article dans "Positif". Cette année-là, il se retrouve auusi comme "seul goy dans un kibboutz". En 1968, il effectue son service militaire à Evreux et prend des notes sur "la panique dans l'armée". Cofondateur du mensuel satirique Actuel (1970), il a mené une longue carrière de nègre.

Il publie en 1970, son premier livre : la Saignée , puis six ans plus tard , 1832, les Complots de la Liberté.

En 178, il publie Le Roland Barthes sans peine

En 1988, il écrit Frégoli, monté par Jérôme Savary. Il publie la même année Virginie Q.

Avec Michel-Antoine Burnier, il a publié Le journalisme sans peine, qui relève les clichés, les poncifs et les lieux communs de la profession.

En 1997, il a reçu le Grand Prix du roman de l'Académie française et le Prix Goncourt pour son roman historique La bataille , le récit du sanglant combat de Napoléon contre les Autrichiens à Essling en 1809.

Il a publié récemment Il neigeait (deuxième volet d'un triptyque sur la fin de l'Empire)
 

Pascal Rannou

Pascal Rannou, né en 1958 à Laval. Agrégé de l'Université (Lettres modernes), Docteur en Littérature, enseigne au lycée Lavoisier de Mayenne (53). Romancier, essayiste, poète et critique. Spécialiste de littérature bretonne. A publié:

  • Guillevic : du menhir au poème, essai, Morlaix, éd. Skol-Vreizh, 1991
  • Visages de Tristan Corbière, essai, Morlaix, éd. Skol-Vreizh, 1995
  • Les Trajectoires lumineuses, Brest, éd. L'Authenticiste, 1996
  • Inventaire d'un héritage, essai sur l'oeuvre de P.-J. Hélias,
  • Plougastel-Daoulas, éd. An Here, 1997
  • De Corbière à Tristan, thèse, Presses Universitaires du Septentrion,Lille 1999
  • Sentinelles de la mémoire, roman, Spézet, éd. Coop-Breizh, 1999
  • Un Tyran du bocage, roman, L'Harmattan, Paris, 2002

Son essai sur Hélias a provoqué quelques remous dans le monde littéraire breton. Il y démontre que cet auteur a publié des romans très mauvais, et que, contrairement à une légende, il n'a pas défendu la langue ni la culture bretonnes. Un Tyran du bocage dresse un tableau burlesque et sans concession du monde enseignant, à travers le calvaire du héros, souffre-douleur d'un principal caporaliste.

Jean Raspail

Né en 1925, Jean Raspail parcourt le monde pendant vingt ans avant de se lancer dans l’écriture. En 1973, il publie Le Camp des saints, qui sera suivi de nombreux romans. Il a reçu en 1981 le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Moi, Antoine de Tounens.

Vincent Ravalec

Vincent Ravalec est né le 1er avril 1962. Il vit toujours à Clamart. Il a publié son premier livre, Un pur moment de rock’n roll, au Dilettante. Il a narré ses débuts littéraires dans L’Auteur, en 1995. Treize contes étranges est son quatorzième livre et son septième au Dilettante.

Jacques Réda

Jacques Réda est né à Lunéville le 24 janvier 1929.

Après des études secondaires au collège Saint-François de Sales d'Evreux, il fait du droit et s'installe à Paris.

Il a dirigé la Nouvelle Revue française (N.R.F.) de 1987 à 1996.

Il est également l’auteur de récits en prose et grand amateur de musique, spécialement de jazz.

Il est considéré comme l’un des grands poètes français contemporains. Ses écrits évoquent la luxuriante et erratique beauté du monde, et aussi ses angoisses de la condition humaine.

Ses principaux ouvrages :

Récitatif, 1970
La Tourne, 1975
Les Ruines de Paris, 1977
L’Improviste. Une lecture du jazz, 1980
Hors les murs, 1982
L’Herbe des talus,
1984
Jouer le jeu (L’Improviste II), 1985
Châteaux des courants d’air, 1986
Album Maupassant,
1987
Recommandations aux promeneurs,
1988
Amen,
1988
Retour au calme, 1989
L’Improviste
, (version défintive) 1990
Le Sens de la marche, 1990
Aller aux mirabelles
, 1991
Lettre sur l’univers et autres discours en vers français, 1991
Aller à Elisabethville
, 1993
L’Incorrigible, 1995
La Liberté des rues,
1997
Le Citadin,
1998
Accidents de la circulation, 2001

