Alalettre
A+ A-

Les auteurs français contemporains (B)

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Salim Bachi

Salim Bachi est né en 1971 en Algérie. Il vit en France depuis 1997 où il prépare une thèse sur la souffrance et la mort chez Malraux. Le chien d'Ulysse est son premier roman.

Le chien d'Ulysse conte l'errance d'un jeune homme de 20 ans dans les rues de Cyrtha, ville rêvée, ville imaginaire. C'est l'histoire d'un voyage impossible : fuir Cyrtha. "Cyrtha, elle, cherchait à maintenir la confusion, agissant comme le soleil sur un homme perdu au milieu du désert. Je désirais de toutes mes forces échapper à la ville dont, par moments, je devenais l'amant obscur, au consentement différé".

Salim Bachi a reçu, en mai 2001,  la Bourse à un Jeune Écrivain. Elle lui a été remise, à l'occasion des cinquante ans du Prix Littéraire de la Fondation "Prince Pierre de Monaco".

Elisabeth Badinter

Elisabeth Badinter est née le 5 mars 1944. Elle est agrégée de philosophie et maître de Conférence à l'Ecole Polytechnique.

Elle est mariée à Robert Badinter et mère de trois enfants.

Ses principaux ouvrages :

  • 1986 L'un est l'autre : des relations entre hommes et femmes
  • 1988 Condorcet : un intellectuel en politique, Fayard, en collaboration avec Robert Badinter.
  • 1992 XY : de l'identité masculine

Elisabeth Badinter sur le site de l'éditeur P.O.L

Michel Bataille

Michel Bataille est né à Paris en 1926. Il est  issu d'une famille auvergnate.

Il réalise des études d'architecture à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
En 1947, il obtient le Prix Stendhal pour son premier roman Patrick. En 1950, il donne avec La Marche du soleil le récit d'un voyage difficile en Afrique et de nouvelles découvertes en égyptologie, puis cesse d'écrire.
Au bout de treize ans, il abandonne son métier d'architecte et publie successivement : Cinq Jours d'automne (1963), adapté pour la télévision; Le Feu du ciel (1964); Une Pyramide sur la mer qui obtient le Prix des Deux Magots (1965); La Ville des fous (1966). En 1967, il écrit un essai sur Gilles de Rais et se voit décerner la Plume d'or du Figaro littéraire pour L'Arbre de Noël, grand succès de librairie puis de cinéma.
On lui doit également Une Colère blanche (1969), un recueil de poèmes Le Cri dans le mur (Prix Jean Cocteau 1970), Les Jours meilleurs (1973) et Cendres sur la mer (1975).

Jean Baudrillard

Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims. Après des études de littérature allemande, il traduit les oeuvres de Karl Marx, et enseigne l'allemand de 1958 à 1966. Puis il sera maître assistant et maître de conférence en sociologie à l'université de Paris-X Nanterre de 1966 à 1986, où il termine sa thèse de 3e cycle sur le Système des objets qu'il publie aux éditions Gallimard en 1968 — ouvrage qui connaît un grand retentissement.

Il rejoint la direction scientifique de l'IRIS (Institut de recherche et d'information socio-économique à l'Université de Paris-IX Dauphine), en 1986 où il reste jusqu'en 1990.

Il a enseigné et donne toujours de nombreuses conférences à l'étranger. Il se consacre aujourd'hui à l'écriture (essais philosophiques, sociologie contemporaine, critiques d'art, chroniques à Libération...) et à la photographie.

Il a publié, entre autres, La Société de consommation, La Transparence du mal, De la séduction, Crime parfait, Mots de passe, Complot de l`Art, Le Système des objets, Le Paroxyste indifférent (entretiens avec Philippe Petit), L`échange impossible, Cool Memories IV :1995-2000.

Béatrix Beck

Béatrix Beck est née en Suisse en 1914. Elle a reçu le Prix Goncourt en 1952 pour Léon Morin, prêtre.

Ses nouvelles ont étés rassemblées dans Guidée par le Songe (Grasset, 1998). Elle a publié en 2000 : La Petite Italie .

Elle est l'auteur de :

  • 1948 Barny
  • 1951 Une mort irrégulière
  • 1952 Léon Morin, prêtre
  • 1953 Contes à l'enfant né coiffé
  • 1954 Des accommodements avec le ciel
  • 1963 Le Muet
  • 1967 Cou coupé, court toujours
  • 1977 L'épouvante, L'émerveillement
  • 1978 Noli
  • 1979 La Décharge
  • 1980 Devancer la nuit
  • 1981 Josée dite Nancy
  • 1983 Don Juan des Forêts
  • 1984 L'Enfant-Chat
  • 1998 Guidée par le Songe
  • 2000 La Petite Italie

Frédéric Beigbeder

Frédéric Beigbeder est l'auteur, chez Grasset, de deux romans, Vacances dans le coma (1994) et L'Amour dure trois ans (1997), et d'un recueil de nouvelles chez Gallimard, Nouvelles sous ecstasy (1999).