Marie Redonnet

Marie Redonnet est auteur de romans :

  • Forever Valley, 1987
  • Nevermore, 1994
  • Splendid Hôtel, 1996

Marie Redonnet a également écrit des pièces de théâtres :

  • Mobie Diq, 1989,
  • Tir et Lir, 1991
  • Le Cirque Pandor, 1994,

Marie Redonnet a également publié un essai : Jean genet, le poète travesti (1999)

Pierre Jean Rémy

Pierre Jean Rémy ( de son vrai nom Jean-Pierre Angremy) est né le 21 mars 1937, à Angoulême. .
Il suit des études primaires et secondaires au lycée Condorcet, apprend le latin et le grec, et se passionne très tôt pour la littérature.

De 1955 à 1958 Pierre Jean Rémy est étudiant à l’Institut d’études politiques ; puis il passe une licence à la Faculté de droit ( Sciences économiques) et à la Sorbonne (Sociologie). Il est également ancien de l’ENA (promotion "Saint-Just", 1963).

À sa sortie de l'ENA, Pierre-Jean Rémy commence une double carrière de diplomate et d’écrivain.

Il est vice-consul archiviste e à Hong-Kong de 1963 à 1964, deuxième secrétaire d’ambassade à Pékin de 1964 à 1966. Il rentre en Europe à la fin de 1966 pour être nommé deuxième secrétaire, puis premier secrétaire à Londres, où il séjourne jusqu’en 1971.

Après un bref passage à la direction générale des Relations culturelles du Quai d’Orsay il est détaché à l’O.R.T.F. en 1972. Il repart ensuite pour l’Angleterre, en 1975, et séjourne encore quatre ans à Londres, conseiller culturel, cette fois, auprès de l’Ambassade de France.

De 1979 à 1981, il est directeur du théâtre et des spectacles au ministère de la Culture.

Au début de 1985, il et nommé consul général à Florence.

En avril 1987, il est nommé directeur général des Relations culturelles, scientifiques et techniques au ministère des Affaires étrangères.

D’avril 1990 à février 1994, il est ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l’UNESCO ; De mars 1994 à janvier 1997, il est Directeur de l’Académie de France à Rome, Villa Médicis. Depuis janvier 1997, il est Président de la Bibliothèque nationale de France.

Pierre-Jean Rémy a publié, depuis 1962, une quarantaine d’ouvrages. Le Sac du Palais d’Été lui a valu, en 1971, le prix Renaudot ; L’Orient-Express II, le prix de la Nouvelle de l’Académie française en 1984 ; Une Ville immortelle, le grand prix du Roman de l’Académie française en 1986.

Il a collaboré pendant plusieurs années à l’hebdomadaire Le Point, en qualité de critique théâtral et a assuré des chroniques régulières d’opéra et de musique lyrique dans divers magazines tels que Lyrica, Harmonie, Diapason, et La Revue des Deux Mondes.

Il a d’ailleurs publié plusieurs ouvrages sur la musique, dont une biographie de Maria Callas.

Il a été élu à l’Académie française, le 16 juin 1988.

Ses principaux ouvrages

1962 Et Gulliver mourut de sommeil.
1963 Midi ou l’Attentat.
1971 Le Sac du Palais d’Été.
1972 Urbanisme.
1973 Une mort sale.
1973 La vie d’Adrian Putney, poète.
1973 Les Suicidés du printemps.
1974 Ava.
1974 La Mort de Floria Tosca.
1974 Mémoires secrets pour servir à l’histoire de ce siècle.
1975 Rêver la vie.
1976 La figure dans la pierre.
1977 Si j’étais romancier.
1977 Les enfants du Parc.
1978 Callas, une vie.
1978 Les Nouvelles aventures du chevalier de la Barre.
1979 Cordelia, ou l’Angleterre
1979 Orient-Express I.
1979 Don Giovanni, Mozart, Losey
1979 La petite Comtesse.
1980 Pandora.
1980 Salue pour moi le Monde.
1981 Un voyage d’hiver.
1982 Don Juan
1983 Le dernier Été.
1983 Mata Hari.
1984 Orient-Express II.
1984 Comédies italiennes
1985 Le vicomte épinglé.
1985 La vie d’un héros.
1986 Une ville immortelle.
1987 Des châteaux en Allemagne
1988 Annette, ou l’éducation des filles
1989 Bastille, rêver un Opéra.
1989 Toscanes.
1990 Chine.
1991 L’Autre Éducation sentimentale.
1991 Pays d’âge, poèmes.
1991 De la photographie considérée comme un assassinat
1992 Algérie, bords de Seine
1993 Qui trop embrasse.
1994 Londres, un ABC romanesque et sentimental.
1994 Un cimetière rouge en Nouvelle-Angleterre.
1995 Désir d’Europe.
1997 Le Rose et le Blanc. Retour d’Hèlène. Mes grands bordeaux.
1998 Aria di Roma.
1999 La nuit de Ferrare
2000 Demi-siècle

Jean-François Revel

Jean-François Revel (Ricard) est né en 1924 à Marseille, dans une famille d’origine franc-comtoise.

Il fait ses études secondaires à l’École libre de Provence, puis prépare à Lyon, au lycée du Parc, l’École Normale Supérieure, où il est reçu en 1943.

Pendant la guerre, il entre dans la Résistance. En 1944, après la Libération, il est chargé de mission au Commissariat de la République de la région Rhône-Alpes pendant quelques mois.

Agrégé de philosophie, il enseigner successivement au Mexique (1947-1952) puis en Italie (1952-1956).

Revenu en France à la fin de 1956, il enseigne au lycée Faidherbe à Lille (1957-1959) puis au lycée Jean-Baptiste Say à Paris. Il quitte l’Université en 1963.

Il commence en 1957 à la fois sa carrière d'écrivain et de journaliste. Il assume également les fonctions de conseiller littéraire et de directeur de collection chez René Julliard, Jean-Jacques Pauvert, Robert Laffont jusqu’en 1978, date à laquelle il devient directeur de l’hebdomadaire l’Express, dont il était l’un des éditorialistes depuis 1966. Il démissionne de la direction de l’Express en 1981 puis devient, en 1982, chroniqueur au Point, poste qu’il occupe encore à ce jour.
En 1997, il publie ses Mémoires (Le Voleur dans la maison vide) et est élu à l'Académie française.

Les principaux ouvrages de Jean-François revel :

1957 Pourquoi des philosophes ? Prix Fénéon
1957 Histoire de Flore
1958 Pour l’Italie
1959 Le Style du Général
1960 Sur Proust
1962 La Cabale des dévots
1965 En France, la fin de l’opposition
1966 Contrecensures
1968 Lettre ouverte à la droite
1970 Ni Marx ni Jésus
1972 Idées de notre temps
1976 La Tentation totalitaire
1977 Descartes inutile et incertain
1977 La Nouvelle Censure
1978 Un festin en paroles
1981 La Grâce de l’État
1983 Comment les démocraties finissent, Prix Aujourd’hui 1983, Prix Konrad Adenauer 1986
1984 Le Rejet de l’État
1984 Une anthologie de la poésie française
1987 Le Terrorisme contre la démocratie
1988 La Connaissance inutile, Prix Chateaubriand, Prix Jean-Jacques Rousseau
1992 Le Regain démocratique, Grand Prix littéraire de la Ville d’Ajaccio et du Mémorial
1992 L’Absolutisme inefficace, ou Contre le présidentialisme à la française
1994 Histoire de la philosophie occidentale, de Thalès à Kant
1997 Le Voleur dans la maison vide
1997 Le Moine et le Philosophe (en collaboration avec son fils Matthieu Ricard)
1998 L’Œil et la Connaissance. Écrits sur l’art
1999 Fin du siècle des ombres
2000 La grande parade. Essai sur la survie de l’utopie socialiste

Nicolas Rey

Journaliste "culture" (Figaro Magazine, Technikart), Nicolas Rey confie que son inspiration est née des lectures de Belle du Seigneur d'Albert Cohen, les carnets noirs de Gabriel Matzneff ou encore Bret Easton Ellis (American Psycho).

Nicolas Rey a publié son premier roman, Treize minutes en 1998.

Il a publié son second roman chez "Au Diable Vauvert", toute jeune maison d'édition. Il a reçu le Prix de Flore 2001.

Yasmina Reza

Yasmina Reza est née en 1959 à Paris.

Elle fait ses études à l'Université Paris X à Nanterre,. Elle suit des cours de théâtre à l'école Jacques Lecoq, et travaille comme actrice.