Il est critique à Rive droite, Rive gauche sur Paris-Première, au Masque et la Plume sur France Inter, et dans le magazine Voici.

Il a publié en septembre 2000 : 99 francs.

René Belletto

René Belletto est né le 11 septembre 1945 à Lyon

Il est d'origine espagnole et italo-française.
Il fait ses études de Lettres au lycée du Parc à Lyon.
Journaliste à Lyon-Poche (critiques de films) sous le nom de François Labret entre 1976 et 1982 environ.
René Belletto habite Paris depuis 1978.

Il est notamment l'auteur de :

  • 1976 Les Traîtres mots ou Sept aventures de Thomas Nylkan
  • 1978 Livre d'histoire
  • 1980 Film noir
  • 1981 Le Revenant, Prix de l'été VSD-Radio Monte-Carlo.
  • 1982 Sur la terre comme au ciel. Grand prix de littérature policière 1983. Adapté au cinéma : Péril en la demeure de Michel Deville.
  • 1986 L'Enfer, Prix du livre Inter 1986, Gutenberg du meilleur suspense 1986, Prix Fémina 1986. 1990 La Machine . Adapté au cinéma : La Machine de François Dupeyron.
  • 1996 Régis Mille l'éventreur

René Belletto sur le site de l'éditeur P.O.L

Tonino Benacquista

Tonino Benacquista est né en 1961 en région parisienne. Il a abandonné ses études de cinéma pour exercer de nombreux petits boulots, dont accompagnateur de nuit aux wagons-lits, accrocheur d'œuvres d'art dans une galerie d'art contemporain ou parasite mondain... Depuis 1985, il a publié Trois carrés rouges sur fond noir, Les morsures de l'aube, La maldonne des sleepings, La commedia des ratés et Saga.

Saga a reçu le grand prix des lectrices de Elle en 1998.

Tahar Ben Jelloun

Tahar Ben Jelloun est né en 1944 à Fès.

Il Etudie la philosophie à l'université de Rabat, puis il est Professeur à Tétouan et à Casablanca.

Il part pour la France en 1971 où il suit des cours de psychologie sociale. Il exerce ensuite comme psychothérapeute.

Il a publié Harrouda, La plus haute des solitudes, Moha le fou, Moha le sage, L'Ecrivain public, L'Enfant de sable, La Prière de l'absent, La Nuit sacrée (Prix Goncourt 1987), Jour de Silence à Tanger, Le racisme expliqué à ma fille.

Il a également publié des recueils de nouvelles : Le premier amour est toujours le dernier, L'Auberge des pauvres

Grand prix littéraire de la Fondation Noureddine Aba en 1994 pour l'ensemble de son œuvre.

Prix Méditerranée en 1994 pour L'Homme rompu.

Yves Berger

Yves Berger est né en Avignon en 1934.

Il suit des études secondaires au lycée Frédéric Mistral d'Avignon, puis effectue ses études supérieures à Montpellier et à Paris. Il enseigne ensuite aux lycées Pasteur de Neuilly et Lakanal à Sceaux. Il entre, en 1960, aux Editions Bernard Grasset, dont il est aujourd'hui le directeur littéraire.

 Yves Berger a reçu le Prix Fémina pour Le Sud (1962) et le Prix Médicis pour Immobile dans le courant du fleuve (1994).

Depuis son enfance, Yves Berger est fasciné par les minorités nord-américaines. Il a permis la révélation, en France, de la Québécoise Marie-Claire Blais et de l'Acadienne Antonine Maillet, qu'il a préfacées.

Il a également préfacé Enterre mon cœur à Wounded Knee, de Dee Brown , Peau-Rouge, du Sioux Vine Deloria, le Voyage en terre indienne de T.C. McLuhan et, en 1993, La Maison de l'Aube de l'Indien Kiowa Scott Momaday.

Yves Berger est également l'auteur de le Fou d'Amérique, les Matins du nouveau monde, La Pierre et le Saguaro (1990) et l'Attrapeur d'Ombres (1992), Santa-Fé, et le Monde après la pluie (1997).

Karine Bernfeld

Karin Bernfeld est née à Lyon. Elle écrit depuis son enfance.

Après avoir pratiqué la danse, elle s’inscrit dans un cours de théâtre à douze ans pour devenir comédienne.

Journal intime, recueil de poèmes, premier roman à quatorze ans (jamais publié).

Elle déménage à Paris, poursuit assidûment le théâtre, passe son bac brillamment. Elle s’inscrit à la fac pour pouvoir continuer à prendre des cours de théâtre et elle fait des petits boulots.

A dix-neuf ans, elle écrit un deuxième roman qui intéresse de nombreux éditeurs ; malgré des contacts, des rendez-vous, après deux ans de démarches, aucun ne l’a sorti.

Elle écrit  Apologie de la passivité à vingt-et-un ans. On la voit à la télé, dans les journaux… Elle obtient un prix littéraire attribués par des lycéens.

Alice au pays des femelles, le roman maudit, sort un an et demi plus tard.

Elle a écrit un court texte pour la scène et deux scenarii de courts-métrages. Elle poursuit ses études de lettres à l’Université et son travail de comédienne.