Puis elle se lance dans l'écriture pour la scène. Elle est l'auteur de Conversations après un enterrement (Prix Molière 1987 du meilleur auteur), de l'adaptation française de Métamorphose de Stephen Berkoff, de La Traversée de l'hiver (1989), d'Art (1994) qui connut un immense succès , de L'Homme du hasard, et de Trois versions de la vie (2000).

Elle est également l'auteur de Hammerklavier, et de Une désolation.

Angelo Rinaldi

Angelo Rinaldi est né en Corse en 1940.

Il est critique littéraire ( L'Express, Le Nouvel Observateur ) et romancier.

Angelo Rinaldi a obtenu le prix Fémina en 1971 pour la Maison des Atlantes.

Il est l'auteur de :

  • la Loge du gouverneur (1969)
  • la Maison des Atlantes ( 1971, prix Fémina)
  • les Dames de France (1977)
  • la Dernière Fête de l'Empire (1981)
  • les Roses de Pline (1987)
  • la Confession dans les collines (1990)
  • Dernières Nouvelles de la nuit (1997)

Dans le dictionnaire de Jérôme Garcin (Editions François Bourin, 1988), Angelo Rinaldi se raconte en deux phrases : " Il est resté à la maison et il a travaillé. Et il n'oublie rien de ce qu'il n'a pas vécu".

Michel Rio

Ecrivain français respecté, né en Bretagne, mais vivant à Paris, Michel Rio a obtenu en 1992 le prix Médicis pour Tlacuilo aux Editions du Seuil.

Il est également l’auteur de :

  • La statue de la Liberté, 1997
  • Morgane, 1999
  • La mort, 2000

Alain Robbe-Grillet

Alain Robbe-Grillet est né en 1922 à Brest.

Après des études classiques, puis de mathématiques et de biologie, il travaille dans l'agronomie. Il séjourne alors au Maroc, en Guinée, à la Martinique et à la Guadeloupe, puis décide de se consacrer au roman.

Alain Robbe-Grillet rédige son premier livre, Un régicide, en 1948 (ce récit est refusé par les éditions Gallimard et ne sera publié qu'en 1979)

Il publie ses premiers articles en 1951 dans les revues Critique, La NRF et Le Disque Vert.

Alain Robbe-Grillet provoque un scandale littéraire avec Le Voyeur (1955, prix des Critiques). Ce livre fut en effet très bien accueilli par Roland Barthes, Maurice Blanchot et Georges Bataille, mais divisa vivement les critiques littéraires.

Alain Robbe-Grillet fut conseiller littéraire des éditions de Minuit de 1955 à 1985

Alain Robbe-Grillet formula en 1955-1956, en termes théoriques, les fondements du "Nouveau roman " . Il est considéré comme le chef de file de cette école.

Alain Robbe-Grillet est le scénariste de L'Année dernière à Marienbad, (1961, réalisé par Alain Resnais) et le réalisateur de plusieurs films : Trans-Europ-Express, 1966 ; l'homme qui ment 1968, l'Eden et après 1970, Glissements progressifs du plaisir, 1974 , le jeu avec le feu , 1975, et La Belle Captive, 1983.

Ses principaux écrits :

  • Les Gommes, 1953, prix Fénéon
  • Le Voyeur, 1955
  • La Jalousie, 1957
  • Dans le labyrinthe, 1959
  • L'année dernière à Marienbad, 1961
  • Pour un nouveau roman, 1963
  • La Maison de rendez-vous, 1965
  • Projet pour une révolution à New-York, 1970
  • Topologie d'une cité fantôme, 1976
  • Un régicide, Souvenirs du triangle d'or, 1978
  • Djinn, 1981
  • Le Miroir qui revient, 1984
  • Angélique ou l'enchantement, 1988
  • Les Derniers Jours de Corinthe, 1994

Alain Robbe-Grillet sur le site de l'IMEC

Jean Marc Roberts

Jean Marc Roberts est né en mai 1954 et a publié son premier roman, à dix sept ans, Samedi, dimanche et fêtes.

Puis il publie Les petits Verlaine (1973), La Partie belle (1974), La comédie légère (1975), Les enfants de la fortune (1978). En 1979, il obtient le Prix Renaudot pour Affaire étrangères, qui est adapté au cinéma en 1981 par Pierre Granier-Deferre sous le titre Une étrange affaire.

Il est également l'auteur de l'Ami de Vincent (1982), Portrait craché (1983), Méchant (1985), Mon père américain (1988), Une petite femme (1998).