L’année de ses vingt-quatre ans elle a achevé un récit autobiographique sur l’histoire de sa famille. Et a toujours plusieurs projets ‘sur le feu’.

Le site personnel de Karine Bernfeld

Pierre-Valentin  Berthier 

Pierre-Valentin  Berthier  est né le 18 septembre 1911 à Issoudun. Il passe deux  ans et demi à l' " école primaire supérieure " avant d'en être chassé pour  indiscipline.  Pendant  une  décennie,  il exerce le métier d'artisan mégissier  dans  l'atelier  de  ses  parents.  En 1932,  il est arrêté pour insoumission. Malade, il est relâché peu après. 

Le  pacifisme  est  alors  et  restera toute sa vie son principal cheval de bataille. D'abord antimilitariste et ensuite anarchiste, quoiqu'il apprécie très  peu  les étiquettes, quelles qu'elles soient. Et déjà, il participe à un  certain  nombre  de  feuilles  pacifistes  et  libertaires  : La Patrie Humaine,  journal  dirigé par Victor Méric, La Clameur, " organe mensuel de l'Union des Intellectuels pacifistes "1, Le Contre Poison, " organe mensuel d'éducation  sociale.  Pour  la  Paix " ou La Conquête du Pain, dirigée par Bidault.

 En 1936 c'est une autre presse qui lui permet de gagner sa vie : il devient le  correspondant  local du Journal du département de l'Indre qui deviendra Le  Département  sous  l'Occupation  puis  La  Marseillaise  du  Berry à la Libération.  Après  avoir été 15 ans journaliste à Issoudun, P.-V. Berthier perd  sa  place  lorsque  le  journal accentue son obédience communiste. En 1951,  il  rejoint  alors  la  capitale  où  il  sera  correcteur  dans des imprimeries, des maisons d'édition comme Amiot-Dumont et des journaux comme le  Monde,  où  il  prend  sa retraite en 1976. En parallèle, il continue à apporter  sa  contribution  à  la  presse  anarchiste. Avec Charles-Auguste Bontemps,  il est l'un des plus proches collaborateurs de Louis Lecoin avec Défense  de  l'Homme.  Puis  il  écrira dans Liberté. Il écrit également au Monde  Libertaire  dès  1954. Il réalise de longues chroniques pour L'Union pacifiste  qui  prône le désarmement unilatéral à titre exemplaire. On peut aussi noter ses participations au Libertaire qui parait au Havre.

 Outre celui de la presse, Berthier appartient au monde de la littérature, dans lequel il est entré par le biais de la poésie. " La littérature n'a pas intrinsèquement de vocation sociale, mais il y a des oeuvres littéraires qui influent sur la société ". Après quelques nouvelles, ses premiers romans paraissent dans les années 1950. En 1957, L'enfant des ombres est, selon Thierry Maricourt, le roman " dans lequel se révèle le talent de son auteur ". Dans ce plaidoyer contre la guerre, on voit apparaître un personnage par lequel va se faire l'introduction d'idées libertaires : Planchette, évocation de Fernand Planche, à qui Pierre-Valentin Berthier a emprunté quelques souvenirs et événements. Deux ans plus tard, l'auteur expose ses conceptions économiques dans un roman intitulé On a tué M. Système. Outre les romans, il s'intéresse à la langue française, à laquelle il consacrera une dizaine d'ouvrages, en majeure partie réalisés avec Jean-Pierre Colignon, correcteur au Monde, qui voit en lui " un ouvrier du verbe instruit sur le " tas ", pour qui le langage est un matériau noble, comme le bois, le fer ou l'or " Pierre-Valentin Berthier est également l'auteur de quelques essais : une biographie de Gaston Couté, parue en 1958 et rééditée en 1980, un essai sur la famille et un sur la " laïcité égarée " parus tous deux en 1995. Aujourd'hui, P.-V. Berthier a 92 ans. Il vit à Paris. Un dernier livre sur la Seconde Guerre mondiale est paru en 2003, La cité dans le tunnel.

Benjamin Berton

Benjamin Berton est né à Valenciennes. Après avoir décrit, dans Sauvageons (Prix Goncourt du premier roman, Prix littéraire de le Vocation), la vie des adolescents dans les cités du nord de la France, il publie en 2001 Classe Affaires.

Patrick Besson

Patrick Besson est né en 1956.

Il fait une entrée fracassante dans la vie littéraire en publiant à 17 ans son premier roman : Les petits maux d'amour.

Il a publié La Paresseuse, La Statue du commandeur, Julius et Isaac.

Il est également l'auteur de Lettre à un ami perdu (prix Del Duca), Dara (Grand Prix de l’Académie française), Les Braban (Prix Renaudot 1995).

Hector Bianciotti

Hector Bianciotti est né le 18 mars 1930 de parents piémontais, dans cette région de l’Argentine que les écrivains appellent la Pampa.