Jean Rolin

Jean Rolin est né en 1949 à Boulogne-Billancourt. Journaliste, il a commencé par écrire pour des journaux et des magazines tels que Libération, Le Figaro et Géo. Il a notamment reçu le prix Albert Londres pour ses reportages de voyage et sa couverture des événements de l’année 1988.

Depuis les années 1980, il a également publié des romans et des nouvelles :

  • Journal de Gand aux Aléoutiennes, Jean-Claude Lattès, 1982, Payot, 1995
  • L’Or du scaphandrier, Jean-Claude Lattès, 1983
  • Vu sur la mer, Bueb & Reumaux, 1986
  • La Ligne de Front, Quai Voltaire, 1988, Payot, 1992 (Prix Albert Londres 1988)
  • La Frontière belge, Jean-Claude Lattès, 1989, L’escampette, 2001
  • Cyrille et Méthode, Gallimard, 1994
  • Joséphine, Gallimard, 1994
  • Zones, Gallimard, 1995, coll. « Folio », 1997
  • L’organisation, Gallimard, 1996, coll. « Folio », 1999 (Prix Médicis 1996)
  • C’était juste cinq heures du soir, avec Jean-Christian Boucart, le Point du jour, 1998
  • Traverses, NIL, 1999
  • Campagnes, Gallimard, 2000

Notice biographique de Jean Rolin provenant du site Textes et Voix 

Jacqueline de Romilly

 Jacqueline de Romilly ((fille de Maxime David, professeur de philosophie et de Jeanne Malvoisin), est née en 1913 à Chartres. Elle a épousé en 1940 Michel Worms de Romilly.

Elle suit ses études à Paris : lycée Molière (lauréate du concours général, la première année où les filles pouvaient concourir), à Louis-le-Grand, à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (1933), à la Sorbonne. Agrégée des lettres, docteur ès lettres, elle enseigne quelques années dans des lycées, puis devient professeur de langue et littérature grecques à l’université de Lille (1949-1957) et à la Sorbonne (1957-1973), avant d’être nommée professeur au Collège de France en 1973 (La Grèce et la formation de la pensée morale et politique). En 1988, elle est élue à l'Académie française. Elle a publié de nombreux ouvrages, notamment La Grèce antique et la découverte de la liberté, un roman (Ouverture à cœur) et la Lettre aux parents sur les choix scolaires.

Liste des ouvrages publiés par Jacqueline de Romilly

  • 1947 Thucydide et l'impérialisme athénien. La pensée de l'historien et la genèse de l'œuvre
  • 1956 Histoire et raison chez Thucydide
  • 1958 La crainte et l'angoisse dans le théâtre d'Eschyle
  • 1960 L'évolution du pathétique, d'Eschyle à Euripide
  • 1968 Time in Greek Tragedy
  • 1969 Nous autres professeurs
  • 1970 La tragédie grecque
  • 1971 La loi dans la pensée grecque, des origines à Aristote
  • 1975 Problèmes de la démocratie grecque
  • 1976 Magic and Rhetoric in ancient Greece Jackson Lectures
  • 1977 The Rise and Fall of States according to Greek Authors Jerome Lectures
  • 1979 La douceur dans la pensée grecque
  • 1980 Précis de Littérature grecque
  • 1984 Patience mon cœur, L'essor de la psychologie dans la littérature grecque classique
  • 1984 L'enseignement en détresse
  • 1985 Homère
  • 1986 La modernité d'Euripide
  • 1987 Sur les chemins de Sainte-Victoire
  • 1988 Les grands sophistes dans l'Athènes de Périclès
  • 1989 La Grèce antique à la découverte de la liberté
  • 1990 Thucydide, la guerre du Péloponèse, éd., trad. et notes
  • 1990 La construction de la vérité chez Thucydide
  • 1990 Ouverture à cœur
  • 1990 Discours de réception à l'Académie française et réponse d'Alain Peyrefitte
  • 1991 Écrits sur l'enseignement (reprise de deux livres antérieurs)
  • 1992 Pourquoi la Grèce ?
  • 1993 Lettre aux parents sur les choix scolaires
  • 1993 Les Œufs de Pâques
  • 1995 Alcibiade ou Les dangers de l'ambition
  • 1995 Rencontres avec la Grèce antique
  • 1995 Tragédies grecques au fil des ans
  • 1996 Jeux de lumière sur l'Hellade
  • 1997 Hector
  • 1998 Le Trésor des savoirs oubliés
  • 1999 Laisse flotter les rubans
  • 2000 Pour l'amour du grec, en collaboration avec Jean-Pierre Vernant
  • 2000 La Grèce antique contre la violence

Jacqueline de Romilly sur le site de l'Académie française

Daniel Rondeau

Daniel Rondeau est né le 7 mai 1949.

Il confie dans le Dictionnaire de Jérome Garcin : "A vingt ans, il rencontre la politique et prend feu. Il jette sa mèche dans le brasier . Il s'essaie ensuite dans le journalisme. Il aurait aimé passer dans le ciel des journaux comme un météore. L'encre de la presse le dévore. Il aime cet ogre qui nourrit ses enthousiasmes et lui donne des habitudes à Londres, Tanger ou Beyrouth. Il se paie sur la bête en amitiés et en paysages..."

Daniel Rondeau est l'auteur de Chagrin lorrain ( 1979), L'Äge déraison (1982), Trans-Europ Express (1984), Tanger ( 19887), L'Enthousiasme ( 1988) ...

Tatiana de Rosnay

Ecrivain , scénariste et journaliste, Tatiana de Rosnay explore toutes les formes d’écriture.

« Pourquoi j’écris ? J’ai commencé à 10 ans, un roman de 100 pages, dédié à ma mère, écrit à la main sur un cahier d’écolier. C’était l’histoire d’une petite fille très riche et très malheureuse qui vivait à Londres, au 19° siècle. Elle va faire une rencontre qui changera son existence. J’avais envie de raconter une histoire qui soit différente de ma vie, qui tienne le lecteur en haleine. Imaginer, intriguer, et divertir. Tout est parti de là. Dans mes tiroirs, dort une vingtaine de manuscrits, écrits entre l’âge de 10 à 30 ans.  »

De père français et de mère anglaise, Tatiana a vécu aux Etats Unis et a étudié à l’Université d’East Anglia en Angleterre.
Tatiana revendique sa double culture qui lui donne un point de vue particulier sur le monde et ses contemporains.

Tatiana de Rosnay vit et écrit à Paris, elle est mariée et mère de deux enfants.

Le site officiel de Tatiana de Rosnay

Tatiana de Rosnay, coup de pouce d'alalettre en janvier 2002

Jean-Marie Rouart

Jean-Marie Rouart est né le 8 avril 1943, à Neuilly-sur-Seine. Il est issu d'une famille d'artistes peintres. Les peintres Henri Rouart et Henri Lerolle étaient ses arrières grands-pères .

Après des études de lettres, il travaille pour le Magazine littéraire en 1967, puis au Quotidien de Paris et au Figaro. Il est depuis 1986 directeur du Figaro littéraire. Écrivain et journaliste, il a publié son premier roman La Fuite en Pologne en 1974. Viennent ensuite La Blessure de Georges Aslo en 1975, Les Feux du pouvoir, Prix Interallié en 1977 et Le Mythomane, en 1980.

En 1983, il obtient le Prix Renaudot avec son roman Avant-guerre. Il publie ensuite successivement six romans : Le Cavalier blessé en 1987, une fresque historique à l'époque du Premier Empire, La Femme de proie en 1989, Le Voleur de jeunesse en 1990, Le Goût du malheur en 1993 et L'Invention de l'amour en 1997. Il est également l'auteur de plusieurs essais : Ils ont choisi la nuit, Prix de l'Essai de l'Académie française en 1985, consacré à des écrivains qui se sont suicidés, Omar, la construction d'un coupable, en 1994, livre évoquant la condamnation d'Omar Raddad. Il est l'auteur d'une biographie du duc de Morny : Morny, un voluptueux au pouvoir, en 1995, et d'un essai littéraire sur le thème du succès et de l'échec : La Noblesse des vaincus, en 1998. Il a obtenu le Prix Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son œuvre.

Il a été élu à l'Académie française, le 18 décembre 1997.

Ses principaux ouvrages

  • 1974 La Fuite en Pologne
  • 1975 La Blessure de Georges Aslo
  • 1977 Les Feux du pouvoir - Prix Interallié
  • 1980 Le Mythomane
  • 1983 Avant-guerre - Prix Renaudot
  • 1985 Ils ont choisi la nuit - Prix de l'Essai de l'Académie française
  • 1987 Le Cavalier blessé
  • 1989 La Femme de proie
  • 1990 Le Voleur de jeunesse
  • 1993 Le Goût du malheur
  • 1994 Omar, la construction d'un coupable
  • 1995 Morny, un voluptueux au pouvoir
  • 1997 L'Invention de l'amour
  • 1998 La Noblesse des vaincus
  • 1998 Bernis, le cardinal des plaisirs
  • 2000 Une jeunesse à l'ombre de la lumière

Le site officiel de Jean-Marie Rouart

Jean-Marie Rouart sur le site de l'Académie française.