Il quitte l'Argentine en 1955, vit à Rome et y connaît la faim . Il passe quatre ans en Espagne, avant d’arriver à Paris, en février 1961. Un an plus tard, il commence à rédiger des rapports de lecture pour les éditions Gallimard. En 1969, à la demande de Maurice Nadeau, son premier éditeur, il publie un article dans La Quinzaine littéraire.

Il devient assistant à la mise en scène d'opéras.

Au bout d’une quinzaine d’années et de nombreux articles, il se met à rêver en français.

Il a publié Le Traité des Saisons (le prix Médicis étranger, en 1977), Seules les larmes seront comptées, Ce que la nuit raconte au jour, Le pas si lent de l'amour, Comme la trace de l'oiseau dans l'air, L’Amour n’est pas aimé ( prix du Meilleur livre étranger, en 1983)

Il est naturalisé français en 1981

En 1985, Sans la miséricorde du Christ, son premier roman français, reçoit le prix Femina.

Le prix Prince Pierre de Monaco lui est décerné, en 1993, pour l’ensemble de son œuvre, et, en 1994, il reçoit le Prix de la langue de France.

Il a été élu à l’Académie française, le 18 janvier 1996, au fauteuil d’André Frossard (2e fauteuil).

Hector Bianciotti sur le site de l'académie française

Raphaëlle Billetdoux

Raphaëlle Billetdoux est née en 1951. Elle est la fille de François Billetdoux.

Raphaëlle Billetdoux est notamment l'auteur de Prends garde à la douceur des choses (1976), Mes nuits sont plus belles que vos jours (Prix Renaudot 1985), Entrez et fermez la porte (1991), Mélanie dans un vent terrible (1994), Chère madame ma fille cadette (1997).

François Bon

François Bon est né en 1953 à Luçon, en Vendée.

Il suit des études d'ingénieur (Arts et Métiers), puis travaille dans l'industrie aérospatiale et nucléaire, en France et à l'étranger (Moscou, Prague, Bombay, Göteborg ...).

Il anime ensuite des ateliers de lecture dans des centres de jeunes détenus, et des ateliers d'initiation littéraire pour les adolescents de Montpellier.

Il publie en 1982 Sortie d'usine (aux éditions de Minuit ) qui lui vaut une certaine notoriété. Il se consacre dès lors à la littérature.

François Bon est également l'auteur de C'était toute une vie, Parking, Voleurs de feu, les vies singulières des poètes, 30, rue de la Poste, Autoroute.

Ses livres sont traduits en allemand, danois, suédois, chinois, néerlandais et anglais.

Il anime www.remue.net , un site consacré à la littérature, au théâtre, et aux ateliers d'écriture

Dominique Bona

Dominique Bona est née le 29 juillet 1953 à Perpignan. Elle poursuit des études littéraires, et présente, en maîtrise, un mémoire sur les fées et les sorcières dans la littérature des douzième et treizième siècle.

Dominique Bona est agrégée de lettres modernes en 1975. Elle est journaliste à France-Culture et à France Inter (1976-1980), puis devient critique littéraire au Quotidien de Paris (1980-1985) et au Figaro en 1985.

Romancière et biographe, Dominique Bona est notamment l'auteur de : Les Yeux noirs ou les vies extraordinaires des sœurs Heredia (1989), Malika (prix Interallié, 1992), Gala (1994) et Stefan Zweig, l'ami blessé (1996, chez Plon).

Elle obtient le Prix Renaudot 1998 pour Le manuscrit de Port-Ebene etpublie en septembre 2000 Berthe Morisot (Grasset).

Yves Bonnefoy

Yves Bonnefoy est né à Tours en 1923 .

Après un Baccalauréats de mathématiques et de philosophie, en 1940, il entre en classe de mathématiques supérieures au lycée Descartes de Tours. En 1943, il abandonne la préparation aux grandes écoles. Il part pour Paris dans l’intention de se consacrer à la poésie et sous le prétexte de la préparation d’une Licence de mathématiques à la Sorbonne. Yves Bonnefoy se lie alors aux peintres et aux écrivains surréalistes : Amitiés avec Edouard Jaguer, Iaroslav Serpan, Yves Battistini, Jean Brun. Il rencontre également André Breton.

Il voyage en Italie. On retrouvera plusieurs années après, dans plusieurs livres, son émerveillement pour certains paysages méditerranéens et quelques œuvres d'art : l'art du Quattrocento, le baroque, Rubens, Giacometti.

En 1959 Hier régnant désert obtient le Prix de la Nouvelle Vague décerné par L’Express.

Yves Bonnefoy a publié des recueils de poésie : Du mouvement et de l'immobilité de Douve , 1953 ; Hier régnant désert , 1958 ; Pierre écrite , 1965 ; Dans le leurre du seuil , 1975 ; Début et fin de la neige , 1991.

Les récits en prose de Bonnefoy (Rue Traversière , 1977 ; Récits en rêve , 1987), dont sont souvent issus ses poèmes, manifestent la même volonté de saisir les sens multiples et l'ambiguïté des mots, comme une chance d'atteindre " cette blancheur qui dissout déjà la syntaxe qui le désire " (Un rêve fait à Mantoue , 1967).