Jean Rouaud

Jean Rouaud est né en 1952 à Campbon, en Loire-Atlantique .

Son père meurt en 1963 le lendemain de Noël alors que Jean n'a que onze ans. Sa mère continue de tenir le magasin familial tout en élevant ses trois enfants.

Jean Rouaud est pensionnaire au collège Saint-Louis de St Nazaire.

Il obtient le bac C et s'inscrit en faculté de Lettres à Nantes

Il obtient sa maîtrise de lettres en 1974.

Jean Rouaud exercera plusieurs métiers, notamment pompiste, vendeur d'encyclopédies médicales...

En 1978, il entre à Presse Océan.

En 1983, il devient marchand de journaux dans un kiosque du XIX° arrondissement de Paris.

En 1990, il publie les Champs d'honneur qui obtient le prix Goncourt . Ce roman sera traduit en 25 langues.

Jean Rouaud vit désormais à Montpellier .

Les livres qu'il a publiés :

  • Les Champs d'honneur (1990)
  • Des hommes illustres (1993)
  • Le Monde à peu près (1996)
  • Les très Riches Heures (1997)
  • Promenade à la Villette (1997)
  • Pour vos cadeaux (1998)
  • Le paléo circus (1998)
  • Cadou Loire intérieure (1999)
  • Carnac ou le prince des lignes (1999)
  • Sur la scène comme au ciel (1999)

Le site officiel de Jean Rouaud

Pascale Roze

Pascale Roze est née en 1957 à Saïgon (Viêt-nam), où son père était officier de marine.

Son enfance, elle l'a vécue de port en port pour suivre son père. Puis, après avoir vécu à Toulon, elle part à Paris, à seize ans.

Elle abandonne ses études de lettres, et se tourne vers le théâtre en créant en 1978, avec des amis, une petite troupe "La compagnie de l'Elan". Comédienne, elle interprète des œuvres de Marguerite Duras, Elias Canetti, Claude Delarue, Jean-Luc Jeener et Joseph Danan.

Pascale Roze écrit alors pour le théâtre (Tolstoï la nuit) et publie le recueil de nouvelles Histoires dérangées. Elle anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire et avec des adultes dans des foyers d'hébergement.

Elle a obtenu le Prix Goncourt 1996 pour son premier roman, Le Chasseur zéro, et en a publié un second , Ferraille.

Parallèlement à l'écriture, elle continue son travail pour le théâtre, aux côtés de Gabriel Garran, au T.I.L.F (Théâtre International de Langue Française).

Pascale Roze est également jurée internationale du prix Prométhée de la nouvelle depuis 1997.

Jean-Christophe Rufin

Jean-Christophe Rufin est né en 1952. Médecin, pionnier du mouvement humanitaire " sans frontières ", il a séjourné plusieurs années au Brésil. Écrivain, il a publié des essais sur le tiers monde et des romans traduits dans le monde entier (L'Abyssin, Sauver Ispahan, Les Causes perdues — prix Interallié 1999). Il a obtenu le Goncourt en 2001 pour son roman Rouge Brésil.

Bibliographie

  • Le Piège,  Jean-Claude Lattès, 1986.
  • L’Aventure humanitaire, Gallimard, 1994.
  • La Dictature libérale, Jean-Claude Lattès, 1994.
  • L’Abyssin, Gallimard, 1997
  • Sauver Hispahan, Gallimard, 1998
  • Les Causes perdues, Gallimard, 1999 (prix Interallié 1999)
  • L’Empire et les nouveaux barbares, Jean-Claude Lattès, 2001.
  • Rouge Brésil , originale Gallimard, 2001 (prix Goncourt 2001).
  • La Lutte des seigneurs, Jean-Claude Lattès, 2003.
  • Globalia , Gallimard, 2004.
  • Géopolitique de la faim: Faim et responsabilité, P.U.F., 2004.
  • La Salamandre, Gallimard, 2005.

Le Parfum d'Adam, Flammarion, 2007.