Professeur au Collège de France de 1981 à 1993, traducteur de Shakespeare et de Yeats, Yves Bonnefoy a également publié des essais : L'Arrière-Pays , 1972 ; La Vérité de parole , 1988 ; Dessin, couleur et lumière, (1995) .

La biographie d'Yves Bonnefoy sur sur le site de Toute la Poésie

Laurent Botti

À mi-chemin entre les grands maîtres européens et américains du suspense, un jeune talent est né. Vous aimez les intrigues bien ficelées où la psychologie des personnages est complexe, le suspense haletant, les violences mystiques, les ambiances étouffantes et les crimes en série...

Venez découvrir l'univers littéraire captivant de ce nouveau maître du suspense : Laurent Botti, sa vie, son oeuvre, ses passions...

Alphonse Boudard 

Alphonse Boudard est né le 17 décembre 1925 à Paris, d'un père inconnu. Il est élevé jusqu'à l'âge de sept ans chez des paysans du Loiret, Blanche et Auguste.

"Un jour, on lui dit qu'une femme est venue de Paris pour le voir. C'est sa mère, qui s'est échappée d'une maison close. Elle a dix-sept ans. Trente ans plus tard, il assiste à son enterrement menottes aux poignets...

Alphonse Boudard fait ses études à l'école communale de l'avenue de Choisy et de la rue du Moulin-des-Prés, dans le 13e arrondissement de Paris. À quinze ans, il entre dans une fonderie parisienne. Il est apprenti typographe durant une partie de l'Occupation, puis il rejoint la Résistance en 1943, dans le réseau Navarre, puis les commandos de la 1re Armée française : " C'était le grand bonheur. J'avais dix-neuf ans. Il faisait beau. J'avais une mitraillette. ". Il participe à la libération de Paris et reçoit la croix de guerre. " Après la victoire, il a cru que le western continuait ", commente son ami, Louis Nucera. En effet, après avoir multiplié les petits boulots, il dérape, traverse une " période difficile " entre prisons et sanatoriums. Il tombe pour trafic de fausse monnaie et cambriolages de coffres-forts, fait deux séjours en prison de 1947 à 1949 et de 1957 à 1961. La littérature le sauve et il écrit des livres sur les petites gens, sans argent, sans travail, sans famille. " La plume, en argot, on appelle ça une pince-monseigneur... J'étais pas dépaysé. "".

 Il est l'auteur d'une trentaine de romans et  de scénarios pour le cinéma et la télévision.

 Il est mort à Nice en 2000

 Romans :

  •  La métamorphose des cloportes (1962)
  •  La cerise (1963), prix Sainte-Beuve
  •  L'Hôpital  (1972)
  •  Cinoche (1974)
  •  Les combattants du petit bonheur (1977), prix Renaudot
  •  Le corbillard de Jules (1979)
  •  Le Café du pauvre (1983)
  •  L'éducation d'Alphonse (1987)
  •  Mourir d'enfance (1995), roman autobiographique, grand prix du roman de l'Académie française
  •  Madame de Saint-Sulpice (1996)
  •  L'étrange Monsieur Jo (1998)
  •  Les Gens sans importance (1998)
  •  Les trois mamans du petit Jésus (2000)

Un article concernant Alphonse Boudard sur le Web de l'Humanité dont cette notice biographique est extraite 

Daniel Boulanger

Daniel Boulanger est né le 24 janvier 1922 à Compiègne, dans l'Oise. De 1932 à 1940 il est au Petit séminaire dans l'Aisne, où il apprend le latin, le grec, et l'allemand. En novembre 1940 il est arrêté et jeté en cellule pour actes de sabotage envers l'armée allemande. Il ne se rendra jamais en Allemagne. Caché dans l'Oise, il apprend dans les fermes à soigner les moutons.

En 1945, il part pour le Brésil , avec comme profession renseignée sur son passeport : gardien de moutons ( criado gado). Il regagne la France en 1946 où il sera successivement : pion, courtier en chambre, rédacteur stagiaire aux Affaires Economiques du Tchad...

De 1950 à 1969 , la maison de sa femme dans le 14° arrondissement de Paris connaît les débuts de la Nouvelle Vague : Truffaut, Chabrol, Godard, et ceux du Nouveau Roman : Gegauff, Robbe Grillet, Ollier, Claude Simon.

Daniel Boulanger sera acteur pour les amis dans quelques films : Le Roi de Coeur, A bout de souffle, La Mariée était en noir, Domicile conjugal, Tirez sur le pianiste, Toute une vie, ...

Il publie ses premiers romans en 1959 : l'Ombre, le Gouverneur Polygame, La Rue Froide.

De 1969 à 1999 il réside à Senlis (Oise). C'est là qu'il écrit romans, nouvelles, scénarios, retouches (mi-poèmes, mi-moralités, images, aphorismes) et 12 pièces de théâtre, dont Le beau voyage, C'est à quel sujet ?

En 1971, il obtient le Prix de l'Académie Française et en 1979, le Prix Prince Pierre de Monaco.

En 1983 il fait son entrée à l'Académie Goncourt

Daniel Boulanger sur le site de l'Académie Goncourt.

Le site de Jean-Sylvain Cabot consacré à Daniel Boulanger.

Nina Bouraoui

Nina Bouraoui est née à Rennes en 1967. Son premier roman, La Voyeuse interdite (Gallimard) a obtenu le prix du Livre Inter en 1991. Elle a depuis écrit plusieurs autres romans dont Le jour du séisme (Stock, 1999) et Garçon manqué (Stock, 2000).
Elle a publié en 2002 La Vie heureuse.

Françoise Bourdin

Romancière, scénariste, noveliste... Françoise Bourdin à goûté à tous les plaisirs de l'écriture et nous a transmis sa passion des mots. Découvrez l'univers romanesque chaleureux et très humain de cette écrivain femme et femme d'écrivain...

Pierre Bourgeade

Pierre Bourgeade est né en 1927 dans les Pyrénées . Il assure "qu'il fut poussé à la littérature par les coups de canon qu'il entendit, enfant, dans les années 36, de l'autre côté de la montagne. Les Espagnols , en fervents partisans du Christ ou de la faucille s'étripaient . L'écolier appliqué acheta un cahier sur lequel il rapporta jour après jour , cartes et photographies à l'appui, le détail méticuleux de ces massacres..."

Puis ce fut la seconde guerre mondiale. Pendant que le jeune Pierre Bourgeade apprend le latin et le grec , son collège ( Saint Louis de Gonzague à Bayonne) est occupé par les allemands.

Son premier manuscrit , Les Immortelles , où il est beaucoup question de femmes, met dix ans à trouver un éditeur. Refusé partout , il tombe entre les mains de Georges Lambrichs, directeur du Chemin qui décide aussitôt de le publier. Maurice Nadeau, dans la Quinzaine littéraire , situe Pierre Bourgeade, dont il ignore tout dans la mouvance de Breton et Bataille.

Pierre Bourgeade est l'auteur de : Les Serpents (1983), Sade, sainte Thérèse (1987) Eros mécanique (1995), L'Autre Face (2000).

Son nom est également lié à deux dates marquantes de la création théâtrale contemporaine : 1969, Orden, mise en scène de Jorge Lavelli, 1976, Palazzio Mentale, mise en scène Georges Lavaudant, Prix du Syndicat de la Critique Dramatique.

Son oeuvre théâtrale (15 pièces) illustre les phénomènes politiques et sociaux de notre temps: Orden, la guerre d'Espagne, Deutsches Requiem, le nazisme (1973), Pallazio Mentale, l'Europe à la recherche de son identité, L'Autorisation, le totalitarisme à travers l'univers inextricable de son administration.

Jeanne Bourin

Jeanne Bourin est née en 1922.

Elle est notamment l'auteur de : Le bonheur est une femme (1963), Très Sage Héloïse, la Dame de beauté (1970), la Chambre des dames (1979), le Jeu de la tentation (1981), les Pérégrines, la Rose et la Mandragore, la Garenne (1994), Le Sourire de l'ange ...

Laurent Bouvet 

Laurent Bouvet est né à Paris en 1968. Il est diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris (IEP), de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et agrégé de science politique.

Rédacteur en chef de la Revue Socialiste (1998-2001) et codirecteur de la collection "La République des Idées" aux Éditions du Seuil (2001-2002), Laurent Bouvet fonde en 2002 le Collectif "Régénération", un club de réflexion politique dont le but est la génération du débat d'idées au sein de la gauche.

Laurent Bouvet est l'auteur de :

  • Le Fédéraliste. La Démocratie apprivoisée (Michalon, 1997)
  • France-Allemagne : le bond en avant (Odile Jacob, 1998)
  • Les Enjeux du débat public contemporain (La Découverte, 1999)
  • La Culture générale à Sciences-Po (Armand Colin, 2001)
  • Manuel de culture générale (Hachette, 2001)
  • L'année zéro de la gauche, (Michalon, 2003) 

Raymond Bozier

Raymond Bozier est né un 3 février 1950 à Chauvigny dans le Poitou. Il est le fils de Raymond et Gilberte Bozier, ouvriers agricoles. Il vit à La Rochelle, près du port de La Pallice. Marié, père de deux fille : Elsa et Lucie.

Il est l'auteur de :

Romans

  • Les Somnambules, Pauvert, 2002.
  • Rocade, Pauvert, 2000.
  • Abattoirs 26, Pauvert, 1999.
  • Lieu-dit, Calmann-Lévy, 1997, rééd. Poche, 1999
    (Prix du Premier Roman, Prix du Livre en Poitou-Charentes).

Poèmes

  • Bords de mer, Flammarion, 1998.
  • Autoportraits avec masques, Rumeur des Âges, 1995.
  • Roseaux, Centre de Création Littéraire de Grenoble, 1985 (épuisé).

Raymond Bozier a édité par ailleurs un grand nombre de poèmes et nouvelles dans une cinquantaine de revues et journaux (Monde Diplomatique, L'Express, Action Poétique, Racines, Moebius, Poésie présente...). Il a également animé la revue littéraire Cargo au début des années 90.

Anne Bragance

Anne Bragance est née à Casablanca. Son enfance cosmopolite est bercée de sonorités française, espagnole, italienne et, bien sûr, arabe. Elle arrive en France à l'âge de seize ans.

A 28 ans elle publie son premier roman Tous les espoirs vous sont permis chez Flammarion. Puis en 1986 Bleu indigo , en 1989 La chambre andalouse , en 1983 L'été provisoire , en 1992 Le voyageur de noces , en 1999, Le Fils-Récompense ...

Anne Bragance vit dans les Cévennes gardoises.

Bibliographie

Romans

  • Tous les désespoirs vous sont permis, (Flammarion, 1973)
  • La dent de rupture, (Flammarion. 1975)
  • Les soleils rajeunis, (Editions du Seuil, 1977)
  • Clichy sur Pacifique, (Editions du Seuil, 1979)
  • Une valse noire, (Editions du Seuil, 1983)
  • L'été provisoire, (Mercure de France, 1983)
  • Charade, (Mercure de France, 1984)
  • Bleu indigo, (Grasset, 1986)
  • La chambre andalouse, (Grasset. 1989)
  • Anibal, (Robert Laffont, 1991)
  • Le voyageur de noces, (Robert Laffont, 1992)
  • Une journée au point d'ombre, (Robert Laffont,. 1993)
  • Le chagrin des Resslingen, (Julliard, 1994)
  • Rose de pierre, (Julliard, 1996)
  • La Correspondante anglaise, (Stock, 1998)
  • Le Fils-Récompense, (Stock, 1999)

Nouvelles

  • Changement de cavalière, (Editions du Seuil, 1978)
  • Le damier de la reine, (Mercure de France, 1983)

Essais

  • Virginia Woolf, ou la dame sur le piédestal, (Des Femmes, 1985)

Biographie

  • Mata Hari, (Belfond, 1995)

Michel Braudeau

Michel Braudeau est né en 1946. Il publie son premier livre à l’âge de vingt ans ( L’Amazone). Les lecteurs du Monde connaissent bien la signature du journaliste critique de cinéma, feuilletoniste, qui met aujourd’hui sa plume de grand reporter au service des sujets les plus divers.

Comme il l'indique lui-même, " Dès le départ ses récits sont teintés d'une fantaisie un peu passée de mode à l'époque, faite de paysages parisiens délabrés et de personnages à la limite du merveilleux, clowns désenchantés, illusionnistes criminels et journalistes loufoques. "

Michel Braudeau est l'auteur de L'amazone (1966), Vaulascar ( 1977), Passage de la Main d'Or ( 1980) , Fantôme d'une puce ( 1982) , Naissance d’une passion (Prix Médicis en 1985). Vinrent ensuite L'objet perdu de l'Amour (1988), Le Livre de John ( 1992 ) et Mon Ami Pierrot (1993 ) où le romancier explorait la relation d’un fils à son père.

Il est maintenant conseiller de lecture chez Gallimard et a publié Esprit de Mai en 1995.

Nicolas Brehal

Nicolas Bréhal (de son vrai nom Nicolas Solnitzki) est né le 6 décembre 1952 à Paris.

Il a été directeur littéraire au Mercure de France et critique littéraire au Monde (le Monde des livres) puis au Figaro .

Il a publié Les Etangs de Woodfield en 1978, un roman dont l'histoire se déroule dans les profondeurs des marécages d'un Sud imaginaire : deux très jeunes filles, les sœurs Lockwood, découvrent les secrets du monde adulte et préfèrent disparaître plutôt que de les révéler.

Son second roman Portrait de femme, l'automne (1980), met en scène Charlotte Handler, une romancière d'origine belge. Alors qu'elle s'apprête à fêter son anniversaire, elle laisse venir tous ses souvenirs et, regarde de loin ses invités qui représentent, chacun, une étape de son existence.

Nicolas Bréhal a également publié : La Pâleur et le Sang (1983), L'Enfant au souffle coupé (1990), Sonate au clair de lune (prix Valéry-Larbaud 1992), Corps célestes ( prix Renaudot 1993), Le Sens de la nuit (1998)

Il est mort le 31 mai 1999, à son domicile de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Geneviève Brisac

Geneviève Brisac est née à Paris. Elle est ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure et agrégée de lettres. Elle est notamment éditrice à l’Ecole des Loisirs où elle a créé un nouvelau souffle dans la littérature pour la jeunesse. Elle collabore également au Monde des livres. Elle a publié des romans, pour enfants et adultes. Elle a obtenu le prix Femina 1996, pour Week-end de chasse à la mère.

Elvire de Brissac

Elvire de Brissac est l'auteur notamment de A pleur-joie (Prix des Deux-Magots), Un long mois de septembre (Grand prix des lectrices de Elle), Une forêt soumise, Au diable, Le Tour de l'arbre et Les Anges d'en-bas (Prix Goncourt de la Nouvelle 1999).

Jean-Claude Brisville

Jean-Claude Brisville est né en 1922 dans les Hauts de Seine.

Il commence son activité comme journaliste littéraire en 1946 et fait toute sa carrière dans l'édition. Il est l'auteur de Prologue (1948) , D'un amour (1954, prix Sainte Beuve), la Présence réelle (1954), Camus (1959), la Fuite au Danemark (1962), la Zone d'ombre (1976), la Révélation d'une voix et d'un nom (1982).

Pour le théâtre, il écrit : le Fauteuil à bascule, créé au Petit-Odéon (1982, prix de la meilleure création dramatique), le Bonheur à Romorantin, au Théâtre des Mathurins (1983), l'Entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune, au Petit-Odéon (1985), la Villa bleue, à l'Espace Cardin (1986), les Liaisons dangereuses, adaptation française de la pièce de Christopher Hampton, au Théâtre Édouard VII (1988), le Souper au Théâtre Montparnasse (1989, Grand Prix du théâtre de l'Académie française), l'Officier de la garde, adaptation française de la pièce de Férenc Molnàr, à la Comédie des Champs-Élysées (1990), l'Antichambre, à l'Atelier (1991), Contre-jour au Studio des Champs-Élysées (1993) et la Dernière Salve, au Théâtre Montparnasse (1995).

Pascal Bruckner

Pascal Bruckner est né en 1948 à Paris.

Elève au Lycée Henri IV à Paris, il fait ensuite des études de lettres et de philosophie (maîtrise de philosophie, doctorat de lettres) .

En 1986, il est invité comme professeur à l'Université de San Diego, puis à New York (1987) Il est maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris depuis 1990.

A partir de 1987, il collabore au Nouvel Observateur.

Il est l'auteur des romans et essais suivants : Fourier ( 1975), Le Nouveau Désordre amoureux (1977, avec Alain Finkielkraut), Allez jouer ailleurs (1979), Au coin de la rue , l'aventure (1979), Lune de fiel (1981), Parias (1985), Le Sanglot de l'homme blanc (1983), Le Vertige de Babel, Le Palais des Claques (1986), Qui de nous deux inventa l'autre ? (1988), La Mélancolie démocratique (1990), L'Euphorie perpétuelle, La Tentation de l'innocence (Prix Médicis de l'essai 1995), Le Divin enfant, Les voleurs de beauté (Prix Renaudot 1997).

Christophe Bucamp

 Christophe Bucamp est né le 09 août 1982 à Paris. A l’âge de 4 ans, ses parents emménagent en Auvergne.
Il s'intéresse depuis toujours à la littérature. A 8 ans, il entreprend l'écriture d'un poême, à l'occasion de la fête des mères. Dès lors, il ne s'arrêtera plus d'écrire. A 9-10 ans, il enchaîne les nouvelles puis à 11 fait une première tentative de roman ( qui ne donnera rien de remarquable étant donné son jeune âge ). Pourtant, son enfance, il la passe à écrire, et à lire. A 12 ans, il découvre Stephen King, un auteur qu'il admire et dont il a lu pratiquement tous les écrits.
Au lieu de passer ses week-end à sortir comme tous les jeunes de son âge, il consacre tout son temps à sa passion et très vite, cela devient bien plus qu'une passion. C'est sa raison de vivre.

Il est l'auteur de Dunckatcood, dans La Vallée de la Mort.

Le site officiel de Christophe Bucamp

Michel Butor

Michel Butor est né en1926 à Mons en Baroeul.

Licencié en philosophie, il enseigne cette discipline dans plusieurs établissements étrangers (Angleterre, Grèce, Egypte, Etats-Unis...)

Concevant "le roman comme recherche " il publie, en 1954, Passage de Milan ( il y étudie un immeuble parisien de sept étages à travers différents moments de la journée) , puis L'emploi du temps ( il y évoque le passé du narrateur; récit interrompu par des références au présent) .

Associé vers 1955 à Nathalie Sarraute, à Claude Simon, à Robert Pinget, à Alain Robbe-Grillet, dans un groupe littéraire appelé nouveau roman", Michel Butor n’a cessé depuis d’œuvrer solitairement.

En 1957, il publie La Modification ( le narrateur commente les non-évenements qui se déroulent dans un wagon de chemin de fer entre Paris et Rome)

En 1960, il publie Degrés.

Les voyages le mènent loin de Paris; les réflexions sur le rôle de la littérature le conduisent ensuite finalement à l’opposé de ce qui avait été présenté par les théoriciens comme l’inéluctable avenir de la littérature. Il publie ensuite Répertoires (1960-1982), Mobile, réseau Aérien (1962) , description de San Marco (1963), 6 810 000 litre d'eau par seconde ( 1965), Mots sur la Peinture (1969), Travaux d'approche (1972), Boomerang ( 1078), Vanité (1980), Quadruple Fond (1981) et Exprès (1983)

Michel Butor est également l'auteur de nombreuses études sur Racine, Kierkegard, Baudelaire, Dostoïevski, Jules Verne, Joyce, Faulkner ...